Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

D'où Erre-Je ?

  • : L'ignoble infreequentable
  •                                  L'ignoble infreequentable
  • : La seule question à laquelle personne ne sait répondre reste : la place de l'Etat. Quel est son rôle ultime ? Le reste n'est alors que dérives quotidiennes pour soi-disant, le "bonheur des autres" avec "le pognon des autres". Bonne lecture
  • Contact

Pas de quoi rire

Pauvre Marianne...

Un peu de pub :

Référencé par
Meta-Referencement
http://www.meta-referencement.com

BlogueParade.com - Annuaire des Blogues francophones

Recherche

Infreequentable en autochtone


Albanais :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=sq

Anglais :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=en

Allemand :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=de

Arabe :
http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=ar

Bulgare :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=bg

Catalan :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=ca

Chinois simplifié :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=zh-CN

Chinois traditionnel :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=zh-TW

Coréen :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=ko

Croate :
http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=hr

Danois :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=da

Espagnol :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=es

Estonien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=et

Finnois :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=fi

Galicien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=gl

Grec :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=el

Hébreu :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=iw

Hindi :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=hi

Hongrois :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=hu

Indonésien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=id

Italien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=it

Japonais :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=ja

Letton :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=lv

Lituanien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=lt

Maltais :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=mt

Néerlandais :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=nl

Norvégien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=no

Polonais :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=pl

Portugais :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=pt

Roumain :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=ro

Russe :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=ru

Serbe :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=sr

Slovaque :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=sk

Slovène :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=sl

Suédois :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=sv

Tagalog :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=tl

Tchèque :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=cs

Thaï :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=th

Turc :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=tr

Ukrainien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=uk

Vietnamien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=vi

Les Ex-Archivés

Amis visiteurs !

Oui, entrez, entrez, dans le « Blog » de « l’Incroyable Ignoble Infreequentable » !
Vous y découvrirez un univers parfaitement irréel, décrit par petites touches quotidiennes d’un nouvel art : le « pointillisme littéraire » sur Internet. Certes, pour être « I-Cube », il écrit dans un style vague, maîtrisant mal l’orthographe et les règles grammaticales. Son vocabulaire y est pauvre et ses pointes « d’esprit » parfaitement quelconques. Ses « convictions » y sont tout autant approximatives, changeantes… et sans intérêt : Il ne concoure à aucun prix littéraire, aucun éloge, aucune reconnaissance !
Soyez sûr que le monde qu’il évoque au fil des jours n’est que purement imaginaire. Les noms de lieu ou de bipède et autres « sobriquets éventuels » ne désignent absolument personne en particulier.
Toute ressemblance avec des personnages, des lieux, des actions, des situations ayant existé ou existant par ailleurs dans la voie lactée (et autres galaxies) y est donc purement et totalement fortuite !    
En guise d’avertissement à tous « les mauvais esprits » et autres grincheux, on peut affirmer, sans pouvoir se tromper aucunement, que tout rapprochement des personnages qui sont dépeints dans ce « blog », avec tel ou tel personnage réel ou ayant existé sur la planète « Terre », par exemple, ne peut qu’être hasardeux et ne saurait que dénoncer et démontrer la véritable intention de nuire de l’auteur de ce rapprochement ou mise en parallèle !
Ces « grincheux » là seront SEULS à en assumer l’éventuelle responsabilité devant leurs contemporains…
27 août 2014 3 27 /08 /août /2014 05:05

Avertissement : Ceci est un roman, une fiction, une « pure construction intellectuelle », sortie tout droit de l’imaginaire de son auteur. Toute ressemblance avec des personnages, des lieux, des actions, des situations ayant existé ou existant par ailleurs dans la voie lactée (et autres galaxies), y compris sur la planète Terre, y est purement, totalement et parfaitement fortuite !

 

Montée des périls ? (3/3)

 

Tout cela est convenu avant la mi-juillet dans les grandes lignes, même si Bercy obtiendra des réductions d’effectif (par la non-reconduction des contrats d’engagés au fil du temps), le redéploiement des casernements, la réduction des temps de vols pour la chasse et des temps de sortie en mer pour les navires, ainsi que moins de crédits d’entraînement pour les matériels terrestres.

Sans compter la fermeture de quelques casernes à venir et les dissolutions de quelques régiments étalés jusqu’en 2019.

2019, c’est après l’échéance présidentielle de 2017 : il sera toujours temps d’y revenir.

 

Serval se poursuivant, les officiers supérieurs peuvent calmer la troupe et les grandes gueules avant le 14 juillet.

On évitera le pire en sélectionnant au mieux les troupes qui défileront, cantonnant les autres dans leurs casernes et en restreignant les permissions accordées, sans une seule munition dans les armes et même, en limitant les dotations en carburant pour les véhicules et les avions…

Le tout surveillé par la gendarmerie en province : pas question qu’un mouvement de matériels ou d’hommes imprévu n’aille très loin.

 

Cervelle écrira sur son blog que le 13 juillet 2013, ces enfants d’officiers adresseront heureusement sur leur site ce « message à l’armée française » : « Amis militaires, officiers supérieurs, officiers, sous-officiers, soldat du rang … vous êtes les derniers représentants de l’ordre en France !

La police nationale est aux mains du « catalan », qui, comme Staline et Hitler avant lui, l’utilise à des fins politiques.

Soumise à cette dictature de la pensée, elle obéit et participe malgré elle à la rafle des opposants au mariage gay orchestrée par le gouvernement.

Nous, Homen, nous respectons notre armée.

Nous respectons nos soldats.

Demain, vous serez sur les Champs-Élysées. Ce défilé est le vôtre et celui des français fiers de leur armée, il n’est pas celui de Francis Landau »

« … Aussi, demain, nous n’interviendrons pas pendant le défilé. Soyez fiers de la France que vous servez. Nous, nous sommes fiers de vous. ». (…).

Ce qui n’aura pas empêché le Président de se faire copieusement hué et sifflé tout du long de sa descente des Champs-Élysées…

Il en gardera longtemps une meurtrissure et une méfiance au fond du cœur, sans rien en laisser paraître, hors un « coup de gueule » de « grand-méchant-mou » à l’adresse de son secrétaire général qui aura la charge de relayer…

 

« Nous sommes dans une situation de pré-guerre civile. Vous feriez bien de vous mettre à l’abri », lance (Cervelle) au cours d’une conversation téléphonique avec un journaliste.

