Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

D'où Erre-Je ?

  • : L'ignoble infreequentable
  •                                  L'ignoble infreequentable
  • : La seule question à laquelle personne ne sait répondre reste : la place de l'Etat. Quel est son rôle ultime ? Le reste n'est alors que dérives quotidiennes pour soi-disant, le "bonheur des autres" avec "le pognon des autres". Bonne lecture
  • Contact

Pas de quoi rire

Pauvre Marianne...

Un peu de pub :

Référencé par
Meta-Referencement
http://www.meta-referencement.com

BlogueParade.com - Annuaire des Blogues francophones

Recherche

Infreequentable en autochtone


Albanais :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=sq

Anglais :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=en

Allemand :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=de

Arabe :
http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=ar

Bulgare :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=bg

Catalan :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=ca

Chinois simplifié :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=zh-CN

Chinois traditionnel :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=zh-TW

Coréen :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=ko

Croate :
http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=hr

Danois :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=da

Espagnol :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=es

Estonien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=et

Finnois :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=fi

Galicien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=gl

Grec :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=el

Hébreu :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=iw

Hindi :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=hi

Hongrois :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=hu

Indonésien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=id

Italien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=it

Japonais :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=ja

Letton :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=lv

Lituanien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=lt

Maltais :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=mt

Néerlandais :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=nl

Norvégien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=no

Polonais :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=pl

Portugais :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=pt

Roumain :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=ro

Russe :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=ru

Serbe :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=sr

Slovaque :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=sk

Slovène :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=sl

Suédois :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=sv

Tagalog :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=tl

Tchèque :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=cs

Thaï :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=th

Turc :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=tr

Ukrainien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=uk

Vietnamien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=vi

Les Ex-Archivés

Amis visiteurs !

Oui, entrez, entrez, dans le « Blog » de « l’Incroyable Ignoble Infreequentable » !
Vous y découvrirez un univers parfaitement irréel, décrit par petites touches quotidiennes d’un nouvel art : le « pointillisme littéraire » sur Internet. Certes, pour être « I-Cube », il écrit dans un style vague, maîtrisant mal l’orthographe et les règles grammaticales. Son vocabulaire y est pauvre et ses pointes « d’esprit » parfaitement quelconques. Ses « convictions » y sont tout autant approximatives, changeantes… et sans intérêt : Il ne concoure à aucun prix littéraire, aucun éloge, aucune reconnaissance !
Soyez sûr que le monde qu’il évoque au fil des jours n’est que purement imaginaire. Les noms de lieu ou de bipède et autres « sobriquets éventuels » ne désignent absolument personne en particulier.
Toute ressemblance avec des personnages, des lieux, des actions, des situations ayant existé ou existant par ailleurs dans la voie lactée (et autres galaxies) y est donc purement et totalement fortuite !    
En guise d’avertissement à tous « les mauvais esprits » et autres grincheux, on peut affirmer, sans pouvoir se tromper aucunement, que tout rapprochement des personnages qui sont dépeints dans ce « blog », avec tel ou tel personnage réel ou ayant existé sur la planète « Terre », par exemple, ne peut qu’être hasardeux et ne saurait que dénoncer et démontrer la véritable intention de nuire de l’auteur de ce rapprochement ou mise en parallèle !
Ces « grincheux » là seront SEULS à en assumer l’éventuelle responsabilité devant leurs contemporains…
20 mars 2014 4 20 /03 /mars /2014 05:03

Semaine 12 de l’an 2014…

 

Ça commence par l’annonce d’une perquisition au domicile de « Mama-Michèle ».

Les domiciles de l'ex garde-des-sots à Neuilly et de celui de son père ont été visités par la police mardi apprend-on le jour même, dans une affaire de mouvement de fonds suspects à Saint-Jean-de-Luz.

Une information judiciaire pour abus de confiance avait été ouverte en 2013, comme par hasard.

Et qui déboule la veille d’élections municipales-locales…

Rapide les pandores de ce pays !

5 mois pour imaginer de se déplacer enfin…

 

Et qu’on nous affirme que « l'affaire n'a a priori rien de politique » !

Il n’y a pas d’abus de bien sociaux concernant une personne morale « civile ».

Mais l’abus de confiance revient au même…

 

À quelques jours des élections municipales, et dans le concert récent d'affaires et de polémiques autour de décisions de justice, la démarche risque de susciter encore des commentaires. Dont les miens, pour le moins modérément sarcastiques…

Rappelons que fin janvier, l’ex-Ministre avait aussi été épinglée dans une autre affaire : Les comptes de son parti, « Le Chêne », avaient été déclarés « non conformes » par la Commission des financements politiques.

Et puis plus rien…

 

Là, les enquêteurs s'intéressent à des mouvements de fonds suspects au bénéfice de l'ancienne garde-des-sots et de son père Bernard Marie.

Selon le procureur de Nanterre, la mairie de Saint-Jean-de-Luz est également l'objet de ces investigations, tout comme l'office du tourisme de Saint-Jean-de-Luz…

Le Monde précise que les juges s'intéressent à des fonds suspects à la suite d'un signalement de Tracfin, l'organisme anti-blanchiment du ministère de l'Économie et des Finances. Au centre des soupçons, un hôtel de luxe de Saint-Jean-de-Luz dirigé par le père de l’ex-garde-des-sots et dont sa fille détient des parts.

La somme litigieuse évoquée par le quotidien est « minime » : 200.000 euros.

Que pour ce prix-là, je vous en fais des crèches associatives, moi !

En octobre 2013, elle avait fait part de son incompréhension : « Je n'ai connaissance d'absolument rien, je ne vois pas ce qu'il peut y avoir. »

Bé eux non plus, c’est pourquoi ils perquisitionnent…

D’ici qu’ils ne trouvent toujours rien après, je te vous jure qu’il y aurait des coups de pied qui se perdraient… mais pas pour tout le monde !

Dans le cas contraire, faudra aussi en découdre avec les errements et mensonges de sa successeuse, naturellement.

 

Tracfin, à propos, ils en sont où avec l’appartement (7 millions d’euros) du fiston à « Fafa-l’empoisonneur » ?

Ils se démèneront après les européennes, peut-être ?

Ou jamais ?

 

Personnellement, j’en ai vraiment par-dessus le pompon que toutes ces affaires qui déboulent en plein campagne électorale : Est-ce si urgent que les juges ne peuvent pas attendre quelques semaines pour des faits d’enquête qui remontent à plusieurs mois ?

Vous oseriez prétendre qu’il y avait une telle urgence après tout ce temps de perdu pour la Patrie ?

 

Parce que bon, ça continue même contre « Bling-bling »…

Là, c’est Mediapart qui s’y colle, sans doute aussi en « service commandé », et révèle le contenu de certaines (pas toutes…) écoutes de « l’ex-Ô-combien vénéré Président ».

Le site dévoile comment l'ex-président et son avocat suivent les enquêtes le concernant mais aussi les mises en scène pour tromper les juges.

 

Sept écoutes judiciaires, pas plus et bien précises, des conversations avec son avocat « Titi Air-zog », dans lesquelles ce dernier qualifie notamment de « bâtards de Bordeaux » les juges qui avaient mis en examen l'ex-président dans le cadre de l'affaire Bettencourt.

Des écoutes sur la seconde ligne téléphonique de l'ancien président ouverte sous la fausse identité de « Paul Bis-Mute », entre le 28 janvier et le 11 février, tournent largement autour de la décision de la Cour de cassation attendue en mars concernant les agendas de « Bling-bling », saisis dans ce dossier dans lequel celui-ci a bénéficié d'un non-lieu.

Et rien d’autre…

 

Des agendas qui figurent aussi dans la procédure sur l'arbitrage dont a bénéficié en 2008 « Nanar le flambeur » dans son litige avec le Crédit lyonnais sur la vente d'Adidas.

Ils sont aussi susceptibles d'intéresser les juges enquêtant sur ces affaires embarrassantes pour l'ancien pouvoir comme les accusations de financement de la campagne de 2007 par la Libye de « Mouammar Kad-Hafi ».

C'est précisément lors d'écoutes dans ce dossier qu'a été interceptée une conversation entre « l’ex-zig et l’Air-zog », qui a donné lieu à l'ouverture, par le nouveau parquet national financier, d'une information judiciaire pour violation du secret de l'instruction et trafic d'influence.

Tiens, tiens, violation du secret de l’instruction… On va y revenir !

 

Comme l'avait révélé le Monde, la synthèse des retranscriptions de sept écoutes judiciaires obtenues par Mediapart indique que le haut magistrat de la Cour de cassation « Gilles-Bert Azizou-Bébert » renseigne « Bling-bling » sur les tendances qui se dessinent à la Cour de cassation.

Selon Mediapart, l’avocat se félicite le 29 janvier auprès de son client du dévouement de leur informateur, qui a « bossé », en présume l'avocat.

Et il se montre optimiste sur une annulation par la Cour de cassation de la saisie des agendas, « sauf si le droit finit par l'emporter », commente-t-il.

Encore un qui a du cambouis dans les yeux, parce que les agendas n’ont finalement pas été rendus…

 

Une écoute du 30 janvier laisse apparaître que « Gilles-Bébert » a eu accès à l'avis confidentiel du rapporteur de la Cour de cassation à ses collègues, qui conclut à l'annulation de la saisie des agendas et au retrait de toutes les mentions relatives à ces documents dans l'enquête Bettencourt.

« Ce qui va faire du boulot à ces bâtards de Bordeaux », commente l’avocat.

Mal-élevé, va !

Mais avec un client qui traite ses administrés de « pov’-kon » dès le début de son mandat, pouvait-on s’attendre à autre chose ?

 

Et puis alors, hein ? Y’a-t-il injure à la magistrature, pour le coup ?

Ce serait vraiment formidable de finir toute cette affaire par une belle condamnation à une amende de 5ème classe avec sursis !

Dans cette hypothèse, que de fric dépensé pour si peu, mes amis…

Et dire qu’on en manque, du fric, et à tous les étages, jusqu’à racketter 90.000 euros aux passants qui passent avec le mauvais numéro de circulation les jours de grande pollution, tout en laissant courir les voleurs à la tire !

 

On apprend ainsi que le 1er février, « Bling-bling » appelle son avocat en lui demandant de l'appeler sur sa ligne officielle, cette fois, pour « qu'on ait l'impression d'avoir une conversation » au bénéfice des enquêteurs, affirme Mediapart.

Dans une écoute du 5 février, toujours selon le site, il se dit prêt à aider le proc’ de la cour de cass, à obtenir son poste à Monaco.

Son avocat confie avoir rassuré par avance « Gilles-Bébert » à ce sujet : « Tu rigoles, avec ce que tu fais. »

Plusieurs interventions auprès de trois conseillers de la Cour de cassation chargés d’examiner la validité des actes d’instruction dans l’affaire Bettencourt, vous appelez ça comme vous voulez, une taupe, un espion, un traite, je m’en tamponne, parce que c’est assez courant, finalement.

Quant au poste convoité, je vous rappelle que tout « Bling-bling » qu’il est, notre « ex-Ô combien vénéré Président », eh bien il n’a pas le bras assez long pour aller jusqu’à Monaco…

 

Des conversations qui démontreraient, selon Mediapart, que « lancien président a mis en place un cabinet noir pour neutraliser les juges qui enquêtent sur lui».

Notez que comme tout justiciable normalement doué de raison, il ne fait que s’intéresser au sort qui pourrait lui tomber sur le râble !

 

Autre information : Le 1er février dernier, « Bling-bling » aurait ainsi été « informé par une source non désignée dun projet de perquisition de ses bureaux par les juges qui instruisent sa plainte contre Mediapart dans laffaire libyenne ».

L’ancien président joint alors par téléphone son avocat et lui demande « de prendre contact avec nos amis pour qu’ils soient attentifs ».

« Je vais quand même appeler mon correspondant ce matin (…) parce qu’ils sont obligés de passer par lui », lui répond son avocat.

Question : Qui c’est qui n’écoute personne, se trompe de date, ment comme elle peut et qui renseigne « Bling-bling » de son côté ?

 

De qui se moque-t-on au juste ?

Et expliquez-moi : Comment sept écoutes judiciaires ainsi dévoilées peuvent-elles débouler sur la place publique sans violation du fameux « secret de l’instruction » ?

Qui est un délit, rappelle-je !

 

Tout cela est absolument ridicule, abject même pour une justice qui se veut irréprochable et exemplaire, soutenu par un pouvoir encore plus irréprochable pour donner le bon exemple à tous, et j’espère bien que ça va se régler dans les urnes.

Après, après seulement, il s’agira de sortir enfin de ce marigot puant, boueux, vaseux et dégueulasse, en éliminant de la vie politique de mon pays  tous ces personnages odieux, menteurs et tricheurs.

Mon pays (que j’aime tant), il ne mérite décidément pas ça !

Repost 0
19 janvier 2014 7 19 /01 /janvier /2014 05:02

Vous souvenez-vous de Mathilde…

 

La « cousine » fille du « cousin-Didier » sis « au village », affirmant qu’il était de gôche…

Contre toute évidence pour ceux qui le connaissent … un peu et même de loin.

 

Ah tiens, ça vous revient ?

http://infreequentable.over-blog.com/article-mathilde-tete-de-liste-fn-a-houilles-120624471.html

Je vous rassure, le morceau de bravoure de la « télé-d’État » « transe-deux », censure quand même pour faire de la place sur ses serveurs… même les reportages dérangeants !

La vidéo n’est plus disponible, ou alors je ne sais pas comment la retrouver.

