Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

D'où Erre-Je ?

  • : L'ignoble infreequentable
  •                                  L'ignoble infreequentable
  • : La seule question à laquelle personne ne sait répondre reste : la place de l'Etat. Quel est son rôle ultime ? Le reste n'est alors que dérives quotidiennes pour soi-disant, le "bonheur des autres" avec "le pognon des autres". Bonne lecture
  • Contact

Pas de quoi rire

Pauvre Marianne...

Un peu de pub :

Référencé par
Meta-Referencement
http://www.meta-referencement.com

BlogueParade.com - Annuaire des Blogues francophones

Recherche

Infreequentable en autochtone


Albanais :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=sq

Anglais :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=en

Allemand :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=de

Arabe :
http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=ar

Bulgare :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=bg

Catalan :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=ca

Chinois simplifié :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=zh-CN

Chinois traditionnel :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=zh-TW

Coréen :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=ko

Croate :
http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=hr

Danois :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=da

Espagnol :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=es

Estonien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=et

Finnois :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=fi

Galicien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=gl

Grec :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=el

Hébreu :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=iw

Hindi :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=hi

Hongrois :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=hu

Indonésien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=id

Italien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=it

Japonais :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=ja

Letton :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=lv

Lituanien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=lt

Maltais :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=mt

Néerlandais :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=nl

Norvégien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=no

Polonais :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=pl

Portugais :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=pt

Roumain :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=ro

Russe :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=ru

Serbe :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=sr

Slovaque :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=sk

Slovène :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=sl

Suédois :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=sv

Tagalog :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=tl

Tchèque :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=cs

Thaï :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=th

Turc :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=tr

Ukrainien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=uk

Vietnamien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=vi

Les Ex-Archivés

Amis visiteurs !

Oui, entrez, entrez, dans le « Blog » de « l’Incroyable Ignoble Infreequentable » !
Vous y découvrirez un univers parfaitement irréel, décrit par petites touches quotidiennes d’un nouvel art : le « pointillisme littéraire » sur Internet. Certes, pour être « I-Cube », il écrit dans un style vague, maîtrisant mal l’orthographe et les règles grammaticales. Son vocabulaire y est pauvre et ses pointes « d’esprit » parfaitement quelconques. Ses « convictions » y sont tout autant approximatives, changeantes… et sans intérêt : Il ne concoure à aucun prix littéraire, aucun éloge, aucune reconnaissance !
Soyez sûr que le monde qu’il évoque au fil des jours n’est que purement imaginaire. Les noms de lieu ou de bipède et autres « sobriquets éventuels » ne désignent absolument personne en particulier.
Toute ressemblance avec des personnages, des lieux, des actions, des situations ayant existé ou existant par ailleurs dans la voie lactée (et autres galaxies) y est donc purement et totalement fortuite !    
En guise d’avertissement à tous « les mauvais esprits » et autres grincheux, on peut affirmer, sans pouvoir se tromper aucunement, que tout rapprochement des personnages qui sont dépeints dans ce « blog », avec tel ou tel personnage réel ou ayant existé sur la planète « Terre », par exemple, ne peut qu’être hasardeux et ne saurait que dénoncer et démontrer la véritable intention de nuire de l’auteur de ce rapprochement ou mise en parallèle !
Ces « grincheux » là seront SEULS à en assumer l’éventuelle responsabilité devant leurs contemporains…
30 janvier 2014 4 30 /01 /janvier /2014 05:09

Jacques Cheminade au crachoir.

 

Pour La Voix de la Russie, Jacques Cheminade, deux fois candidat à la présidentielle, livre son analyse.

 

La Voix de la Russie : Jacques Cheminade, bonjour. Pouvez-vous vous présenter aux lecteurs de La Voix de la Russie ? Comment vous situez-vous politiquement ?

Jacques Cheminade : Au sein de l’univers politique français, je me suis défini comme un « gaulliste de gauche », c’est-à-dire comme défendant le droit des peuples à l’auto-détermination et au progrès économique et social. Je combats un système financier et monétaire international fondé sur l’émission de capital fictif, c’est-à-dire de la fausse monnaie n’apportant ni amélioration sociale ni réel développement de l’économie physique.

Karl Marx, dans le Livre 3 du Capital, chapitre 25, analyse cette aberration destructrice du capitalisme, une analyse poursuivie, chacun à leur façon, par Rosa Luxemburg et Rudolf Hilferding.

Contre l’oligarchie financière qui promeut cette politique destructrice et conduit à la guerre, mon objectif est de catalyser une alliance de forces politiques françaises regroupant le socialisme jaurésien, le gaullisme résistant, le christianisme social dans la lignée de Marc Sangnier et le radicalisme mendésiste, pas nécessairement dans un même gouvernement mais dans une attitude commune de combat vis-à-vis de cet adversaire principal.

Je me retrouve dans l’esprit du discours de Phnom Penh du général de Gaulle, dans celui de La République moderne de Pierre Mendès-France et, surtout, dans le programme du Conseil national de la Résistance du 15 mars 1944.

Personne ne défend de manière cohérente cette politique aujourd’hui en France, et je conçois mon rôle comme celui d’un éclaireur pour que mon pays puisse retrouver avec elle la place qui lui revient dans le monde.

 

LVdlR : Je voudrais d'abord revenir sur la dernière campagne présidentielle en France, à laquelle vous avez été candidat. Beaucoup ont été frappés par le mépris et l'agressivité avec lesquels vous avez été interrogé, par exemple lors d'une interview sur la chaîne de télévision publique LCP, ou encore sur la radio publique France Inter. À quoi attribuez-vous ce manque de déontologie journalistique élémentaire ?

JC : À trois choses, qui sont reliées entre elles.

Tout d’abord, à un esprit de tribu qui règne dans le milieu journalistique, politique et culturel parisien, pour qui je ne devrais pas exister puisque non seulement je n’en suis pas l’émanation, mais l’opposition active.

Ensuite, parce que l’atlantisme et l’oligarchisme dominant la scène officielle française peuvent encore moins tolérer qu’un ami de l’homme politique américain Lyndon LaRouche puisse exister en France, représentant « une certaine idée de la France » et ayant obtenu le parrainage de plus de 500 maires, soit environ 1,5 % des maires français. LaRouche combat aux États-Unis le « parti de l’Empire britannique » ou « anglo-américain », qui domine aussi la France à travers ses réseaux financiers et culturels.

Qu’un lien puisse exister par-dessus l’Atlantique entre combattants de ce système est une chose intolérable pour cette « oligarchie des incapables » qui domine la scène officielle française.

On a pu en voir l’expression dans ses attaques contre François Hollande, visant à lui faire abandonner les promesses de son discours du Bourget de lutter contre le monde de la finance. Hélas, ces attaques ont été couronnées de succès et François Hollande a dû reculer.

Quant à moi, les médias ne me donnent plus la parole.

Enfin, parce que le sujet même de ma campagne, « Un monde sans la City ni Wall Street, un grand chantier pour demain », aurait été très attirant pour le peuple français, qui attend un « outsider » réellement progressiste et patriote.

Il fallait donc jeter la confusion sur mes idées, notamment en dénaturant mes positions et en tentant, en particulier, de ridiculiser ma politique spatiale, qui a pourtant recueilli l’estime de l’Agence spatiale européenne (ESA).

 

LVdlR : Depuis longtemps, vous avez un cheval de bataille, à savoir la lutte contre la finance internationale spéculative, l’ennemi sans visage nommé par François Hollande lors de la campagne présidentielle, dans son discours du Bourget. Cette finance n’a-t-elle réellement pas de visage ? Comment la circonscrivez-vous ?

JC : Le visage de la finance internationale est celui d’une oligarchie qui est aujourd’hui principalement active depuis la City de Londres et Wall Street, et opère contre les intérêts des peuples et des États-nations, dans la mesure où ceux-ci représentent des points de résistance à sa domination.

Elle est servie par les principaux dirigeants du « monde transatlantique », et l’Union européenne, définie par le président de la Commission européenne, Juan Manuel Barroso, comme « un Empire non impérial car fondé sur le consentement mutuel », est son allié « continental ».

La stratégie de l’Empire britannique, « diviser pour régner », a été pleinement adoptée par cette oligarchie, qui manipule des conflits d’origine essentiellement sociale en les faisant dériver en conflits religieux, juifs contre musulmans, athées et musulmans contre chrétiens, chiites contre sunnites, et en promouvant les racismes (antisémitisme et islamophobie s’entretenant ainsi l’un l’autre).

 

LVdlR : Dans votre projet économique, vous conditionnez cette lutte contre la finance à l'adoption d'une loi, dite Glass-Steagall, consistant à séparer les banques de dépôt d'une part des banques d'affaires de l'autre.

Pourquoi cette mesure est-elle si importante selon vous ?

JC : Le retour au Glass-Steagall est essentiel pour frapper l’oligarchie financière à sa source. En effet, au cœur de ce système est le fait que les banques « universelles » bénéficient du soutien des banques centrales – en particulier, dans la zone euro, de la Banque centrale européenne (BCE) – qui les refinancent à taux dérisoire, et elles s’appuient sur une masse énorme de dépôts des entreprises pour garantir leurs activités spéculatives prédatrices.

Si l’on sépare sous des toits différents, d’une part les banques pratiquant des activités de dépôt et de crédit, et d’autre part celles intervenant sur les marchés financiers, ce privilège disparaîtra.

La séparation vraie aura ainsi pour effet de faire apparaître le caractère physiquement fictif de l’immense majorité des créances détenues par les branches « investissement » des plus grandes banques, qui sont aujourd’hui « too big to fail ».

Ceux qui ont parié ne devront plus faire l’objet de renflouements externes, au détriment des citoyens contribuables, ni internes, au détriment des déposants, mais payer le prix de leurs erreurs et de leurs montages semi délictueux ou totalement criminels. Il faudra ainsi procéder à leur faillite organisée et ordonnée, seule manière d’échapper à leur chantage politique.

C’est ce qu’implique directement le Glass-Steagall, qui n’est pas une simple mesure technique, mais une arme politique pour assainir l’environnement et construire un monde « sans la City ni Wall Street ».

On pourra alors avoir une véritable politique de crédit public productif, à long terme et à faible taux d’intérêt, pour des équipements physiques et humains, créant les conditions économiques et sociales d’un redémarrage dans l’intérêt mutuel des peuples et des États.

Maurice Allais, notre seul prix Nobel de l’économie, était un partisan absolu de ce système, dont nous avons discuté avec lui à plusieurs reprises.

 

LVdlR : Mais n'y a-t-il pas eu des avancées, notamment avec la loi du 26 juillet 2013 visant justement à séparer et réguler les activités bancaires ?

JC : La loi dite de séparation bancaire de Pierre Moscovici, du 26 juillet 2013, n’est malheureusement qu’un simulacre économique, guère plus sophistiqué, en tant que simulacre, que ne l’étaient les tanks en carton de Saddam Hussein.

Sous la pression du lobby bancaire français, étroitement associé à l’anglo-américain, cette loi laisse notre système bancaire dans la même situation de risque qu’au début de la crise, et la fausse réforme s’accompagne d’une vraie politique de rigueur sociale au détriment des travailleurs et de l’économie.

La commission des finances de l’Assemblée nationale a auditionné, le 30 janvier 2013, les principaux dirigeants des grandes banques françaises. M. Frédéric Oudéa, le Président directeur général de la Société générale, a reconnu que la réforme proposée ne change pas grand-chose aux affaires de nos grandes banques.