« On prépare les choses, on avance », affirme-t-il en référence à ces menaces de coup d’État, « vous devriez commencer à vous planquer, à planquer votre famille. Il y a un moment où les comptes vont se régler. C’est fini la rigolade. »

Il continuera : « Nous souhaitons un coup d’État. Il y aura un coup d’État et ce sera méchant.

Les militaires sont les seuls à être populaires dans ce pays, avec les pompiers. (…) »

Autre confidence de Cervelle comme pour confirmer les appréhensions de l’amiral Gustave Morthe de l’Argentière, au cours de cette discussion interceptée et très instructive : « Ce sera un coup d’État d’adjudants et de capitaines issus de ces régiments de cavalerie de l’Est de la France qui vont être dissous ».

Ces régiments sont à 250/300 kilomètres de Paris.

À quatre heures de route de la capitale. Les premiers à verrouiller dans leurs casernes.

« L’armée arrivera sur Paris et sera applaudie par les terrasses de café quand les chars entreront dans Paris.

Vous croyez qu’il y en a qui se feront tuer pour Landau ? Et vous voyez une seule personne parmi eux mourir pour Francis Landau ?

Pas un seul. Ce sera comme le 25 avril 1974 au Portugal. »

Une référence sans équivoque à la révolution des œillets… À peine quelques coups de feu sans aucun blessé, pour le renversement d’une dictature militaire « dure », corruptrice et totalement corrompue, pourrie et en décomposition jusqu’au tréfonds de la moelle-épinière.

Cervelle a même un calendrier en tête : « Normalement, ça peut arriver dans deux ans. Il y aura eu des défaites électorales de grandes ampleur pour Landau. »

L’extrême gauche aura installé la tension. C’est normal, ils sont frustrés.

« Je vous le dis, changez de vie. Les comptes un jour seront sortis. »

 

Et puis en plein mois d’août, le Président de la République saute sur l’occasion du massacre de civils en Syrie à l’arme chimique, pour mobiliser les esprits et la troupe sur une idée du Président américain : sus au dictateur !

Les permissions à venir sont annulées, les permissionnaires rappelés d’urgence à leurs postes : la flotte se mobilise…

Pas très longtemps.

L’américain recule à la fois devant l’hostilité de son opinion publique et de celle de son Congrès, devant les réactions des russes, des chinois, des anglais qui n’en seront finalement pas.

La VIème flotte stationnée en méditerranée s’alarme : ce ne sont pas les français qui peuvent ou doivent aller tout seuls tirer les premier missiles, lâcher les premières bombes sur les installations illégales de la Syrie. Ils ne tiendront pas la distance, n’auront pas le souffle et l’intendance nécessaire après seulement quelques jours de manœuvres.

La diplomatie l’emportera et les armes chimiques seront démantelées avant la fin de l’année : un coup pour rien, mais qui a redonné le moral à la troupe sûre de sa disponibilité et de sa propre nécessité.

Alors, dans le sillage de l’opération Serval, ce sera l’opération Sangaris… début 2014.

 

Le 5 décembre 2013, par la résolution 2127, le conseil de sécurité des Nations unies autorise à l'unanimité le « déploiement de la Mission internationale de soutien à la Centrafrique sous conduite africaine (MISCA) pour une période de 12 mois » officiellement pour mettre fin à la « faillite totale de l'ordre public, l'absence de l'état de droit et les tensions interconfessionnelles ».

La MISCA est appuyée par des forces françaises autorisées à prendre « toutes les mesures nécessaires ».

 

Dès le 24 novembre 2013, la France projette à l'aéroport international de Bangui une trentaine de militaires du 25ème régiment du génie de l'air présent à Libreville ainsi qu'une vingtaine d’engins de travaux lourds, acheminés par Antonov An-124. Complété par d'autres éléments en provenance de la base aérienne 125 Istres-Le Tubé. Ce module « a pour mission d’aménager les plates-formes de l’aéroport M’Poko de Bangui, afin qu’elles soient en capacité d’accueillir le renforcement probable du dispositif souhaité par le Président de la République et la communauté internationale » selon le ministère de la Défense français.

Les aménagements effectués par le génie de l'air comprennent notamment la remise à niveau de la zone aéronautique de l'aéroport, la création de plates-formes logistiques, ainsi que l’extension de la zone « vie ».

 

Le 28 novembre 2013, le bâtiment de projection et de commandement (BPC) Dixmude, escorté par l'aviso Commandant L'Herminier, accoste dans le port de Douala au Cameroun. Le BPC accueille, en plus de deux hélicoptères Gazelle, un détachement de 350 militaires de la 11ème brigade parachutiste de l’armée de terre. À partir du 1er décembre, les éléments de la réserve opérationnelle embarquée sur ce bâtiment entament les opérations de débarquement. Les véhicules tactiques de cette force, essentiellement des véhicules blindés de combat de type VAB et VBL, ainsi que des camions logistiques sont débarqués et rassemblés dans une zone de regroupement et d’attente (ZRA) dans le port autonome de Douala.

 

Le 30 novembre 2013, un détachement composé d’un peu plus de 200 militaires spécialistes des transmissions, du matériel et du service des essences des armées arrive à Bangui à bord d'un Airbus A340 de l'escadron de transport 3/60 Estérel. Dans les jours qui suivent, une dizaine de rotations d’Antonov An-124 acheminent le matériel logistique et de soutien nécessaire à l’installation d’un tel renforcement. Selon l'état-major des armées, « ce déploiement a été réalisé au titre des mesures conservatoires et préparatoires à un éventuel renforcement du dispositif à Bangui, comme l’a souhaité le président de la République ».

Le dispositif militaire français déployé à Bangui s’établit, le 5 décembre 2013, à plus de 600 militaires dont 240 au titre du détachement permanent de l’opération Boali.

Deux compagnies du 8ème RPIMa ainsi que la 2ème compagnie du 21ème RIMa, une compagnie du 3ème RPIMa, des éléments du 6ème BIMa et 1er RHP sont déjà sur place.

Une autre unité issue du 1er RCP, partie le 6 décembre est déjà présente sur place.

