Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

D'où Erre-Je ?

  • : L'ignoble infreequentable
  •                                  L'ignoble infreequentable
  • : La seule question à laquelle personne ne sait répondre reste : la place de l'Etat. Quel est son rôle ultime ? Le reste n'est alors que dérives quotidiennes pour soi-disant, le "bonheur des autres" avec "le pognon des autres". Bonne lecture
  • Contact

Pas de quoi rire

Pauvre Marianne...

Un peu de pub :

Référencé par
Meta-Referencement
http://www.meta-referencement.com

BlogueParade.com - Annuaire des Blogues francophones

Recherche

Infreequentable en autochtone


Albanais :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=sq

Anglais :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=en

Allemand :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=de

Arabe :
http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=ar

Bulgare :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=bg

Catalan :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=ca

Chinois simplifié :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=zh-CN

Chinois traditionnel :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=zh-TW

Coréen :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=ko

Croate :
http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=hr

Danois :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=da

Espagnol :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=es

Estonien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=et

Finnois :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=fi

Galicien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=gl

Grec :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=el

Hébreu :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=iw

Hindi :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=hi

Hongrois :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=hu

Indonésien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=id

Italien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=it

Japonais :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=ja

Letton :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=lv

Lituanien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=lt

Maltais :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=mt

Néerlandais :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=nl

Norvégien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=no

Polonais :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=pl

Portugais :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=pt

Roumain :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=ro

Russe :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=ru

Serbe :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=sr

Slovaque :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=sk

Slovène :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=sl

Suédois :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=sv

Tagalog :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=tl

Tchèque :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=cs

Thaï :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=th

Turc :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=tr

Ukrainien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=uk

Vietnamien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=vi

Les Ex-Archivés

Amis visiteurs !

Oui, entrez, entrez, dans le « Blog » de « l’Incroyable Ignoble Infreequentable » !
Vous y découvrirez un univers parfaitement irréel, décrit par petites touches quotidiennes d’un nouvel art : le « pointillisme littéraire » sur Internet. Certes, pour être « I-Cube », il écrit dans un style vague, maîtrisant mal l’orthographe et les règles grammaticales. Son vocabulaire y est pauvre et ses pointes « d’esprit » parfaitement quelconques. Ses « convictions » y sont tout autant approximatives, changeantes… et sans intérêt : Il ne concoure à aucun prix littéraire, aucun éloge, aucune reconnaissance !
Soyez sûr que le monde qu’il évoque au fil des jours n’est que purement imaginaire. Les noms de lieu ou de bipède et autres « sobriquets éventuels » ne désignent absolument personne en particulier.
Toute ressemblance avec des personnages, des lieux, des actions, des situations ayant existé ou existant par ailleurs dans la voie lactée (et autres galaxies) y est donc purement et totalement fortuite !    
En guise d’avertissement à tous « les mauvais esprits » et autres grincheux, on peut affirmer, sans pouvoir se tromper aucunement, que tout rapprochement des personnages qui sont dépeints dans ce « blog », avec tel ou tel personnage réel ou ayant existé sur la planète « Terre », par exemple, ne peut qu’être hasardeux et ne saurait que dénoncer et démontrer la véritable intention de nuire de l’auteur de ce rapprochement ou mise en parallèle !
Ces « grincheux » là seront SEULS à en assumer l’éventuelle responsabilité devant leurs contemporains…
12 décembre 2009 6 12 /12 /décembre /2009 05:40

 

Objet de vénération.

Lecture de « Julienne » : Astrid Schilling. L’événement, 1999.

 

« La mesure de l’amour est d’aimer sans mesure » veut faire croire le poète au genre humain, mais toute personne censée reconnaîtra que pour les hommes, elle s’évalue en capacité bien définie, celle de la taille de son pénis.

Quant aux femmes, « aimer sur mesure » se définit par le nombre de fois où l’homme l’aura honorée. Pour autant, la chose est excessivement romantique car le pénis reste un objet culte, totem constant de vénération de celles qui affirment haut et fort leur féminité et ne baissent les yeux devant le mâle que pour mieux admirer ce qu’elles n’ont pas et rêvent de posséder.

Freud ne parlait-il pas d’une « envie de pénis » chez la petite fille à l’égard des garçons ?

 

Une possession inspirée car, plutôt que de mettre à bas le sexe tant convoité, elles tentent de l’élever pour l’insinuer au plus profond de leur désir.

Toutes aiment le dieu Priape, espèrent son retour. Et, soudain, le voilà !

L’animal est farouche et se cabre aisément, le rêve féminin est inconstant, et les pulsions se bousculent dans la tête au galop.

Pénis ravageur qui écarte toute conscience, balai de sorcier pour un voyage vers la déraison.

 

Le nombre d’or, comprenez la taille de votre sexe, messieurs, est variable d’un homme à l’autre : combien de fois le pénis entre-t-il dans une bouche, dans deux mains, file entre des fesses.

Il faut bien accorder quelque poids à l’intrépide.

Le poids du nombre d’or : centimètres chéris qui coulissent si bien entre le vide et le plein d’un couloir de femme. Va-et-vient du vivant qui fait pousser des soupirs à réveiller les âmes. Le pénis est tout cela : pouvoir, magie, plaisir.

 

On peut pardonner à une femme d’être sans cervelle, mais pas de ne pas aimer la queue.

La joie d’approcher un pénis est simple et naturelle, comme celle d’entrevoir un rai de lumière traverser les jeunes feuilles d’un tilleul.

Attitude gourmande et enfantine : « Je te mangerai, tellement je t’aime. » Je t’aime et t’absorbe et ne te laisserai que lorsque toi aussi, tu auras tout ton content.

Jouis, belle queue, répands ta tendresse dans ma chaleur, sens combien je te protège et te désire encore lorsque tu t’abandonnes.