La séparation, a-t-il constaté, « représente entre 3 % et 5 % de nos activités de BFI, qui représentent elles-mêmes 15 % des revenus totaux de la banque ». Tout le monde a pu effectuer ce très simple calcul : 5 % des 15 % des revenus totaux de la banque, cela fait 0,75 %. En clair, 99 % des activités de la Société générale ne sont pas concernées par la loi !

Pour les autres banques, on atteint au maximum le chiffre de 98 %.

Les banques peuvent continuer à avoir des filiales dans les paradis fiscaux et judiciaires, elles auront simplement à fournir des chiffres d’un ordre très général. Elles pourront continuer à organiser pour leurs clients des produits permettant de spéculer sur les prix des matières premières agricoles et à pratiquer le fameux trading à haute fréquence en se livrant à des activités de « tenue de marché » qui, elles, demeurent largement autorisées.

Comme dans Le Guépard de Luchino Visconti, on a prétendu tout changer pour ne rien changer ! Cette lâcheté a permis au gouvernement socialiste de gagner du temps, mais face à l’orage financier et monétaire qui vient, non seulement elle ne procure aucune protection réelle, mais elle livre la scène politique européenne et mondiale à ceux, comme le disait Jean Jaurès, dont les nuages portent la guerre, car leur système est incapable par nature d’assurer un développement mutuel.

 

LVdlR : Dans votre projet, vous parlez donc de mettre en place un Bretton Woods, c'est-à-dire un système économique de crédit public déconnecté de la finance spéculative, au service de grands projets d'aménagement du territoire. À l'heure où sont recherchées, lors des G8 et G20, des solutions visant à une relance et à une stabilité économique mondiale, quels sont les freins à l'établissement de ce nouveau système, pourquoi n'arrive-t-on pas à se mettre d'accord dessus ?

JC : Le frein est la domination des pays du monde transatlantique par l’oligarchie financière. Les libérer de cette oppression, sous le drapeau politique du Glass-Steagall, est ce qui permettra de mettre en place un ordre de crédit public associant divers pays pour de grands projets qui seront « producteurs de productivité ».

Après la Seconde Guerre mondiale, tout comme les États-Unis à partir de 1933, sous l’administration Roosevelt, nous disposions en France de ce système de séparation bancaire. C’est ce qui a permis d’engendrer du crédit pour la reconstruction sans que les fonds ainsi alloués dérivent vers des spéculations.

Nous n’avions pratiquement pas d’épargne, et c’est avec du crédit public émis pour notre équipement que nous nous sommes reconstruits !

La question politique et économique fondamentale est qui contrôle le crédit et pour faire quoi ?

Aujourd’hui, il est entre les mains de spéculateurs associés à une oligarchie criminelle car incapable d’assurer l’investissement pour le bien commun et les générations futures. Le Glass-Steagall global et le nouveau Bretton Woods sont des moyens de remettre l’émission de crédit au service de projets communs pour l’intérêt de l’humanité. Par exemple, le projet d’Initiative de défense terrestre, présenté par Dmitri Rogozine, serait l’un des éléments moteurs de ce nouveau Bretton Woods.

 

LVdlR : Vous donnez beaucoup d'importance aux grands travaux. En quoi consistent-ils, qu'impliquent-ils, quels sont leurs enjeux ?

JC : Les grands projets visent à financer la créativité humaine, s’incarnant dans des découvertes scientifiques appliquées sous forme de technologies nouvelles, plus productives par être humain associé, par unité de surface occupée et par gramme de matière apportée.

Il s’agit d’assurer, au niveau des États, la mise en place d’une infrastructure physique qui soit de nature à « accueillir » ces technologies nouvelles.

En même temps, l’infrastructure humaine correspondante doit être mise en place, pour assurer la qualification et le niveau de vie nécessaires pour mettre en œuvre ces technologies.

Cela signifie des écoles, des hôpitaux, des laboratoires et des logements à bâtir.

Cette vision du monde « optimiste », qui est un pari sur l’avenir, est à l’opposé de l’écologie « verte » dévoyée, qui postule que des formes d’énergie moins denses peuvent être mises en place.

L’oligarchie promeut cette « écologie verte » car elle induit un pessimisme culturel et un doute sur les capacités créatrices de l’être humain. Elle conduit les adversaires de son pouvoir dans le cul-de-sac d’une impuissance politique et culturelle. Ils deviennent ainsi complices de la politique oligarchique de gel et de recul technologique.

Le pouvoir oligarchique, dont les ressources financières sont associées à la spéculation et qui ne peut donc investir dans les découvertes et les technologies de l’avenir, trouve ainsi ses « idiots utiles » dans ceux qui veulent revenir à des technologies plus « douces » et jettent le discrédit sur de grands projets.

Les grands projets définissent donc une stratégie « prométhéenne », non par goût de dominer mais par la nécessité de développer en l’homme ce qui est humain, ses pouvoirs créateurs au service du bien commun et des générations à naître.

Et lui faire retrouver l’estime de soi par le goût de l’avenir.

Nous avons ouvert de nombreuses pistes pour de grands projets, dont la somme doit constituer à la fois un « pont terrestre » mondial et une plate-forme vers l’exploration spatiale.

Des projets de cette ampleur doivent rassembler les États et les peuples et assurer la mobilisation pour la paix et le développement mutuel des ressources dont dispose l’humanité.

Il s’agit de faire pour la paix au XXIème siècle ce que l’on n’a pratiquement su faire que pour la guerre au XXème.

 

Parmi ces grands projets, mentionnons :

- Un « pont terrestre eurasiatique », établissant des corridors de développement et des voies de communication rapides de l’Atlantique à la mer de Chine.

- Le lien entre ce « pont » et le continent américain par le détroit de Béring, tel que le conçoivent les experts et les techniciens russes et américains.

- Le projet NAWAPA de nos amis américains, reprenant un projet de mise en eau des plaines centrales et de Californie américaines avec l’eau disponible, aujourd’hui perdue, des rivières du grand Nord.

- Les plans d’exploitation des immenses ressources de la Sibérie, associant en particulier la Chine et la Russie ;

- Des plans de remise en eau des parties aujourd’hui désertiques ou quasi désertiques de l’Afrique, comme la remise en eau du lac Tchad en captant les flux du bassin nord du Congo jusqu’à l’ensemble Oubangui-Chari (projet Transaqua), la remise en eau des chotts tunisiens et algériens et la reprise de la construction du canal de Jongleï au Sud-Soudan.

 

Cela doit constituer une unité dans la diversité à l’échelle mondiale, associé à des programmes spatiaux d’un intérêt commun pour l’humanité, fixant un horizon à l’échelle de l’exploration, de la connaissance et du contrôle du système solaire proche (détection et contrôle des astéroïdes et des comètes, météorologie, connaissance des autres planètes et de leurs « lunes », exploitation de l’hélium 3 présent sur la Lune en vue de la production d’énergie de fusion thermonucléaire, etc.).

Tout dirigeant politique responsable devrait penser avec cet horizon, et non se situer dans le court ou le moyen terme, sans remettre en cause les paramètres d’un système incapable d’assurer un avenir.

 

LVdlR : Sur la scène politique française, vous êtes quasiment le seul à parler régulièrement du bouclier stratégique américain (ABM) mis en place en Europe, et vous rejoignez la vision russe sur ce sujet, comme sur beaucoup d'autres d'ailleurs. Vous prônez un rapprochement entre la France et l’Europe occidentale d’un côté et la Russie de l’autre. Pour quelles raisons ? Qu'avons-nous à partager ? N'y a-t-il pas un fossé de plus en plus grand entre l'Europe et la Russie ?

A l'inverse, vous dénoncez l'emprise de Wall Street et de la City. Ne s'agit-il pas là d'une vision très « Guerre froide » et « complotiste » ?

JC : Il faut à tout prix éviter que le fossé se creuse entre l’Europe et la Russie.

Pour être franc, ce qui me fait peur est la doctrine de guerre préventive adoptée par l’OTAN, associée à la grande crise économique du monde transatlantique.

En même temps, face à la menace d’un encerclement que je peux comprendre, compte tenu de la pression militaire et politique anglo-américaine, la Russie a elle aussi dû adopter une politique de guerre préventive.

J’ai bien lu, dans Ria Novosti du 5 février 2010, que « la Russie se réserve le droit d’utiliser des armes nucléaires en cas d’attaque aux armes nucléaires ou autres armes de destruction massive contre elle et/ou ses alliés, ainsi qu’en cas d’agression avec des armes conventionnelles mettant en danger l’existence même de l’État ».

On pourra dire ce qu’on veut, parler de « complotisme » ou de « vision très Guerre froide », le fait est là.

Autrement dit, la fin de la Guerre froide, survenue sous l’emprise d’une oligarchie se prétendant « libérale » mais en fait représentant la dictature financière du capital fictif, a paradoxalement créé les conditions permissives (et théoriques) d’une guerre thermonucléaire américano-russe.

Je ne suis pas seul à le penser.

Jean Géronimo, dans son excellent « La Pensée stratégique russe », décrit bien cette situation et de très nombreux experts militaires partagent mon analyse.

C’est pourquoi il faut vite, très vite sortir du dilemme !

Et mettre en place le pont terrestre eurasiatique que je préconise, comme instrument de paix par le développement mutuel, pour sortir d’une situation, celle de la prééminence de l’oligarchie financière dans le monde transatlantique, qui nous mène à la guerre.

Dans son numéro du 23 janvier dernier, le quotidien français Libération a un éditorial de François Sergent qui traduit bien l’état d’esprit agressif, pour ne pas dire plus, de ces factions va-t’en guerre occidentales.

Il écrit : « L’Union européenne doit non seulement condamner et sanctionner sans ambiguïté Ianoukovitch, un autocrate corrompu, mais aussi Poutine, qui tente de rétablir un glacis d’États vassaux autour de la Russie. La communauté internationale a déjà laissé faire un autre client de Poutine, à Damas. Il est plus que temps de se mobiliser pour la liberté de Kiev. »

Le Monde a tenu des propos similaires et, avec le New York Times et le Consortium international du journalisme d’investigation, il dénonce sur cinq pages, photos en couleurs et diagrammes à l’appui, la « fortune cachée des princes rouges chinois ».

Sans doute ceux-ci ne sont-ils pas irréprochables, mais l’esprit offensif manifesté par des journaux qui, d’eux-mêmes, ne s’y seraient jamais livrés, est ici manifeste.

Ai-je mal lu, ou n’est-ce pas la guerre qui se réchauffe ?

C’est pourquoi, j’insiste, plus que jamais la cause de la paix doit être défendue, non par de vaines paroles, mais par des projets de développement mutuel.

 

LVdlR : Votre mouvement politique est souvent considéré par vos détracteurs comme « conspirationniste » et d’extrême droite. Un commentaire ?

JC : Ceux qui tiennent de tels propos se discréditent eux-mêmes.

Leur but est d’empêcher que tout ce que je viens de vous dire puisse être écouté en France. Ils laissent ainsi le terrain à des Marine Le Pen ou des Mélenchon, qui au lieu de réfléchir, trop souvent vitupèrent.

L’oligarchie, qui ne les craint pas, les couvre pour donner l’illusion que son opposition est destructrice et sans vrai programme.

 

LVdlR : Lors de la campagne présidentielle en 2012, vous avez obtenu 0,25 % des suffrages exprimés, 0,28 % en 1995, où vous étiez également candidat. Ces faibles résultats et la teneur du débat politique tel qu'il est mené dans les médias ne vous poussent-ils pas à envisager un autre mode d'action politique, d'autres formes d'engagement qui soient plus efficaces et qui ne passent pas nécessairement par la campagne électorale et l'élection ?