 

L’opération Boali vise à apporter un soutien logistique, administratif, technique et opérationnel à la Mission de consolidation de la paix en République centrafricaine (MICOPAX), qui doit devenir la Mission internationale de soutien à la Centrafrique sous conduite africaine (MISCA) le 19 décembre 2013. Si la situation l’exige, la force est également en mesure d’assurer la protection des ressortissants français. Parallèlement, la présence des militaires français à Bangui permet de maintenir en activité l'aéroport international de Bangui, seule voie d’accès internationale à la République centrafricaine.

 

À la suite de l'adoption à l'unanimité de la résolution 2127 du Conseil de sécurité des Nations unies, Sangaris commence officiellement dans la nuit du 5 au 6 décembre avec l'arrivée à Bangui du général Francisco Soriano qui commande l'opération.

Du 5 au 8 décembre 2013, alors que l'armée française commence son déploiement, Bangui, la capitale de la République centrafricaine est le théâtre de violents combats entre les Seleka, majoritairement musulmans, et les Anti-balaka, majoritairement chrétiens. Selon Amnesty International, en deux jours, environ 1.000 chrétiens et 60 musulmans sont tués par les combats et les massacres.

Dans la journée du 5 décembre 2013, alors qu’elles sécurisaient l’accès à l’aéroport de M’Poko sur lequel se sont réfugiés près de 2.000 Centrafricains pour fuir les combats, les forces françaises ont été prises à partie à trois reprises par un pick-up armé. Selon le ministère de la défense française, au troisième tir, les militaires français ont riposté détruisant le véhicule. Cette prise à partie n’a fait aucun blessé du côté des militaires français, ni des civils venus chercher leur protection.

 

24 heures après le lancement de l'opération Sangaris, l'effectif français est doublé en Centrafrique, atteignant un volume de 1.200 militaires. Le 7 décembre 2013, l'armée française sécurise difficilement la capitale Bangui car des affrontements sporadiques ont encore lieu. De plus, une opération terrestre depuis le Cameroun a permis à l'armée française de venir sécuriser la ville de Bouar avant de pénétrer dans Bossangoa.

 

À la clôture du sommet « paix et sécurité en Afrique » à Paris, Francis Landau annonce le déploiement « aussi longtemps que nécessaire » de 1.600 soldats et que la mission des soldats français est de « désarmer toutes les milices et groupes armés qui terrorisent les populations ». Enfin il confirme que l’intervention française sera « rapide, efficace » et devra permettre de « retrouver la stabilité, et permettre le moment venu des élections libres et pluralistes ». À l'issue du sommet, l'Union africaine décide de porter la force de la MISCA à 6.000 hommes.

 

Le 6 décembre 2013, la force Épervier, basée au Tchad, a mis à disposition un C130 Hercules, un CN 235 CASA et leurs équipages, pour assurer un pont aérien entre Libreville, au Gabon, et Bangui, en Centrafrique, dans le cadre du renforcement de la force Sangaris.

À partir du 6 décembre, les soldats français multiplient les patrouilles motorisées ou à pied dans Bangui afin de sécuriser les points d’intérêts français. Certaines sont réalisées conjointement avec les militaires de la FOMAC, appelée à devenir la MISCA.

Dans la nuit du 6 au 7 décembre, l’escadron d’aide à l’engagement (EAE) débarqué du BPC Dixmude franchit la frontière centrafricaine. Dans le même temps, des éléments déployés en dehors de la capitale entament une mission de reconnaissance des axes menant vers le Nord. Ce détachement d'une centaine de militaires atteint la ville de Bossangoa sans rencontrer de résistance mais constate un nombre important de réfugiés.

Des patrouilles de Rafale en provenance de Ndjamena conduisent par ailleurs des démonstrations de force à basse altitude au-dessus de Bangui et Bossangoa destinées à signifier la présence des forces françaises et faire cesser les combats.

 

La force Sangaris est renforcée à partir du 7 décembre par la projection de moyens aéromobiles d’attaque et de manœuvre. Deux hélicoptères Gazelle et quatre hélicoptères Puma sont engagés. Ces derniers sont renforcés par l'arrivée par Antonov An-124 de deux Fennec de l'armée de l'air, en provenance des bases aériennes de Villacoublay et d’Orange.

Le 8 décembre, l'état-major français annonce que l'axe Bouar-Bossembélé a été ouvert sans que la force ne soit freinée par aucune résistance.

 

« Tout est dans le timing », avance un jour Gustave dans son bureau du Kremlin-Bicêtre, satisfait de constater que son baromètre personnel retrouve enfin une courbe descendante, presque jusqu’à un niveau… « apaisé » : la troupe est à la manœuvre avec ses promesse de primes de risque…

Le plus gros de la crise est passée : tout le monde a désormais les yeux rivés sur les échéances municipales, qui ne s’annoncent pas très favorables pour parti du Président.

« J’espère qu’il en tirera les bonnes conclusions. »

Repost 0
Published by I-Cube - dans Mains invisibles
commenter cet article
26 août 2014 2 26 /08 /août /2014 05:04

Avertissement : Ceci est un roman, une fiction, une « pure construction intellectuelle », sortie tout droit de l’imaginaire de son auteur. Toute ressemblance avec des personnages, des lieux, des actions, des situations ayant existé ou existant par ailleurs dans la voie lactée (et autres galaxies), y compris sur la planète Terre, y est purement, totalement et parfaitement fortuite !

 

Montée des périls ? (2/3)

 

En revanche, question « bonne-gestion », il y a eu plusieurs « couacs ».

D’abord la trésorière du parti qui s’emmêle un peu dans les chiffres du « Krasosthon » en annonçant trop vite le solde de l’opération : 8.000 donations reçues pour une moyenne de 80 euros.

Heureusement pour elle, personne ne sait faire une multiplication dans ce pays, parce que ça ne fait pas 11 millions d’euros, mais à peine 640 K€ !

 

Plus tard, on aura fait les fonds de tiroirs de tous ceux qui avaient pu être un moment ou à un autre dans les fichiers du parti, militants, amis et sympathisants, plus les prospects de la dernière campagne présidentielle…

Curieusement, ces derniers, s’ils avaient été très sollicités, jusqu’à plusieurs fois par semaine au premier trimestre 2012, très peu l’ont été à l’été 2013 … pour sauver même que et seulement leur parti !