 

Néanmoins, confirmation de mon propre propos, ci-jointe (vers la minute-vingt-cinq seconde) :

https://www.youtube.com/watch?v=snFTyzgkm_k#t=21

 

Elle le dit elle-même : « Quand mon père… » est devenu FN (mégrétiste), avant son propre engagement à elle, elle en a même « perdu son parrain et sa marraine ».

Ce qui ne date pas d’hier !

Même qu’elle était toute petite, si je me souviens bien…

C’était il y a longtemps déjà.

 

Les chiens ne font décidément pas de chat !

Même chez les « rats » qui s’amusaient à ratonner les ratons quand ils étaient tout-gosses…

Les « petites-souris » ont appris à minauder depuis, se faire mielleuses et faire « propre-sur-elle »…

Le reste n’est vraiment que la poudre aux yeux…

 

Bonne fin de journée !

 

I3

 

PS : Les « abonnés » ont déjà eu ce post mercredi soir : Inscrivez-vous, c'est encore gratuit et totalement anonyme.

Merci « à qui elle sait » de m’avoir fait passer la dernière vidéo…

Pas encore censurée, celle-là !

Repost 0
7 janvier 2014 2 07 /01 /janvier /2014 05:01

Seuls nos lecteurs peuvent nous acheter !

 

Comme dirait l’autre, il y a le « feu au lac » depuis peu…

D’où mes 4 derniers posts de dimanche et lundi.

 

Rien de bien grave, comme chacun peut s’en douter.

Tout commence par un billet de la rédaction de Mediapart du 31 décembre de l’année dernière (2013, n’allez pas chercher plus ancien).

 

Je vous passe le premier des délires de celui qui a bouffé à tous les râteliers, auréolé de ses propres certitudes (vous savez que je n’aime pas le bonhomme, pour des tas de raisons très personnelles et parfaitement justifiées au moins de mon point de vue) :

« La France, grande personne, a droit à la vérité », disait Albert Londres… etc. », c’est dégoulinant à souhait.

 

D’ailleurs ça continue sur le même registre : « Mediapart n’accuse pas, Mediapart informe : Jérôme Cahuzac, Christine Lagarde, Bernard Tapie, le couple Balkany, Nicolas Sarkozy, Serge Dassault… », et blablabli et blabla-là, la meilleure eau c’est la « bad-oie » !

« …un message d’optimisme … un journalisme libre, indépendant, dynamique et pluraliste… enjeu citoyen… durable et solide. »

(Pas si solide que ça : Il faut lire jusqu’au bout…)

Et de finir par une offre alléchante de « payer pour voir » 3 mois à 20 €, au tarif supportant de la TVA à 20 % !

Au lieu de 90 €/l’an : La bonne affaire, n’est-ce pas ?

Non mais allo, quoi ? Ils délirent là !

Pas du tout, pas du tout.

 

Parce que bon, c’est justement le cœur du problème révélé quelques jours plus tôt (et dont plus personne ne se fait le relais depuis, la trouille aux fesses).

D’ailleurs, nous-mêmes avions averti Plenel qu’il avait intérêt à tirer toutes ses cartouches avant de mourir (que encore, chrétien comme pas deux, dans ce cas-là de menace imminente, il trouverait une porte ouverte chez moi : Même post du 11 avril dernier).

Bé ça n’a pas loupé.

Mais façon vacharde assez extraordinaire, faut-il reconnaître !

Parce que bon, rappelez-vous, tous « ces-gens-là » logent dans les mêmes … « loges » et qu’en plus Plenel est pote avec « François III » comme le kul de sa chemise, nous avait-on avertis…

 

Je reprends donc l’essentiel : Qui veut tuer Mediapart, du 27 décembre 2013 :

« Mediapart a reçu, jeudi 26 décembre, la première notification de redressement fiscal : pour nos trois premières années d’exercice (2008, 2009 et 2010), l’administration nous réclame déjà plus d’un million d’euros. À l’application d’une TVA discriminatoire sur la presse en ligne s’ajoute une pénalité de 40 %, augmentée d’intérêts de 4,8 % par an. Ce contrôle, imposé d’en haut et fait dans l’urgence, est donc bien destiné à tuer Mediapart (…)

 

Après une inhabituelle signification par voie d’huissier, reçue le mardi 17 décembre, le contrôle fiscal de Mediapart s’est pour l’instant limité à deux rendez-vous expéditifs, les vendredi 20 et lundi 23 décembre. Sans chercher à vérifier outre mesure et en s’appuyant sur des documents déjà préparés par les services de Bercy, les deux contrôleuses du fisc nous ont donc signifié, toujours par voie d’huissier, un redressement pour les trois premières années d’existence de Mediapart. Leur précipitation s’explique par leur volonté d’interrompre une éventuelle prescription en agissant avant le 31 décembre 2013. »

Y’a pas de prescription si il y a des déficits fiscaux (et crédits d’impôt) reportables… Mais on va apprendre qu’ils les ont « nettoyés » et utilisés, au moins partiellement.

 

« (…) Le document de vingt-quatre pages, daté du 24 décembre (Elles bossent vite, les « mignonnes » dites donc), que nous avons reçu le surlendemain n’est évidemment pas le fruit des brefs rendez-vous formels tenus, en présence de nos conseils, avec les inspectrices. Déjà préparé en haut lieu, puisque s’appuyant en partie sur une consultation des services du ministère des finances dont feront état oralement les deux inspectrices, cette notification ne tient aucun compte, au point de ne même pas les mentionner pour mémoire, de nos protestations écrites (procédure contradictoire oblige : S’il n’est pas fait mention des arguties du kontribuable, c’est une violation de la procédure qui entraîne une annulation des redressements quasi-automatique…)

 

Comportant des erreurs grossières sur la genèse de notre société, (…) il se fonde essentiellement sur l’application d’une TVA discriminatoire à la presse en ligne, condamnée depuis cinq ans par tous les pouvoirs publics au point que trois ministres viennent de répéter cet engagement de « neutralité fiscale » entre presse numérique et presse imprimée, mais il y ajoute de très lourdes pénalités comme si Mediapart avait été de mauvaise foi et avait dissimulé son combat pour l’égalité fiscale. »

Les pénalités de mauvaise foi, c’est mortel… Surtout quand on y applique des taux d’intérêt usuraires ci-dessus et dessous !

 

« C’est ainsi que nous nous voyons appliquer des pénalités de 40 % pour « manquement délibéré », anciennement qualifié de « mauvaise foi », auxquelles s’ajoutent des intérêts de retard de 4,8 % par an. Comme si nous étions des fraudeurs et des menteurs, alors que nous avons agi au nom du droit et en toute transparence ! De plus, sans vérification aucune auprès du ministère de la recherche, seul habilité à le valider s’agissant d’un secteur novateur et d’une entreprise pionnière, la même haute administration de Bercy entend annuler purement et simplement le modeste crédit impôt recherche dont a bénéficié Mediapart. »

Rhôôôô : Encore une erreur de procédure ! Les redressements sont donc nuls …

Pas la peine de pleurer, c’est déjà pesé et emballé avec un bon avocat !

 

« Au total, pour nos trois premières années d’existence, le fisc nous réclame (…) précisément 1.059.277 euros. Or ces trois premiers exercices furent déficitaires même avec la TVA légitime à 2,1 % : comme nos lecteurs le savent, nos comptes étant mis en ligne chaque année en mars, nous avons fini 2008 avec un résultat négatif de 2.825.229 euros, 2009 avec un résultat négatif de 2.133.196 euros et 2010 avec toujours un résultat négatif de 1.335.675 euros. Ce n’est qu’à partir de 2011 que Mediapart est devenu bénéficiaire, en ayant dépassé 40.000 abonnés individuels actifs payants. Si donc le fisc nous réclame déjà un million pour des exercices déficitaires, on imagine ce qu’il en sera pour les trois années suivantes – 2011, 2012, 2013 – qui furent bénéficiaires et qui feront l’objet des contrôles suivants à partir du 13 janvier prochain. »

Putain, Purée de péripatéticienne !

Ils en ont claqué du pognon (6.294.100 €) en trois ans…

Pas vraiment un modèle économique « durable », ça !

 

« Selon nos propres calculs, en appliquant le même dispositif punitif et discriminatoire, ce sont près de 6 millions d’euros que le fisc pourrait ainsi nous réclamer. Un chiffre faramineux à comparer à notre chiffre d’affaires probable de 2013, quand nous finissons l’année avec plus de 81.000 abonnés individuels payants : 6,8 millions de CA avec un résultat net au-dessus de 800.000 euros. Autant dire qu’il ne s’agit plus d’un contrôle mais d’une mise à mort.

Même si les contentieux nous laissent un délai, cette épée de Damoclès placée au-dessus de notre tête met en péril Mediapart, sa survie et son indépendance. »

Là, il rêve les yeux grands-ouverts !

Dans un redressement « de mauvaise foi », le fait de réclamer l’application du droit fiscal dans son entier, ce n’est pas du tout suspensif des paiements des droits et pénalités dues.

Déjà que quand la « bonne foi » est retenue, il faut payer, consigner d’abord et discuter ensuite (fallait râler déjà avec les radars automatiques quand « ils » ont apporté ce « magnifique progrès » à la loi pénale), là, l’épée, elle va tomber dans le délai de mise en recouvrement… et les têtes vont tomber.

 

« (…) La survie de Mediapart est réellement menacée par cette agression aussi illégitime qu’illégale. C’est comme si l'on ne voulait pas seulement nous faire payer nos audaces éditoriales, mais aussi notre succès entrepreneurial. Mediapart a montré, en peu d’années, que l’on pouvait réussir, créer des emplois (50 emplois en CDI au 1er janvier 2014 plus une vingtaine de collaborateurs réguliers, contre seulement 27 salariés au tout début), produire une richesse collective, construire une indépendance économique, par la seule vertu du travail journalistique.

(…)

Appliquer à un journal en ligne une TVA neuf fois supérieure à celle de la presse imprimée, c’est rien moins que lui mettre des fers aux pieds. C’est rendre impossibles sa progression et son développement face à la presse existante. (… Le type qui cause, là, il ne connaît décidément rien à la TVA qui reste un impôt-neutre, déductible pour n'être pas une charge et imputable sur la TVA amont : Il ne fera pleurer que les béotiens, et les nains du neurone, là ?)

Nos gouvernants savent-ils, par exemple, qu’en Belgique, pays qui abrite la capitale de l’Union européenne, le ministre des finances a fait savoir depuis octobre 2012, donc depuis plus d’un an, qu’il appliquerait une TVA à 0 % pour les journaux numériques ? Oui, un taux zéro, le même que pour les journaux et magazines imprimés ! »

Bon alors quoi ? S’il connaît la solution fiscale, la même qui poussait encore Robert Hersant à faire imprimer son canard en Belgique, alors que les bureaux sont avenue Matignon et les ateliers rue d’Aboukir en plein paris, qu’est-ce qu’il veut nous faire pleurer, là !

Mais bon dieu, qu’il tire ses exocets avant de ne plus pouvoir le faire : On attend que ça …

Et personnellement, je lui conseillerai de faire une association loi de 1901 pour la diffusion, cotisation 90 euros/an pour avoir accès au « bulletin » internet : C’est exonéré de TVA.

Et puis mes 80 salariés, j’irai les domicilier dans une société située dans un pays sans taxe sur les salaires (Irlande : Le niveau des charges sociales y est plus fort qu’aux Bermudes, ou Belgique) pour mieux les « détacher » dans une annexe à Paris comme actuellement…

La paix avec les Urssaf jusqu’en 2017, renouvelable jusqu’en 2020, et plus jamais ni d’IS ni de TVA en « Gauloisie-fiscale ».

Mais bon, il n’est pas mon client et n’est pas prêt de le devenir tellement il est trop kon, celui-là !

 

« (…) Nous hésitons à trouver le bon qualificatif pour juger l’attitude de nos gouvernants dans cette affaire. Impéritie, inconscience, indifférence, irresponsabilité, paresse, malignité, perversité ? Ou bien un peu de tout cela à la fois ? »

Plus que cela, jeune-homme qui veut nous faire prendre des vessies pour des lanternes : Règlement de comptes à « OK-Corral » !

En « Corsica-Bella-Tchi-tchi », ils usent de pains de plastic. Sur le continent, de l’armée du fisc…  

Mais j'avoue que de cirer les pompes de « L’Humanité » en effaçant sa dette au nom du pluralisme démocratique et faire caguer une boutique qui s'en sort, je ne vois pas très bien la logique, sauf à parler de censure dictatoriale et liberticide, naturellement !

 

Et tu n’as pas encore compris que tes « frangins-trois-points » (sans doute états-uniens) quand ils t’ont demandé d’allumer « Cas-zut-hack » en violation de toutes les lois du serment de « solidarité-infinie » qui lient tous les francs-maçons du monde, tu étais en service commandé d’intérêts-supérieurs qui te dépassent de la tête et des épaules.

Et que les mêmes, chez nous, ils n’ont pas compris et ont répondu à la détresse du ministre fraudeur par une vacherie-fiscale qui te tombe sur le râble.

 

Que toi-même, si tu veux t’en sortir, faut que tu montres tes muscles et tires tes exocets.

Sans ça, « kass-toi » vite-fait pour mettre juridiquement une frontière entre ceux-là et toi : Le « frangin-jéjé » et ses potes, ils ont encore des munitions et des paquets de dollars…

Et comme ils ont toutes les chances d’être des asociaux pathologiques, au moins autant que toi, ça peut faire mal.