Souple comme un roseau, ronde comme une vague, tu me parles encore. Fais-moi l’amour, dieu Pénis, aime-moi toujours, rejette-moi pour mieux me reprendre.

Cette attente de toi met mes nerfs à rude épreuve. Laisse-moi à présent me mesurer à toi.

Combien fais-tu ? Tant que cela ? Je te défie : si tu parviens à toucher mon sexe, arriveras-tu jusqu’à mon cœur ?

 

Avec le pénis, la chair atteint le sommet : celui de la sensibilité à fleur de peau.

Quelques replis, messieurs, protègent votre tête conquérante avec la perfection d’un origami sacrifié.

Ou telle queue se dresse sans plier sous le vent, parée seule de sa raideur effrontée.

Ô, vous les hommes, que vous êtes forts et faibles à la fois lorsque vous dévoilez vos trésors.

Dans un même chenal, vous possédez l’or et l’eau claire, n’avez-vous jamais pensé que vous êtes des chercheurs de pépites et que toutes les femmes adorent les aventuriers.

Ne rougissez pas : votre gland est une cerise, une pommette, une joue à fossette que l’on a envie d’embrasser.

Plus de six cents noms existent pour nommer la chose, votre sexe, votre fierté, la nôtre aussi de la connaître et d’en faire notre esclave.

Une femme ne pourrait en assouvir tant en une seule vie.

 

De quelle race êtes-vous ?

Culbuteur ?

Pourfendeur ?

Godilleur ?

Consolateur ?

Ou simplement un va-du-gland qui trouvera plaisir à baiser Jeannette dans sa chambrette ?

Votre pénis est-il le reflet de vos âmes ?

Est-il trapu, élégant, paresseux, enflammé, ou encore rêveur…

 

Combien de fois le pénis entre-t-il dans une bouche, dans des mains, passe entre des cuisses ? Autant de fois qu’il le faut, autant de fois qu’on le souhaite, le nombre est d’or et la perfection, délicieuse.

 

Et la mesure de l’amour d’apporter une surprise de taille : car votre pénis est bien le seul instrument permettant de mesurer une femme… de l’intérieur.

 

Astrid Schilling

 

L’événement, 11 mars 1999, page 77

 

Juju… (lien et mise en page)

 

I² : J’avoue avoir été surpris par le nombre de tous ces termes qui désignent le sexe d’un homme.

Assez étonnant l’imagination au pouvoir…

Et si Freud avait raison, après tout ?

 

Autre chose : Qui peut nous trouver l’équivalent du lien sur le sexe de la femme ?

Repost 0
Published by Julienne & I² - dans Paroles de femmes
commenter cet article
5 décembre 2009 6 05 /12 /décembre /2009 05:11

 

Par « Chouette-chouette »

 

« On dit que chaque jour nous devons manger une pomme pour le fer et une banane pour le potassium.

Une orange également, pour la vitamine C et une tasse de thé vert sans sucre pour prévenir le diabète.

 

Tous les jours nous devons boire deux litres d'eau (oui, et puis aller faire pipi, qui demande le double du temps que vous avez perdu pour les boire [*]).

 

Tous les jours il faut boire un Actimel ou manger un yaourt pour avoir les « L.Cassei Defensis », dont personne ne sait ce que diable ils sont, mais il semble que si on n'avale pas au moins un million et demi de ces bacilles (?) chaque jour on commence à s'effilocher.

 

Chaque jour une aspirine, pour prévenir l'infarctus, et un verre de vin rouge, toujours contre l'infarctus. Et un autre de blanc, pour le système nerveux.

Et un verre de bière, pour je ne sais plus quoi.

Si on les boit tous ensemble, ça peux donner une hémorragie cérébrale, mais ne vous en faites pas, parce que vous ne vous en rendrez même pas compte.

 

Tous les jours il faut manger des fibres. Beaucoup, beaucoup de fibres, jusqu'à ce que vous réussissez à chier un pull.

Il faut prendre entre 4 et 6 repas tous les jours, légers sans oublier de mastiquer 100 fois chaque bouchée. En faisant les calculs, on perd 5 heures pour manger.

 

Ah, et après chaque repas il faut se brosser les dents, après l'Actimel et les fibres, brosser les dents, après la pomme, les dents, après la banane, les dents... et ainsi de suite jusqu'à ce qu'il vous reste 3 dents en bouche, sans oublier le fil dentaire, masser les gencives, le rinçage au plax...

 

Tous les jours, il faut dormir huit heures et travailler huit heures, plus le temps pour manger, 21.

Il vous reste 3 heures, en admettant qu'il n'y a pas trop de trafic.

 

Selon les statistiques, nous regardons la télé 3 heures par jour.

Déjà ce n'est pas possible parce que tous les jours on doit marcher au moins une demi-heure (attention : après 15 minutes, retournez en arrière, sinon la demi-heure devient une heure).

 

Il faut maintenir les amitiés parce qu'elles sont comme les plantes, il faut les arroser tous les jours. Aussi quand vous allez en vacances, je suppose.

 

De plus, il faut se tenir informé et lire au moins deux journaux et quelques articles de revue, pour une lecture critique.

 

Ah ! Il faut faire l'amour tous les jours, mais sans tomber dans la routine : il faut être innovateur, créatif, et renouveler la séduction.

 

Il faut aussi le temps de passer la serpillière, faire la vaisselle, laver les vêtements, et on ne parle pas du fait que vous avez un chien ou... des ENFANTS ???

 

En bref, calculez le tout et ça vous fait 29 heures par jour.

La seule possibilité qui me vient en tête c'est de faire plusieurs choses à la fois ! Par exemple : vous vous douchez avec de l'eau froide et avec la bouche ouverte, comme ça vous buvez vos 2 litre d'eau par jour.

Pendant que vous sortez de la douche avec la brosse à dents en bouche vous faites l'amour avec votre compagnon/e qui pendant ce temps regarde la télé et vous raconte ce qu'il voit pendant que vous passez la serpillière.