JC : Je ne me suis pas présenté pour obtenir des voix mais pour dire ce que je devais dire.

Cela a été entendu par plus de Françaises et de Français qu’on ne le croit.

Les gens qui viennent naturellement me serrer la main dans la rue lors de déplacements en province en témoignent.

J’entends dire : «C’est vous qui aviez raison et qui avez expliqué ce qui se passe. »

Beaucoup de maires qui ont parrainé ma candidature sont devenus les propagateurs du principe de Glass-Steagall et font voter des vœux par leurs conseils municipaux.

À notre initiative, le conseil général du département d’Ille-et-Vilaine a fait voter un vœu en ce sens, pour une vraie séparation des banques. Je tiens pour ma part des conférences dans toute la France sur ce sujet et sur la nécessité de revenir à une vision de grands projets et de développement mutuel, à l’échelle nationale et internationale.

Notre plus grande limite est l’absence de moyens financiers, mais c’est en même temps la preuve de notre honnêteté.

Pendant longtemps, on a essayé de me salir, et le rejet de mon compte de campagne par le Conseil constitutionnel en 1995, pour des motifs juridiquement faux, alors que ce sont les comptes de Chirac et surtout de Balladur qui auraient dû être rejetés, est le signe de l’acharnement contre mes idées, ainsi que les propos diffamatoires tenus contre moi.

Je le prends comme l’hommage rendu par le vice à la vertu.

Le fait nouveau est qu’au sein de la crise, qui frappe en particulier la France, l’on reconnaît de plus en plus que ma démarche se situe dans ce qui constitue notre tradition de domaine public et de service public, à l’opposé des égoïsmes qui ont été déchaînés par le « libéralisme financier », de droite comme de gauche.

 

Commentaire d’I3 : Il y a des moments, pas trop nombreux faut-il dire, où j’aime bien l’idée d’avoir pu voter – aux deux tours – pour ce gusse-là.

Il décoiffe, finalement, et ça nous change…

Repost 0
Published by I-Cube - dans Mai 2012
commenter cet article
19 juin 2012 2 19 /06 /juin /2012 04:18

Échec et mat en 5 coups ans !

 

Les dernières élections gagnées par la « droâte républicaine » remontent effectivement à 5 ans : Les législatives de 2007.

Depuis, c’est donc une lente descente aux enfers … parfaitement prévisible et d’ailleurs prévue.

Même si ce n’est pas à ce point-là tout de même !

 

Notre « Ô combien vénéré ex-président » était un enfant-gâté de la démocratie dès 2006 : Imbattable en 2007.

Même la CIA lui avait offert une « petite-gâterie » en poussant « Déesse-khâ » à se retirer au profit de la « Cruchitude » moyennant la promesse d’une haute fonction internationale à Washington, lui l’archimillionnaire en dollar « Lambertiste ashkénaze » avéré, de profession de foi keynésienne dans une Amérique dominée par les républicains et les « libertariens-internationalistes » du capitalisme-sauvage.

On écrira plus tard qu’il s’agissait de finir la tâche du « Chi », devenu incapable de rembourser ses fonds secrets à l’agence d’espionnage des USA qui avaient pu calmer « l’allié koweïtien » à une époque où il s’était fait rouler dans la farine.

Et « Bling-bling », avec bien du mal, l’a fait fin 2009 : Parole tenue.

Notez que le changement d’administration aux USA, la « neutralité bienveillante » de l’allié américain et la perspective de voir arriver le keynésien à la tête de la « Gauloisie failliteuse » n’emballaient pas vraiment les « libertariens-internationalistes » du capitalisme-sauvage : On lui a préféré une « Chicago-boy » à la tête du FMI, en cohérence avec la Banque Mondiale, c’était nettement mieux en pleine tempête financière !

Et celui qui en a fait les frais, c’est « Bling-bling », d’abord d’avoir mis à la tête du ministère des finances un non-anglophone, à qui a échappé toutes les nuances du langage de la finance, pour se faire évincer par « un mou keynésien » qui a nettement annoncé avant son élection avoir un plan-bis en poche (la croissance : on ne parle même plus officiellement de « relance »), capable de faire infléchir l’intraitable Allemagne de « Mère-Quelle » qui précipite l’Euro dans la récession à l’instar de la Grèce.

Or, l’Euro, c’est le second pied de la table à quatre devises de tous les échanges mondiaux : Pas question de se retrouver bancale avec un trépied !

 

Bonne nouvelle : Les grecs, par qui le sida arrive, sont en position de reformuler un « come-back » des plus durs, pour nous sauver l’Euro.

Échec et mat des europhobes !

Bonne nouvelle : « Mère-Quelle » reste intraitable à l’occasion du G20. Ce sera la prochaine à être évincée.

 

Pour revenir à « Bling-bling », il a gagné 2007 et de quelle façon. Dans la foulée, il a emmené nombre d’affidés dans son sillage jusqu’au « Palais-des-Bourbons ».

Majorité absolue ici, majorité absolue au Sénat, son premier ministre a eu les coudées franches pour gouverner le pays vers son redressement durant un peu moins de 5 ans.

Sauf que, « Fifi-le-déchu », on ne l’a pas vu, phagocyté par un Président omniscient, omnipotent, omniprésent.

Et ça eut été « l’ouverture », débauchant à tour de bras des piliers du « socialisme-judéo-chrétien », qui n’ont qu’une filiation commune (ténébreuse et « secrète » des « fraternités » maçonniques), celui de « l’appétence pour le pouvoir ».

Résultat, des promesses électorales, le « bas-peuple » n’a rien vu venir.

Oh si, plein de bouleversements législatifs et réglementaires, en tous sens, sur tous sujets, dans le désordre et globalement sans cohérence que celle de faire la Une du JT tous les soirs, jusqu’à mettre en scène avec un soin particulier la « vie-privée » des « élites exemplaires » et grotesques pour rassasier je ne sais trop quel instinct voyeuriste.

Tactique qui avait déjà fait échouer « Tonton Yoyo » cinq ans avant : Même causes, mêmes effets !

 

Pendant 5 ans, ça n’a été qu’une succession d’échecs à chaque scrutin. Cantonale, municipale, régionale, européenne, pour finalement s’écraser salement à la présidentielle et à la législative de 2012.

Tout, même le Sénat a été perdu par la « droâte-bling-bling », tout, mêmes les grandes villes et même les moyennes !

Avec en prime à gérer une « extrême droâte » qui fédère même les « nonistes » et autres « souverainistes » (qui n’ont rien compris à rien) derrière l’étendard de la ressuscitation d’une Nation qui en perd son âme à tourner le dos à ce qu’elle est et retrouverait le bonheur d’une « micro-monnaie-mondiale », son franc séculaire.

J’entends par ce propos qu’on peut être un « noniste » honnête pour être aussi un patriote : Moi-même, je tenais des propos souverainistes à l’occasion du referendum sur traité de Maastricht, il y a … une autre millénaire : Trop tôt, trop fort, trop loin et à l’envers du bon sens de l’époque.

Il fallait faire une union politique, patriotique, des Nations, des peuples et européenne avant de faire une union monétaire, ça tombait sous le sens !

La monnaie n’est qu’un outil au service d’un pouvoir politique, pas l’inverse : CQFD, l’Histoire l’aura démontré, même si je reste persuadé que l’un finira par rattraper l’autre !

C’est obligé.

 

Bref 5 ans de « coups médiatiques » pour un résultat plus que minable : Retiendrons-nous l’Histoire ?

Je n’en suis même pas certain.

 

Parce que le scrutin de dimanche dernier, c’est plus qu’une catastrophe démocratique : C’est un naufrage !

 

1 – Une abstention record de 43,71 %, totalement significative du « divorce-ultra-consommé » du citoyen d’avec « ses élus » : Et là, personne ne pourra accuser la météo : Elle était dégueulasse samedi, fraîche dimanche !

D’autant qu’hier (le lendemain), c’était l’ouverture des épreuves du Bac : Je veux bien que certains prennent des vacances à la mi-juin, d’autres des week-ends à la campagne aux beaux-jours.

Mais il y avait 600.000 têtes-blondes qui révisaient une dernière fois, donc un peu plus du double qui n’avait d’occupation que d’aller voter.

Pensez donc : ils ont été encore moins nombreux à ne s’être pas déplacés que dimanche en huit.

 

2 – Un choix stupide proposé : Entre un candidat de « droâte » qui vous promet de « favoriser la croissance, réduire les déficits et l’endettement public, améliorer le pouvoir d’achat, aider la famille, réformer l’éducation nationale, miser sur la croissance verte et défendre une Europe des nations » (je ne mens pas, c’était la profession de foi de mon UMPiste-local qui s’est étalé !), c’en était à vomir : Que n’a-t-il fait de la sorte depuis 5 ans ?

Et l’autre qui promet de « donner du sens au changement », franchement, pour qui nous prend-on ?

 

Résultat des courses : Pas moins de 314 sièges rien que pour le PS (en comptant la suppléante de « Du-Flot »), l'ensemble des « marxistes-staliniens » remportant 343 sièges sur 577.

L'UMP, « pseudo-héritiers » gaullistes, a recueilli 194 sièges, pour un total de 229 pour la droite en comptant 32 DVD-centristes.

L'extrême droite en a trois, dont deux pour le FN.

Et le MoDem deux, que j’en rigole encore !

Mais c’est aussi 234 nouveaux députés, soit un taux de renouvellement de 40,55 % !

C’est 155 femmes députées avec un taux de « féminisation » record de 26,86 %, contre 18,5 % en 2007.

C’est 18 élus verts, 9 hommes et 9 femmes, dont seulement 17 siégeront.

Et donc 3 élus d'extrême-droite en comptant le sulfureux « Bon-Part ».

Là, je ne ris plus : Des villes où je ne mettrais plus les roues de mon « tas-de-boue-à-roulettes » avant longtemps…

 

Notez d’ailleurs le score des « dissidents » : Le peuple, même désabusé ne s’en laisse plus conter ! Les états-majors partisans ne sont désormais plus propriétaires des bulletins du peuple qui vont sur leurs candidats.

Et c’est plutôt une bonne nouvelle !

La « claque » pour « Guéant » soi-même, abattu en plein envol par « Missile-Sol-air » local comme prévu, pour « Jack-le-beau-causeur », pour « Bébé-roux », pour « Ma-dîme-Maure-anneaux », piégée par un simple animateur de radio, pour « Marinella-Tchi-tchi » à la « Haine-Hun-Beau-Mont-le-Vît-Compte », crashée devant un inconnu local, et pour « Ségololo-la-Cruchitude », torpillée par un simple Twit…

Et la belle promesse faite par son ex à elle de tenir le « crachoir perchoir », en parfaite reconnaissance du ventre assumée, comme d’une « promotion-canapé »… qui s’envole !

Nous l’avons échappé belle !

 

Sauvée « Haine-Cas-Aime », mais de justesse à Longjumeau.

Dézingué Zuccarelli à Bastia à la faveur d’une triangulaire qui le laisse derrière le régionaliste local, alors que Giacobbi passe haut-la-main devant « Steph’ Grimaldi » entre La Balagne et la côte orientale en passant par Corti.