 

À ma République : Elle est pourrie, il est vrai, jusqu’à la moelle et depuis le sommet, bien malgré lui peut-être, mais j’y tiens encore !

Repost 0
11 décembre 2013 3 11 /12 /décembre /2013 05:09

De la loi de programmation militaire…

 

Le Sénat examinait hier un projet de loi de programmation militaire (LPM 2014-2019) en deuxième lecture.

Adoptée, cette loi porte directement atteinte aux libertés individuelles et à l’État de droit, jusqu’à signer la fin de la démocratie, voire de la République : Vous êtes prévenus !

 

Et de plus, elle prive également, et au passage, l’accès aux juges les victimes de crimes commis par des militaires « gaulois » à l’étranger.

La « grande-muette » ne veut plus revivre les heures passées où les exactions sous l’uniforme faisaient les gros titres de la presse (aux ordres) et de devoir rendre encore des comptes devant nos tribunaux.

Après tout, ce sont ses conditions à elle pour aller remettre de l’ordre en Afrique.

Fermez vos gueules et circulez, il n’y a désormais plus rien à voir !

Assez extraordinaire la naissance, sous nos yeux ébahis, d’un « Ubermensch » en uniforme.

Euh … demain la police, tant qu’on y est, non ?

Non, il n’y a plus de police qu’aux ordres du pouvoir du moment.

 

En attendant, revenons-en à notre « territoire-politique » et notre vie de citoyen votant et payant l’impôt et les taxes.

La FIDH et la LDH appellent les sénateurs à amender ce projet de loi : « Sous couvert de lutte contre le terrorisme et d’autres finalités liées à la sécurité nationale, le projet de loi permet à plusieurs ministères d’autoriser la surveillance en temps réel de tout citoyen lambda. Une simple demande administrative suffirait donc pour que soient collectés des informations et documents de nature personnelle auprès des fournisseurs d’accès à Internet et opérateurs de télécommunication, mais aussi des hébergeurs et fournisseurs de services en ligne. »

Le « tout-sécuritaire » qui vous filoche jusque dans les rues via des caméras de vidéo-surveillance, le traçage de vos achats, comptes et décomptes, n’en finit pas d’entrer subrepticement dans vos fichiers électroniques.

Pour le meilleur et pour le pire…

 

« Aucune garantie adéquate et aucun mécanisme de contestation n’est prévu pour assurer le respect des droits de ceux qui font l’objet de ces intrusions. Ce texte rend permanents des dispositifs de surveillance qui n’étaient jusqu’à présent que temporaires et exceptionnels. »

 

Est-ce bien raisonnable à une époque où notre Président passe son temps à faire la leçon sur les droits de l’Homme aux dictatures africaines quand il ne rend pas hommage au combattant pour les Droits de l’Homme qu’était Mandela, et va faire « le coup de poing » (armé) jusqu’en Centrafrique, comme après d’avoir coursé les rebelles d’Al-Qami jusqu’au nord du Nigeria ?

N’est-il pas paradoxal que ce soit ici chez nous que les Droits de l’Homme soient ainsi une nouvelle fois bousculés ?

 

Nos droits de l’Homme prétendent que (article 12) « nul ne sera l’objet d’immixtions arbitraires dans sa vie privée, sa famille, son domicile ou sa correspondance ».

Quant à notre DDHC de 1789, elle affirme dans l’article 10 que « nul ne doit être inquiété pour ses opinions, mêmes religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l’ordre public établi par la loi », vous rappelle-je.

 

Autrement dit, quand le gouvernement veut donner le droit à l’administration de surveiller tout le monde, quand la police décroche une bannière « Hollande-Démission » et fait arrêter des manifestants, quand le ministre de l’intérieur fait arrêter en « Gauloisie-asservie » une militante d’extrême-gôche (bien fait pour sa gueule !), pour un délit punissable seulement en Espagne mais pas chez nous, alors, c’est que les Droits de l’Homme sont vraiment en danger.

Ce n’était que le début du commencement…

 

Et n’oublions pas que si les atteintes à nos droits sont toujours motivées pour des raisons de « sécurité », il y a toujours un droit à amender pour cause de raison d’État, que ce soit la dignité, le secret des communications, la liberté de circulation ou la liberté d’opinion.

La preuve, sauf quand ça devient un principe légalisé !

On commence par ne pas respecter les criminels (bien fait pour leurs gueules !), puis les prisonniers de droit commun (prisons surpeuplées : Bien fait pour leurs gueules !), puis les riches suspects de départ (l’exit-tax : Bien fait pour leurs gueules !), puis les sans-papiers et les Roms (on détruit leurs affaires : Bien fait pour leurs gueules !), puis les manifestants (gardes à vue abusives dans le cadre des manifestations anti « mariage pour tous » (bien fait pour leurs gueules !), puis les citoyens basques autonomistes (bien fait pour leurs gueules !), et enfin, tous ceux qui ont une connexion Internet (bien fait pour leurs gueules !).

Admirable !

Voilà ce que nos reculades successives entraînent, en définitive !

(Bien fait pour nos gueules !).

La liberté ne se démembre pas…

 

Nous ne sommes pas encore – loin de là et heureusement – à Cuba, en Corée du Nord ou en Arabie-Saoudite, mais on y glisse doucement. Car les forces anti-démocratiques se réjouissent de l’adoption de tous les « Patriot Act », des « plans Vigipirate » tout comme de cette Loi de Programmation Militaire 2014 et autres mesures d’exception.

Force est de constater que les terroristes gagnent enfin la guerre contre nos libertés, y compris en ligne…

C’était leur objectif : Ils y sont !

 

Même le Conseil national du numérique juge pourtant qu’une modification de la loi, permettant d'élargir l'accès aux données détenues par les fournisseurs d'accès Internet et les hébergeurs, est « inopportune », s'en mêle ! Absent du débat depuis le départ, ce Conseil semble considérer qu’il n’est pas raisonnable de modifier la loi « sans un large débat public », et appelle à « une concertation sur les libertés numériques».

L'entourage de la ministre du numérique, allume un contre-feu et promet « une loi » sur les libertés en 2014, mais sans renier la position gouvernementale.

Pour quelle raison impérieuse, mes amis ?

 

Même les industriels de l’économie numérique ont fini par se révolter contre cette loi de programmation militaire.

L’article élargissant le régime d’accès aux données détenues par les fournisseurs d’accès Internet (FAI) et les hébergeurs (Dailymotion, YouTube, etc.), permet au ministère de l’Économie et des finances, à la police et à la gendarmerie, d’accéder directement à vos données numériques, de manière illimitée, sans recourir au moindre juge, juste une commission administrative aux ordres, et ce, en évoquant toutes sortes de motifs (criminalité, délinquance organisée ou préservation du « potentiel scientifique et économique » du pays, etc.).

Jusque-là, une telle intrusion ne concernait uniquement que la lutte contre le terrorisme.

Demain, vous serez tous, ne serons tous traités comme des terroristes putatifs !

Même « ma nichée » et ses « fesses-books », qu’elles en font « centrale-téléphonique » avant l’âge : C’est dire jusqu’où l’on va !

 

Les opérateurs télécoms sont concernés au premier chef par le dispositif.

« C’est un accès direct à nos systèmes d’information sans que l’on soit forcément au courant », indique Pierre Louette, président de la Fédération française des télécoms, et directeur exécutif d’Orange.

« La main du législateur doit être tremblante quand elle se rapproche comme cela des libertés publiques ».

À l’heure du cloud, qui consiste pour les entreprises à externaliser la gestion de leurs données, les industriels craignent enfin de perdre la confiance de leurs clients. « Après les révélations sur Prism, lEurope était vue comme un îlot protecteur pour les données. Là, on autorise une entrée dans les systèmes d’information de manière administrative. Cela signe la perte d’un avantage compétitif important », s’insurge Jamel Labed, président de l’AFDEL, le syndicat des logiciels et à la tête d’EasyVista, une société du cloud.

Giuseppe de Martino, le président de l’Asic, qui regroupe les hébergeurs Internet, pointe ce risque de fuite de clients : « Les entreprises américaines conservent la faculté de repousser les requêtes des autorités françaises en demandant de passer par la voie de la coopération judiciaire internationale. Le paradoxe serait donc que les données seraient plus protégées en dehors du territoire français qu’ici !».

Magnifique alignement sur le « Big-Borther » américain, s’il en est. 

Dans l’ensemble, tout le numérique s’inquiète enfin, mais un peu tard.

Le texte « porte atteinte à la compétitivité des entreprises du digital », s’indigne l’Internet Advertising Bureau, qui représente les régies publicitaires.

 

Comment en est-on arrivé là ? « La loi sur les interceptions est valable jusqu’à 2015. On met en péril un système alors quil ny avait pas durgence», s’indigne Philippe Aigrain, de la Quadrature du Net.

Vraiment pas d’urgence ?

Mais si au contraire : Il y a menace imminente sur nos institutions compte tenu de leur incapacité à faire face à la situation du pays.

Alors on y sacrifie nos libertés publiques à les remettre entre les mains qui en réclament le contrôle absolu…

C’est le début du prochain coup d’État !

 

« Cette loi, c’est le plus grand coup porté au fonctionnement de la démocratie depuis les lois d’exceptions pendant la guerre d’Algérie. Il n’y a plus de pouvoir du juge. Or, comme le disait Montesquieu, le père de la séparation des pouvoirs en France, «Tout pouvoir va jusqu’au bout de lui-même ». Je nai pas de problème à ce que lon aille fouiller dans la vie des gangsters. Encore faut-il savoir qui est celui qui désigne le gangster, et il faut que cela soit un juge. En aucun cas, il ne faut pas donner un blanc-seing aux militaires et à d’autres pour écouter tout et tout le monde en temps réel. Nous sommes à deux doigts de la dictature numérique. »

Et pas seulement…

 

« On critique Prism (le programme de surveillance de la NSA) et là, on va bien plus loin. On institue l’état de surveillance permanent. »

Oui, mais le gouvernement affirme que les contre-pouvoirs sont renforcés, notamment via l’autorité administrative de la CNCIS (Commission nationale de contrôle des interceptions de sécurité)... 

« Un contre-pouvoir, c’est par nature coercitif, cela doit empêcher que les choses se passent, si elles ne sont pas souhaitables. Il ne s’agit pas d’intervenir quand quelqu’un s’est noyé. »

 

« Cette loi va bien plus loin que ce que permet la loi américaine. Aux États-Unis, elle serait anticonstitutionnelle, car dans la constitution américaine est inscrit le principe de la propriété privée et donc des correspondances ».

Il y a en fait des changements fondamentaux par rapport à ce qui se fait aujourd'hui.

L'article 13 permet à la police ou aux services secrets d'accéder à n'importe quel moment et sur n'importe quelle plate-forme de communication… en temps réel.

Jusqu'ici, une réquisition était envoyée par fax ou par e-mail au fournisseur d'accès pour obtenir un historique des connexions passées.

Cette fois-ci, le renseignement aura lieu en direct, ce qui veut dire que les services de renseignements seront branchés en permanence sur nos plates-formes de communication.

La communication de ces renseignements ne sera alors faite à une commission de contrôle ... que 48 heures après.

Celle-ci pourra transmettre au Premier ministre un avis suggérant l'arrêt des écoutes ou non.

Bref, une simple suggestion, qui, en plus, arrive lorsque l'écoute a déjà eu lieu… « On signe la mort de la séparation des pouvoirs, mais aussi de l'État de droit. »

On signe aveuglément directement la mort de la démocratie à ceux qui n’en veulent plus.

Un véritable suicide légal et collectif.

 

« On pouvait longtemps s’interroger sur la faiblesse des réactions des autorités gauloises à la suite des révélations d'Edward Snowden, particulièrement graves, puisqu'elles faisaient état de l'espionnage d'Airbus ou d'Alcatel. (…) On est en train de créer notre petit Prism à nous, le système de surveillance géant mis au point aux États-Unis au cours des dernières années. »

Mais à quel prix de forfaiture…

 

Car sont concernés la liste des antennes de téléphonie mobile auxquelles s'est connecté votre téléphone. Ce qui permettra de retracer votre parcours depuis un an.

On pourra aussi par exemple savoir si vous avez pris le train, le bus, ou bien si vous vous êtes déplacé à pied.

On pourra également retracer les messages que vous avez laissés sur Internet de manière anonyme, ou aussi avec qui vous vous êtes connecté sur Internet, sur Skype ou bien à l'occasion d'un « chat » anonyme, encore une fois sans autorisation a priori, et avec un contrôle administratif seulement a posteriori et ultra-faible.

 

C’est que soit les services secrets ont des dossiers sur tel ou tel politique et peuvent lui tordre le bras déjà à n’importe quel moment pour le pousser dans le sens qui les arrange.

Soit les politiques ont peur du changement de société qui vient avec Internet et cherchent à garder le pouvoir en contrôlant les citoyens par manque de confiance en leurs électeurs.

Soit ils ne connaissent pas les dossiers et, n'ayant simplement pas lu le texte qu'ils font voter, ils se font manipuler par ceux de leurs services qui l'ont rédigé.

Or, les lois votées ont des conséquences sur les libertés dans le monde qui vient et qui nous concernent tous.

 

Il faudrait confier la gouvernance des « clefs » d’un système de sécurité à des juges, comme pour les bretelles téléphoniques, afin de garantir son usage uniquement à des fins judiciaires.

Pas à des militaires…

Mais ce que j’en dis ou rien, n’est-ce pas !