Près de 80.000 noms et adresses sont ainsi ressortis dans « comptes officiels » de l’opération. Soit une moyenne de don « théorique » de 137,50 € par personne.

Soit quelques 45.000 « nouveaux adhérents », dont près de 12.000, furieux, qui ont renvoyé leur carte toute neuve, puisque le don s’accompagnait d’une adhésion « sans limite » aux bonnes œuvres du parti !

Montant qui ne se retrouvera jamais en contrepartie dans les décomptes du Trésor public au titre du crédit d’impôt attaché à ce type de contribution…

Tant mieux : c’est l’impôt qui aurait participé à blanchir du pognon sale, déjà « hors impôt », ou l’application du principe de la double-peine pour la finance publique.

 

Et puis, un des « bras droits » de l’équipe du président de l’UMP se fait choper par les douanes à l’occasion d’un contrôle de routine anti-drogue à la gare du Nord, sur le quai du Thalys en partance pour Bruxelles, avec une mallette contenant 300 K€ en billets, dollar et euro…

Des « queues » à mettre à l’abri.

Et encore cette affaire, plus tard, qui obligera ledit Président à mettre sous scellés les livres comptables du parti, pas très sûr qu’ils soient totalement en ordre, notamment à raison de cette opération-là.

Il sera politiquement assassiné un peu plus tard, quand un triumvirat d’anciens premiers-ministres lui explosera la tête au détour d’une réunion de crise.

À eux de garder les secrets de la tambouille, bien au fond de l’armoire à secrets des recettes de cuisine et de faire turbiner les « petites-mains » pour remettre de l’ordre dans ces comptes-là avant l’audit promis.

 

Audit qui confirmera en juillet 2014 que le parti est endetté à hauteur de 74,5 M€, en faillite virtuelle, là où en 2009 et 2010 il faisait encore des « excédents de gestion » pour plusieurs millions tous les ans.

Sans compter les vraies et fausses révélations sur les dépenses des uns et des autres, entre billets d’avion et paiement des factures de téléphone, voyages et autres séjours qui pourriront la vie publique de quelques « grandes-gueules » donneuses de leçons de morale au « petit-peuple » alors en vacances…

Mais ce sera après la monumentale gifle des municipales et le coup de tonnerre des européennes de 2014.

 

Pas seulement : le 5 juin 2013, le « Comité Libecciu » s’enflamme. Ce sera l’épisode de la violente agression de Clément Méric aux abords de la gare Saint-Lazare par un groupe de skinheads, ramassé en état de mort cérébrale qui fera ressurgir la peur du « facho ».

Là, le « Comité Libecciu » n’a rien vu venir, ce qui n’augure rien de bon quant à son utilité.

Le Parti de gauche (PG), par le biais d'un communiqué, est lui, allé plus loin en indiquant que la victime avait été « tuée », dénonçant dans ce même texte un « crime odieux ».

À 1 h du matin du lendemain, ses agresseurs n'avaient toujours pas été interpellés.

Le jeune homme de 19 ans a été « transporté à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière » où il était dans la nuit « dans un état désespéré », a indiqué dans un communiqué le ministre de l'Intérieur qui « apporte son entier soutien à la famille de la victime ».

Le secrétaire national du PG en charge de la lutte contre l’extrême droite écrit que Clément Méric était « un étudiant de Sciences-Po de 18 ans connu pour son engagement antifasciste ». Selon l'adjoint à la Mairie du 12ème, ses agresseurs seraient « des militants d’extrême droite, manifestement du Groupe JNR (Jeune Nationaliste Révolutionnaire) », mouvement qui, avec d’autres, seront dissous par arrêté ministériel quelques jours plus tard, sans autre forme de procès.

Ce qui reste faux et le fruit d’une manipulation ahurissante des médias et de l’opinion publique !

Le ministre de l’intérieur « nettoie » à l’extrême droite en oubliant sciemment d’en faire autant à l’extrême gauche, alors que justement c’est le groupe de Cédric qui reste l’agresseur du groupe d’Estéban…

 

Plusieurs témoins ont décrit trois agresseurs comme étant des skinheads, portant des « bombers et des rangers ».

Ils les ont vus attaquer un autre groupe de jeunes âgés d'une vingtaine d'années. « C'était une agression très violente. On était à une trentaine de mètres avec ma copine et on a entendu un gros boum quand sa tête a heurté le poteau », a indiqué un témoin. Un passant a alors mis le jeune homme en position latérale de sécurité, avant que la victime ne soit évacuée, en sang.

Selon une source policière, une vente privée de vêtements était organisée rue Caumartin (9ème arrondissement), à laquelle assistait notamment la victime avec trois autres camarades.

Trois jeunes gens « de type skinhead », dont une femme, sont arrivés dans les lieux et il y a eu invectives et bousculades entre ces groupes, selon les premiers éléments de l'enquête confiée au 1er district de police judiciaire (DPJ) se basant pour l'heure sur de « nombreux témoignages directs ».

Les skinheads seraient sortis et auraient attendu « avec des renforts » devant le magasin.

La victime « a été frappée par l'un des skins qui avait un poing américain et a chuté sur la chaussée en heurtant un plot au passage ».

On saura plus tard que le groupe d’assaillants était bien celui que Clément lui-même avait appelé en renfort…

 

Ce qui n’empêche pas toute la classe politique et le parti de Gauche de récupérer cette affaire sordide en lançant un appel au ministre de l'Intérieur et « exiger que les forces de police agissent dans les plus brefs délais pour retrouver les responsables de ce crime odieux ». Celui-ci a indiqué qu'il souhaitait « que les investigations, menées par les policiers du 1er district de police judiciaire sous l'autorité du procureur de la République, permettent d'interpeller dans les meilleurs délais les responsables de ces faits intolérables, afin qu'ils répondent de leurs actes devant la Justice », selon son communiqué.

La justice attendra des années et des années avant de pouvoir rendre un verdict.

Un des « agresseurs » sera même remis en liberté surveillée un an plus tard…

Un rassemblement Place Saint-Michel s’est tenu le jeudi suivant à 18h30, à l’appel du PG qui réclame la « dissolution des groupes d’extrême droite qui multiplient les actes de violence ». Un autre rassemblement sera prévu le même jeudi à 17 h sur les lieux de l’agression.