 

Satisfaction donc : « Les centres », toujours autant divisés, n’en finissent pas de « boire la tasse » ! Éviction (ou tout comme) du « Mac-MoDem » et persistance de mouvements-centristes, « mou-du-bas-du-ventre », assez souples de la hanche et de la cheville pour n’avoir comme ligne de conduite que le « sens du vent », qui ne doivent d’être encore là à toucher des indemnités que parce que les deux grands partis de la bipolarisation en ont décidé ainsi comme autant de renvois d’ascenseur.

 

Bref, nous voilà parti pour 5 ans avec cette équipe de fats.

C’est absolument navrant, mais c’est comme ça : La faute à « Bling-bling » enfermé dans la tour d’ivoire de ses convictions d’avoir raison contre tous.

Un dingue, devenu « bling-bling » dès le premier soir de son élection.

Dingue, on le savait, mais il était accompagné d’une baraka pas possible et ça nous changeait des 12 ans de « Chi-finissant ».

 

Excusez-nous, nous nous sommes « faits avoir » et aucun autre n’a voulu entendre raison.

Maintenant, le pire est devant nous : Excusez-nous, mille fois si possible, ce ne sera de toute façon jamais assez.

Repost 0
Published by I-Cube - dans Mai 2012
commenter cet article
17 juin 2012 7 17 /06 /juin /2012 04:42

C’est ce soir…

 

Vous avez toute la journée pour aller voter.

Pour qui vous voulez !

Vous porterez à l’Assemblée Nationale 577 fats qui ont la prétention de vous représenter pendant 5 ans.

Vous éliminerez au moins autant sinon plus de ces fats qui ont la prétention de vous représenter pendant 5 ans.

 

L’un dans l’autre, ça ne changera pas votre quotidien.

Mais si vous n’y allez pas, ce seront d’autres qui se chargeront de désigner à votre place les 577 fats qui ont la prétention de vous représenter pendant 5 ans.

 

L’enjeu est pour 5 dures années à venir, où notre pays va accumuler les « coups durs » et les échecs.

Avec mission pour les 577 fats qui ont la prétention de vous représenter pendant 5 ans de faire échapper mon pays à son destin si funeste et si prévisible.

Souhaitons que les 577 fats qui ont la prétention de vous représenter pendant 5 ans y parviennent.

Ce qui, hélas, est loin d’être certain…

 

Car, comme nous l’avancions avec l’affaire de « Rottweiler » et ses « Tweets » idiots, « l’état de grâce » est déjà clos, derrière eux.

Mais assez peu le savent : Ils seront 577 fats qui ont la prétention de vous représenter pendant 5 ans qui vont continuer à y croire et la rentrée sera encore plus chaude que de coutume !

 

Notez que si l’abstention est de nouveau « record », la légitimité des 577 fats qui ont la prétention de vous représenter pendant 5 ans en sera affectée, diminuée.

Au profit de quelques « minorités agissantes » aux aspirations anti-démocratiques reconnaissables pour la plupart : Ce serait alors la porte ouverte à la « dictature de la rue ».

Une ère de « lobbying » avancé qui va détruire un peu plus pour « placer » de nouveaux « impératifs » qui ne sont pas forcément les vôtres.

 

En attendant et comme d’un point d’orgue qui accouche d’un « Nouveau-monde », ils nous ont assez cassé les pieds (et les oreilles) durant toute cette campagne absurde, il est plus que temps qu’on en sorte !

Et qu’on passe à autre chose…

 

Bon vote à toutes et tous !

 

I3

Repost 0
Published by I-Cube - dans Mai 2012
commenter cet article
13 juin 2012 3 13 /06 /juin /2012 04:42

La grande rigolade !

 

« François III » a-t-il été obligé de se « la mettre derrière l’oreille » ?

Le pôvre : Ce n’est pas bon pour le moral, ça !

 

Que s’est-il passé pour en arriver là ?

Comme chacun sait, tout le monde des « bien-pensants » lit ce blog où avant-hier j’évoque le sort de « Ségololo » en parachutage-doré à La Rochelle.

Belle ville La Rochelle, son port des minimes, sa darse, ses salons de thés, sa plage, le soleil et le vent…

 

22 mots, moins de 140 signes, le tweet est lâché à 11h56 et déclenche les passions : Trop drôle !

 

Miss Rottweiler écrit : « Courage à « Fallot-Nie » qui n’a pas démérité, qui se bat aux côtés des rochelais depuis tant d’année dans un engagement désintéressé ».

On peut ou on ne peut pas encourager ses amis, dans ce pays sans que ça mette le boxon dans le marigot ?

En tout cas, le principal intéressé « se réjouit » de ce coup de pouce inattendu. Le PS hésite entre mutisme et consternation. La droite se moque.

 

Il a été logiquement un des premiers à réagir au tweet de la « sex-toy » présidentielle : « C'est un beau message d'amitié, de soutien personnel, ça fait évidemment plaisir dans un contexte où je subis beaucoup de coups, beaucoup d'attaques injustes. Donc, voilà, je me réjouis de ce petit mot, de ce soutien amical », a déclaré le candidat dans la 1ère circonscription de Charente-Maritime.

 

L’ex affirme de son côté qu'elle n'a « pas de commentaire. »

« Toutes mes pensées vont vers les électeurs »

« Titine Eau-brie » de son côté, a fait le déplacement de la Rochelle hier pour calmer la tempête, pour soutenir accessoirement « Ségololo » et déclare : « La seule chose qui nous importe, c'est le soutien de François Hollande à Ségolène Royal, il est clair, il est net ».

« J’y elle Bian-co » trouve, lui, ce tweet « purement et simplement indigne ».

C’est terrible d’avoir des opinions-citoyennes dans ce pays, décidément…

Avant de demander au sujet de son auteur : « De quoi se mêle-t-elle ? »

C’est vrai ça !

De ses fesses, peut-être, tout simplement ?

À l'Élysée, on considère que « ce n'est pas un sujet pour la présidence de la République ».

 

À droite, on ironise : « Le vaudeville entre à l'Élysée », écrit un député de la « Droite populaire ». Avant d'ajouter : « Les socialistes ont au moins une vertu, ils nous font beaucoup rire ! »

C’est bien la seule…

« Où sommes-nous ? Vaudeville ? Théâtre de boulevard ? Retour de la Cour avec intrigues ? [...] Drôles de dames ? [...] Règlement de compte à OK Corral. La présidence normale ? Ça promet... », conclut un sénateur des Hauts-de-Seine.

Et « Mort-à-no » de rajouter : « Vous regrettez Sarkozy... vous regretterez Carla aussi !! »

Ah bon : Elle était attachée aux meubles ?

Enfin, la présidente du Front national, choisit de tweeter pour réagir. Madame « réglant ses comptes avec l'ex de son compagnon, accessoirement Président de la République. Juste pitoyable... Ça promet... »

 

Et pourtant, il y a quelques mois, sa confidence était presque passée inaperçue. Dans le livre « Valérie, Carla, Cécilia, Bernadette et les autres » de Constance Vergara, Rottweiler confiait ne pas avoir pu voter pour « Ségololo » au second tour en 2007. « Trop douloureux »…

La jalousie excessive vis-à-vis de « Ségololo » était jusqu’à ce mardi midi un sujet de plaisanteries, pas toujours fines, dans le milieu politico-journalistique. Ses SMS vengeurs à des confrères et des consœurs qui oubliaient de parler au passé de l’ex-couple. Mais, chez les proches du président, sa prise de position en faveur du dissident de la 1ère circonscription a semé la consternation.

 

Elle a « exprimé son point de vue : elle sait qu’Olivier Falorni est un Hollandais de longue date, c’est un ami, et elle a voulu lui apporter son soutien alors même que tout le PS se range derrière Royal ».

« Valérie est indépendante, libre, elle dit ce qu’elle pense », ajoute un élu soce.

 

D’autres y voient un coup de billard à trois bandes.

Une sorte de répartition des rôles entre le « bad cop », qui a lui publiquement exprimé son soutien à son ex et néanmoins mère de ses marmots en première page de la profession de foi de la présidente de la région Poitou-Charentes, et la « good cop », chargée par le chef de l’État de rompre l’isolement du dissident. Certains évoquent même l’action « en sous-main » de « tonton Yoyo », qui « mène une guerre depuis toujours contre Ségololo ».

« Une affaire privée, pas politique ».

« Elle a vu ça (l’affiche de « Ségololo ») ce matin et elle a pété un plomb, c’est une affaire privée, pas politique », souligne un autre socialiste.

 

Le journalisme politique aimerait bien s’arrêter où commence la vie privée. Mais pour cela, il faudrait que les politiques et les entourages des politiques leur donnent un petit coup de main.

« François III » a fait de la rupture avec « Bling-bling » la marque du début de son quinquennat. Rupture avec « l’exhibition des comportements privés », soulignait-il, en s’étonnant de la mise en scène à laquelle avait consenti son prédécesseur, d’abord face à ses difficultés avec « Sicilia » puis lors de son mariage avec « Karla ».

Ça n’aura pas tenu le temps d’une lunaison…

 

En avril, elle disait d’elle que : « François me fait totalement confiance, sauf pour mes tweets.»

 

Voilà qui se confirme : Même pas 100 jours, que déjà « l’État de grâce » se fait la malle !

« L’État de grâce », c’est justement le moment où tout est possible.

Voilà qui se confirme aussi, confirme-je de mon côté.

Bien triste époque, où quand l’esprit vient aux femmes – à en faire même de la politique – tout est possible : Magnifique !

Repost 0
Published by I-Cube - dans Mai 2012
commenter cet article
12 juin 2012 2 12 /06 /juin /2012 04:23

 

Ça roule !

 

Sous la pluie et sur l’autoroute, un peu glissante. Mais pour un jour de pluie, finalement, ça roule, même si je suis ravi que la finale de Roland-Garros soit interrompue : Je vais pouvoir aller sur place voir la fin du match lundi (hier).

Le match a été court et je devais être le seul « payant » dans les tribunes envahis de supporteurs du slovaque recrutés dans « les clubs » de jeunes tennismen (et women, hélas trop jeunes pour mon nerf-honteux).

 

Coup de bigophone d’un de « mes bons amis » qui m’annonce que c’est plié : On va vers une énième cohabitation !

Je me demande…

J’avais bien entendu dire à la radio du bord que la participation est une des plus faibles depuis des décennies.

Conséquences de plusieurs facteurs : La mobilisation prévue pour dimanche prochain, au tour décisif. Les citoyens seront présents, du coup ils sont allés tondre la pelouse ce week-end : Les effets du vote utile ;

Les « consignes » : Éviter un maximum de triangulaires d’avec les « frontistes » ! Un coup à laisser passer les « gôches-du-manche »…

Consignes que j’ai refusées de relayer, une fois de plus !

Non mais !

Toutes choses qui devaient perturber mes « petites-modélisations » et empêcher un « raz-de-marée-soce ».

 

Résultat une participation dérisoire estimée à 57,1 % et donc seulement à peine une cinquantaine de triangulaires (dont même à Boulogne-Billancourt où le dissident local talonne le parachuté « Gué-an » !).

En fait, ce n’est seulement que dans moins de 79 circonscriptions qu’il y aura des triangulaires avec le FN n’en provoquera pas plus de 61, là où ils espéraient en avoir 150 à 200 (et moi d’en avoir estimé le nombre total à 345 : Planté largement !).

Or, c'est avec celles-ci que les frontistes comptaient infliger le plus de pertes à l'UMP et pousser à la recomposition de la droite.

Loupé !

 

Estimation : PS / Parti radical de gauche / MRC / DVG : 34,4 % ; UMP / NC / Parti radical valoisien / Alliance centriste / DVD : 34,6 %, au coude-à-coude !