Bienvenue en « Gauloisie-dictatoriale » : Le pouvoir « soce » vous trahit et en plus, vous voulez que je vote pour ça ?

Des nèfles !

De toute façon, il est probable que le droit de vote soit suspendu sine die d’ici peu comme d’une suite logique.

Et avec lui, tous nos autres droits publics, si ça continue !

Merci qui ?

Ils voulaient une 6ème République, ils vont être servis…

Repost 0
18 octobre 2013 5 18 /10 /octobre /2013 04:01

La mascarade des mégrétistes !

 

Cliquez donc jusqu’à la minute 12 du JT d’A2 du lundi 14 octobre 2013, tant qu’il est encore possible de voir ce moment de bravoure…

 

Mathilde, qui porte pour l’occasion le nom de sa mère, la fille unique du célèbre fromager Androuët de la rue d’Amsterdam aujourd’hui décédé, se présente aux prochaines municipales chez elle.

Science-Po-Aix (parce qu’à la rue Saint-Guillaume parigote, ils n’en ont pas voulue, mais que « Des-coins » ouvrait en province et qu’il fallait bien des effectifs pour en justifier), stage en Chine communiste, joli minois et bouclettes, n’est pas une inconnue « au village » (où elle cherche d’ailleurs une maison), en « Corsica-Bella-Tchi-tchi ».

C’est l’aînée d’une fratrie de trois gamins, c’est celle qui a réussi, et elle a pour père forcément « un cousin » (nous sommes tous « cousins » au village), sauf que celui-ci se présente comme un « ex-sympathisant » du « Mythe-errant ».

Là, sans frémir et en oubliant sciemment tout le reste des 30 ans passés…

 

Il nous dit en quelques mots sa surprise quant au choix de sa gamine, lui pour qui même Mégret est un « mek de gôche » !

Presque d’extrême-gôche même, je n’ai jamais bien su…

Le kul par terre que je m’en suis retrouvé sans prévenir…

S’il a les mots justes (presque des onomatopées), pour causer à la place des déçus du socialisme, pensez bien que son discours est archi-éculé, lui qui a toujours su donner le change dans n’importe quelle circonstance, même pris la main dans le pot de confiture.

 

Oui, c’est vrai, « Didier », sa mère était secrétaire dans une ville de province, plantée sur les champs des combats de 14/18.

Elle est morte d’épuisement d’avoir eu à élever son unique gamin en milieu « hostile » : Son père, ingénieur à la Snecma est mort jeune de ses séjours au Moyen-Orient.

Un génie : Rien qu’au bruit d’un réacteur d’avion, il diagnostiquait le dysfonctionnement, la panne à venir.

Un type capable d’entrer dans la tuyère du réacteur encore chaud, en costume-cravate, de visser le bon boulon et d’en ressortir sans une tâche de cambouis.

Oui, c’est vrai, les grands-parents maternels de Didier étaient issus d’une famille de mineur de fond, et le grand-père était résistant et cheminot.

Des « durs », inébranlables, encartés CGT, votant PCF à tous les rendez-vous de l’Histoire.

 

Didier lui-même est un génie, pour avoir inventé une machine à injecter du plastique à haute température et 800 bars de pression dans des moules en composite, fabriqués, cuits  lentement au four de la cantinière…

C’est un génie de la maquette au 1/72ème, un fana des armes des deux guerres mondiales, qui collectionne tout ça et nombre de drapeaux, uniformes et insignes de la dernière guerre… toutes armées confondues, mais avec un large « faible » pour les armes nazis dans son grenier : Un compulsif.

Y’avait même un petit canon anti-char devant l’entrée de sa maison « au village »…

 

Lui socialiste ? National socialiste alors !

Normal que sa fille vire FN, y’a pas de honte à ça.

En revanche, qu’il se prétende surpris par les ambitions de sa fille, c’est vraiment prendre les gens pour des archi-kons et des tarés de première classe !

Que même aujourd’hui, je n’ai plus du tout envie d’en rire et ai scotché Jean-Marc et ses blagues à la noix du vendredi dans un placard depuis mardi dernier !

 

Parce que la plaie, une fois de plus, ce n’est pas d’escroquer « David Poux-Jade-As » et ses équipes de journaleux de « caga ». C’est bien aisé.

Ils n’avaient qu’à aller jusque dans son grenier où les images d’intérieur ont été tournées pour se rendre compte qu’ils se faisaient escroquer.

Non, ça ce n’est pas grave.

 

Pas plus que les « cousins » se fassent un coup de pub familial au JT pour leur égérie bleu-marine locale et « Marinella-tchi-tchi » : C’est de bonne guerre, même si l’autre grand-père de Mathilde (le maternel) était « franc-mak » et doit se retourner dans sa tombe de voir ses valeurs d’humanisme réputées irréfragables par toutes les fraternelles et obédiences, être ainsi balayées par sa petite-fille.

Je m’en moque éperdument.

 

Ce qui me troue l’anus jusqu’aux amygdales, dans les grandes profondeurs donc, c’est qu’un media-majeur, télévisuel, étatisé, nationalisé, « aux-ordres », à une heure de grande écoute, se permette de laisser dire sans le moindre commentaire : « Oui j’ai le cœur à gôche, mais aussi la tête à droâte » !

Ce qui est archi-faux, car il s’agit pas de la « droâte » mais de l’extrême-droâte, celle « anti-UMPS », celle antirépublicaine, celle néo-fasciste, celle dont on ne souhaite vraiment pas qu’elle plonge le pays tout entier dans une tourmente comme on n’en a plus croisée dans nos contrées depuis le régime de Vichy…

 

C’est la signature du cynisme du pouvoir actuel, celui qui dissout les ligues fascistes sans dissoudre les ligues trotskistes qui s’affrontent sur les trottoirs de la kapitale et d’ailleurs, et où a d’ailleurs laissé la vie, par crétinerie-appliquée, un certain « Clément ».

L’ambiguïté de la manœuvre politicienne n’est même pas nouvelle, puisqu’elle a été inventée par « Mythe-errant », capable de créer de toute pièce « touche pas à mon pote », dont le premier président est désormais patron du PS, pour tuer son opposition parlementaire dans les urnes.

 

Je ne rigole pas, parce que kons que nous sommes, nous avons accepté cette dérive infernale, permis nombre de triangulaires aux élections locales et même nationales à plusieurs reprises, juste pour conserver à sa place un pouvoir socialiste alors aux abois.

Ce « qu’on » nous rejoue exactement de la même façon aujourd’hui !

Depuis lors, comme « Didier », pour moi le socialisme à la gauloise n’est qu’une utopie désastreuse.

 

Personnellement je le savais depuis mes années-collège, puisque c’était déjà un « Mythe-errant ».

Mais je constate que l’extrême droâte n’a toujours pas compris et surfe en première ligne pour faire le lit de son adversaire-affiché et idéologique.

Quel pari désastreux !

Franchement, je n’ai plus envie de rire…

Pas aujourd’hui en tout cas : Veuillez m’en excuser !

 

Bon week-end à toutes et tous quand même !

 

I3

Repost 0
19 juin 2013 3 19 /06 /juin /2013 04:02

L’affreux bourrage de crâne…

 

Vous prenez deux gusses qui ont un goût prononcé pour les blousons de cuir, le crâne chauve, les petits animaux pour être des militants végétaliens et « déracinés », coupés de leurs familles tous les deux.

Des « jeunes », ça fait mieux pleurer les grands-mères.

L’un affreux, brute épaisse, rien dans le cerveau, grand et facho de surcroît, l’autre, petit, malingre, chétif, malade, super-brillant dans la tête pour être étudiant à « science-pot » et « facho de gôche »…

Par chance, aucun n’est « feuj », black ou ayant un casier judiciaire, mais tous les deux sont fichés.

L’un à droâte, l’autre à gôche, l’un et l’autre chez des groupuscules « violents ».

L’un est mort, l’autre en prison.

 

À ma gôche, un intello issu de la bourgeoisie de province, fils de profs de fac... et à ma droâte, un jeune travailleur, fils d'artisan immigré espagnol.

Non, non pas d'erreur ...!

Ils se rencontrent dans un magasin de fringues du quartier Saint-Lazare, bilan : Deux jeunes vies anéanties !

L'une par la mort, l'autre par le remord.

Deux familles effondrées et un climat de vengeance exacerbé par une récupération politique totalement indécente, irresponsable, criminelle, manichéenne à outrance.

Du jamais vu !

Et puis plus rien…

 

La faute à « pas d'chance » ?

Parce que bien évidemment, il ne s'agissait pas de « mourir pour des idées » ni « d'assassinat politique » comme on a pu le lire dans tous les medias aux ordres.

Mais d'un effroyable accident dû à la bêtise de ces jeunes manipulés, à l'immaturité, à l'inconscience d'un garçon de 66 kg pour 1,80 m décrit par la bien-pensance comme un « mastodonte » et d'un gringalet de 60 kg pour environ 1,73 m...

Un drame dont la responsabilité incombe à tous ces abrutis de politiques de gôche et fanatiques qui exploitent ces jeunes de droâte.

 

Deux garçons d'une vingtaine d'années, à peine sortis de l'enfance.

Leurs parents vivent dans le Gers à Pavie pour Clément et en Picardie à Neuilly-Saint-Front pour Estéban, ils étaient donc éloignés de leur famille et livrés aux influences délétères de leurs environnements respectifs.

De leurs voisins concitoyens d'origine, ils sont décrits tous deux comme de « gentils garçons »...

 

Étrangement, ils sont tous deux végétaliens et acquis à la cause animale.

N'est-ce pas étrange d'ailleurs ?

On apprendra qu'en fait, c'est probablement le motif de la querelle qui a dramatiquement dégénéré, Clément ne supportant pas que des skinheads (et non les redskins de gôche) puissent défendre une même cause que lui.

Estéban était « fiché » comme cible avec d'autres garçons et filles sur un site « Antifa ».

La seule photo qui circule d'un Estéban souriant est prise aux côtés de militantes lors d'une manifestation pour les animaux !

On dispose par contre, de nombreuses images de Clément souvent masqué et toujours entouré des extrémistes de sa bande.

Il s'opposera à la « Manif Pour Tous » en tenant une banderole « L'homophobie tue »...

Malheureusement, le décervelage aussi !

Au point qu’il n’ira pas plus loin dans la vie, qui n’aura pas eu le temps de lui apprendre à vivre, puisqu’il en est mort.

Tout comme son agresseur, qui passera de longues années à se pourrir la vie en prison.

Voilà qui nous promet un « procès-chaud » … au moment opportun pour d’autres plus … politiques !

 

Chacun a rejoint depuis moins d'un an un groupuscule extrémiste (« Antifa » à gôche pour Clément et Jeunesses nationalistes révolutionnaires « JNR » à droâte pour Estéban).

Tous deux s'éclataient avec les copains dans des bagarres de rue : Clément excellait dans la provocation, l'agitation propagandiste (« agit' prop' »), Estéban dans la riposte et les manifestations contre les forces de l'ordre.

Tous deux étaient fichés par la Direction du renseignement : Clément était, selon une source policière citée par l'AFP, connu comme agitateur appartenant à un groupe de militants d'extrême-gauche « qui recherchent la confrontation » avec ceux d'extrême-droite, Estéban lors d'une vérification, pour port d'un « poing américain » en 2011.

 

Clément Méric est gaulois « de souche », né à Brest où il vécut jusqu'à son arrivée à Paris pour ses études.

Estéban Morillo est né à Cadix. Fils d'immigrés espagnols (comme « Manuel Valse »), il grandit à Neuilly-Saint-Front, petit village de 2.000 habitants près de Château-Thierry.

Clément, fils de profs de la fac de Droit à Brest, fonctionnaires retraités (déjà ?) est un brillant étudiant à l'IEP Paris.

Estéban, fils d'artisan et de mère au foyer, travaille comme agent de sécurité. Ce sont « ses effets vestimentaires » propres à l'extrême droâte qui mettent fin à l'apprentissage en boulangerie d’Estéban : « Il a dû faire de mauvaises rencontres » affirme le maire de Neuilly-Saint-Front car « connaissant la famille, il n'aurait jamais dû aboutir là ».

 

Estéban a une amie Katia, et Clément...?

Il semblait au premier abord, être accompagné de son père lors de la vente privée selon les témoignages.

Le personnage insolite de ce drame.

Qui est cet homme plus vieux, plus fort, qui selon les témoins, l'encourageait à chercher des noises aux trois amis d’Estéban, dont Katia ?

Sur les photos qui ont circulé, Estéban souriant semble épanoui.

Clément sur les images est souvent masqué, toujours à l'affût, craintif observateur ou se faufilant entre les « balèzes » (le service de sécurité de la « manif Pour Tous » s'était interposé pour le protéger) ou bien faisant tourner machinalement sa grosse chevalière prête à servir.

 

À la caisse du magasin de la rue Caumartin fréquenté par les skinheads de droâte et de gôche, Clément accompagné de quatre copains a cherché la bagarre en injuriant le groupe adverse et en menaçant ces trois personnes dont selon le Figaro, Katia l'amie d’Estéban qui l'a appelé à l'aide.

L'un des skins raisonnablement, a tenté de calmer Clément d'un geste d'apaisement « tranquille, tranquille on est là comme toi pour faire notre shopping » explique dans cette vidéo un témoin de la scène.

Un autre a montré son petit doigt en disant « il est tout maigrichon et il nous provoque ? »

 

Clément voulait l'affrontement physique, au moins entre sa bande et celle d’Estéban... Cherchait le sang.

Il aura été servi.

