Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

D'où Erre-Je ?

  • : L'ignoble infreequentable
  •                                  L'ignoble infreequentable
  • : La seule question à laquelle personne ne sait répondre reste : la place de l'Etat. Quel est son rôle ultime ? Le reste n'est alors que dérives quotidiennes pour soi-disant, le "bonheur des autres" avec "le pognon des autres". Bonne lecture
  • Contact

Pas de quoi rire

Pauvre Marianne...

Un peu de pub :

Référencé par
Meta-Referencement
http://www.meta-referencement.com

BlogueParade.com - Annuaire des Blogues francophones

Recherche

Infreequentable en autochtone


Albanais :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=sq

Anglais :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=en

Allemand :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=de

Arabe :
http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=ar

Bulgare :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=bg

Catalan :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=ca

Chinois simplifié :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=zh-CN

Chinois traditionnel :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=zh-TW

Coréen :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=ko

Croate :
http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=hr

Danois :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=da

Espagnol :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=es

Estonien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=et

Finnois :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=fi

Galicien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=gl

Grec :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=el

Hébreu :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=iw

Hindi :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=hi

Hongrois :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=hu

Indonésien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=id

Italien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=it

Japonais :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=ja

Letton :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=lv

Lituanien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=lt

Maltais :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=mt

Néerlandais :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=nl

Norvégien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=no

Polonais :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=pl

Portugais :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=pt

Roumain :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=ro

Russe :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=ru

Serbe :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=sr

Slovaque :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=sk

Slovène :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=sl

Suédois :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=sv

Tagalog :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=tl

Tchèque :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=cs

Thaï :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=th

Turc :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=tr

Ukrainien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=uk

Vietnamien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=vi

Les Ex-Archivés

Amis visiteurs !

Oui, entrez, entrez, dans le « Blog » de « l’Incroyable Ignoble Infreequentable » !
Vous y découvrirez un univers parfaitement irréel, décrit par petites touches quotidiennes d’un nouvel art : le « pointillisme littéraire » sur Internet. Certes, pour être « I-Cube », il écrit dans un style vague, maîtrisant mal l’orthographe et les règles grammaticales. Son vocabulaire y est pauvre et ses pointes « d’esprit » parfaitement quelconques. Ses « convictions » y sont tout autant approximatives, changeantes… et sans intérêt : Il ne concoure à aucun prix littéraire, aucun éloge, aucune reconnaissance !
Soyez sûr que le monde qu’il évoque au fil des jours n’est que purement imaginaire. Les noms de lieu ou de bipède et autres « sobriquets éventuels » ne désignent absolument personne en particulier.
Toute ressemblance avec des personnages, des lieux, des actions, des situations ayant existé ou existant par ailleurs dans la voie lactée (et autres galaxies) y est donc purement et totalement fortuite !    
En guise d’avertissement à tous « les mauvais esprits » et autres grincheux, on peut affirmer, sans pouvoir se tromper aucunement, que tout rapprochement des personnages qui sont dépeints dans ce « blog », avec tel ou tel personnage réel ou ayant existé sur la planète « Terre », par exemple, ne peut qu’être hasardeux et ne saurait que dénoncer et démontrer la véritable intention de nuire de l’auteur de ce rapprochement ou mise en parallèle !
Ces « grincheux » là seront SEULS à en assumer l’éventuelle responsabilité devant leurs contemporains…
3 août 2012 5 03 /08 /août /2012 04:02

Plans de vols

 

Avertissement : Vous l’aviez compris, ceci n’est qu’un roman, une fiction, une « pure construction intellectuelle », sortie tout droit de l’imaginaire de son auteur.

Toute ressemblance avec des personnages, des lieux, des actions, des situations ayant existé ou existant par ailleurs dans la voie lactée (et autres galaxies), y compris sur la planète Terre, y est donc purement, totalement et parfaitement fortuite !