 

Grosse désolation dans les rangs des « homens » et autres « putschistes en herbe » dans les casernes. L’épisode aura jeté comme un froid glacial et sibérien sur leurs ambitions et projets, au ravissement de courte durée de l’amiral Gustave.

Car il se démène avec son fameux « baromètre » qui enregistre rapidement une hausse brutale dans les derniers jours de juin.

 

Ce sont d’ailleurs sur les travaux de Gustave que repose, depuis « l’affaire Clément », l’alerte donnée aux autorités.

On retiendra ce qu’en a dit la presse à ce moment-là :

« À la demande expresse du Président Landau, la DSPD (Direction de la protection et de la sécurité de la défense) en clair le service de renseignement de l’armée est saisie du dossier de Rodolphe Cervelle. » qui semble se considérer comme un meneur, mais n’est même pas un porte-parole de quoi que ce soit.

Il s’agit d’une direction interne des services de renseignements de l’armée, plutôt tournée vers la sécurité des installations, d’un service beaucoup plus vaste (la DRM) habituellement tourné vers les menaces « étrangères », de vrais espions, quoi, pas des manchots syndiqués.

Ses conversations téléphoniques sont écoutées, des déplacements surveillés, son site internet placé sous contrôle. (…)

« Cervelle est à la tête d’un réseau composé de nostalgiques de Pétain, de la Collaboration et de la Cagoule, et vit dans le fantasme du coup d’État.

Dès le début du mois de juin 2013, Le-Riant arrivera à la conclusion que Cervelle a mis en avant les noms (…) de trois généraux connus pour tenter de s’en servir comme « appât ».

En clair, Cervelle utilise « Pue-gars », « Deux-Villes-liées » et « Dard-riz » pour enrôler des sous-officiers et officiers subalternes autour du mouvement « M6 M », pour Mouvement du 6 Mai. 

 

D’où cet appel dans l’article de La Revue de l’arsenal, au « salut » qui pourrait venir de capitaines, et la fameuse « quenelle » de « Dieu-a-donné » qui n’a rien à voir.

Pour l’humoriste sulfureux qui en a fait la promotion, une quenelle n’est rien d’autre qu’un sexe masculin tendu.

Et à l’imitation des marseillais, la sienne est longue comme le bras !

Mais les autorités veulent y voir un salut nazi à l’envers…

D’autant que circulent des photos de soldats la faisant sur leurs chars, et même du ministre de l’intérieur hilare entouré de « jeunes » saluant de la sorte.

« Le ministre décrira, en tout cas début juin 2013 au Président comme au chef du gouvernement, l’action subversive de Cervelle comme une « attaque du sommet de la pyramide » – comprendre de la tête de la hiérarchie militaire. »

S’il ne fait pas de doute pour le pouvoir que, comme Pue-gars et Deux-Villes-liées, le général Dard-riz n’a jamais songé à fomenter le moindre putsch, son rôle de conseiller en logistique de « La manif’ pour tous » a été seulement surveillé de très près.

 

D’ailleurs, après avoir annoncé le 24 mai (2013) sur LCI ce qu’il appellera « un hold-up politique sur le débat de société réclamé pas les opposants homosexuel » et déclaré que « le pays réel s’opposait au pays légal », il sera convoqué dans la foulée au ministère de la Défense, où le directeur de cabinet du ministre, « Cédric Le-vent-Dos-Wski », lui rappelle son devoir de réserve.

« (…) L’inquiétude ministérielle est née du fait que plusieurs officiers catholiques sont, pour l’occasion, présentés comme les fers de lance d’un combat contre « le cabinet franc-maçon » au ministère de la Défense. »

(…) « La période est particulière, » explique Le-Riant au premier ministre le 6 juin. « Nous sommes en fin de mouvement anti-mariage gay, un mouvement qui a drainé autour de lui des officiers et des enfants d’officiers qui avaient milité du côté des Homens ».

Ce groupe d’activistes, est (devenu) le « porte-étendard de la résistance contre le mariage gay ». Leurs devises : « Nous sommes partout, dans les villes, et les campagnes. Nous sommes la majorité silencieuse qui sort de l’ombre. Nous sommes le peuple qui hurle. Nous sommes la résistance. Et nous ne lâcherons jamais ». »

 

À ce moment-là et pour le pouvoir, il faut d’urgence bâtir un plan solide pour s’attacher la loyauté des officiers supérieurs de l’armée, autrement dit des budgets, des sous.

C’est la conclusion du rapport intermédiaire et confidentiel du « Comité Libecciu ».

Aussi une façon d’aider ses petits-camarades « d’active », rançonné par Bercy, alors même que le ministre du Budget se faisait complice d’un retour des queues des « fonds perdus » de façon pas totalement orthodoxe, même si c’était particulièrement astucieux.

 

Car c’est dans les cabinets ministériels que se prépare aussi la future loi de programmation militaire, négociée pied-à-pied.

Les exigences des étoilés sont terribles : rénovation complète du logiciel de paye ; paiement « au cul du camion » des soldes de la troupe en OPEX en Afrique ; sanctuarisation des budgets de la FOS, confirmation des investissements programmés en matériel, achats d’un nouveau fusil d’assaut pour remplacer le Famas et de drones sur étagère, le tout même si c’est à l’étranger ; mainmise sur la totalité des moyens de renseignements intérieurs et embauche, jusque-là gelées, non plus de 400 ingénieurs informaticiens du renseignement, mais du double !

Plus, des garanties sur le grand carénage du porte-avions CDG en 2016 pour les marins et le programme de mises à niveau du Rafale d’un milliard d’euros pour les aviateurs.

À la grande satisfaction des industriels n’en croyant pas ni yeux ni oreilles, devront se contenter de ça. C’est beaucoup mieux que ce qu’ils avaient anticipé…

Repost 0
Published by I-Cube - dans Mains invisibles
commenter cet article
25 août 2014 1 25 /08 /août /2014 05:02

Avertissement : Ceci est un roman, une fiction, une « pure construction intellectuelle », sortie tout droit de l’imaginaire de son auteur. Toute ressemblance avec des personnages, des lieux, des actions, des situations ayant existé ou existant par ailleurs dans la voie lactée (et autres galaxies), y compris sur la planète Terre, y est purement, totalement et parfaitement fortuite !