Il est établi qu’Estéban cognait à mains nues contrairement à ce que les medias ont relayé.

Par contre aucun journaliste ne parle de la grosse chevalière que Clément tournait à son doigt en fonction de la tension.

On a vu en boucle à la TV, le témoignage d'une fille pleurant Clément dont les propos s'avèrent contredits par l'ensemble des autres témoins présents et semblent-ils par l'instruction en cours...

Mais absolument aucune rectification dans les journaux.

 

On nous serine que la rencontre dans le cadre de la vente privée était « fortuite ».

En ce cas, comment se fait-il que sur un site « Antifa » contre les protecteurs des animaux « fascistes » (de droâte) figurent des photos de « cibles » dont celle d’Estéban, avec « demande d'identification » ?

Aurélien, Christine, Nathalie, Manu, Elsa, Sébastien... sont toujours dans le collimateur « d'Antifa »...

 

Clément est mort dans une rixe qu'il a lui-même provoqué.

« Ce n'était pas une tête brûlée, c'était un militant politique, il ne se lançait pas dans des bastons à l'aveuglette » indique un IEP Paris à « Libération ».

Pas à l'aveuglette ?

On nous dit que Clément sortait d'une leucémie.

Si c'est exact, il s'agit d'un cancer des cellules de la moelle osseuse, une maladie grave qui affaiblit considérablement. Était-il donc suicidaire pour aller chercher l'affrontement physique avec une « cible » non-identifiée ?

En plus de l'embrigadement fanatique, était-il drogué pour agir de la sorte ?

L'autopsie, vérifiera, mais on ne le saura jamais.

Pas politiquement correct !

 

Estéban a riposté et tué sans le vouloir.

En se défendant lui et son amie, il ne pouvait deviner qu'il avait à faire à un convalescent !

« C'est un gamin de vingt ans qui risque son avenir pour une bagarre qui a mal tourné. Il n'a rien d'un combattant » expliquait un des gardés à vue après le décès de Clément Méric.

« Il le vit très mal ».

Le juge d'instruction n'a pas retenu l'homicide volontaire, qualification pourtant choisie par le Parquet à l'ouverture de l'information judiciaire.

Les premiers éléments de l'enquête établissent définitivement que le suspect n'a pas eu l'intention de tuer Clément, le provocateur.

 

À l'heure où le gouvernement en profite pour évoquer la dissolution des mouvements d'extrême droâte mais ne fait aucune mention de ceux d'extrême gôche au moins aussi dangereux et agressifs que les premiers, le leader des JNR, Serge Ayoub a raison d'insister : « Ce n'est pas anodin de s'appeler chasseurs de skins, ce n'est pas anodin de se dire anti-fa, ce n'est pas anodin de chercher partout à lutter contre un fascisme qui n'existe pas... »

Mais si il existe, et pas seulement là où on le dit.

 

Bref, tout cela est dramatiquement absurde.

Que des abrutis, pour quel gâchis !

 

Si l'on prend un peu de recul face à l'émotion de ces deux vies foutues qui nous bouleverse tous, il ne fait aucun doute que le gouvernement actuel entretient savamment la violence des mots et des gestes, la répression arbitraire ou la complaisance, le sectarisme haineux, la désinformation par une propagande qui crée les perversions aboutissant à ces drames humains...

Clément et Estéban sont tous deux victimes de la subversion étatique, l'un est mort pour y avoir cru, l'autre est en prison pour en avoir été la cible.

 

Et moi, tellement choqué et écœuré par ces déferlements, cette « prise d’otage » d’élus, j’ai mis plusieurs jours avant d’oser un post.

C’est dire dans quel état se trouve mon pays, celui que j’aime tant.

Mais jusqu’où ira-t-il comme ça avant un sursaut salvateur ?

Tellement affreux qu’il s’agit de ne pas oublier…

Ne pas oublier Clément. Ne pas oublier Estéban.

Ce sont nos gosses que l’on jette ainsi en pâture.

Notre avenir que l’on déchire avec ravissement et frénésie médiatique.

 

Alors que l’oubli dissout déjà leur histoire de vies gâchés.

Les deux leur au moins.

Repost 0
11 avril 2013 4 11 /04 /avril /2013 04:05

Je n’aime pas Joseph Krasny 

 

C’est une vieille histoire personnelle, de quand le trotskiste faisait aussi directeur du Monde, ou avant encore, je ne sais plus (les effets de l’âge… et de l’oubli des choses insupportables) en rapport au traitement médiatique du drame familial concernant « mon papa à moi » (celui qui me fait frémir quand je l’évoque… Et que je ne parviens toujours pas à mettre dans « mon cimetière »).

Mais là, chapeau… !

 

Le bonhomme nous balance sur la toile et en solo, sur son « journal en ligne » (payant), un beau scandale comme sait nous les réserver ma République (que j’aime tant !) de mon pays à moi-même (que j’aime tant aussi !) et que je partage volontiers.

Même que le scandale de « Suez » qui fait encore se retourner mon « grand-père à moi » dans son cercueil, c’est de la gnognotte à côté.

Même Panama, c’est de l’enfantillage…

 

Pof, un ministre qui « s’autodafe » tout seul pour « mentir pour d’autres » tellement il avait l’aplomb d’être certain de protéger ainsi les mêmes « tous les autres ».

Solidarité maçonnique oblige.

Nous en avons parlé et reparlé.

La presse se déchaîne de son côté.

 

Sans compter les absurdités de la classe politique toute entière, comme si elle était prise de panique, à se révéler, déballer ses patrimoines…

Ce qui est d’ailleurs un splendide écran de fumée offert à « François III » et ses équipiers, qui monte de toute part, desquels on oublie de faire des comparaisons intéressantes (nous y reviendrons peut-être, notamment sur le cas de « Sicile-des-flots-verts » qui ne l’empêche pas de réquisitionner des logements…).

Et passons sur les délires exhibitionnistes, où demain, on va en venir à s’interroger sur l’origine des sous-vêtements et des brosses à dent de « nos élus ».

C’est peut-être « salutaire » en dirons quelques-uns, pour ma part, je trouve la démarche particulièrement obscène, d’autant qu’elle flatte le côté sordide du voyeurisme contemporain.

 

En revanche je m’alarme de plusieurs choses :

 

1 – Plenel (que je n’aime pas…) prend le risque de Danton.

Et de Bérégovoy également. Quand celui-ci s’avisait de dénoncer la corruption (il avait une liste de noms assurait-il…) qui gangrenait déjà le pays, MON pays (celui que j’aime tant et que je partage volontiers tellement il est beau), dans son premier discours de politique générale devant l’Assemblée Nationale.

Depuis « l’affaire Boulin », résumée ici et , on sait qu’ils sont capables de tuer, pardon, de « suicider » pour protéger leurs « petits-secrets ».

Tous.

De droâte comme de gôche, même jusqu’au plus haut niveau comme a pu nous le démontrer l’affaire Grossouvre

Et tant d’autres encore nettement moins médiatisées qu’on en oublie comme autant de « choses insupportables »…

 

Mon pays est tombé au 22ème rang des pays les moins corrompus, loin en queue du peloton des démocraties occidentales…

Ce n’est certainement pas le fait du hasard.

Une chape de plomb, c’est le cas de le dire, est tombée sur mon pays depuis des années, que j’ai même lu un article du Point de la semaine dernière rapportant le propos d’un autre (Houellebecq que je n’aime pas non plus pour sa cécité philosophique et la façon talentueuse qu’il a de récupérer notamment Schopenhauer), prétendant rentrer de son propre « exil fiscal » (l’Irlande est un « paradis fiscal » pour intellectuel-auteur) dans un « pays moins libre » qu’avant.

C’est dire s’il s’éveille enfin aux réalités du moment, le poète, là.

Et dire qu’un autre kouillon (coco, celui-là) nous assurait que « le poète a toujours raison »

La faillite de nos élites, on n’en dira jamais assez sur le sujet !

 

Nous n’allons pas revenir là-dessus, la « ripoublique » est sans doute née sous « Giskar-A-la-barre » sans que nous nous en soyons rendu compte et un peu par hasard (l’affaire des diamants de « Beau-Kaka-ça » et quelques autres) ; mais elle a prospéré avec « Mythe-errant » pour finir en un fabuleux feu d’artifice un peu plus tard, qui a le mérite d’être totalement passé inaperçu, et qui ressort là, par « petits-bouts », sous nos yeux ces jours-ci.

Je laisse à « l’Ami-râle » le plaisir de vous expliquer tout cela comme il a eu souvent à le faire à divers ministres !

 

« Joseph Krasny » le trotskiste allume « Cahuzac » !

Très bien.

Ça foire depuis fin décembre et puis tout d’un coup, celui-là devient « insupportable » à ses copains de loges, par son discours intraitable, complétement déconnecté des réalités d’un peuple qui souffre de plus en plus atrocement, d’un pays qui voit ses « cellules-grises » s’évader.

Il est vite fait rattrapé par ses propres turpitudes.

Plus tard, la nouvelle cible sera « le Front », pas de « gôche » mais de Le Pen…

Pas l’ombre d’un franc-mac dans cet univers-là, dont j’imagine que Plenel peut aussi être acoquiné (je n’en ai pas encore confirmation… ni dénégation).

Et puis, et puis ? À qui le tour après le piège tendu à « Fafa l’empoisonneur » ?

 

J’attends plus gros : Après le trésorier de campagne de « François III », j’aimerai qu’on m’explique un peu plus clairement d’où peuvent venir toutes ses sommes soustraites aux yeux du fisc, qui sait tout de chacun, jusqu’aux dépenses de capotes, pour peu qu’elles soient payées par Carte-Bleue ou par chèque. Et peut même vous dire si vous surfez ou non sur des sites pédophiles pour vous faire accepter un redressement indu (j’ai vu faire, je me suis tiré du bureau de mon client visé pour ne pas en savoir plus… Et lui ai envoyé ma facture, plutôt salée.)

Alors des centaines de milliers d’euros, voire des millions ou des dizaines de millions, laissez-moi rigoler, s’il vous plait.

 

Avertissement à Joseph Krasny : Déballe vite ce que tu sais ! Ils ne vont pas te laisser finir l’œuvre salutaire à laquelle tu te serais attachée.

À moins que justement, tu étais en « service commandé » : La suite nous le dira.

Dépêche mek ! Dis-nous tout, tout de suite, des tenants et pas seulement des petits-bouts d’aboutissements.

Ça urge.

Et si tu as besoin, ma porte est ouverte (même si je ne t’aime pas) : Un Corsu, ça a le sens de l’hospitalité qu’un pinzutu ne pourra jamais comprendre.

Mais c’est du solide.

Et j’ai en réserve quelques litres de ratafia du « cousin Dumè », qui a elles seules peuvent changer la topographie du bassin parisien, si on vient te chercher noise jusqu'à chez moi.

 

2 – Pareil pour Cahuzac. J’ai été scotché par la manière dont il est capable de mentir « droit dans ses bottes » !

Comme il le dit lui-même, ça vaut pour le « mensonge des trois pourcents de déficit » du capitaine de pédalo.

 

Sa politique fiscale, pour moi elle est insuffisante : On peut aller plus vite, plus loin, mais surtout en faisant mieux que de détruire le tissu social et économique du pays.

Parti comme c’est parti, à la rentrée de septembre 2013, on n’aura plus un sou vaillant en poche et notre économie nationale va s’arrêter faute de carburant.

Peut-être même avant : Ce n’est pas comme ça qu’il fallait faire.

Tant pis, nous dirons tous les imbéciles qui n’aurons plus que leurs yeux à essuyer.

 

Mais alors j’ai surtout été scotché d’entendre la sentence populaire dite ici, mais là aussi et encore ailleurs, à savoir que ce type-là n’a plus qu’une solution, le « suicide » !

Même celui qui fait « génie dans ma famille », de se déclarer triste pour ce voyou, « parce qu’il va se suicider » !

Dixit dans le texte de ce « bac +++ »…

 

Merde, un type qui veut se représenter devant ses électeurs, il ne veut pas se suicider, c’est évident : Il continue de boxer, même après un coup qui l’a mis au tapis…

À lui aussi, la porte est ouverte, si par hasard on veut le suicider…

 

Car j’avertis mes « si peu nombreux lecteurs & autres abonnés », ceux qui restent fidèles malgré mes délires quotidiens, ceux qui viennent ici par hasard à découvrir mes pôvres vers (qui sont de la prose, d’ailleurs) que si j’apprends que l’un ou l’autre de ces deux personnages se sont suicidés, demain, après-demain, dans une semaine, dans les mois qui viennent voire même les années, bien sûr que non, je n’y croirai pas une seule seconde.

Pas une seule.

Quelle que soit les explications qu’on voudra bien me servir : C’est bien trop gros à avaler !

 

Dussé-je faire enrager ma propre « môman » qui me l’a encore affirmé hier, m’annonçant avec certitude la fin tragique du bonhomme (c’est dire comme les opinions sont mûres pour accepter déjà ce scénario invraisemblable) !

Ce n’est pas que je défende le ou les bonshommes : Ils ne mériteraient même pas mon intérêt pour ce qu’ils sont eux-mêmes.

Ni même pour leurs opinions.

 

En revanche, il s’agit de la vie d’hommes de chair et de sang…

Et là, franchement, ce serait vraiment totalement insupportable !

 

Je devais vous faire un post sur Maggie Thatcher, aujourd’hui. Mais l’urgence me commande d’y renoncer.

En espérant que ce ne soit pas déjà trop tard pour sauver la vie d’un seul au moins.