 

L’amiral poursuit : « Je vais vous dire. Si nous vous confions la mission, ce n’est pas tant pour complaire aux américains. Ce qui compte pour nous, ce sont deux choses : Vous aurez libre cours pour exploiter vos… exploits auprès des chinois et des russes dont on espère qu’ils vous laisseront jauger leurs appareils de plus près que peuvent le faire les agents des services de sécurité occidentaux.

Nous en avons un en place en Russie. Nom de code de notre agent : Dichnikov qui devrait assurer notamment les liaisons de sécurité.

Et une sino-américaine en Chine aux ordres de la CIA dont je ne connais pas encore le nom de code.

Mais le second volet, le plus important de votre mission, c’est de voir se réveiller les réseaux dormants de l’Est et d’ailleurs qui vont forcément s’intéresser à vos exploits, de les identifier voire même de les neutraliser si c’est possible : On pille nos technologies tous les jours dans nos bureaux d’études et sur nos chantiers de construction navales ! Même chez Renault !

Et tout ça, c’est du ressort de la DCRI.

Mais comme il paraît que vous n’avez confiance qu’en la Marine, ce dont je vous remercie vivement, j’ai donc été sollicité pour vous mettre le pied à l’étrier.

Voilà votre mission… que même si vous l’acceptez, nous ne sommes au courant de rien, cela va de soi ! »

Elle est bien bonne celle-là !

 

« Juste une question, Amiral. Je fais comment pour récupérer mon appareil ? »

Il devra se démerder. « On va vous faciliter la tâche quand même. Mon collègue, le général Wimereux, je crois que vous connaissez, m’a recommandé un agent de l’ancien SDECE, Richard Albert de Ildut comme correspondant et agent de liaison. Vous connaissez ? »

Pas encore.

« Un gars bien. Vous pourrez compter sur lui : Un ancien gendarme à la retraite, mais il a gardé un carnet d’adresses utiles. Il prendra contact rapidement. »

Encore cet aspect « non-officiel » en cas de pépin ?

Et s’il échoue dans cette tentative idiote ?

« Eh bien ce ne sera pas très grave ni pour la Nation ni pour la Marine. Je serai un peu chagriné par votre sort. Mais j’ai l’habitude, je suis un soldat, moi ! »

Abruti, oui !

Et s’il refuse ?

« On m’a dit que vous connaîtriez un sort encore plus funeste. Je suis encore plus attristé par cette perspective, mais parfois la raison d’État commande des sacrifices ! »

Bien cyniques, que de tels propos…

« Laissez-moi y réfléchir » fait Paul en prenant congé. Il n’a rien demandé de son sort s’il accomplissait toute sa mission « non-officielle » : Qu’on lui fiche la paix, ce serait déjà pas si mal !

Et tout ça parce que la Fondation Risles avait coulé et son « boss » tué de son fait !

Jamais il n’aurait pensé qu’on le ferait descendre en enfer aussi loin sur cette Terre juste parce que l’autre nabot il a une femme au réa trop profond et qu’il n’est pas à la hauteur la gorge à investir. Et tout ça pour avoir suivi la piste du « doigt de Dieu » qui voulait les mettre tous au cimetière !

Pas croyable…

 

Sitôt de retour sur les pelouses, il n’a en tête que de rentrer se cacher. C’est sans compter avec l’apparition de Nathalie et Marie-Claire, bras-dessus bras-dessous.

« Je te présente Paul. Mon fiancé du jour ! Marie-Claire Gouët, ma coloc’ à Paris. »

La rousse, plutôt auburn que rousse d’ailleurs, est tout sourire et a un œil qui dit merde à l’autre derrière ses lunettes rectangulaires du meilleur effet : Un très léger strabisme divergent, mais suffisant pour qu’on ne sache plus avec quel œil elle vous regarde. Il faut naviguer de l’un à l’autre et comme elle en fait autant, c’est agaçant.