 

Il vous reste une main libre ? Appelez vos amis ! Et vos parents, buvez le vin (après avoir appelé vos parents vous en aurez besoin). Le BioPuritas avec la pomme, vous pouvez la donner à votre compagnon/e pendant que vous mangez la banane avec l'Actimel.

Et demain vous changez.

 

Mais s'il vous reste 2 minutes de libre, envoyez ce message à vos amis (…qu'il faut arroser comme une plante).

 

Maintenant je vous laisse, parce que entre le yaourt, la pomme, la bière, le premier litre d'eau et le troisième repas de fibres de la journée, déjà je ne sais plus où j'en suis... mais je dois aller d'urgence aux toilettes.

J'en profiterai pour me brosser les dents... »

 

Message reçu !

Bonne journée…

 

[*] Perso, je mets moins de temps pour pisser que pour boire.

Faut dire que je fais ça debout à peu près n’importe où et n’importe quand, en essayant de ne pas m’en mettre plein les pompes (qu’il faut aussi cirer et astiquer de temps en temps), que je ne m’essuie pas non plus la zigounette pendant des plombes à lire mes deux journaux quotidiens et profite même du gain de temps pour aller remplir le frigo armé de ma carte bleue…

Moi, y’en a grand chasseur de boîtes diverses d’alimentations et de boissons devant l’Éternel !

Repost 0
Published by Chouette-Chouette & I² - dans Paroles de femmes
commenter cet article
28 novembre 2009 6 28 /11 /novembre /2009 05:11

 

Un peu de philosophie… pour relever le niveau de ce modeste blog…

 

« À ceux qui déblatèrent derrière mon dos, mon cul les contemple ! »

Erick Satie

 

« L'intelligence artificielle n'est rien comparée à la stupidité naturelle. »

Thomas Edison

 

« À quoi bon apprendre ce qu'il y a dans les livres puisque ça y est ? »

Sacha Guitry

 

« La fidélité c'est une forte démangeaison avec défense de se gratter. »

Aurélien Scholl

 

« Quand on s'est connu, ma femme et moi, on était si timide qu'on n'osait pas se regarder.

Maintenant on ne peut plus se voir ! »

Raymond Devos

 

« La femme est le chef-d'œuvre de Dieu, surtout quand elle a le diable au corps ! »

Alphonse Allais

 

« Quand vous dites quelque chose à un homme, ça entre dans une oreille et ça sort par l'autre.

Quand vous dites quelque chose à une femme, ça entre dans une oreille et ça ressort par la bouche ! »

Montherlant

 

« L'ennui dans ce monde, c'est que les idiots sont sûrs d'eux et les gens sensés pleins de doutes. »

Bertrand Russell

 

« Les jambes permettent aux hommes de marcher et aux femmes de faire leur chemin. »

Alphonse Allais

 

« On dit que les femmes sont incapables de garder un secret ! C'est faux.

C'est très difficile, alors elles s'y mettent à plusieurs. »

Sacha Guitry

 

« Pourquoi contredire une femme ! Il est plus simple d'attendre qu'elle change d'avis. »

Jean Anouilh

 

« Je suis parti à Lourdes avec ma femme.... il n'y pas eu de miracle.... je suis revenu avec !! »

Seymour Brussel

 

« Ne dites pas de mal de la masturbation.

Après tout, c'est une façon de faire l'amour avec quelqu'un qu'on aime. »

Woody Allen

 

« J'attends une vraie bonne occasion d'offrir des fleurs à ma femme.

Son enterrement par exemple… »

Benny Hill

 

« L'alcool est un ennemi, or celui qui recule devant l'ennemi est un lâche. »

Francis Blanche

 

« Patient est le pompier, car il commence à chaque fois en bas de l'échelle ».

Lao-Tseu

 

« Le sexe masculin est ce qu'il y a de plus léger au monde, une simple pensée le soulève. »

San Antonio

 

« Faites donc ce que vous voulez : mais soyez d'abord de ceux qui peuvent vouloir ! »

Friedrich Nietzsche

 

À sa femme qui était très bavarde Sacha Guitry avait dit :

« – Madame, sur votre pierre tombale, je ferai inscrire : "ENFIN MUETTE !" »

Et Lana Marconi avait répondu :

« – Et sur la vôtre, je mettrai : "ENFIN RAIDE !" »

 

« Un conseil : Ne buvez pas au volant vous risqueriez d'en renverser ! »

Un Inconnu

 

« Je n'ai pas oublié le moment ou je t'ai rencontrée et crois moi, ce n'est pas faute d'avoir essayé ! »

Un anonyme

 

Lu sur une affiche :

« Si vous voulez faire travailler votre député, ne le réélisez pas. »

 

Merci à VCRM

Repost 0
21 novembre 2009 6 21 /11 /novembre /2009 05:39

 

Château de Solles, lundi 30 juillet 1883.

 

Communiqué de Julienne.

 

« Ma chère Lucie, rien de nouveau. (…).

Mon mari (…) s'est rasé.

Tu ne te figures pas, ma chère Lucie, comme ça le change ! Je ne le reconnais plus... ni le jour ni la nuit.

S'il ne laissait pas repousser immédiatement sa moustache je crois que je lui deviendrais infidèle, tant il me déplaît ainsi.

Vraiment, un homme sans moustache n'est plus un homme.

Je n'aime pas beaucoup la barbe ; elle donne presque toujours l'air négligé, mais la moustache, ô la moustache ! est indispensable à une physionomie virile.

Non, jamais tu ne pourrais imaginer comme cette petite brosse de poils sur la lèvre est utile à l'œil et... aux... relations entre époux. Il m'est venu sur cette matière un tas de réflexions que je n'ose guère t'écrire. Je te les dirai volontiers... tout bas. Mais les mots sont si difficiles à trouver pour exprimer certaines choses, et certains d'entre eux, qu'on ne peut guère remplacer, ont sur le papier une si vilaine figure, que je ne peux les tracer. Et puis, le sujet est si difficile, si délicat, si scabreux qu'il faudrait une science infinie pour l'aborder sans danger.