 

Montée des périls ? (1/3)

 

En attendant, « ça chauffe » pour le petit « Comité Libecciu » sur le plan des putschistes.

Si le mois de mai passe dans une certaine routine pour Paul, même pour ce qui est de la préparation de la campagne de vente des « flacons » pour les fêtes de fin d’année des promotions des grandes écoles, le dispositif mis en place fonctionnant tout seul sous la direction de Loïc, et les essais des nouveaux enduits de la MAPEA, en revanche ledit « Comité Libecciu » veille et se met en ébullition à plusieurs reprises.

 

D’abord l’affaire du rejet des comptes de campagne du candidat Krasoski qui chauffe depuis quelques semaines. L’alerte est chaude dès le mois de décembre 2012 quand le Conseil Constitutionnel invalide les dépenses pour cause de dépassement.

Et ils ont eu le nez fin, sur ce coup-là…

Alors que leur champion se mettra « en marge » de la politique après sa défaite, on ne saura que bien plus tard, qu’en plus des 460 K€ de dépassement sur plus de 21 M€, il manque encore pour près de 3,5 millions d’euro mis indûment à la charge du parti par le biais de fausses factures sur un total de 17 M€, sous des libellés parfois fantaisistes, par l’agence de communication du président dudit parti pour le moins mal élu.

Une élection à la tête du parti, truquée mais validée, fausse et archi-fausse pour avoir « oublié » dans un tiroir les votes des militants d’outre-mer qui n’auraient pas du tout donné le même résultat, évidemment.

Des types « oubliés », qui ont pourtant payé leurs cotisations et se sont même déplacés, n’est-ce pas…

 

Ce qui a entraîné une quasi-scission du parti en fin d’année 2012 avec création d’un éphémère groupe parlementaire suivant l’ancien et unique premier-ministre de Krasoski. « Deux courants » : un concept nouveau chez les gaullistes !

Les « pros-Krasoski » veulent lui laisser la porte-ouverte pour 2017 et ses primaires préalables, et ceux qui soutiennent l’ancien premier ministre croient à son étoile après qu’il ait eu à avaler tant de couleuvres tous les jours pendant 5 ans…

Inutile de dire qu’aucun n’envisage d’avoir été grillé, et pour longtemps, dans l’opinion publique ! Aucune chance pour les trois personnages qui se posent en recours, malgré la révolte de la rue contre le Président Landau et ses réformes totalement décalées, déjantées, qui laisse filer les déficits, en ralentissant à peine leur rythme imposé par Krasoski pendant 5 ans.

La croissance n’est pas au rendez-vous, le chômage flambe, le nombre des dépôts de bilan et de plans sociaux croît également et le ministre de l’industrie fait le pitre pour contrarier les délocalisations et fermetures malgré un renforcement des mesures législatives adoptées à la hâte pour endiguer tous ces phénomènes.

Qui n’auront que si peu d’effets…

 

C’est important que « Koopé », le suppôt de Krasoski tienne les troupes l’arme au pied. Non pas pour faire le boulot normal de l’opposition, mais pour veiller aux secrets des finances du parti, des détournements d’argent public et de l’origine des donations ultérieures, le fameux « Krasosthon ».

Il en ira même, la main pris dans le sac, à mettre sous scellés lesdits comptes dans l’attente d’une nouvelle loi sur la transparence de la vie politique … alors même qu’il a refusé de voter celle proposée sur le même thème par la majorité présidentielle du moment, pourtant bien plus inoffensive.

Gros gags et grands écarts incompréhensibles à l’avant-veille des élections municipales de 2014.

 

Le « Krasosthon », justement : il s’agit de faire entrer 11 millions d’euros dans les caisses en toute discrétion alors que le parti croule sous 94 millions de dettes à échéances diverses.

Des émissaires sont envoyés tous azimuts : les bailleurs naturels n’y mettront que la somme limite de 7.500 euros par personne, et encore pas tous, parce que depuis l’affaire de « Bêtencourt », plus personne ne veut être pris pour un débile-profond à mettre sous curatelle.

Idem pour les « étrangers » habituels : depuis le traitement réservé au dictateur libyen, personne ne s’y ose !

Même « les autres », qui ont parfois eu à souffrir de la dent dure de l’ex-président, ont plutôt envie d’en rire que de compatir. Il n’y aura même pas de rétro-commissions sur la vente des bâtiments Mistral à la Russie : un des rares marchés « propres », même si c’est par hasard, finalement.

Le mode d’emploi aura été perdu en route.

Il n’y a que le président du groupe parlementaire, qui dans l’urgence des payes à assumer, mobilisera 300 K€ de sa « cagnotte » de… groupe parlementaire et sous forme d’emprunt remboursable.

Quant aux parlementaires socialistes, il se compte sur le doigt d’une seule main pour mettre un billet « au nom du pluralisme démocratique ».

 

Pourtant l’idée d’un « petit-détournement » des fonds de la République que gèrent de loin Paul et « Nathalie-la-rouquine » qui le surveille, taraude Gustave : et si on prêtait l’argent nécessaire sur quelques bonus dans la gestion des fonds en réserve pour les émissions du Trésor ?

Grosse engueulade de Paul !

Tornade force 8 avec des rafales de 9…

« Pas question ! On vole les voleurs, ce n’est pas pour se faire voler par d’autres voleurs ! », menteurs et tricheurs de surcroît…

Paul est vraiment furieux que Gustave ait pu avoir une pareille idée.

Oui, mais après tout, on n’aurait pas volé tous les comptes « dormants » des personnalités de l’actuelle opposition, ils auraient peut-être pu sauver leur parti.

Même si tous ignorent que le nom de jeune-fille de leurs épouses ait pu servir à pareille carambouille.

« N’y pensez même pas ! Ils n’ont jamais eu cet argent. Et puis quelle que part, c’est celui de vos soldats, Amiral. Faites pas chier avec ces sornettes-là ! »

Pourtant, il en reste, dans les comptes-vivants, justement… et plus qu’il n’en faut.

De cet échange trop vif pour rester discret, il en ressortira une visite-éclair d’Harry junior à Paris.