Pour le reste, elle a tout ce qu’il faut là où il faut, en un peu plus « garçonne » que Nathalie peut-être… Question de posture, semble-t-il.

« Mais je vous connais. Vous n’habitez pas dans le Vème ? »

Si, mais depuis récemment seulement.

Il s’avérera dans les minutes qui suivent, que Marie-Claire, c’est la « voisine-au-chat » divaguant qui met en pelote les nerfs de Miho et de Mylène.

« Ouh ! Mais alors on va se revoir ! » fait Nathalie toute frémissante.

Le monde est décidément tout petit, même jusque dans le fin fonds du Gers.

« Jusque-là, on ne s’était pas croisé. » Sous-entendu qu’il n’y a aucune raison pour que le phénomène persiste.

« Vous ne rentrez pas tout de suite, dites : Vous nous raccompagnez au moins ! »

Ce n’est pas dans ses intentions. « Vue l’heure, ou on part maintenant, ce que je comptais faire, ou je pars à la recherche d’un hôtel ! »

Dans les deux cas, il lève le camp.

« C’est une invitation pour laquelle de nous deux ? » te raconte Nathalie qui saute sur l’occasion et la pointe des pieds.

« Vous êtes toutes les deux charmantes. Je dirais donc toutes les deux… si vous me trouvez où je vais passer la nuit ! »

Après tout, Paul n’a rien contre les trios sensuels. Alors pourquoi ne pas tenter sa chance ?

C’est alors que Marie-Claire lui tend une carte de visite d’hôtel : « Il faudra juste se serrer un peu et rapprocher les lits ! Chambre 12, au fond du couloir. On rentre quand on aura trouvé un chauffeur. »

Paul n’est pas partageur, dans ce cas-là.

« Ooooh ! Vous sauriez contenter deux appétits féroces ? »

« Vous tiendrez la distance si je vous propose un rythme d’une fois toutes les heures jusqu’au petit-matin ? »

Gloussements de ravissement idiots en réponse.

« Et qui va conduire demain matin ? »

Elles ont raison, ce n’est décidément pas raisonnable. Et il prend congé les laissant dépitées, les clés de leur chambre « pendouillantes » à bout de bras.

 

De toute façon, il n’a pas du tout, mais alors pas du tout la tête à la gaudriole avec ce qui vient de lui tomber dessus. Et son projet immédiat est plutôt de passer à Aubenas chez Isabelle Nivelle : Depuis tant d’années où elle s’est abstenue de toute relation « intime » avec son « Directeur » pour des raisons d’éthique, Paul qui n’est désormais plus son salarié, va pouvoir vérifier si son charme naturel agit toujours et encore sur son nerf honteux à elle.

De toute façon, c’est à un peu plus de deux heures de route et maintenant qu’il a une « feuille de route » indiquée par sa nouvelle « hiérarchie », il lui faut vérifier si elle est à portée de main et de règle à calcul avec son équipe d’Aubenas, celle qui a bossé sur le « 001 ».

 

Isabelle explose à l’idée de laisser partir dans un vol hautement risqué son « dégé-favori ». D’autant qu’elle compte bien le récupérer en tant que tel dans les mois qui vont venir.

« Tu te rends compte que ton successeur, Éric Schmouller, c’est vraiment le roi des cons ! À peine arrivé, c’est tout juste s’il ne voulait pas me sauter sur le poil… »

Elle aurait pu le tester en se laissant faire, au moins !

« Pire que ça, il nous a mis un pataquès pas croyable avec ses premières mesures : On a une grève du zèle perlée à gérer depuis qu’il a fait savoir ses exigences en matière de procédures : Un fou ! »

Et question pognon, ça roule !