 

Enfin ! Tant pis si tu ne me comprends pas. Et puis, ma chère, tâche un peu de lire entre les lignes.

Oui, quand mon mari m'est arrivé rasé, j'ai compris d'abord que je n'aurais jamais de faiblesse pour un cabotin, ni pour un prédicateur, fût-il le père Didon, le plus séduisant de tous !

Puis quand je me suis trouvée, plus tard, seule avec lui (mon mari), ce fut bien pis. Oh ! Ma chère Lucie, ne te laisse jamais embrasser par un homme sans moustaches ; ses baisers n'ont aucun goût, aucun, aucun ! Cela n'a plus ce charme, ce moelleux et ce... poivre, oui, ce poivre du vrai baiser.

La moustache en est le piment.

 

Figure-toi qu'on t'applique sur la lèvre un parchemin sec... ou humide. Voilà la caresse de l'homme rasé. Elle n'en vaut plus la peine assurément.

D'où vient donc la séduction de la moustache, me diras-tu ? Le sais-je ? D'abord elle chatouille d'une façon délicieuse. On la sent avant la bouche et elle vous fait passer dans tout le corps, jusqu'au bout des pieds un frisson charmant. C'est elle qui caresse, qui fait frémir et tressaillir la peau, qui donne aux nerfs cette vibration exquise qui fait pousser ce petit « Ah ! » comme si on avait grand froid.

 

Et sur le cou ! Oui, as-tu jamais senti une moustache sur ton cou ? Cela vous grise et vous crispe, vous descend dans le dos, vous court au bout des doigts.

On se tord, on secoue ses épaules, on renverse la tête ; on voudrait fuir et rester ; c'est adorable et irritant ! Mais que c'est bon !

 

Et puis encore... vraiment, je n'ose plus ? Un mari qui vous aime, mais là, tout à fait, sait trouver un tas de petits coins où cacher des baisers, des petits coins dont on ne s'aviserait guère toute seule.

Eh bien, sans moustaches, ces baisers-là perdent aussi beaucoup de leur goût, sans compter qu'ils deviennent presque inconvenants !

Explique cela comme tu pourras. Quant à moi, voici la raison que j'en ai trouvée. Une lèvre sans moustaches est nue comme un corps sans vêtements ; et, il faut toujours des vêtements, très peu si tu veux, mais il en faut !

 

Le créateur (je n'ose point écrire un autre mot en parlant de ces choses), le créateur a eu soin de voiler ainsi tous les abris de notre chair où devait se cacher l'amour. Une bouche rasée me paraît ressembler à un bois abattu autour de quelque fontaine où l'on allait boire et dormir.

Cela me rappelle une phrase (d'un homme politique) qui me trotte depuis trois mois dans la cervelle. Mon mari, qui suit les journaux, m'a lu, un soir, un bien singulier discours de notre ministre de l'agriculture qui s'appelait alors M. Méline. A-t-il été remplacé par quelque autre ? Je l'ignore.

Je n'écoutais pas, mais ce nom, Méline, m'a frappée. Il m'a rappelé, je ne sais trop pourquoi, les scènes de la vie de Bohème. J'ai cru qu'il s'agissait d'une grisette. Voilà comment quelques bribes de ce morceau me sont entrées dans la tête.

Donc M. Méline faisait aux habitants d'Amiens, je crois, cette déclaration dont je cherchais jusqu'ici le sens : « Il n'y a pas de patriotisme sans agriculture ! (*) » Eh bien, ce sens, je l'ai trouvé tout à l'heure ; et je te déclare à mon tour qu'il n'y a pas d'amour sans moustaches. Quand on le dit comme ça, ça semble drôle, n'est-ce pas ?

Il n'y a point d'amour sans moustaches !

« Il n'y a point de patriotisme sans agriculture », affirmait M. Méline ; et il avait raison, ce ministre, je le pénètre à présent !

 

À un tout autre point de vue, la moustache est essentielle. Elle détermine la physionomie. Elle vous donne l'air doux, tendre, violent, croquemitaine, bambocheur, entreprenant ! L'homme barbu, vraiment barbu, celui qui porte tout son poil (oh ! le vilain mot) sur les joues n'a jamais de finesse dans le visage, les traits étant cachés. Et la forme de la mâchoire et du menton dit bien des choses, à qui sait voir.

L'homme à moustaches garde son allure propre et sa finesse en même temps.

Et que d'aspects variés elles ont, ces moustaches ! Tantôt elles sont retournées, frisées, coquettes. Celles-là semblent aimer les femmes avant tout !

Tantôt elles sont pointues, aiguës comme des aiguilles, menaçantes. Celles-là préfèrent le vin, les chevaux et les batailles.

Tantôt elles sont énormes, tombantes, effroyables. Ces grosses-là dissimulent généralement un caractère excellent, une bonté qui touche à la faiblesse et une douceur qui confine à la timidité.

Et puis, ce que j'adore d'abord dans la moustache, c'est qu'elle est française, bien française. Elle nous vient de nos pères les Gaulois, et elle est demeurée le signe de notre caractère national enfin.

Elle est hâbleuse, galante et brave. Elle se mouille gentiment au vin et sait rire avec élégance, tandis que les larges mâchoires barbues sont lourdes en tout ce qu'elles font.

(…)

Allons, adieu, ma chère Lucie, je t'embrasse de tout mon cœur.

Vive la moustache !

 

JEANNE. »

 

Et pourtant, d’autres femmes, actuelles, affirment que la moustache c’est la fin du cunilinguisme…

 

Juju

 

I² (*) : Voilà déjà le discours servi par deux fois à la virgule près par « Bling-bling » à nos paysans ?