Front national : 13,7 % ; Front de gauche : 6,8 % ; Modem : 1,7 %, en déroute !

Europe Écologie - Les Verts : 5,7 %, mieux que « Efa-Choli »…

Extrême gauche : 1 % ; Divers extrême droite : 0,2 % ; autres (Divers / Divers écologistes / Régionalistes) : 1,9 % !

Attention, « chez moi », les « cousins natio » sont en position d’arbitre, arrivés second devant Zucarrelli, le PRG local qui va en perdre son latin et son siège.

 

Projection (en sièges) : Gauche parlementaire : 310 à 356 sièges : Pas de raz-de-marée !

Dont PS / DVG : 275 à 305 sièges, limite majorité absolue de 289 sièges.

On verra dimanche prochain si « Bling-bling » leur aura permis de faire le « Grand-schlem » ou non.

En attendant, celui-ci visite des bicoques au Maroc à 5 Méga-euros l’unité pour abriter ses frasques d’avec « Karla »…

 

Parti radical de gauche : 10 à 14 sièges ; Mouvement radical et citoyen : 3 à 5 sièges ; Europe Écologie – Les Verts : 10 à 15 sièges ; Front de gauche : 12 à 17 sièges : Ils vont l’avoir mauvaise, mes « petits-kamarades-coco ».

Encore poussés à se fossiliser toujours plus…

D’ailleurs, « Mélangeons » se prend un nouveau coup de pied au kul à « haine-hun-beau-mont », hélas au profit de « Marinella Bella-Tchi-tchi » !

Modem : 0 à 3 sièges. Quand on vous disait que ça n’existerait plus…

 

Droite « parlementaire » : 224 à 261 sièges, dont UMP / DVD : 205 à 235 sièges (là où mes « modélisations » donnaient autour de 197 : Replantage !), Nouveau Centre / Alliance centriste : 15 à 19 sièges et Parti radical valoisien : 4 à 7 sièges.

Une déculottée prévisible : Finis les rêves de cohabitation. Je ne sais pas où mon « bon-ami » s’est encore informé…

Front national : 0 à 2 sièges, dont la nièce de « Marinella » et plus vraisemblablement maître « Konnard », celui dont il est question dans l’affaire Ferrayé (si vous avez suivi les aventures de Paul de Bréveuil en août 2010 dans nos colonnes).

Une première depuis 1986…

 

Voilà qui une fois de plus reste assez drôle et à double titre : Finalement la droite républicaine fait mieux que le seul « parti des soces » et pourtant ces derniers feront le grand schlem !

Encore plus drôle : L’UMP fait nettement mieux que l’UMP + « Bling-bling ».

Quand je vous disais que ce dernier n’avait pas sa place parmi les « compagnons » qui s’étaient fait « hold-upés » leur parti, je n’avais donc pas tort.

 

Cinq ministres du gouvernement « J’y-aime-Air-Haut » sont en ballottage favorable en Île-de-France. Si le ministre de l’Intérieur, celui de la Ville partent en position très favorable dans l'Essonne, tout comme celle de la réussite éducative et celle du logement à Paris, le ministre de l’Économie sociale aborde le second tour avec un peu moins de sérénité mais en ballottage favorable aussi.

 

Dans les Yvelines le parachutage de la « plume » de « Bling-bling », pourrait donner lieu à une triangulaire, le dissident UMP devant annoncer hier soir sa décision de se maintenir ou non (je poste ce billet avant de savoir).

Les anciens ministres (UMP) « Valy Prêtresse » et « David Ledouillet » sont en ballottage favorable dans les Yvelines.

 

En Seine-et-Marne, le secrétaire général de l'UMP et le président du groupe UMP à l'Assemblée devront retourner devant leurs électeurs dimanche prochain.

La « porte-la-parole » de la campagne de « Bling-bling » est en position moins confortable dans l'Essonne, talonnée par le maire de Marcoussis.

 

Dans les Hauts-de-Seine, la gauche est en passe de gagner enfin un siège de député (Asnières-Colombes-sud) : « Rama qu’a-des-ratés » est d'ailleurs éliminée ! Exit la minette-pas-blondasse locale de « Bord-l’eau ».

 

Dans la Kapitale de mon pays « Fifi-le-déchu » retournera aussi sur les marchés tout au long de la semaine !

 

Dans le Val de Marne, plusieurs députés UMP sortants sont en mauvaise posture et le dernier député communiste du département pourrait se faire évincer par un candidat d'union MRC-PS.

 

Dans le Val-d'Oise, qui ne compte actuellement qu'un seul député socialiste, les candidats de gauche ont réalisé une percée notable au premier tour des législatives, qui pourrait leur permettre de ravir plusieurs sièges à l'UMP.

 

Le seul candidat élu dès le premier tour en Île-de-France est « Go-as-Guen », serein qui conserve son siège parisien.

Plus drôle, « Poupe-honnie » (PS) a obtenu la majorité absolue à Sarcelles (Val d'Oise), chez « Déesse-khâ », mais devra se plier à un second tour en raison de la trop forte abstention qui ne lui a pas accordés les 25 % d'inscrits nécessaires.

L'unique duel avec le Front dans la région concerne le socialiste « Barre-tau-Lone », président du conseil général de Seine-Saint-Denis, à Noisy-le-Sec, où il est assuré de l'emporter.

 

Le premier ministre a été réélu de son côté avec 56,21 % des voix.

Le ministre des Affaires étrangères aussi avec 52,81 % des suffrages exprimés.

Le ministre délégué aux Affaires européennes avec 55,39 %.

Le ministre délégué aux transports avec 50,66 %.

La ministre déléguée auprès de la ministre de la Justice avec 53,18 %.

Le ministre d’Outre-mer avec 67,23 % des suffrages exprimés.

Tous les autres sont en ballottage « favorable »

 

On note que « Maure-anneaux » ne fait que 34,33 % dans son coin contre 39,29 % pour le candidat socialiste…

Et cette « ex » de tendre la main aux frontistes avec lesquels « elle partage beaucoup de valeurs », pour faire barrage au candidat PS.

Je ne raconte pas les déboires de « Ségololo » en triangulaire contre le patron local de la fédé de La Rochelle, ni « Titine Eau-brie » qui appelle « sa » candidate dans le Vaucluse à se retirer pour faire barrage au front de la nièce…

Je ne vous dis pas le capharnaüm…

Et que « Jacqu’a dix Langues » l’est aussi pour son énième parachutage … « chez-son-lui » à lui !

Les gaulois, un peuple d’ingrats ?

 

Oui quand on sait qu’à cause de cette abstention massive, mes « belles-modélisations » sont une fois de plus contrariées !

Bref, là où il avait été possible d’imaginer 145 députés élus dès le premier tour, dont 137 auraient été issus des rangs des « soces » ou de leurs affidés et seulement 8 de l’ex-majorité présidentielle, finalement, seulement trente-six sièges de députés ont été attribués dès le premier tour, dont 23 députés PS, 7 l'UMP (là où je n’ai pas « tout-faux »).

Un flop…

On note quand même que trois sont des « petits-nouveaux ».

Et que cette « promotion » du premier tour comprend 10 femmes, dont deux nouvelles élues.

Bel effort.

La suite, la semaine prochaine…

Repost 0
Published by I-Cube - dans Mai 2012
commenter cet article
10 juin 2012 7 10 /06 /juin /2012 03:57

Ce matin…

 

Vous faites ni une ni deux, juste après les croissants-chauds du dimanche, vous allez voter, SVP !

Et si ce n’est pas avant l’heure de l’apéro-méridien, vous vous démerdez comme vous voulez, mais vous me faites ça avant l’heure de l’apéro-vespéral !

 

Votez pour qui vous voulez, MAIS VOTEZ !

 

Ce n’est pas tant que votre choix soit important, chacun s’en balance puisque c’est déjà « joué-plié », mais au moins, vous aurez participé (et c’est bien ce qui compte comme aux jeux olympiques) de façon à ce que personne ne puisse jamais imaginer, mais vraiment « jamais », qu’on peut tout faire dans votre dos sans que vous ayez, au moins une fois, votre mot à dire.

 

Pour ne pas l’avoir compris, « Bling-bling » n’est plus qu’un « touriste » dans le pays d’autrui.

Il ne s’agirait pas non plus que « François III » se croit tout permis à son tour : Nous y veillerons, surtout si vous allez voter aujourd’hui !

 

Alors, VOTEZ, svp !

 

Merci à toutes et tous.

 

I3

Repost 0
Published by I-Cube - dans Mai 2012
commenter cet article
1 juin 2012 5 01 /06 /juin /2012 04:18

Ils ne savent plus quoi inventer !

 

Contre l’avis de « l’ex-premier », « Pruneau Le-Mère », lui voulait une cohabitation : « Je souhaite la victoire de ma famille politique », a-t-il indiqué sur Europe 1, l’ex ministre des vergers, lui-même candidat dans l’Eure.

Il vient de se prendre une défaite mémorable, mais ça ne lui fait ni chaud ni froids :

« J'ai entendu les critiques de certains responsables de l’actuelle majorité sur la cohabitation, je leur rappelle juste pour leur rafraîchir la mémoire qu'il y a eu des cohabitations de droite, des cohabitations de gauche, ça ne s'est pas si mal passé que ça et les institutions de la République se sont très bien accommodées de cette situation-là ».

Les institutions peut-être, mais le pays sûrement pas…

 

Les idées de « François III » sont « absurdes », selon une ministre autrichienne de la finance.

« De la croissance financée par de la dette ? Ce sont des recettes d'avant-hier. » indique la ministre citée par le journal « Oberösterreichische Nachrichten ».

C’est dans les vieux pots qu’on fait pourtant les meilleurs plats…

 

Comme on ne parle pas assez d’elle, la vedette-en-d’jean, on en rajoute une couche : Oui, Cécile Duflot prend le métro !

La vache !

Et un « chauffeur de maître » au chôme-du, un !

La ministre des « logis-écolos » a répondu l’autre matin à « Coopé » qui l’avait raillée en affirmant qu’elle était repartie de l’Élysée jeudi dernier en voiture avec chauffeur. La secrétaire nationale d’EELV a assuré sur Canal + qu’elle était « arrivée avec le bus 83, et repartie avec le métro, ligne 13 ».

« Il n’a jamais pris le métro, donc ça lui semble juste dingue », a-t-elle lancé.

Où ça va se nicher : Aller en voiture jusqu’à la première bouche du métro « Miromesnil » ou « Champs-Élysées » de la ligne 13, il faut avouer que quand même… 

 

Alors que la ministre des Affaires sociales « Tour-haine », a annoncé qu’un décret rétablissant la retraite à 60 ans serait publié avant début juillet, le futur-ex président de l’Assemblée juge qu’il n’est « pas admissible de choisir dans la précipitation et l’opacité (cette voie) pour remettre en cause l’équilibre de nos finances sociales ». Il serait « inacceptable que cette mesure soit prise par décret avant même que le Parlement n’ait été informé des conséquences sur les régimes de retraites en général (…) ».

« En tout état de cause, le Parlement doit être respecté ! » assure-t-il encore.

Eh oh : Ils font ce qu’ils veulent depuis que tout le monde s’est démerdé à leur laisser tous les pouvoirs !

C’est ça la démocratie : Cause toujours !

 

« Démago », « escroquerie », « gadget de communication » : RTL raconte que les anciens membres du gouvernement ne mâchent pas leurs mots contre « veaux-qui-est », qui a annoncé il y a quelques jours qu’il renonçait aux 6 mois de salaire qu'il devait toucher en tant qu'ancien ministre.