 

« Nous avons besoin d’une opposition constructive dans ce pays… On a du mal à supporter votre ministre de l’industrie et tous les autres qui vont avec, depuis un peu partout dans le monde. »

Veut-il insinuer que ses « frères » seraient fort nombreux dans ce parti, et qu’il faut leur sauver la mise ?

« Nous avons des frères sous toutes les latitudes et dans tous les partis démocrates. J’ai bien sacrifié le soldat Kakasucack pour vous laisser la voie libre… »

Sous-entendu qu’il serait peut-être opportun de renvoyer l’ascenseur en faisant un geste utile.

Et Paul de lui rappeler qu’il n’avait eu besoin de personne pour neutraliser son contrôleur fiscal et était totalement contre l’idée de l’amiral de faire sauter un ministre pour cette seule raison.

« Vous n’y pensez pas. Ce n’est que l’argent du gouvernement. Alors oui, seulement si vos frères, dans le gouvernement je précise, nous en donnent l’ordre. J’obéirai. »

Ce n’est pas comme ça qu’il voit les choses.

 

« Ce gouvernement-là, il ne comprend rien à rien et nous le ferons sauter à la première occasion quand ça deviendra nécessaire. Nos frères ne sont pas assez nombreux pour pouvoir peser sur ses décisions pour le moins absurdes. Pensez, on attendait un pays remis sur les rails, capables de payer son business avec ses partenaires habituels, avec des entreprises produisant comme avant autant et exportant de telle sorte que nos investissements puissent produire des dividendes pour les retraités de mon pays.

Et il n’en est rien, au contraire ! Même en rachetant vos pépites, on ne parviendra pas à redresser la barre de ce pays qui croule sous les prélèvements obligatoires comme jamais : un vrai scandale !

Je vous propose autre chose… »

Oui, pour un scandale, c’en est un : Jean-Charles venait de faire une simulation des impôts dus par Paul pour l’année !

D’une façon ou d’une autre, il faudrait que les activités de Paul « produisent » au moins 25 % de mieux pour faire face…

Junior, va-t-il prêter lui-même l’argent pour renflouer l’UMP ?

« Non, ça se verrait et ce serait interdit. En revanche, je vous félicite d’avoir usé des compétences et équipes de mon ami Anjo de Lisbonne pour vos « petites affaires ». Lui au moins n’a pas mis en danger la finance mondiale comme vous avez pu le faire en 2009.

Et j’ai ouï-dire que vous aviez eu un petit-arrangement … so… un peu particulier. »

Là, Junior va faire sûrement allusion au partage des commissions et gains sur la gestion du « flottant » pendant plusieurs semaines et qui persiste de temps à autre, pense Paul…

« Que diriez-vous s’il mobilisait toutes ces commissions, les vôtres et les siennes, dans un prêt gagé sur les gains futurs du même arrangement et éventuellement sur les fonds rapatriés, pour financer les sommes manquantes ? »

Incroyable ! Il y en aurait déjà assez d’accumulées ?

 

Si le parti est capable de rembourser, pourquoi ses « frangins-banquiers » du pays ne feraient pas l’opération en proposant un rééchelonnement de la dette ?

« C’est en cours. Mais ça ne suffira vraisemblablement pas. Il faut de la recette supplémentaire. »

Donc faire un don ou un legs, alors ?

Ou un prêt avec abandon de créance. « N’est-ce pas illégal ? »

Si et c’est pour ça qu’il faut faire autrement : « Ce que je propose et imagine, c’est que le parti fasse appel à la générosité du public, à ses adhérents, à ses militants. Ce n’est pas illégal, ça, loin de là. »

Et puis ?

« Et puis, on abonderait les sommes récoltées via un compte off-shore en empruntant les noms et adresses des généreux donateurs. Il suffirait de rajouter un zéro ou deux. »

Débile et compliqué à souhait.

Et on fera comment quand un audit sera commandé tôt ou tard sur l’opération ?

« Les versements seront tous affectés à des personnes physiques existantes, sans reproche ni même soupçon. L’audit ne donnera rien dans ces conditions. »

Sauf si c’est mal fait.

« Bien sûr. Mais à eux de faire correctement. »

En bref, il est en train d’expliquer que ce sont finalement Paul et Anjo qui payent. Sans compter la Matilda revenue depuis quelques temps dans l’horizon de Paul pour sa protection et le filocher pour le compte du SIV, à qui 10 % du business avaient été promis hâtivement. « C’est ça ? »

« C’est ça ! Vous m’aviez expliqué que vous étiez un « honnête » et que vous considériez que cet argent n’est pas le vôtre. Je suppose que cette règle s’attache aussi aux fruits dudit argent, n’est-ce pas ? »

Bien joué se dit Paul pour lui-même.

 

« Effectivement… Mais là il s’agit de faire un détournement de plus et au profit d’un seul des partis de gouvernement de ce pays. »

Et alors ? « C’est de l’argent qu’il faudra produire un jour où l’autre. Vous préférez prendre le risque que votre impôt augmente encore et mette en plus le gouvernement dans une position illégale ? »

Ok ! « Vous organisez tout ça en le leur suggérant et si tout le monde en est d’accord, y compris Matilda, je ne m’y oppose pas tant que je ne suis pas mouillé directement. »

Pas de problème : c’est comme si c’était fait.

« Et Matilda fera tout ce que vous lui demanderez. Non seulement elle n’est pas non plus, et comme vous, une femme d’argent ou de pouvoir, mais elle se ferait tuer sur le champ pour vous ! »

À ce point-là ? Paul espère ne jamais en arriver à cette extrémité : elle a des orgasmes tout-à-fait passionnants et ce serait du gâchis que de les perdre. Pas aussi puissants toutefois que ceux de Lady Joan ou de sa copine Lady Margareth, ni même à la hauteur de ceux de Florence, d’autant que cette dernière s’améliore encore de nuit en nuit à force d’exercices pratiques.

Mais ça serait dommage pour ses futurs amants et mari.

« Et puis vous ne serez pas perdant… Vous ai-je dit qu’on attendait aussi que vous nettoyiez les comptes secrets de DLK ? »

Il l’avait dit, mais aucune trace dans les fichiers de ces fameux comptes de commission.