Trop drôle cette Nation qui se cherche une identité…

Repost 0
Published by Julienne & I² - dans Paroles de femmes
commenter cet article
14 novembre 2009 6 14 /11 /novembre /2009 05:33

 

Les voyelles !

 

« A noir, E blanc, I rouge, U vert, O bleu : voyelles,

Je dirai quelque jour vos naissances latentes :

A, noir corset velu des mouches éclatantes

Qui bombinent autour des puanteurs cruelles,

 

Golfes d'ombre ; E, candeurs des vapeurs et des tentes,

Lances des glaciers fiers, rois blancs, frissons d'ombelles ;

I, pourpres, sang craché, rire des lèvres belles

Dans la colère ou les ivresses pénitentes ;

 

U, cycles, vibrements divins des mers virides,

Paix des pâtis semés d'animaux, paix des rides

Que l'alchimie imprime aux grands fronts studieux ;

 

O, suprême Clairon plein des strideurs étranges,

Silences traversés des Mondes et des Anges ;

- O l'Oméga, rayon violet de Ses Yeux ! »

 

Victor Hugo

 

« J’aime quand les grands A noirs surplombant tes yeux,

Soulignent l’ovale mal rasé du U halé de ton visage,

Surmontés du doux E blond de tes cheveux ;

J’aime le O rouge de ta bouche étonnée du présage

De ma nudité et ton I rose pourpre se dressant vers les cieux ! »

 

Julienne…

 

 

I² : Je ne sais pas pour vous, mais y’a vraiment des « trucs », là, comme ça, qu’on ne m’a jamais écrits, à moi !

Étrange…

Repost 0
Published by Julienne & I² - dans Paroles de femmes
commenter cet article
7 novembre 2009 6 07 /11 /novembre /2009 05:05

Où sont les hommes ?

 

 

Où sont les hommes ?

Qui pardonnent, fusionnent et qui donnent

Leur âme dans les bras d'une femme

Où sont les hommes ?

Qui laissent éclater leurs faiblesses au grand jour pour vivre un grand amour

Où sont les hommes ?

Qui osent, proposent un avenir meilleur,

Un remède au malheur

Où sont les hommes ?

Qui se battent et combattent, montent au front de leurs rêves et vous emmènent ailleurs

 

Où sont les hommes ?

Où sont les hommes ?

 

Où sont les hommes ?

Qui disent haut et fort que l'amour n'est pas mort et qui espèrent encore

Où sont les hommes ?

Qui pour rester debout effacent leur passé rongé par le remords

 

Où sont les hommes ?

Qui pleurent, dont les larmes demeurent le rempart à l'ultime souffrance

Où sont les hommes ?

Qui savent faire peau neuve et donner à leur vie l'espoir d'une autre chance

 

Où sont les hommes ?

Où sont les hommes ?

 

Où sont les hommes ?

Qui se livrent sans pudeur et décrivent sans peur ce qu'ils ont dans le coeur

Où sont les hommes ?

Qui plongent, s'allongent sur le corps d'une femme pour annihiler sa peur

Où sont les hommes ?

Qui marchent, qui font taire les lâches et ne mâchent par leurs mots, jamais

Où sont les hommes ?

Aui laissent entrevoir ce qu'ils ont de plus noir et livrent leurs secrets

 

Où sont les hommes ?

Où sont les hommes ?

 

Où sont les hommes ?

Qui tombent à genoux et qui deviennent fous pour l'amour d'une femme

Où sont les hommes ?

Qui continuent de croire en celui que partout tous les autres condamnent

Où sont les hommes ?

Qui lèvent leurs yeux et leurs mains vers le ciel implorant le pardon

Où sont les hommes ?

Qui, quand ils parlent à Dieu, sont prêts à écouter un jour ce qu'ils répond

 

Où sont les hommes ?

Où sont les hommes ?

Repost 0
Published by Julienne - dans Paroles de femmes
commenter cet article
31 octobre 2009 6 31 /10 /octobre /2009 04:54

Dassin revu par Julienne !


J'ai dépensé ma jeunesse comme une poignée de monnaie
J'ai fais un peu de tout un peu partout, sans savoir rien faire
La fleur aux dents, c'était tout ce que j'avais
Mais je savais bien que toutes les hommes du monde m'attendaient

Il y a les types dont on rêve
Et ceux avec qui l'on dort
Il y a les types qu'on regrette
Et ceux qui laissent des remords
Il y a les types que l'on aime
Et ceux qu'on aurait pu aimer
Puis un jour il y a l’homme qu'on attendait

J'ai connu des lits de camps
Bien plus doux qu'un oreiller
Et des festins de rois
Sur le zinc d'un buffet de gare
J'ai connu bien des gens
Je les ai tous bien aimés
Mais dans leur visage
Au fond je n'ai rein fait que te chercher

Il y a les types dont on rêve
Et ceux avec qui l'on dort
Il y a les types qu'on regrette
Et ceux qui laissent des remords
Il y a les types que l'on aime
Et ceux qu'on aurait pu aimer
Puis un jour il y a l’homme qu'on attendait


Un jour ici, l'autre là
Un jour riche et l'autre pas
J'avais faim de tout voir de tout savoir
J'avais tellement à faire
A me tromper de chemin tant de fois
J'ai quand même fini par trouve celui qui mène à toi

Il y a les types dont on rêve
Et ceux avec qui l'on dort
Il y a les types qu'on regrette
Et ceux qui laissent des remords
Il y a les types que l'on aime
Et ceux qu'on aurait pu aimer
Puis un jour il y a l’homme qu'on attendait…

Repost 0
Published by Julienne - dans Paroles de femmes
commenter cet article
17 octobre 2009 6 17 /10 /octobre /2009 04:17

 

Citations collectées par Julienne !

 

Miss ne commente pas, ne dit rien, mais lit et n’en pense pas moins !