« Il essaie de s’acheter une moralité », a lâché un ex-ministre, tandis qu’un autre s’est dit prêt à « lui casser la gueule ».

« Tous les Français ont le droit au chômage, je ne vois pas pourquoi les ministres n’y auraient pas droit », a encore jugé un ex-membre du gouvernement.

Tous ?

Non : Moi je n’y ai pas eu droit… Mais je n’ai jamais été ministre non plus…

Et les anciens collègues de l'ex-ministre de se marrer en douce en assurant qu’il continuera à toucher son indemnité de maire du Puy-en-Velay ainsi que celle de député, s'il est élu.

De plus, en tant qu'énarque, il pourrait réintégrer la haute administration en cas d'échec aux législatives.

De toute façon, la loi « deux-braies » assure son confort personnel en cas d’éviction définitive…

 

De son côté, « Rey-mysterio », ex-judoka et ancien mari de Claude Chirac, a été nommé ce mardi conseiller sport de « François III ».

L’ancien gendre de Jacques Chirac avait soutenu le candidat socialiste pendant la campagne.

Encore un qui n’a pas suivi le « Chi » en son exil marocain…

Par ailleurs, « Les-cures », ancien PDG de Canal + va être chargé d'une mission de concertation sur la loi Hadopi, que « François III » a promis de réformer.

Le spécialiste de la « télé-payante », ce n’est pas de bon augure, si vous voulez mon avis !

 

Un peu plus tard, on signale un très vif accrochage entre l’ex-Garde des Sots, « Rachida Mimi » et le « Nanar Deux-braies ».

Au centre de la querelle, le soutien de la première à la candidature dissidente de Brigitte « Kusse-terre » dans la 4ème circonscription de Paris, où le second a été investi par l’UMP.

Après que l’ex-ministre a diffusé plusieurs tweets appelant à voter pour la dissidente, « Nanar » lui répond par une lettre cinglante, ci-dessous reproduite, juste pour le plaisir :

 

« Pendant au moins deux ans, tu as « tapé » contre ton camp en injuriant le Premier ministre. Tu as choisi tes mots. Ils étaient tranchants, outranciers. Ils témoignaient d’une haine qui n’aurait jamais dû exister. Tu avais oublié que c’était ton Premier ministre. Tu avais oublié qu’il avait pendant plusieurs années supporté tes caprices.

 

Il y a plus de deux ans, tu as été nommée (et je te l’ai déjà rappelée) député européen puisque tu avais été désignée comme tête de liste au nom de la parité. Il semble que ce poste de député européen, pourtant extrêmement important, n’ait pas été digne de ta personne. Il semble aussi que tu ne sois pas allée bien souvent à Strasbourg ou à Bruxelles. Ce n’est pas pour autant que tu as négligé tes émoluments.

 

Tu as été aussi désignée maire du VIIième arrondissement par la grâce des puissants. Ils ont gentiment, mais fermement, écarté toutes celles et tous ceux qui auraient pu entrer en concurrence avec toi. Les habitants du VIIème n’ont pas eu d’autre choix que de t’élire. Tu es certainement un bon maire, mais qui confond medias et mairie.

 

Voici que tu as renoncé au dernier moment, après avoir « craché » une nouvelle fois ton venin, à te présenter contre le Premier ministre. C’est une bonne chose, mais tu aurais pu éviter les mots blessants, inutiles.

 

Maintenant que tu te sens libre, tu viens m’agresser dans les 16ème et 17èmearrondissements, la nouvelle 4ème circonscription dont je suis le député sortant. Te voici de nouveau en train de vitupérer, d’utiliser des mots que tu aimerais blessants vis-à-vis de moi. Tu utilises une nouvelle fois ta médiatisation. Elle sonne creux !

 

Tu m’as traité d’héritier ? La belle affaire ! Dois-je te dire que j’en suis fier ? Tu ne connais peut-être pas ma famille. Mon grand-père, Robert Debré, a créé l’UNICEF après la guerre. Sais-tu seulement à quoi sert l’UNICEF ? Il s’agit d’aider, à travers le monde, tous les enfants qui souffrent. C’est l'une des plus belles création humanitaire de l’après-guerre, ce qui lui a valu le prix Nobel que mon grand-père est allé chercher accompagné des autres créateurs de cette si noble fondation.

 

Mais il a aussi créé la pédiatrie moderne, traité tous les enfants du monde, ceux des puissants comme ceux des pauvres. Il a également créé les CHU, la plus grande des réformes hospitalières en France et qui a été imitée dans tous les autres pays. Veux-tu que je regrette et rejette cet héritage ?

 

Je suis aussi l’héritier de mon père. Peut-être en as-tu entendu parlé ? Il a créé l’École Nationale d'Administration, l’École Nationale de la Magistrature. Il a été à l’origine de tant de réformes et même de la Constitution de la Vème République dont tu as été, par la grâce de Nicolas Sarkozy, Garde des sceaux. Il a marqué sa période d’une trace indélébile d’honnêteté, de droiture et de fidélité.

 

Je pourrai ainsi effectivement énumérer l’activité de mes oncles, de mes tantes et même de mon frère, président du Conseil constitutionnel. Oui, j’en suis fier et j’ai essayé, j’essaye encore, d’en être digne. Peut-être sais-tu que j’ai été, pendant plus de 20 ans, chef de service d’un des plus grands service d’urologie de France, sans doute d’Europe, que j’ai été appelé à opérer dans le monde entier ? Peut-être sais-tu aussi qu’en tant que député, j’ai marqué profondément l’Assemblée nationale tant lorsque j’étais dans l’Opposition que lorsque j’étais au sein de la Majorité.

 

Toute cette longue digression pour te dire qu’il n’est pas honteux d’avoir des parents irréprochables qui ont eu une seule devise : « servir ». Pour les uns, c’était servir l’homme ; pour les autres, c’était servir le pays. En aucun cas, je le dis bien, en aucun cas, leur devise était de « se servir ».

 

Si j’ai utilisé ces mots, c’est que l'on a fortement l’impression que tu as envie de te servir pour cultiver ta notoriété. Mais en fait, qu’as-tu fait ? Une réforme judiciaire qui t’a été imposée par l’Elysée. La plupart de tes actions ont été des agressions perpétuelles contre ton camp, comme je te le disais au début de cette lettre, des agressions contre François Fillon, mais aussi contre d’autres ministres qui ne t’ont pas plue. T'es-tu rendu compte que lorsque tu faisais tes discours en pleine campagne électorale, à la demande de Nicolas Sarkozy, et que tu rentrais à Paris pour « taper » sur le Premier ministre, tu nous as fait perdre des voix et tu as contribué à la défaite du Président ?

 

Tu ne peux pas t’empêcher de jeter ton venin. Alors viens semer une nouvelle fois la zizanie dans ma circonscription, au nom de la parité, dis-tu. Mon Dieu ! Si c’était vrai, tu n’aurais pas agi de cette façon car c’est toi qui as fait élire Pierre Charon, un dissident, qui a battu Catherine Dumas, sénatrice sortante du 17ème arrondissement.

 

C’était vraisemblablement au nom de la parité que tu as agi de la sorte! Alors n’utilise pas des mots qui ont simplement comme objectif d’aider ton ambition. Il est un temps pour le combat et il est un temps pour la paix. Il serait nécessaire que le temps pour le combat ne dure pas toute ta vie et que tu arrêtes un jour d’agresser tout le monde pour rentrer dans le temps de la paix.

 

Pr. Bernard DEBRÉ

Ancien Ministre

Député de Paris »

 

« Rachida Mimi » lui rétorque sur Twitter :

« Les Français attendent autre chose que la vulgarité des propos d'un professeur de médecine ! »

Plus kon que ça, tumeur !

Repost 0
Published by I-Cube - dans Mai 2012
commenter cet article
31 mai 2012 4 31 /05 /mai /2012 04:38

Qui ont été longs et animés, puisque week-end l’était également…

 

Débats à « haute valeur-ajoutée », s’il en était !

À part le « maigre-et-tiste » local et les quelques « socio-traites » avec qui il arrive qu’on fasse « ménage », ils étaient tous de « droâte-bien-pensante ».

C’est dire si ça volait haut à en être « stratosphérique ».

 

Premier sujet : Combien de temps avant la séparation de Karla d’avec « Bling-bling » ?

 

Parce qu’elle doit s’emmerder ferme aux portes des oueds marocains, ces derniers temps, dans son « exil-fiscal » doré, la minette.

Pour une « bouffeuse d’hommes », que les couvertures de la presse à sensation ont montrée en compagnie de plusieurs personnalités – les chanteurs Louis « Berre-tignasse », Mick « J’ague-gouare », Éric « Clap-tonne » et J-J. « Gold-man », le réalisateur Léos « Car-axe », les acteurs Charles « Bher-lingue » et Vincent « Pére-aise », l'avocat Arno « Klark-sfeld » ou encore « Fafa l’empoisonneur », voire Denis « Oli-veines » avant qu'elle n'épouse notre ex « Ô combien vénéré Président » - elle confirmait elle-même ce « profil ».

Dans diverses interviews elle se disait même ennuyée par la monogamie : « l'amour dure une longue période, mais le désir brûlant, deux à trois semaines. Je suis monogame de temps en temps, mais je préfère la polygamie et la polyandrie ».

Une « bi » ?

 

D’ailleurs, alors qu'elle vivait avec l'éditeur littéraire J-P. « Entonnoir-veine », elle entamait une liaison triangulaire avec le fils de celui-ci, « Raph’ », qui était alors marié légitimement avec Justine « Lève-y » : C’est dire que rien ne lui fait peur.

Le 21 juillet 2001, elle met même au monde un petit garçon, Aurélien, né de cette relation adultérine : Comme quoi le père et le fils avaient des goûts semblables en matière de femmes.

Ou elle sait faire ce que d’autres ne savent décidément pas faire…

En 2004, elle est d’ailleurs l'un des personnages du premier best-seller de Justine, « Rien de grave ».

L'auteure, fille de « Bé-Hache-Elle », y expose son important passage à vide et sa période de reconstruction à la suite de son divorce d'avec « Raph’ », parti avec la belle-Karla dont elle en brosse un portrait assez peu flatteur !

 

En novembre 2007, au cours d'un repas organisé par Jacques « Ces-gars-là », Karla fait la connaissance du « péteux-montés-sur-talonnettes » qui crèche pour un bail-précaire rue du faubourg Saint-honoré au-dessus de « MA » cave (qu’heureusement, il n’honore pas comme il se doit).

Elle le fiance rapidement après deux ou trois coucheries et le marie même le 2 février 2008, à 10 h 45 après une réunion de crise portant sur la crise militaire au Tchad !

À la même époque, elle se montre également en compagnie de Maurizio « Reine-mère », l'homme qui avait annoncé peu avant être son père biologique.

Et celui-ci accompagne notre ex- « Ô combien vénéré Président » lors d'un voyage officiel en Roumanie en février 2008.

 

Six mois ou un an avant son prochain divorce ?

Les paris sont ouverts autour de la table : Pour ma part, je dis moins de « 6 mois », mais on ne le saura que dans plus d’un an !

Et vous savez que j’ai horreur de perdre mes paris…

Mais c’est du 1 contre 3 : Autour de la table dans les « Jardins des boucles de l’Epte », la tendance et à « un an »…

C’est à cause du rosé : Il était bien frais !