Repost 0
7 mars 2013 4 07 /03 /mars /2013 05:03

La scandaleuse loi d’amnistie en préparation…

 

La proposition de loi récemment adoptée par les sénateurs (sous la contrainte des menaces de « Mélangeons » ?), prévoit désormais d'amnistier les syndicalistes qui s'adonnent à des détournements de fonds, à du recel ou même des abus de confiance. « Ce texte pourrait permettre aux élus du CE de la SNCF et d'EDF-GDF actuellement devant la justice pour malversations de s'en tirer sans condamnation ».

Une affaire rocambolesque sous les ors du palais des Médicis.

 

Le groupe communiste du Sénat avait déposé une proposition de loi « portant amnistie des faits commis à l’occasion de mouvements sociaux et d’activités syndicales et revendicatives ».

En gros, le texte permettrait d’amnistier les syndicalistes condamnés pour des violences, séquestrations et des dégradations commises à l’occasion d’une manifestation ou d’une grève qui aurait mal tourné dans la période allant du 1er janvier 2007 au 1er février 2013.

La « droâte » est aussitôt montée au créneau en dénonçant une disposition « clientéliste » et « un appel au cassage ».

Mais, ce n'est pas tout : Une fois de plus, la « droâte » se trompe de combat !

 

Dans le feu de la discussion, une batterie d’amendements ont été examinés, dont l'un d'eux va bien plus loin : Déposé par « Virginale Clès », une sénatrice socialiste d’Ille-et-Vilaine. Son amendement a apporté une précision décisive au texte : Le terme d’« infraction » qui figurait dans la proposition de loi a été remplacé par « les contraventions et délits prévus au livre III du code pénal ».

 

De quoi s'agit-il ?

Je vous fais la liste : LIVRE III : Des crimes et délits contre les biens.

– Du vol simple et des vols aggravés (Articles 311-1 à 311-11) ;

– De l'extorsion (Articles 312-1 à 312-9) ;

– Du chantage (Articles 312-10 à 312-12) ;

– De la demande de fonds sous contrainte (Article 312-12-1) ;

– De l'escroquerie. (Articles 313-1 à 313-3) ;

– Des infractions voisines de l'escroquerie (Articles 313-5 à 313-6-2) ;

– De l'abus de confiance (Articles 314-1 à 314-4) ;

– Du détournement de gage ou d'objet saisi (Articles 314-5 à 314-6) ;

– De l'organisation frauduleuse de l'insolvabilité (Articles 314-7 à 314-9) ;

– Du recel (Articles 321-1 à 321-5) ;

– Des infractions assimilées au recel ou voisines de celui-ci (Articles 321-6 à 321-8) ;

– Des destructions, dégradations et détériorations ne présentant pas de danger pour les personnes (Articles 322-1 à 322-4-1) ;

– Des destructions, dégradations et détériorations dangereuses pour les personnes (Articles 322-5 à 322-11-1) ;

– Des menaces de destruction, de dégradation ou de détérioration et des fausses alertes (Articles 322-12 à 322-14) ;

– Des atteintes aux systèmes de traitement automatisé de données (Articles 323-1 à 323-7) ;

– Du blanchiment simple et du blanchiment aggravé (Articles 324-1 à 324-6).

 

Et ça n’a rien d’innocent, ni le fait du « hasard » simplificateur, dans la mesure où la justice pénale du commun des mortels doit justement se prononcer sur de tels délits dans au moins 2 dossiers brûlants :

– Le premier intéresse le comité d’entreprise d’EDF-GDF et sa Caisse centrale des activités sociales (CCAS). L’instruction a duré 8 ans et a enfin renvoyé en correctionnelle des structures et des proches du PCF et de la CGT pour des détournements massifs.

Et quand on dit « massif », ce n’est pas indolore…

– Une autre affaire concerne le détournement supposé de fonds du comité d’établissement régional de la SNCF à Lyon au profit des organisations syndicales.

Là encore, ce n’est pas indolore…

– Et des détournements opérés au détriment du CE de la RATP qui ont été récemment dénoncés par la cour des Comptes et pourraient également donner lieu à des poursuites judiciaires.

Des syndicalistes qui se retrouveraient là aussi devant un tribunal, pourraient dès lors bénéficier de la loi d'amnistie.

 

D'ores-et-déjà adopté par les sénateurs, cet amendement « Clès » a, en apparence, un objectif louable : Exclure les violences physiques et les infractions passibles de plus 5 ans de prison de toute possibilité d'amnistie.

« Mais personne ne semble avoir détecté qu’entre ces deux mesures se cachait le cheval de Troie de la grande absolution syndicale ».

 

Autrement dit, tu casses, tu te sers, tu pioches dans la caisse, tu séquestres, si c’est « syndical », associatif, revendicatif et même relatif au logement, la technique consiste à « emporter tous les pouvoirs » et de te voter une loi d’autoamnistie !

Et tous ceux qui sont contre, on les poursuivra jusque dans les chiottes a prévenu le leader du « Front de gôche »…

 

Elle est belle la République des droits de l’homme qui postule que nous sommes « tous égaux » devant la loi chacun pour nos turpitudes !

La fin de l’état de droit, si je ne m’abuse…

L’emprise irresponsable du « totalitarisme syndical ».

Imaginez un peu quand le gang de la bande de « la brise de mer » viendra au pouvoir…

Mais il n’y a pas que ça : Je vous laisse découvrir le texte complet (Cliquez ici pour suivre le lien).

 

Pour ma part je note l’incongruité suivante : « Les mineurs condamnés à l’occasion des grèves de 1948 et de 1952 sont amnistiés. Un décret en Conseil d’État définit les conditions d’application du présent article. »

Mais on peut aussi remarquer que les « faucheurs » de plants OGM sont exclus de l’amnistie (pour l’heure), mais que les sénateurs y ajoutent « Les menaces » (Articles 222-17 à 222-18-3) faites à l’encontre d’autres personnes que celles qui sont dépositaires de l’autorité publique ou chargées d’une mission de service public…

« Mélangeons » repassera.

 

Et puis, et puis, tout le reste n’est pas amnistié (inventaire de la partie législative et réglementaire du Code pénal) de tous les crimes, délits et contraventions durement réprimés :

 

Génocide. Autres crimes contre l'humanité. Crimes d'eugénisme et de clonage reproductif. Atteintes volontaires à la vie. Atteintes involontaires à la vie. Tortures et actes de barbarie. Violences. Menaces. Atteintes involontaires à l'intégrité de la personne. Viol. Autres agressions sexuelles. Inceste commis sur les mineurs. Exhibition sexuelle et harcèlement sexuel. Harcèlement moral.  Enregistrement et de la diffusion d'images de violence. Trafic de stupéfiants. Risques causés à autrui. Délaissement d'une personne hors d'état de se protéger. Entrave aux mesures d'assistance et de l'omission de porter secours. Expérimentation sur la personne humaine. Interruption illégale de la grossesse. Provocation au suicide. Abus frauduleux de l'état d'ignorance ou de faiblesse. Enlèvement et de la séquestration. Détournement d'aéronef, de navire ou de tout autre moyen de transport. Discriminations. Traite des êtres humains. Dissimulation forcée du visage. Proxénétisme et des infractions qui en résultent. Recours à la prostitution de mineurs ou de personnes particulièrement vulnérables. Exploitation de la mendicité. Exploitation de la vente à la sauvette. Conditions de travail et d'hébergement contraires à la dignité de la personne. Bizutage. Atteintes au respect dû aux morts. Atteinte à la vie privée. Atteinte à la représentation de la personne. Dénonciation calomnieuse. Atteinte au secret professionnel. Atteinte au secret des correspondances. Atteintes aux droits de la personne résultant des fichiers ou des traitements informatiques. Atteintes à la personne résultant de l'examen de ses caractéristiques génétiques ou de l'identification par ses empreintes génétiques. Délaissement de mineur. Abandon de famille. Violation des ordonnances prises par le juge aux affaires familiales en cas de violences. Atteintes à l'exercice de l'autorité parentale. Atteintes à la filiation. Mise en péril des mineurs. Trahison et espionnage. Livraison de tout ou partie du territoire national, de forces armées ou de matériel à une puissance étrangère. Intelligences avec une puissance étrangère. Livraison d'informations à une puissance étrangère. Sabotage. Fourniture de fausses informations. Provocation aux crimes. Attentat et complot. Mouvement insurrectionnel. Usurpation de commandement. Levée de forces armées et de la provocation à s'armer illégalement. Atteintes à la sécurité des forces armées et aux zones protégées intéressant la défense nationale. Atteintes au secret de la défense nationale. Atteintes aux services spécialisés de renseignement. Actes de terrorisme. Entraves à l'exercice des libertés d'expression, du travail, d'association, de réunion ou de manifestation. Participation délictueuse à un attroupement. Manifestations illicites et participation délictueuse à une manifestation ou à une réunion publique. Groupes de combat et des mouvements dissous. Intrusion dans un établissement d'enseignement scolaire. Introduction d'armes dans un établissement scolaire. Distribution d'argent à des fins publicitaires sur la voie publique. Abus d'autorité dirigés contre l'administration. Abus d'autorité commis contre les particuliers. Atteintes à la liberté individuelle. Discriminations. Atteintes à l'inviolabilité du domicile. Atteintes au secret des correspondances. Manquements au devoir de probité. Concussion. Corruption passive et du trafic d'influence commis par des personnes exerçant une fonction publique. Prise illégale d'intérêts. Atteintes à la liberté d'accès et à l'égalité des candidats dans les marchés publics et les délégations de service public. Soustraction et détournement de biens. Corruption active et trafic d'influence commis par les particuliers. Menaces et actes d'intimidation commis contre les personnes exerçant une fonction publique. Soustraction et détournement de biens contenus dans un dépôt public. Outrage. Rébellion. Opposition à l'exécution de travaux publics. Usurpation de fonctions. Usurpation de signes réservés à l'autorité publique. Usurpation de titres. Usage irrégulier de qualité. Atteintes à l'état civil des personnes. Entraves à la saisine de la justice. Entraves à l'exercice de la justice. Atteintes au respect dû à la justice. Évasion.Autres atteintes à l'autorité de la justice pénale. Corruption et trafic d'influence passifs. Corruption et trafic d'influence actifs. Faux. Fausse monnaie. Falsification des titres ou autres valeurs fiduciaires émises par l'autorité publique. Falsification des marques de l'autorité. Corruption passive et active des personnes n'exerçant pas une fonction publique. Violation des dispositions réglementant les professions exercées dans les lieux publics. Participation à une association de malfaiteurs. Crimes et délits de guerre communs aux conflits armés internationaux et non internationaux. Atteintes à la vie et à l'intégrité physique ou psychique. Atteintes à la liberté individuelle. Atteintes aux droits des mineurs dans les conflits armés. Moyens et des méthodes de combat prohibés. Atteintes aux biens dans les conflits armés. Groupements formés ou des ententes établies en vue de préparer des crimes ou des délits de guerre. Atteintes à la liberté et aux droits des personnes dans les conflits armés internationaux. Moyens et méthodes de combat prohibés dans un conflit armé international. Crimes et délits de guerre propres aux conflits armés non internationaux. Protection de l'espèce humaine. Protection du corps humain. Protection de l'embryon humain. Sévices graves ou actes de cruauté envers les animaux. Suspension du permis de conduire. Interdiction de conduire certains véhicules ou des véhicules non équipés d'un éthylotest électronique anti-démarrage. Immobilisation de véhicule. Obligation d'accomplir un stage de sensibilisation à la sécurité routière. Exécution du travail d'intérêt général. Peine de stage de citoyenneté. Peine de sanction-réparation. Peine de stage de sensibilisation aux dangers de l'usage de produits stupéfiants. Peine de stage de responsabilité parentale. Peine de confiscation d'un animal. Sursis avec mise à l'épreuve. La grâce. Atteinte à la vie privée. Dispositions relatives aux personnes dont l'activité professionnelle comporte la vente ou l'échange de certains objets mobiliers. Dispositions concernant les manifestations publiques en vue de la vente ou de l'échange de certains objets mobiliers. Atteintes à la sécurité des forces armées et aux zones protégées intéressant la défense nationale. Atteintes au secret de la défense nationale. Participation délictueuse à un attroupement. Sévices graves ou actes de cruauté envers les animaux. Diffamation et de l'injure non publiques. Atteintes involontaires à l'intégrité de la personne n'ayant entraîné aucune incapacité totale de travail. Divagation d'animaux dangereux. Menaces de violences. Bruits ou tapages injurieux ou nocturnes. Excitation d'animaux dangereux. Violation des dispositions réglementant le commerce de certains matériels susceptibles d'être utilisés pour porter atteinte à l'intimité de la vie privée. Violences légères. Diffusion de messages contraires à la décence. Diffamation et de l'injure non publiques présentant un caractère raciste ou discriminatoire. Manquement à l'obligation d'assiduité scolaire. Violences. Atteintes involontaires à l'intégrité de la personne. Provocation non publique à la discrimination, à la haine ou à la violence. Violation des dispositions réglementant le commerce de certains matériels susceptibles d'être utilisés pour porter atteinte à l'intimité de la vie privée. Atteintes aux droits de la personne résultant des fichiers ou des traitements informatiques. Menaces de destruction, de dégradation ou de détérioration n'entraînant qu'un dommage léger. Abandon d'ordures, déchets, matériaux ou autres objets. Violation des dispositions réglementant la vente ou l'échange de certains objets mobiliers. Violation des dispositions concernant les manifestations publiques en vue de la vente ou de l'échange de certains objets mobiliers. Menaces de destruction, de dégradation ou de détérioration ne présentant pas de danger pour les personnes. Destructions, dégradations et détériorations dont il n'est résulté qu'un dommage léger. Vente forcée par correspondance. Violation des dispositions réglementant la vente ou l'échange de certains objets mobiliers. Abandon d'épaves de véhicules ou d'ordures, déchets, matériaux et autres objets transportés dans un véhicule. Abandon d'armes ou d'objets dangereux. Défaut de réponse à une réquisition des autorités judiciaires ou administratives. Atteintes à la monnaie. Usurpation de signes réservés à l'autorité publique. Utilisation de poids ou mesures différents de ceux établis par les lois et règlements en vigueur. Accès sans autorisation à un terrain, une construction, un engin ou un appareil militaire. Entraves à la libre circulation sur la voie publique. Violation des dispositions réglementant les professions exercées dans les lieux publics. Port ou de l'exhibition d'uniformes, insignes ou emblèmes rappelant ceux d'organisations ou de personnes responsables de crimes contre l'humanité. Dessins, levés ou enregistrements effectués sans autorisation dans une zone d'interdiction fixée par l'autorité militaire. Atteintes à l'état civil des personnes. Soustraction d'une pièce produite en justice. Utilisation d'un document délivré par une administration publique comportant des mentions devenues incomplètes ou inexactes. Usurpation de fonction ou de titre de délégué ou de médiateur du procureur de la République. Refus de restitution de signes monétaires contrefaits ou falsifiés. Altération ou de la contrefaçon des timbres-poste ou des timbres émis par l'administration des finances. Intrusion dans les établissements scolaires. Intrusion dans les lieux historiques ou culturels. Dissimulation illicite du visage à l'occasion de manifestations sur la voie publique. Outrage au drapeau tricolore. Atteintes involontaires à la vie ou à l'intégrité d'un animal. Mauvais traitements envers un animal. Atteintes volontaires à la vie d'un animal.