Ma diatribe sur Schopenhauer de l’autre jour l’a bien amusée.

Celle sur le « RapeX » aussi…

 

Et comme il s’agit d’une personne à la culture plus vaste que la mienne, elle m’a fait parvenir ce petit inventaire de citations, que je vous redonne comme d’une provocation (mais c’est à prendre au second degré, prévins-je par avance, car vous savez mon point de vue exprimée toute la semaine durant) :

 

Il a fallu que l'intelligence de l'homme fût obscurcie par l'amour pour qu'il ait appelé beau ce sexe de petite taille, aux épaules étroites, aux larges hanches et aux jambes courtes.

 

Dans nos pays monogames, se marier c'est diviser ses droits de moitié et doubler ses devoirs.

 

Les femmes sont uniquement créées pour la propagation de l'espèce et toute leur vocation se concentre en ce point.

 

Se marier s'est faire tout son possible pour se faire prendre en horreur par quelqu'un.

 

La beauté est une lettre de recommandations qui conquiert tous les cœurs du premier coup.

 

Les femmes se partagent en femmes trompées et en femmes trompeuses.

 

Les femmes sont comme des miroirs, elles réfléchissent mais ne pensent pas.

 

Le besoin sexuel est le plus violent de nos appétits : le désir de tous nos désirs.

 

La femme est un animal à cheveux longs et à idées courtes. 

 

Notez quand même que Schopenhauer, que je ne vénère pas plus que ça, mais qui est quand même assez « géant » à travers sa représentation du monde et du « vouloir-vivre » (au moins autant qu’avait pu nous le présenter, madame ma Prof de Philo de terminale entre deux grèves et que j'ai pu me faire une opinion bien après en le lisant lors de quelques loisirs bien mérités),


Est réputé pour avoir été particulièrement misogyne de son vivant et dans ses écrits,


Et avoir fait une forte consommation de « dame de petite vertu »…


Chantées plus tard par le Grand Brel,

Les mêmes qui ont fait un si chaleureux hommage à l’auteur des « Misérables », le jour de son entrée au Panthéon.

 

Reste plein d’autres citations, dont une qui ne figure pas dans l’inventaire de Julienne :

 

« Forniquer n’est nécessité que pour l’espèce. C’est une activité laborieuse. Le plaisir qu’on en retire est mince et éphémère. Et la position ridicule et inconfortable. »

 

Mais de rajouter qu’il y consentait quand même… soumis aux impératifs du « vouloir-vivre » qui l’y poussait… Comme tout le monde.

 

Et de penser, pour ma part, que le Kâma-Sûtra, ce n’est évidement pas lui qui a pu l’inventer…

 

Merci à « Juju » !

Repost 0
Published by Julienne & I² - dans Paroles de femmes
commenter cet article
10 octobre 2009 6 10 /10 /octobre /2009 04:26

 

Les hommes sont comme…

 

Les hommes sont comme... le café. Les meilleurs sont riches, chauds et peuvent vous tenir éveillée toute la nuit.

Les hommes sont comme... le ciment. Après avoir été étendus, ils prennent parfois beaucoup de temps à durcir.

Les hommes sont comme...les lampes magiques. Plaisants à regarder mais pas si brillants qu'ils en ont l'air. Faut leur frotter la lampe magique pour en faire sortir le génie.

Les hommes sont comme... l'horoscope. Ils vous disent toujours quoi faire et habituellement ils se trompent.

Les hommes sont comme... le mascara. Ils disparaissent au moindre signe d'émotion.

Les hommes sont comme... les places de stationnement. Les bons sont déjà pris et ceux qui restent sont pour les handicapés ou sont trop petits.

Les hommes sont comme... le pop-corn. Ils nous plaisent mais pas pour longtemps.

Les hommes sont comme... une tempête de neige. Vous ne savez jamais quand ils vont venir à combien de pouces vous aurez affaire et combien de temps ça va durer.

Les hommes sont comme... la température. Rien à faire pour les changer.

 

Découverte fondamentale rapportée par Julienne : Un nouvel élément chimique à rajouter au tableau de Mendeleïev :

 

Élément : 115 ; Nom : Femme ; Symbole : Fm

Découvreur : Adam

Masse atomique : Acceptable à 60 kg, mais des isotopes connus de 40 à 250 kg.

Occurrence : Très abondant de par le monde

Propriétés physiques :

– Entre en ébullition pour un rien et gèle sans raison.

– Conductivité thermique faible, surtout aux extrémités inférieures.

– Coefficient de dilatation qui augmente avec les années.

– Cède aux pressions appliquées aux points sensibles.

– Structure moléculaire parfaite à 90/60/90. Existe aux USA sous forme croissante 60/90/120 et dans les pays nordiques sous forme dite plate 50/50/50.

 

Propriétés chimiques :

– Très grande affinité pour les métaux nobles : or, argent, platine, etc.

– Absorbe de grandes quantités de substances onéreuses.

– Peut exploser spontanément sans avertissement.

– Insoluble dans les liquides mais présente une activité grandement augmentée par saturation dans l'alcool.

– Réactivité très variable selon les périodes de la journée.

– Grande aptitude aux changements d'humeur et à la jalousie.

 

Utilisations courantes :

– Hautement décorative, surtout dans les voitures de sport.

– Aide efficace pour la relaxation et la détente.

 

Test : Tourne au vert si placée à coté d'un spécimen de meilleur qualité.

 

Précautions d'emploi :

– Hautement dangereuse si placée dans des mains non expertes.

– Il est illégal d'en posséder plus d'un spécimen, mais il est possible d'en entretenir plusieurs à des endroits différents tant que les différents spécimens n'entrent pas en contact (risque d'explosion).

 

Attention : Certains chercheurs d'Amérique du Sud ont découvert le moyen d'en fabriquer artificiellement sous les marques Travelo ou Drag-queen.

 

Ne consommer que le produit générique.