 

Second sujet : Quel « patron » au PS ?

 

Là, c’est tout autant « sportif ». D’abord il y a un hélico qui se pose dans le champ voisin : Chacun pense que c’est la Présidence qui envoie les pilotes pour quémander ma présence aux côtés de mon sosie élyséen !

Moi, je sais bien que non : J’ai déjà refusé !

Servir de cible à des terroristes frontistes, ce n’est pas mon destin, je le sais.

Et puis il repart après avoir apporté « un pli-cacheté » au voisin propriétaire dudit champ de coquelicot.

Très bien ça, les coquelicots pour y cacher une culture de pavot, tout ce qu’il y a de plus officielle, avec autorisations estampillées par le préfet local, pour les « grands laboratoires de pharmacie »…

 

Un congrès doit se tenir en octobre prochain pour désigner le ou la prochain(e) premier(e) secrétaire du PS, alors que « Titine Eau-brie » ne devait pas se représenter...

Une sacrée bataille en sous-main : La lutte pour le fauteuil de premier secrétaire est ouverte. Depuis des mois, la fillotte-à-« Deux-l’or » répète partout qu’elle ne sollicitera pas un nouveau mandat à la tête du PS.

Le mardi suivant au petit-matin, encore sur BFM TV/RMC, elle l’a réaffirmé, laissant toutefois pour la première fois la porte ouverte à une prolongation.

Son départ interviendra « au plus tard à l'automne si toutes les conditions sont réunies. Mais en général, je fais en sorte qu'elles le soient, elles le seront », a-t-elle finassé.

Étonnant, surtout quand la première secrétaire, en privé, se montrait jusque-là catégorique sur sa volonté de ne pas rempiler à la tête du PS, où elle considère presque avoir accompli des « TIG » (travaux d’intérêt général).

Au PS, certains s’inquiètent toutefois de son pouvoir de nuisance, qui pourrait redoubler si elle n’est plus tenue pas son devoir de solidarité, au moins d’affichage, inhérent au poste de première secrétaire.

C’est qu’elle l’a saumâtre de ne pas avoir été choisie comme « patron du gouvernement », contre un « flanby-bis », « soce-démocratouille »…

 

Car on venait d’apprendre, dimanche donc, que « Hard-l’aime-mon-désir », son n° 2 avec qui elle entretient des relations très fraîches depuis peu, avait fait acte de candidature. Il avait assuré avec succès l’intérim durant les primaires et se verrait bien reprendre le bureau de la première secrétaire. « Je n’ai pas caché que j’étais prêt à être le premier secrétaire du PS », a-t-il réaffirmé.

Calife à la place du Calife le pote « qu’on ne touche pas » ?

Je demande à voir.

On évoque J-C. « Quand-bas-délices », candidat sans le dire, « Fifi Rase-b’-s’amène », recalé du dernier gouvernement, qui s’y voit bien et d’autres peut-être.

« Nous ne sommes pas à l’UMP où « Fifi-le-déchu » et « Coopé » sont en train de se battre ». Se déchirer les ruines, même.

 

« En fait, tout va dépendre des résultats des législatives », prédis-je.

Un « rat-de-marré-rose », comme la logique arithmétique des triangulaires à venir l’impose, elle fera ce qu’elle voudra.

Y compris d’être le second premier-ministre de « François III » dès la rentrée.

Et de donner un coup barre ferme à « gôche », à en « souquer-ferme » pour le bas-peuple soumis à ses élites.

Merci à « Marinella-tchi-tchi », pour le coup !

Mais « François III » perdra les élections de 2017 pour être remplacé par « Vil-pain », si, si, si, si…

« Vil-pin » ou « Jupette », se sont les seuls à être légitimes pour reconstruire l’UMP, même si la route va être longue…

« Titine » n’aura de légitimité que si les législatives – et sa tactique des accords sur « tapis-vert » – aura démontré son efficacité.

Ce qui est loin d’être acquis, notamment en raison des profondes blessures tracées « au-sang » dans les rangs « PS », à en gérer de nombreuses candidatures-dissidentes…

 

Une courte-victoire (comme semble le dessiner les sondages), je persiste à penser qu’elle se fera jeter, condamnée à aller bouffer du Maroilles-sur-Bière à tous ses petits déjeuners lillois jusqu’à la retraite.

Et le « patron », ce serait l’outsider « De-La-Nuée », sauf s’il entre au prochain gouvernement, qui se fait ch… à la mairie de Paris : On ne peut toujours pas y fumer tranquillement !

Là, ça m’arrange, moi qui entretiens des « relations-aimables » et constructives avec « l’Anda-loose » locale, à savoir « Sœur-âne ».

J’ai plein de projets de loi à lui soumette sur la petite-enfance, que les équipes à « Mort-anneau » n’ont même pas voulue lui transmettre.

J’ai bien tenté et tâté « ma chance » avec Myriam (« Elle-konnerie », la bretonne-fumeuse comme un pompier), mais elle c’est « enfance-jeunesse », pas « petite-enfance ».

Bref, mes projets de lois, ils sont encore dans mes cartons.

 

Et tout le monde de se foutre de ma « tronche de sosie » que d’évoquer « De-La-Nuée ».

Ce serait pourtant un « bon plan » pour faire revenir la « droâte » au plus vite, non ?

 

Bref, les paris sont ouverts…

 

Repost 0
Published by I-Cube - dans Mai 2012
commenter cet article
30 mai 2012 3 30 /05 /mai /2012 04:06

Un vrai festival !

  

Comme on les adore : Faudra se souvenir, pour se les raconter à l’hiver revenu…

La campagne des législatives avait officiellement commencé a semaine dépassée : 577 circonscriptions, 6.540 candidats, dont 2.641 femmes et 26 ministres sur 34 ! C’était parti pour trois semaines de campagne des élections législatives.

Parmi les prétendants, se trouvent quelques célébrités qui ont autrefois fait démonstration de leur talent dans tout autre domaine que la politique : le généticien Axel Kahn est investi par le PS dans la 2ème circonscription de Paris, où il affrontera « Fifi le déchu », l’ex-présentateur de la météo Patrice Drevet se présente dans l’Hérault sous l’étiquette du parti radical, et l’actrice porno Céline Bara tentera sa chance en Ariège avec son parti le Mouvement antithéiste et libertin (Mal).

 

L’UMP ne respectera pas la parité pour les législatives, mais « Coopé » assume : « Je plaide coupable avec regret, c'est un arbitrage que nous avons eu à rendre et qui était difficile » et d’expliquer que le parti de droite avait besoin d’un maximum de députés élus : « Voilà pourquoi j'ai pris avec mes amis de l'UMP cette décision qui nous coûtera en termes d'amendes. Chacun doit comprendre que dans la période qui est la nôtre, il nous faut absolument avoir le maximum de députés et que cela passe par le poids, l'ancrage local de beaucoup d'entre nous ».

Et d’ajouter franc comme un âne qui recule : « Ce n'est pas de gaîté de cœur. Je pense que cette loi est bonne » !

Ça va coûter « bonbon » en amende de lois qu’ils ont eux-mêmes votées.

Et il veut que je vote pour des meks qui se mettent hors-la-loi eux-mêmes ?

Que ma cotisation sert à payer des âneries ?

Uniquement pour assurer des rentes à tous ces exclus-politiques ?

Mais il rêve les yeux grands-ouvert, bibi…

 

Le jour même, on aura noté qu’un prisonnier de Fleury-Mérogis s’est fait la belle alors qu’il participait à un tournoi de basket entre détenus et surveillants, en présence de la nouvelle ministre de la Justice « Taupe-ira ».

Ce n’est qu’en fin d’après-midi, alors que l’équipe s’apprêtait à quitter le palais de Bercy où se déroulait la compétition, que les gardiens se sont aperçus qu’un prisonnier manquait à l’appel.

Une bonne entrée en matière…

 

Et puis pour faire bonne mesure, toujours le même jour l’UMP demande à Audrey « Pull-Var », la « régulière » de « Monte-bourre » de faire un choix…

Missionnaire ou levrette ?

Non !

Dans un communiqué, Geoffroy de « Dix-dié », secrétaire national du parti, a appelé à choisir entre « le redressement productif et la décence médiatique ».

La pauvre-chérie aurait démontré à quel point « elle n'avait aucune déontologie »

C’est sûr que quand on annonce qu’« On n'est pas couchés », on se demande bien si ça reste « déontologique » d’expliquer tout ce qu’on peut faire « A2 » dans un canapé ou debout sur la table du salon !

 

On annonce alors que des dissidents-PS (leurs « tchétchènes » à eux) sont exclus de leur côté : Cinq membres du Parti socialiste qui ont déposé des candidatures dissidentes en Haute-Garonne ont été exclus du parti. Parmi eux, un certain fait de l’ombre au ministre des Anciens combattants, « Qu’adhère-Arrive »…

Le petit-nouveau des minorités historiques, venu de nulle-part.

 

« François III » a demandé de son côté à ses ministres d’être vigilants avec Twitter : Ils doivent être « exemplaires ».

Et « De-l’eau-née », ministre déléguée aux Personnes âgées et à la Dépendance juge qu’il n’y a là « rien de choquant », elle qui a pondu jusqu’à 10.000 tweets et est suivie par 5.000 personnes, entend toutefois poursuivre son activité sur le réseau : « Si je ne pouvais plus le faire, je risquerais de m’ennuyer ».

Comme quoi, ils n’ont rien à glander dans son ministère de la dépendance…

 

« Le centre pour la France » : Le secrétaire général du MoDem indique que 40 % de ces candidats sont des candidates, et seulement 75 % d'entre eux sont « encartés »…

Qui va payer l’amende pour les 10 % manquants ?

Les « non-encartés » ?

Quand je vous expliquais que c’est un parti où il n’y a que des élus et si peu de militants…

Du vide, quoi !

 

D’ailleurs « Maure-rein » estime que le « MoDem » devrait être battu. Sur Radio Classique et Public Sénat, l'élu de l'Eure et président du « Nouveau Centre » a demandé : « Qui sera encore sur le champ de bataille ? Il y aura tous les battus des législatives qui forcément, disparaîtront de la scène politique ».

« Je ne vois pas des socialistes à Pau qui ont bouffé du « bébé-roux » pendant vingt-cinq ans décider de voter pour lui », pas plus que « des électeurs de droite déçus par son comportement entre les deux tours de l'élection présidentielle ».

Les sondages le confirment depuis.

 

De son côté, « Vil-pain » en appelle à une « droite républicaine et humaniste la plus nombreuse possible à l'Assemblée nationale » …

Il était temps, non ?

L’ex-Premier, indique qu’une cohabitation « ne serait pas dans l’intérêt » du pays.

« J’ai dit que la cohabitation n’était pas l’esprit de nos institutions », a-t-il expliqué. « Nos instituions n’ont pas prévu la cohabitation, et d’ailleurs, j’en ai vécu deux aux premières loges, et à chaque fois, nous avons connu des difficultés, des paralysies ».

« Nous avons besoin de décisions »

Là encore, il était temps…

 

« Mord-anneaux », menacée par une triangulaire en Meurthe-et-Moselle, part quand même favorite au premier tour des législatives dans la cinquième circonscription de Meurthe-et-Moselle, à Toul, les kons !

Mais la présence du Front national dans une triangulaire au second tour pourrait lui être fatale. L'ex-ministre de l'Apprentissage, proche de « Bling-bling » fait intensivement campagne depuis quinze jours, nous apprend-on, bien décidée à endiguer le vote FN, alors que « Marinella » avait recueilli plus de 24 % des suffrages à la présidentiel le 22 avril dernier.