 

Dans cet inventaire à la Prévert, il y a des redites, parce que parfois il y a des dispositions légales et parfois des dispositions réglementaires qui viennent préciser la portée de la loi.

Mais notez que tout le reste est permis : Et c’est là l’essentiel !

Car on reste, de moins en moins il est vrai, dans le règne du « toute ce qui n’est pas interdit est permis », au moins en matière pénale.

En revanche, en matière économique, notre pays reste de plus en plus dans le principe « tout ce qui n’est pas permis est interdit » propre aux totalitarismes.

 

Grâce à la « gôche des soces », on vient d’inventer : « Ce qui était interdit – et le restera – devient le bienvenu ».

La porte ouverte à tous les écarts mafieux futurs.

Repost 0
4 mars 2013 1 04 /03 /mars /2013 05:09

J’en ai été scotché…

 

Rappelez-vous la semaine passée…

« Malangeons », le gars qui roule pour le PCF des chez les staliniens-authentiques et qui n’aime pas la presse, il te nous fait son numéro sur les ondes et dans la petite lucarne.

Et personne ne moufte, pas même la presse d’opinion si prompte à réagir sur le sort du « pôvre-Déesse-khâ » prétendu victime détruite par toutes ces folles qui n’en veulent qu’à ses éjaculats « dévotement consenti ».

Et pourtant…

 

Et puis dans la foulée, le roi-Arthur qui annonce en catimini qu’il « se casse », épuisé d’être lessivé par le fisc, qui s’en prend une verte et pas mûre de la ministre de la « kul-kul-ture-ture », et que ça te nous fait tout un foin du diable, lui qui voulait être discret et reste adulé des foules béates…

Un vrai lynchage, pas aussi sauvage que pour « Deux-par-deux », fier de son nouveau passeport Russe, que même « François III » a essayé d’en avoir un aussi (motif probable « réfugié politique ») : Choux blanc, malgré le verre de Porto entre deux rasades de vodka et de vin rouge des steppes !

 

Pour s'en convaincre encore, si nécessaire, il faut dire que ses éléments d'actualité qui s'enchaînent dans une relative indifférence des publics concernés et une rapidité « quasi-luminique » (à défaut d’être lumineuse), ne prennent toute leur saveur qu'en prenant un peu de recul. Chacun, pris séparément, n'est que le reflet de « l’événementocratie » galopante que je dénonçais il y a déjà quelques années.

Il faut dire que j’avais un « bon prof » à la fac, qui nous parlait déjà dans les années 80 de « politique-spectacle » : Il n’est simplement pas allé au bout de son raisonnement, tout plus jeune agrégé des facs de « Gauloisie-intello » qu’il était.

Il faut indéniablement prendre du recul pour comprendre comment le fascisme s’implante jour après jour, tous les jours un peu plus profondément, dans les esprits sciemment endormis.

 

Lorsqu'on s'éloigne un peu, le doute n'est pas permis : La « Gauloisie universelle » ressemble fort à une République Soviétique traditionnelle au point que ceux qui y reviennent de temps en temps ne peuvent que constater l'effondrement en cours.

Et ça s’accélère, alors que le mouvement est né de l’époque de « Mythe-errant » et de ses turpitudes relatives au détournement des fonds de la « division Daguet » (du nom d’un lieutenant de la division Leclerc tombé en 1944 avenue du Maine – au 158 – pour la libération de Paris), repris au bond par « Bat-la-mou » et sa « pensée unique » qui a émergée à cette époque et reste depuis « au pouvoir » malgré elle et la faillite qu’elle génère….

 

Prenez donc le cas de « Mélangeons », épuisé (politiquement et physiquement) après ses vestes mémorables à la présidentielle et aux législatives de l'année dernière, ne faisait plus guère parler de lui.

Progressivement, une fois ses blessures refermées, le voilà qui montre à nouveau le bout de son nez et profite de l'amateurisme ahurissant d'un gouvernement aux abois depuis le retour des vacances estivales, pour venir pérorer dans des medias toujours aussi consternants de complaisance et apathiques de sens critique.

Il profite de la proposition de loi non moins ahurissante d'amnistie (nous y reviendrons peut-être un jour…) pour se poser, une fois de plus, en défenseur de « la veuve et de l'orphelin » (que je me demande jusqu’à quel point il n’est pas « franc-mac’ » lui aussi) et du syndicaliste si injustement pourchassé depuis des années et des années en mon pays.

Il paraît que le plus vieil amnistié aurait actuellement 91 ans et serait enfin lavé de toutes poursuites après les grèves et destructions de 1945 dans sa mine de charbon.

On va même peut-être pouvoir ressusciter à l’occasion toutes les victimes des répressions d’un ministre de l’intérieur de l’époque qui a envoyé la troupe, depuis devenu « Mythe-errant »…

 

Cette proposition de loi sénatoriale consiste à amnistier les faits commis à l’occasion de mouvements sociaux et d’activités syndicales et revendicatives jusqu'au 6 mai dernier, autrement dit à passer l'éponge sur toutes les destructions d'outil de travail, les séquestrations de patron, les tabassages syndicaux, les intimidations et autres faits parfois de « totalitarisme mafieux » qui caractérisent assez bien la vie syndicale dans mon pays.

Méfiez-vous pour les suivants : On ne pourra plus plastiquer tranquillement en « Corsica-Bella-Tchi-tchi » au nom du STC (le Syndicat des Travailleurs Corsi ! Je sais, j’en rigole toujours autant rien qu’à l’énoncé).

 

Évidemment, un tel projet ne peut qu'enchanter toute l'extrême-gauche, qui rêve encore, de nos jours, à de grands soirs et de matins qui chantent, toujours prompte à appeler au boycott (comme un autre frère trois-points ex-ministre de l’industrie avec Molex [§ 2], mais cette fois-ci c’est Candia…), les écolos et même une bonne partie de la « gôche dite parlementaire ».

 

« Mélangeons » attend d’ailleurs les sénateurs au tournant : « On va voir quel est le degré d’indépendance des parlementaires socialistes et d’Europe Écologie-Les Verts. Ceux qui ne voteront pas avec nous, on ne les lâchera pas. On les pourchassera jusque dans le dernier village de France. »

On rêve…

Ça ne vous rappelle pas la vindicte frontiste contre « Haine-Cas-Aime », la mairesse de « Long-jumeau » ? Même extrémisme, même anathème…

La chasse aux « socio-traites » est donc lancée en amont même de l’examen du texte par le Sénat.

Ceux qui auront la désagréable idée, pas républicaine du tout, d'être en désaccord avec cette loi d'amnistie, on leur pétera un genou ou deux et l'affaire sera réglée, à l'amiable comme il se doit en bonne démocratie totalitaire avec méthodes mafieuses.

Promis !

Les voilà tous prévenus.

C’est même un traitement de faveur, parce qu’en Russie (elle aussi éternelle), on déportait par trains complets quand on s’opposait à la volonté des peuples, on enfermait dare-dare en hôpitaux psychiatriques (il fallait être fou à lier à dévier de « la ligne » du parti).

Alors qu’ailleurs, à peu près à la même époque, on euthanasiait à coup de « Ziglon B » ou on bastonnait en péninsule italique des « chemises brunes ».

 

Voilà des méthodes qu’on dénonce par ailleurs : Ils sont combien à s’insurger quand on abat en « Corsica-Bella-Tchi-tchi » un élu qui a le bonheur de « ne plus plaire » et de « ne pas plier », où qu’on plastique villas et autres bâtiments qui n’ont pas de pieds pour fuir ?

Bé là, vous allez être étonnés, la même méthode, peut-être moins « définitive », menace nos élus de ce « totalitarisme mafieux » et c’est apologie feutrée et discrète du bonhomme dans tous les medias…

C’est vous dire si j’en rigole encore !

On a la presse que l’on mérite : La nôtre est abêties ou assujettie et personne ne proteste pour autant !

Flûte : Debout citoyen, ton dernier contre-pouvoir meurt !

 

On pourrait croire que j'exagère, mais cette façon de penser, ces expressions, ces menaces même pas voilées contre ceux qui ne pensent pas, ne votent pas « comme il faut », c'est la suite logique de la déliquescence démocratique qui s'est emparée de mon pays depuis déjà un bon moment.

Et dont la presse, le nez collé à la micro-actualité quotidienne, n'a absolument plus rien à faire, ayant depuis fort longtemps abdiqué, soumise qu’elle est aux niches fiscales qui lui sont propres.

Comme quoi, tout s’achète, même l’intégrité et l’honnêteté intellectuelle…

 

Si avec « Mélangeons », on a la démonstration in vivo des méthodes d'intimidations habituelles des phalanges communistes, « du muscle et du poing bien concret », avec « Or-élie Fili-Pèti », notre ministre de la « Kul-kul-ture-ture », on retombe dans l'oppression administrative feutrée.

La clef de bras discrète, le croc-en-jambe pervers, le coup de genou dans les roustons à l’occasion d’une « aimable accolade », avec l'utilisation habile de tous les moyens qu'offrent la fiscalité et l'opinion publique pris à témoin, s’en prenant à ce kouillon d’animateur télé qu’est Arthur, « préférant l’exil-fiscal ».

Pôvre niais qui n’a pas lu « 1984 » et qui, malgré ses nombreux amis et ses propres penchants de « gôche sociale & solidaire », a dû juger dans un moment d'égarement que se faire rincer par les services fiscaux pour financer les soirées pyjama et à petits fours « d'Or-élie », ça commençait à bien faire…

Le droit de travailler, qu’ils disaient dans le préambule de notre constitution.

On est tous égaux, mais certains moins que d’autres, manifestement.

 

Là encore, c'est d'autant plus facile qu'à force de tordre le sens des mots, les citoyens eux-mêmes se rangent aux analyses démentes des politiciens : Les kontribuables ne fuient plus l'enfer fiscal gaulois, ils fraudent la « solidarité nationale pour se réfugier dans des paradis fiscaux ».

La ministre a donc, très calmement, expliqué qu'il y aura rétorsion (au moins autant que les services douaniers quand il s’agit des pneus Titan) : Puisque le kon-tribuable ne veut pas cracher au bassinet, pas question que les chaînes publiques emploient à nouveau ses services.

D'un certain point de vue, c'est de bonne guerre : On pourra objecter qu'il n'y a aucune raison que le service public (qui vit des deniers de l’État) accepte de reverser une partie de son argent à quelqu'un qui fait tout pour échapper aux impôts punitifs du pays.

Mais ce serait aussi aller un peu vite en besogne et oublier que l'animateur en question, aussi débile qu’il peut être à rigoler d’un rien, ne fait rien d'illégal jusque-là.

 

Il en a marre, c’est tout.

Comme pour tout le monde, payer des impôts est non seulement une garantie et le signe d’un État qui fonctionne bien.

Ce n’est pas qu’un simple « devoir citoyen », mais c’est même et aussi un signe tangible de réussite sociale personnelle.

Et puis de toute façon, il en reste toujours (même si ce n’est jamais assez).

En revanche, payer pour devoir fermer sa gueule, payer pour se ruiner, payer pour rester englué dans un état comateux, payer pour voir toutes choses se dégrader, se délabrer à petit feu, se détériorer inéluctablement, payer pour ployer toujours plus et constater que rien, absolument rien ne s’améliore, là évidemment, ça donne des envies de fuite … en se disant que s’il n’y a plus d’avenir ici, c’est qu’il est ailleurs !

 

On pourrait aussi considérer que la loi est trop permissive (ce qui tend à montrer, une fois encore, que la « PFG » [Prison Fiscale Gauloise] va se renforcer).