« Ne m’en parle pas. Il a doublé son salaire par rapport à toi, s’est fait voter les pleins pouvoirs pour son golden-parachute, sa retraite complémentaire, son logement de fonction et a fermé le siège parisien. Quant à la Mercedes de fonction, c’est carrément le haut de gamme avec toutes les options que j’en ai vendu ma 607 pour la remplacer par une Twingo pour bien montrer au personnel que je ne suis pas d’accord ! »

La « miss » rouler en Twingo ? Même sa fille a une Clio !

Trop drôle.

« Il est urgent que tu reviennes ! Je peux convoquer une AG pour ça ! »

 

Elle est gentille, mais elle sait pourtant très bien que la boutique est tenue par les contrats de commandes des « actionnaires » minoritaires.

« Tu ne peux pas faire ça. Tout ce que tu peux faire, c’est de supprimer le poste de DG à l’organigramme. Mais ça veut dire que tu vas devoir remettre les mains dans le cambouis. T’en sens-tu capable ? »

Il le faudra bien si c’est la seule solution.

Et les voilà qui se mettent à bosser tous les deux sur un nouvel organigramme, répartissant les tâches et responsabilités sur le personnel et compétences existants !

En fin de soirée, il reste des détails à régler quand Paul aborde enfin la raison de sa venue dans ses murs.

« Ne me dis pas que c’est pour me sauter ! »

Non, pas de premier abord. Quoique, il venait de tourner le dos à deux nymphettes qui n’attendaient que ça…

« C’est comme je te l’ai dit en arrivant : Il faut que je fasse un tour du monde avec le 001. C’est important, pour la boutique, pour moi et pour l’avenir du proto ! »

Il explique son idée : Quitte à tourner au tour de la planète, il faut le faire sans avoir à redescendre sur terre faire le plein, ni à organiser des ravitaillements en vol tout autant chronophages et gros consommateurs de carburant…

Moindre altitude égale grosse consommation !

« D’autant que si j’ai bien vu que l’avion se comporte relativement bien à haute altitude, dans les couches plus denses, il devient imprévisible. »

Bref, il faudrait que dès lundi, elle mette une petite équipe sur le calcul d’un vol optimal, les contraintes engendrées au décollage et une autre équipe pour résoudre le problème du calculateur du pilote automatique.

« Au nez et à la barbe de Schmouller ? »

Et pourquoi pas ?

« Je te signe un pouvoir, tu nous convoques une AG qui supprimera le poste et invalidera les conventions qu’il a signé pour se protéger. Vois ça avec nos avocats et qu’ils n’omettent aucun détail. Ça c’est histoire d’arrêter ta grève quand le personnel saura deux choses : Un, que je fais bosser en douce une équipe sur le « double-zéro-un », donc je suis dans les parages ; deux que le Schmouller il est déjà sur un siège éjectable.

Et si lui proteste, tu y vas franco : Tu lui dis avec ton air le plus garce possible que ce sont des ordres qui viennent de l’Élysée ! Et tâche d’être convaincante, parce que c’est vrai. S’il proteste, tu lui rétorques qu’il n’a qu’à vérifier par lui-même. »

Or, il ne pourra pas vérifier plus haut que chez EADS, d’autant mieux qu’à l’Élysée, personne n’ira raconter que les ordres viennent de Langley : Ils se heurteront à un mur.

Et Paul aura le « retour » via Beauty et son ZEHST !

Car si « ça » redescend par la voie hiérarchique normale, en moins de 3-4 jours, ils devraient comprendre qu’en excluant Paul du Zehst, alors même que l’Élysée veut faire voler un hypersonique civil, Beauty a fait vraiment une très grosse boulette.

Sans causer de la garce du siège et ses tests à la graisse de noix de couillon !

Et il devrait les voir se manifester, l’un ou l’autre.

 

« Ok ! Mais voler sur toute la planète au-dessus de pays pas forcément amicaux à tes essais, n’est-ce pas prendre le risque de te faire descendre ? »

Descendre un engin qui vole entre Mach 4 et Mach 5, personne n’a encore jamais fait ça surtout avec des missiles qui affichent tout juste Mach 2 et des poussières.