 

 

Quels sont les 4 miracles de la femme d’après Julienne ?

1er miracle : Mouiller sans se laver !

2ème miracle : Saigner sans se blesser !

3ème miracle : Faire du lait sans manger d'herbes !

4ème miracle : Casser les couilles sans les toucher !

 

Bonne journée !

Repost 0
Published by Julienne - dans Paroles de femmes
commenter cet article
12 septembre 2009 6 12 /09 /septembre /2009 04:16

 

Les « perles » de Julienne…

 

Ta mère est tellement bête qu'elle croit que le téléphone sans fil, c'est pour appeler les sourds.

Ta mère est tellement bête que lorsque qu'on lui demande ce qu'est la ménopause elle croit que c'est une touche de magnétoscope.

Ta mère est tellement bête que pour s'acheter un magnétoscope, elle a vendu sa télé !

Ta mère est tellement bête qu'elle a fait la bêtise d'épouser ton père.

Ta mère elle est tellement bête, qu'elle croit que les freins à disque d'une voiture font de la musique quand on freine.

Ta mère est tellement bête que quand elle prend sa douche, elle prend son parapluie !

Ta mère est tellement bête que quand elle va au cinéma, elle prend une télécommande.

Ta mère est tellement bête que quand elle joue avec son chien, c'est elle qui va chercher la balle !

Ta mère est tellement bête qu'elle est morte de faim et de soif dans un supermarché.

Ta mère est tellement bête que quand elle raconte une histoire au bébé, c'est lui qui lui explique.

Ta mère est tellement bête qu'elle vient seulement de s'apercevoir que son anniversaire tombait pile le jour de sa naissance !

Ta mère est tellement bête qu'elle gratte même les tickets de métro.

Ta mère est tellement bête qu'elle met un timbre sur son écran d'ordinateur pour envoyer un courriel !

Ta mère est tellement bête qu'elle s'est fait renverser par une voiture en stationnement !

Ta mère est tellement bête que quand elle fait une faute sur l'ordinateur, elle met du Tipex sur l’écran !

Ta mère est tellement bête qu'elle achète que de l'eau plate parce que la gazeuse, elle croit qu’on pète dedans pour y mettre du gaz.

Ta mère est tellement bête que quand elle envoie un fax elle met un timbre.

Ta mère est tellement bête que quand on lui a donné un formulaire, là où il y a écrit « ne pas répondre à la question », elle a mis : « ok » !

 

Ta mère est tellement grosse que quand elle s'habille en blanc et qu'elle va faire du ski, on crie « Avalanche ! »

Ta mère est tellement grosse que quand elle pète, il y a Greenpeace qui s'insurge contre la reprise des essais nucléaires.

Ta mère est tellement grosse que quand elle s'allonge sur la plage, les partisans de Greenpeace la remettent à l'eau en croyant voir une baleine échouée !

Ta mère est tellement grosse qu'elle se souvient même plus de ses pieds.

Ta mère est tellement grosse que tous les savants du monde étudient ses traces de pas en croyant avoir découvert un nouveau type de dinosaure.

Ta mère est tellement grosse que quand elle va à la piscine avec un maillot noir et blanc on crie « sauver Willy ! »

Ta mère est tellement grosse qu’il faut une carte routière pour trouver son trou du cul !

Si les avions volent, c'est que ta mère n'est pas dedans !

Si tu vois un bateau qui flotte, c'est que ta mère n'est pas à bord !

Ta mère est tellement grosse qu'elle fabrique ses tampax avec la moquette !

Ta mère est tellement grosse que lorsqu'elle tombe du lit, elle tombe des 2 côtés à la fois !

Ta mère est tellement grosse que lorsqu'elle se baigne, les baleines se mettent en rond en l'entourant et chantent « we are family ».

Ta mère et tellement grosse que quand elle rentre dans un magasin Mammouth, on lui dit : « Bonjour patronne ! »

Ta mère est tellement grosse que pour la photographier il faut un satellite.

Ta mère est tellement grosse que quand elle va au cinéma elle prend le forfait famille.

Ta mère est tellement grosse que quand tu frappes dessus, ça fait des vagues.

Ta mère est tellement grosse que quand elle pète dans la rue les gens croient qu'un immeuble s'est écroulé.

Ta mère est tellement grosse que les astronautes croyaient qu'il y avait une bosse sur la terre !

Ta mère et tellement grosse que quand elle se balade avec un tee-shirt rouge dans la citée, les gosses croient que c'est le camion de la Croix-Rouge.

Ta mère est tellement grosse que quand elle se promène habiller en bleu dans la rue, tout le monde crient « Attention ! Une inondation ! »

Ta mère est tellement grosse qu'elle utilise un boomerang pour mettre sa ceinture.

Ta mère elle est tellement grosse que pour télécharger sa photo, tu mets 3 heures avec l'adsl !

Ta mère est tellement grosse que quand elle se penche au balcon, les passants se prennent ses seins dans la gueule.

Ta mère est tellement grosse qu'elle se fait vernir les ongles par un peintre en bâtiment.

Ta mère est tellement grosse que quand elle traverse la rue, ce sont les voitures qui ont peur de se faire écraser.

Ta mère est tellement grosse que quand elle regarde par terre, elle voit un de ses mentons.

Ta mère est tellement grosse qu'il faut un permis de construire pour lui faire faire une robe.

Ta mère est tellement grosse qu’entre chaque bras y a plusieurs fuseaux horaires.

Ta mère est tellement grosse que c'est plus facile de construire 2 buildings que de lui limer les ongles.

Ta mère est tellement grosse qu'il y a un décalage horaire entre ses deux fesses !

Ta mère est tellement grosse quelle achète son maquillage au rayon peinture.

Ta mère est tellement grosse que quand elle passe devant le soleil tout le monde s’écrie : « Une éclipse » !

Ta mère est tellement grosse qu'elle repasse ses habits sur l'autoroute.