Ou on pourrait estimer qu'il s'agit d'une pure obligation morale (cette morale dont les « soces » se gargarisent à longueur de temps), celle de participer à la faillite fiscale de Gauloisie, y compris jusqu'à en déposer le bilan le cas échéant.

Mais dans ce cas, pourquoi l'assortir de menaces ?

 

Si ton combat de la « gôche au pouvoir » est moral, juste, grand, il n'y aura pas besoin de faire plier par la force l'animateur : Son public lui fera très bien sentir qu'il a dépassé les bornes.

Or (élie), si tu en viens à utiliser ce genre de procédés, c'est précisément parce que tu sais que ce combat n'est qu'un énième avatar de ce besoin inextinguible de pognon pour l’État, qu'il est totalement amoral car motivé seulement par la cupidité de quelques élites qui tirent la couverture à elles.

Et que tu sais que tu l’as déjà perdu…

 

À ces bons procédés d'une « gôche totalitaire », il faudra ajouter la gauche gluante du sécuritaire qui ne s'est jamais autant acharnée à distribuer du câlin, du réconfort et des édredons moelleux pour atténuer les angles saillants de la vie d’une large majorité apathique, anesthésiée.

Prenant toujours prétexte des méchants pédophiles, des vilains nazis et des abominables racistes, on apprend, complétement atterrés, que le gouvernement prépare encore une réforme de loi de 1881 sur la liberté de la presse (et d’opinion), afin de mettre en coupe réglée cet espace de libre expression qu'internet était encore à peu près.

 

Que la plupart de mes « koncitoyens » soient maintenant majoritairement convaincus que les medias traditionnels sont biaisés et tous dans le même sens (seulement 14 % s’en satisfont et après on s’étonne que leurs torchons ne se vendent plus…), Internet constitue pour eux le seul media garantissant la liberté d'expression (46 % d’après le même récent sondage, bien vite disparu des unes de presse … Lui aussi !).

Bienheureusement, l'intervention musclée des politiciens, à force d'ajouter des lois sur des lois et autres dispositions, circulaires, instructions, des commissions et des « Hautes autorités » (HADOPI en premier) à n’en plus finir, va permettre de revenir très vite sur cette situation d'autant plus scandaleuse qu'elle échappait jusqu'à présent pas mal à tout contrôle.

Un mouvement qui curieusement ne touche que la « Gauloisie des lumières ».

Aucun autre État qui ne soit pas une dictature (dénoncée par ailleurs) n’en a besoin…

 

Encore une fois, chacun de ces éléments, aussi ridicules qu'agaçants pris un par un, ne constitue pas en soi une preuve irréfutable que notre démocratie est foutue.

L'avalanche de ces éléments, en revanche, pris dans leur ensemble, ne laisse plus aucun doute :

Chaque jour qui passe, une petite liberté est gommée, un coup de canif est planté au contrat républicain et démocratique.

Chaque jour qui passe, les « collectivistes » font assaut d'imagination pour tordre le sens des mots (jusqu’au mot « contraction » qui remplace désormais le mot « récession » !) et prétendent travailler pour notre bien à tous sans que le citoyen ne s'en rende vraiment compte.

 

C’est l’œuvre de tout « système mafieux » : Dis merci, sans ça tu vas voir ta gueule à la récrée !

Après « Monte-bourre » et ses délires, « Moscou-Vicie » et ses « contractures », « Payons » et « sa concertation », « Tôt-Bira » et ses problèmes d’état-civils, « Or-élie » et son culte de la « kul-kul-ture-ture » libertaire, le tout poussé par « la gôche de la gôche » pris comme modèle, on va droit à un second tour de 2017 « Marinella-tchi-tchi »/« François III » !

 

Et dire que les « ritaux » nous ont donné la leçon la semaine dernière : Ni « gôche », ni « droâte », ni « techno », mais un bouffon : Beppe Grillo !

C’est finalement mieux que « Marinella-tchi-tchi », « Mélangeons » ou même « Besace-no ».

Pour ma part, je ne regrette toujours pas d’avoir voté Cheminade … aux deux tours de 2012 !

Au moins, je peux me raser et me balafrer tous les matins en me disant que j’avais bien raison de ne faire confiance ni aux uns, ni aux autres.

Repost 0
31 décembre 2012 1 31 /12 /décembre /2012 05:08

Ils en deviennent même complétement hystériques

 

Pensez donc. Lui il écrit à « J’y-amie-Air-Haut » : « Je suis un être libre » !

Ouh-là, que n’a-t-il pas inventé là !!!

Imaginez que 63 millions de kouillons, tondus à mort, tendant désespérément la sébile pour survivre de la charité étatique et publique avec de l’argent qui n’existe pas, se mettent à penser à cette notion « idiote » de liberté ?

Où irions-nous ?

D’autant qu’il a le culot d’user de sa liberté pour rendre son passeport et tirer sa révérence jusque chez nos « cousins » belges.

Il va donc falloir faire exploser la « belgie » en « Belgie-flamande » et « Belgie-Wallonne » pour le récupérer par « nationalisation » : Une paille !

Perso, moi je n’en veux pas : Trop beauf’ pour mon neurone raffiné, éduqué uniquement « aux belles »… et à leurs orgasmes !

 

Et je ne vous dis pas qu’entre Noël et dimanche d’hier, j’en ai entendu des vertes et des pas mûres : C’est que je suis entouré de « soces » pur-sucre et natifs, en plus.

D’abord, on me vilipende parce que je ne le soutiens pas dans son exil !

Moi qui suis déjà un exilé en mon pays…

Un cerveau de « gôche », ça ne peut pas comprendre : Tout est blanc ou noir, il n’y a aucune nuance utile.

Tu es pour ou tu es contre, la vie politique, ça se résume à ça !

Je suis un exilé « Corsu » à Paris-sur-plage, alors je devrais soutenir un exilé « parigot » qui va planter ses choux en « Belgie profonde » … de la mégatropole « Lille-Roubaix-Tourcoing-Quiévrain » !

N’importe quoi, mais le choix des mots n’est pas innocent, rassurez-vous.

 

Plus tard, je devrais saluer le génie de « Toronto », le type méconnu qui s’est fendu d’une lettre-ouverte de « gôche » contre l’exilé !

Grand moment de solitude : J’ai pu récupérer un peu de mes goinfreries.

« Cite moi au moins une phrase, même pas géniale, mais qui sorte un peu de l’ordinaire, de ton grand génie sur le sujet ! »

Et une quinzaine de nez et paires d’yeux et de mains de plonger sur les smart-phones et autres « i-machins », plus les deux ordinateurs branchés internet, qui se sont mis à fonctionner en mobilisant les antennes relais et autres satellites du grand-kapital pendant une bonne demi-heure de … grand silence !

Les doigts dans le nez : Moi, j’avais lu le lendemain de sa parution…

Mais je pense désormais que j’avais été le seul.

Le type a fait buzz ce soir-là pour avoir pu éructer sa « jalouseté » sur la toile et répandre son fiel sans talent.

Passons : La pensée unique, de gôche de progrès-démocratique, elle est vide dès qu’on gratte un peu !

Ils sont passés à un autre sujet pour me faire chier…

Sans rien me citer du « géant ».

Faut dire qu’il n’y a pas !

 

 

« Deux-par-deux », il n'a pas droit à peu de considération pour avoir payé 145 millions d'euros d'impôt (le kon), de quoi financer la part de l’État dans l'aéroport Notre-des-Landes ainsi que tous les salaires du premier des ministres actuel depuis le début de sa longue carrière de fonctionnaire de « gôche » de progrès & démocratique.

Pas plus pour avoir quand même créé 80 emplois dont les salariés ont de leur côté la reconnaissance du ventre, réinvestit la plus grande partie de son pognon au pays, alors que « Monte-boure » en détruit tous les jours en faisant fuir les investisseurs hors du pays.

Quant à ses « grands films », c’est à peine si c’est devenu de la crotte pour hydrocéphale de « droâte » …

Me font vraiment marrer à raconter que ce qui coûte le plus cher quand il tourne sur un plateau, c’est l’assurance du Monsieur !

Même qu’il y aurait un mek-dédié à lui servir de nounou, 24 heures sur 24, au cas où il eût les yeux dans le trou de balle à faire des konneries !

Une exigence des compagnies d’assurance, paraît-il.

« C’est exactement ce que je dis depuis toujours, un « pitit-bonhomme », moins grand et moins gros que môa » !

 

« Je pars parce que vous considérez que le succès, la création, le talent, en fait, la différence, doivent être sanctionnés » écrit-il.

Mais ils ont déjà oublié, considérant tous qu’ils ont plus de talent que lui…

Le seul talent que je lui reconnais désormais, c’est d'incarner une résistance à l'oppresseur : La toute puissante administration « soce » qui asphyxie l'énergie de notre pays jusqu'à l'agonie et voudrait, en plus, culpabiliser ses sujets de ne pas se laisser faire avec reconnaissance.

Car hélas, à l'heure où toutes les nations du monde se battent pour attirer les talents, notre Gouvernement chasse les siens sous les insultes et quolibets.

À l'heure où tous les pays d'Europe réduisent leurs dépenses publiques, notre Gouvernement en appelle à toujours plus de « solidarité » pour financer les gabegies publiques.

Ils en ont même oublié leurs leçons d’instructions civiques reçues au collège : Solidarité, ce n’est pas la devise de mon pays !

On parle de fraternité : Ce n’est pas la même chose, car c’est bien plus vaste !

 

À nous d’ouvrir enfin les yeux : Notre Gouvernement ignore les leçons de base de la courbe de Laffer. Il y a deux siècles, le très « Gaulois » J-B Say disait déjà qu'un « impôt exagéré détruit la base sur laquelle il porte ».

Aujourd'hui, la maxime est toujours d'actualité : « trop d'impôt tue l'impôt ».

CQFD : Combien de temps encore pour poursuivre dans l’autisme économique et fiscal ?

 

Et puis plus tard, je me retrouve avec mes « gens de droâte » et des « beaux-quartiers-rive-gôche ».

Pour eux l'hystérie du pouvoir et de la bien-pensance, c'est que ce gouvernement et ses affidés ont une fâcheuse tendance à se croire propriétaire du pays et des bœufs qui y vivent :

Seuls propriétaires de la nationalité, qu'il pourrait révoquer (proposition du député « Yann Gars-lu », une grande première depuis Pétain…) ;

Seuls propriétaire des biens, qu'il pourrait confisquer (récente innovation juridique de son collègue « Jéjé L’an-bert », comme au bon vieux temps de Lénine…) ;

Propriétaire des talents, qui n'auraient jamais pu émerger sans lui (car, comme l'écrit d’ailleurs « Toronto », c'est bien sûr grâce aux subventions de l’État que l’ingrat a pu enchanter des générations de spectateurs) ;

Propriétaire de la Nation comme l'a fait « François III », en dénonçant les « antipatriotes » ou, notre ministre de la culture, un « déserteur ».

Il est vrai que quand Victor Hugo ou Voltaire fuyaient hors de nos frontières, le pouvoir en place avait exactement la même attitude à leur égard : Mais c’était un autre régime, royal voire impérial.

Finalement, c’est rassurant : Rien de change au pays !

Juste, ce ne sont plus le mêmes qui emploient les mêmes mots et les mêmes procédés…

 

Comme si les mots « liberté, propriété, sûreté et résistance à l'oppression », depuis inscrits dans notre Constitution, n’avaient aucune valeur de celles pour lesquels nos « anciens » se sont battus toute une vie, parfois jusqu’à en mourir, justement pour des « Deux-par-deux » en use : Ce qu’on lui reproche…

 

« En qualifiant de « minable » l’exercice de (son) droit inaliénable à l’exil, le gouvernement hexagonal a gravement dérapé » dit-on jusqu’en Helvétie.

Car finalement me dit le conseiller fédéral croisé récemment : « Ce n’est pas seulement son droit au départ qui est remis en question par les remarques déplacées des ministres, c’est la souveraineté fiscale d’États tiers qui ont su gérer correctement leurs finances publiques contrairement à ton pays qui, depuis 1976, n’a plus connu un seul exercice bénéficiaire. »

Du petit-lait !

 

« Ton pays a choisi la voie de l’asservissement à un État vorace et pléthorique, alors que nous préférons les libertés individuelles et la sobriété des dépenses collectives. »

« La libre-circulation des personnes permet une concurrence fiscale qui nous donne droit de choisir le lieu où nous voulons vivre, faire notre vie et payer nos impôts. C’est ça que d’être patriote. »

« Ubi bene, ubi patria » disaient déjà les romains-antiques qui ne se gaussaient pas de discrimination artificielle ni de problèmes de migrants…

Et plus tard : « Vous étiez le pays de la Liberté, vous êtes devenu un univers carcéral à l’échelle du pays tout entier ! »

Dur, le conseiller fédéral…

Mais d’une limpidité irréprochable.

D’autant que ce calviniste bon teint, il n’en dit pas plus : Devoir de réserve de sa fonction oblige.

Et pas moyen de le saouler pour le faire déraper !

Pas « huguenot-hérétique » pour rien non plus…

 

Pour ma part, j’aspire à ce que cette affaire retombe là où elle n’aurait jamais dû sortir : Le caniveau fiscal.

Et pour parler de choses enfin sérieuses : « Dreyfus était-il coupable ou réellement innocent ? »

Ambiance en attendant le Père-Noël, cette année-là …

Le pire, c'est qu'on remet ça ce soir et demain !

Bonne saint Sylvestre à toutes et tous : à l'année prochaine, la jeunesse !

Repost 0