« Déjà, les promener au-delà de 60.000 pieds, ça n’a rien d’évident. Regarde ce qu’on aide à fabriquer avec nos propulseurs à poudre. À 30.000 pieds, si leurs engins montent à 55.000 pieds en théorie, aucun de nos champions nationaux n’a jamais fait un tir réel à cette altitude. Ne t’imagine pas que les chinois ou les russes savent mieux faire. À la limite, il n’y a bien que les américains qui peuvent faire avec leur SM-3, tous les autres ayant abandonné leur programme. Et à 15 millions de dollars l’unité, faut pas rêver non plus : Ils ne tireront pas, surtout sur un allié à qui ils ont commandé le vol ! »

Oui mais quand même…

Les femmes, quand elles deviennent têtues d’inquiétude…

 

« Tu as peut-être raison. Je t’explique l’objectif. On ramène le prototype à Orange, c’est prévu comme ça. Mais il faut que tout le monde le sache. Parce que mon petit tour au-dessus de la méditerranée fin août dernier, ça les a déjà mis en ébullition un peu partout dans le monde.

Là, il s’agit de confirmer la performance sur la durée. Notamment pour les chinois mais aussi pour les russes. Assez haut, si on peut imaginer de faire la route des deux pôles, forcément, ils verront tous un scope passer sur leurs radars de veille. Les européens, les russes, les américains et même les chinois surtout si j’emmène ma coréenne à bord muni d’une balise ! »

Et puis elle en deviendra une assurance-vie… Quoique, ils n’avaient pas hésité à la sacrifier lors de son vol au-dessus des mers territoriales de Corée-du-nord.

« Au-dessus des pôles ? »

Elle fait répéter.

« Mais il n’y a aucun aéroport de dégagement en cas de problème, notamment dans la route sud au-dessus du pacifique ! »

Ni aux deux pôles.

« Hasardeux. Mais fais-moi bosser Claude sur cette hypothèse aussi. Ok ? »

Claude, c’est l’ingénieur-fluide-maison, celui qui conduit les process de concassage et de brassage des poudres, forcément au fait des équations de Bernoulli sur le sujet et pilote amateur à l’occasion, qui s’était occupé de l’aérodynamique du « 001 » avec Paul ainsi que de mettre au point l’ensemble « mécanique/navigation » des deux premiers vols.

« De toute façon, il faut prendre le risque. C’est une question à la fois de crédibilité pour la boutique à faire des drones un jour ou l’autre. Mais c’est aussi une mission qui doit m’ouvrir les portes des chinois et des russes. Et puis pas que ça ! »

Paul explique à Isabelle Nivelle, que si la DCRI et l’amirauté lui demande ce « coup de poker », c’est avant tout pour débusquer les « petits-espions » dormant sous un faux nez.

« Faux-nez que je suis, en parfait plastron, pour n’être officiellement plus dans ta boutique… »

Compliqués, les hommes de l’ombre pour une femme d’Auvergne-parisienne.

Mais apparemment logique.

« Tu sais, tu n’as rien à perdre à faire ce qu’ils demandent, au contraire : Je te sais assez fine-mouche pour en profiter à faire le ménage chez toi et tirer la couverture à toi quand l’occasion se présentera ! »

D’autant que s’il revient « en grâce » au palais de la rue du Faubourg-Saint-Honoré, il n’y aura plus d’objection pour qu’il ne redevienne pas opérationnel à Aubenas.

Oui, mais si, elle a à perdre son meilleur Dégé.

« Tu y tiens tant que ça, depuis tout ce temps ? »

Bé oui.

 

Aparté n° 24

 

Pour poursuivre la lecture des chapitres suivants, cliquez sur le lien « Suivant », à droite sous ce billet

 

-> Retour au sommaire <-

 

Partager cet article

Repost 0
Published by I-Cube - dans Au nom du père
commenter cet article

commentaires