Ta mère est tellement grosse que quand elle met un tee-shirt X-FILE, les hélicoptères se posent dessus !

Ta mère est tellement grosse qu'il lui faut 3 tapis pour faire son string !

Ta mère est tellement grosse que Mc-Gaver pourrait faire une montgolfière avec son slip.

Ta mère elle est tellement grosse que pour se torcher, elle doit appeler à l'aide.

Ta mère, elle est tellement grosse que lorsqu’elle va dans la mer, elle bouleverse les horaires des marées.

Ta mère est tellement grosse que quand elle prend son bain, elle prend une heure pour laver chacune de ses fesses.

Ta mère est tellement grosse que quand elle va dans le désert avec des hauts talons elle trouve du pétrole.

Ta mère est tellement grosse que ses seins lui servent de parachute.

 

Ta mère est tellement poilue que quand elle va promener le chien, c'est elle qu'on caresse.

Ta mère est tellement poilue qu'il faut la rouler dans la farine pour savoir si elle mouille.

Ta mère est tellement poilue qu'on peut faire des scoubidous !

Ta mère est tellement poilue que quand elle se balade les gens crient : « Au secours, un yéti ! »

 

Ta mère est tellement laide que si j'avais sa tête à la place de mon cul, j'aurais honte de chier.

Ta mère est tellement laide qu'elle n’a pas besoin de mettre un masque pour jouer dans Scream 4.

Ta mère est tellement laide qu'on est obligé de lui accrocher un jambon autour du cou pour que le chien joue avec elle.

Ta mère est tellement laide que quand ton père a dit à ta mère : « Attend chérie ! J’arrive dans 2 minutes » et il n'est plus jamais revenu !

Ta mère est tellement laide que quand elle va à la banque, ils éteignent les caméras.

Ta mère est tellement laide que quand des personnes la voient ils s'exclament : « Une guenon s'est enfuie du zoo ! »

Ta mère est tellement laide que quand elle lance un frisbee, il ne revient jamais !

Ta mère est tellement laide qu'on l'appelle Godzila.

Ta mère est tellement laide que son visage sert de masque aux zoulous.

 

Ta mère est tellement plate qu'on pourrait la faxer !

Ta mère est tellement maigre que le long d'un mur, on dirait un poster.

Ta mère est tellement maigre que si elle pète elle s'envole.

 

Ta mère est tellement sèche que même les morpions sont obligés de se balader avec une gourde.

Ta mère, c'est comme les caddies, tu mets dix balles et c'est parti !

Ta mère est tellement méchante que quand ton père la sort, il la tient en laisse.

Ta mère est tellement jaune qu'à New-York tout le monde l’appelle « taxi ».

Ta mère a tellement des grandes oreilles que quand elle court on dirait Jumbo !

Ta mère a tellement les dents jaunes que les autos ralentissent lorsqu'elle sourit...

Ta mère mange tellement de cacahuètes qu’elle en chie des Snickers !

 

Ta mère est tellement petite qu'elle a toujours la tête dans le cul.

Ta mère est tellement petite que quand elle a ses règles, elle se prend les pieds dans le fil du tampon.

Ta mère est tellement petite que si elle s'assied sur la bordure du trottoir, elle a les jambes qui pendent.

Ta mère est tellement petite qu'en sautant de la cuvette des chiottes elle s'est fait une entorse.

Ta mère est tellement petite qu'elle saute à pieds joints sur les touches pour téléphoner.

Ta mère est tellement petite qu’elle utilise un coton tige pour faire de la musculation.

Ta mère est tellement petite que pour se torcher elle court dans l'herbe.

Ta mère est tellement petite qu'elle s'est mariée avec un Play-mobile.

Ta mère est tellement petite que sa tête pue des pieds.

 

Ta mère est tellement radine que quand elle va aux toilettes, elle utilise les deux côté du papier toilette.

Ta mère est tellement radine que quand elle vomit, elle sert les dents pour garder les gros bouts.

Ta mère est tellement radine que quand on lui demande 5 euros elle répond : « Quoi ? 4 euros ! J'ai pas 3 euros ! Qu'est-ce que tu vas faire avec 2 euros ? Tiens 1 euro ! Partage avec tes 9 frères et sœurs et rend moi la monnaie. »

Ta mère est tellement pauvre que les gens lui parlent en russe.

Ta mère est tellement pauvre que quand on casse une toile d'araignée elle dit : « Mais qui a ouvert les rideaux ? »

 

Ta mère est tellement liftée que quand elle a ses règles, elle saigne du nez.

Ta mère est tellement liftée qu'elle a le nombril au milieu du front.

 

Ta mère a tellement mauvaise haleine qu'on a l'impression qu'elle a l'anus derrière les dents.

Ta mère sent tellement mauvais que même le pschitt des chiottes ne fait pas effet sur elle.

Ta mère pue tellement de la gueule que quand elle parle elle tue tout le monde !

Ta mère sent tellement la merde que tous les chiens lui pissent dessus.

Ta mère pue même par texto !

Ta mère pue tellement que ton père préfère dormir dans les chiottes.

Ta mère est tellement sale que même ses morpions ont des poux.

Ta mère est tellement sale que quand elle pète ça pique les yeux !

 

Ta mère est tellement vieille que quand on lui tire sur les seins, c'est du lait en poudre qui sort !

Ta mère est tellement vieille que quand elle pète, elle fait de la poussière.

Ta mère est tellement vieille qu'elle a une barbe au cul comme le père Fouras.

Ta mère est tellement vieille que dans sa première photo de classe on voit Jésus !

Ta mère est tellement vieille que quand Moïse a traversé la mer, elle était de l'autre côté en train de pêcher !

Ta mère est tellement vieille quelle a passé son permis sur un dinosaure.

 

À enrichir !

Repost 0
Published by Julienne - dans Paroles de femmes
commenter cet article