Pour moi-même et mes « simulations », elle ne passe pas…

Mais je peux me tromper : Une occasion pour introduire de nouvelles variables à mes « modélisations » descriptives et prédictives.

 

On a aussi noté que le « Journal officiel » de ma République s'est emmêlé les pinceaux : Les rédacteurs du n'ont visiblement pas bien assimilé le nom de tous les ministères !

Ainsi, le « ministère du redressement productif » est devenu le « ministère du redressement progressif ».

Heureusement que ce n’était pas un ministre du redressement négatif…

 

Quant à la sémillante « Du-flot », elle s’emmêle dans les saisons de son côté.

La ministre du Logement-écologique a annoncé que la fin de la « trêve hivernale » était repoussée au 31 mai.

Le but est de « faire en sorte que d'ici le 31 mai, on puisse garder des places pour qu'on mette plus personne à la rue ».

Aux portes de l’été, ça fait tout drôle.

Gageons que les mesures d’expulsion seront reportées « après » le dernier tour des législatives : Autant de boîtes-aux-lettres qui ne seront pas bourrées en vain !

 

Y’en a encore, mais je vous les garde pour plus tard…

Repost 0
Published by I-Cube - dans Mai 2012
commenter cet article
14 mai 2012 1 14 /05 /mai /2012 04:00

Les échéances approchent.

 

Et toutes les têtes sont tournées demain vers la « passation de pouvoir ». Puis dans la foulée la nomination du Premier ministre à suivre et enfin du gouvernement à constituer…

Qui va pouvoir « gouverner » sans aucune censure ni retenue pendant 4 semaines.

 

La passation de pouvoir(s), c’est un truc simple : Je vous en ai déjà écrite une !

J’essaye d’être présent pour vous écrire la suivante… 

Sans rien garantir… parce que si j’avais « mes entrées », avant, là, je suis un peu sec pour n’avoir que très, très peu d’accointance chez les « soces ».

Et je présume qu’elle sera moins drôle, en plus, et globalement, elle sera aussi courte.

Le gouvernement et son chef, on saura très vite dans la journée.

Et puis les décrets vont commencer à tomber rapidement, puis les ordonnances déjà prêtes.

 

Et tout ce petit-monde repartira « en campagne », les uns pour limiter les dégâts et sauver les meubles, les autres pour enfoncer le clou là où ça fait mal.

Normalement, tous les pouvoirs institutionnels, absolument tous hors le Conseil Constitutionnel, sont acquis à « François III ».

Autrement dit : Carte-Blanche !

À lui d’en faire le meilleur usage.

 

Et du coup s’impose la création d’une nouvelle rubrique dans ce blog : « La bande à « Fanby » dit aussi « Fraise des bois ». »

C’est le moindre des honneurs républicains que je puisse faire pour rendre hommage à sa réussite…

 

Reste que je suis plus attaché – naturellement et compte tenu de ma propre génétique-héritée – à suivre les effets du désastre d’un quinquennat loupé, où chacun aura pu découvrir jour après jour les dérives et trahisons.

Que d’occasions ratées pour redresser ce foutu pays !

Là, il va s’enfoncer : C’est déjà marqué comme ça, même si la résistance au déclin – espère-je – sera encore plus forte que d’habitude, comptant sur … un peu de bon sens de nos nouveaux dirigeants.

On va savoir très vite.

 

Avec la composition de la prochaine Assemblée Nationale.

Et c’est déjà là le « merveilleux » qui court.

« Marinella-Blondasse-Tchi-tchi » a déjà annoncé la couleur : Le « Front » maintiendra ses candidats au second tour … sauf si !

Si, au cas par cas, un accord de désistement peut être trouvé, à « gôche comme à droâte » avec d’autres candidats locaux de son choix.

Et que déjà, il y en a qui pensent pouvoir en bénéficier.

Je n’aime pas « J-F. Coopé » (Coopé pour « coopérative », faut ce qu’il faut en l’occurrence), mais il a du panache à jouer le rôle du « Chi » à son époque en affirmant qu’il n’y aura pas d’accord avec le « front ».

C’est suicidaire pour son parti d’apparatchiks désavoués, chacun le sait bien pour s’attendre à une Bérézina des plus sévères. Mais il s’y tient pour l’heure, préférant menacer les « dissidents » de son propre parti d’exclusion…

La question désormais c’est : Combien de temps va-t-il tenir cette position-là, poussé par ses propres « félons » ?

 

Je rappelle que l’on peut stigmatiser l’UMP, le parti pour lequel que j’ai tant collé d’affiches, « tracté » sur tellement de marchés, fais tant pour la fortune des PTT en « faisant campagne téléphonique » que je sais bien que ce n’est pas seulement un « club », du temps où il s’appelait encore le RPR surtout, comme le prétendait mon « commissaire politique » stalinien, du temps où je redressais financièrement une structure de la CGT (un de mes métiers dans le « civil »), mais aussi et tout autant le « clan des félons ».

Félonie du « Chi » contre « Chat-banc ».

Félonie du « Chi » contre « Giskard-A-la-barre ».

Félonie du « cousin Pas-de-quoi » contre le « Chi ».

Félonie du « Chi » contre « Sait-Gain », « Jupette » & Cie, dont mon autre « cousin Jean » (Tiberi).

Félonie de « Bling-bling » contre l’appareil partisan qui a fait fi des opposants internes (dont bibi) et du « Chi » qui nous l’a laissé en héritage.

Félonie de « Bling-bling » qui nous impose de choisir demain entre « J-F. Coopé » et « Fifi le déchu », qui nous a imposé « Rachida Mimi la galipette », l’ouverture à des « transfuges-soces » durant près de 4 ans, des « Rama-qu’a-des-ratés » et autres « Ni-putes-ni-soumises », des « Abbé-Kirsh » et autre « Beau-quel », voire des « bizarres » comme « Berre-trans » ou encore « Bas-haut-heure », « Bord-l’eau », « Mort-rein », « Couche-nerf » et tant d’autres…

Jusqu’à « Déesse-khâ » à la banque des « États-failliteux » ou « Kiki-la-Garde-meurt-mais-ne-se-rend-pas » dont les dons de financière de génie, tant au commerce extérieur (sous le « Chi ») qu’aux « phynances-publiques » auront tant fait de mal à mon pays…

N’avions-nous pas assez de talents que de devoir à ouvrir en grand la porte à des « potes » qui ont tous fait dans la « félonie » à tour de rôle ?

Et pour quel résultat au juste ?

 

Bref, ils sont dans la place, tous ces « chasseurs de place », tous ces acoquinés à des fraternelles opaques, qui vont le disputer au suffrage universel aidés de leurs « réseaux personnels » pour se maintenir coûte que coûte, quitte à « pactiser » avec le diable : Ils en sont capables, je le sais !

Et nos éléphants (Jupette, Mama et quelques autres) réduits au silence des vaincus : Ils ont déjà fait le deuil de leur infortune électorale.

Place aux félons donc…

 

Reste aussi la « droâte », la vraie, celle qui n’a pas peur de « ne pas trahir ses valeurs » : Il nous faudra suivre « Vil-pin », s’il présente quelques candidats, « Krikri-Bout-de-thym » qui va à la bagarre dans une centaine de circonscriptions.

Peut-être quelques autres…

Je n’aime ni l’une ni l’autre, mais je reste disponible : C’est dire où j’en suis réduit !

 

Parce que c’est annoncé depuis le 22 avril avec certitude : Un raz-de-marée va investir le Palais des Bourbons (qui doit ce nom à la rue qui est derrière).

Dans le lot, des « seconds couteaux » vont émerger sous les « sunlights », un peu comme en 1981 : Le « sang-neuf », c’est eux qu’ils l’ont … pour l’heure !

L’image est cocasse : Souvenez-vous que c’est en 1981 qu’a vraiment émergé les « djeuns’ » de l’époque, issus de Nanterre et de NAP (Neuilly-Auteuil-Passy, les « quartiers riches » de la capitale des « Gauloisies »), les transfuges du GUD, rassemblés « en bande » presque potaches, décomplexés et ravageurs à en avoir porté « Bling-bling » pour un court quinquennat dérisoire et finalement si inutile.

 

Ceux-ci, les « nouveaux arrivants », ils prennent un mandat pour 5 ans avec pour tâche de le renouveler au moins une fois…

Dans le désordre et avec moult courants, mouvements, cellules et je ne sais quoi d’autres.

Ils y parviendront s’ils parviennent à « tuer » la gôche de la gôche et à asservir les écolos : Tâche pour le moins un peu compliquée.

Après, avec la future loi possible sur l’interdiction du cumul des mandats, ce sera peut-être au tour des « absents » de droâte de rebâtir une force politique.

Mais en « tuant le père » et tous les félons.

Pas simple non plus…

Il faudra pagayer contre « vents z’et marées », vent debout, marée écrasante, souquer ferme pour éliminer ce cancer de la « droâte des droâtes ».

 

Ce serait assez facile, au moins sur le plan dogmatique : La « gôche-soce » ressortira comme l’allié objectif de cette « droâte assassine » de la « Gauloisie éternelle » et réciproquement.

Sur le plan pragmatique tout autant : La « gôche-soce » ne peut que « pas réussir », comme elle l’a toujours montré.

Je ne souhaite naturellement pas son échec économique et social qui s’annonce pourtant : Mon pays en souffrirait bien trop !

Mais j’affirme qu’il est facile dans une réunion de « mécontents » de leur balancer deux évidences :

« Un sur deux a voté pour eux. Nous sommes deux et comme ce n’est pas moi, c’est donc de votre fait : Vous avez ce que vous méritez ! »

Et face à un frontiste : « La prochaine fois, tu iras voter « utile » et pas pour n’importe qui d’inutile : Tu auras au moins le droit râler à juste titre ! »

Sous-entendu : Maintenant, la ferme !

 

Parce qu’il faut quand même bien considérer quelques détails :

Nombre d’inscrits : Premier tour 46.028.542 ; second 46.066.499…

Abstentions : Premier tour : 9.444.143 ; second : 9.050.095 !

Votants : Premier tour : 36.584.399 ; second 37.016.404.

Blancs ou nuls : Premier tour : 701.190 ; second : 2.146.408 !

 

Résultats du second tour : « François III » : 18.004.656 ; « Bling-bling » : 16.865.340.

Écart : 1.139.316 suffrages… Gros rejet donc.

 

Mais plus que ça !

Non seulement le vote blanc ou nul a été multiplié par trois en quinze jours, non par l’effet de consignes quelconques, mais bien plus par le rejet de la « droâtisation » des postures de « Bling-bling » durant 15 jours.

1.445.218 de plus qui se déplacent pour dire « merde », c’est justement un peu plus que ne représente l’écart entre les deux candidats au second tour.

Si le message des électeurs n’est pas clair pour les « caciques » de l’UMP, c’est qu’ils ont vraiment de la semoule dans les yeux !

Et de la choucroute à la place du neurone…

Même pas de la crème à tarte.

 

Merci à cette génération de « félons » d’avoir su montrer combien elle était « incapable ».

À nous d’en tirer les conséquences !

Et de payer le prix fort de ses incommensurables incuries…

Autrement dit, c’est vous dire si j’ai « la rage » au ventre !

D’autant que tout cela était prévisible, comme je n’ai pas manqué de vous le rappeler jour après jour…

Repost 0
Published by I-Cube - dans Mai 2012
commenter cet article