« Il vous faut rechercher dans les opérations d’origine, de 1992. Vous trouverez forcément. Et là, ça permettrait à Anjo et vous-mêmes de « se refaire » en attendant d’affecter ces sommes sur les émissions d’obligation du Trésor français. »

Voler le voleur ? Pourquoi pas, mais pas à son profit personnel, pense Paul.

C’est ainsi que le « Krasosthon » a été lancé dans la semaine suivante et dénoué à la fin de l’été.

Repost 0
Published by I-Cube - dans Mains invisibles
commenter cet article
24 août 2014 7 24 /08 /août /2014 05:02

Avertissement : Ceci est un roman, une fiction, une « pure construction intellectuelle », sortie tout droit de l’imaginaire de son auteur. Toute ressemblance avec des personnages, des lieux, des actions, des situations ayant existé ou existant par ailleurs dans la voie lactée (et autres galaxies), y compris sur la planète Terre, y est purement, totalement et parfaitement fortuite !

 

L’astuce financière…

 

« Alors chéri, toujours à faire le guignol et à sauver la planète dès que j’ai le dos tourné ? Que s’est-il passé ce soir-là ? »

Et qu’il ne lui raconte pas des bobards sur un attentat majeur déjoué à la dernière minute…

« Dis donc, jeune-fille, la dernière fois tu as pu vérifier par toi-même que ce n’était pas des carabistouilles : tu étais à bord de mon zinc, non ? »

Effectivement.

« Mais là, je préférerai que invite mon acolyte d’amiral pour t’expliquer ce que tu peux ou ne peux pas entendre. Je ne suis que capitaine, moi, et de réserve. C’est lui l’officier général qui est à la manœuvre. »

Encore une histoire à dormir debout de secret d’État, peut-être ?

« Une histoire comme tu le dis, mais qui ne laisse pas beaucoup dormir, effectivement. Et puis, on en ferait presque des cauchemars… Je ne peux pas t’en dire plus, en fait. Je t’invite à dîner ? »

Pourquoi pas ? « Et ta femme, dis donc ? »

D’abord il n’est pas marié, ensuite, l’usage personnel que fait Florence de ses « ex » à lui depuis la nuit chez Lady Joan lui permet quelques… libertés.

Sans parler de la séance à Venise, au Danieli…

« Mais dis donc, tu n’as pas une petite-fille à t’occuper ? »

Elle est en Normandie, laissée aux bon soins d’André et sa femme et Florence est quelle que part dans la lagune de Venise à compter les boulons et émerillons d’Eurydice.

« Je suis célibataire, ce soir. »

Voilà qui change tout.

 

(…)

 

Mais pas seulement : les informations circulent vite à travers la planète.

Les chinois se réveillent en pensant que « leur poulain », celui pour qui un bureau d’études qui tournent au ralenti et un atelier ont été mis à disposition en Chine continentale, est en danger… et avec lui leurs projets.

Ils réactiveront la filière coréenne et Miho Mihado, priée de revenir en France et épier pour soutenir à l’occasion Paul.

Idem pour le « cousin Lev », agent du Mossad qui ne désespère pas de voir débarquer Paul à l’université de Tel-Aviv pour partager ses secrets sur les céramiques.

Harry Harrison, qui se déplacera plus tard, mobilisera à la fois les SIS de Sir Oliver et de sa très gracieuse majesté britannique qui détacheront la « sublime » Shirley.

Et même Paul Allen dont les équipes s’embourbent dans des problèmes techniques de plus en plus ardus.

Quant au FSB, il se contentera de transmettre l’information aux équipes de chez Soukhoï qui détacheront la rubiconde Irina Dichnikov et une petite équipe réduite à Paris, histoire de reprendre contact et de vérifier l’activité de Paul durant ces années d’absence et de silence.

Même l’évêché en fera une courte note à l’adresse du SIV. Qui enverra Matilda sur la capitale parisienne.

Que du « beau linge » qui se déplace « en douce », alors même que président Landau et son cabinet, mis au courant par la hiérarchie contactée par Gustave Morthe-de-l’Argentière, réfléchit déjà avec son nouveau ministre du budget et son propre cabinet à l’utilisation des fonds à recevoir…

 

Car dès le lendemain, il s’agit surtout d’exploiter rapidement l’affaire des procurations sur les 12.000 comptes et quelques, avec copie de la signature qu’on espère être la bonne et le fameux code…

Le travail de « Nath’-la-rouquine », qui se fait assister par plusieurs paires de bras débarqués en urgence du ministère, pour imprimer, plier, envelopper les milliers d’envois postaux en LRAR.

Encore des sous à décaisser et un paquet, à raison de 6 euros le bout : plus de 72 K€ en quelques matinées !

Un travail d’intendance qui ne supporte pas la moindre erreur.

Et il y en aura pourtant quelques-unes, rattrapées par la suite au cours du week-end de festivité du 1er mai et puis la pentecôte suivante.

Mais c’est sans s’attaquer à la quarantaine de comptes « qui ont bougé » depuis leur ouverture, et dont il a été décidé de ne pas les toucher…

D’autant que si certains sont bien approvisionnés, ils seraient « affectés » à des personnages publics actuellement en vue ou aux affaires : danger ! Ce sera pour une autre fois et du ressort du pouvoir politique en place à ce moment-là.

Puisque-là, il s’agit non seulement de récupérer les « comptes-dormants », mais aussi de régulariser les cessions et AGE des sociétés civiles diverses du fichier de Gabrielle, qu’elle puisse payer le prix des parts à rembourser, refermer ce dossier sans faire de vague et continuer à vendre les actifs correspondants au seul profit du Trésor public.

Des fonds que le ministère fera passer pour le produit des « redressements » fiscaux de l’année, effectués dans le cadre de la lutte contre la fraude, par le ministre du moment qui restera flou auprès de la presse, sur les 10 milliards de recettes supplémentaires de 2013…

Le comique.

 

D’autant que ça ne concerne pas les fonds de Paul.

Qui part de son côté et en urgence récupérer Cécile à Kotor avec ses nouveaux faux-papiers, jusqu’aux « émirats-arabes-unis » dans un raid épuisant de 6.000 MN en 48 heures d’hydravion, passant par Chypre, l’Irak et le Koweït et retour.

Juste pour honorer un RDV avec le correspondant de la filiale locale de la banque du Saint Esprit, qui n’a pas ce nom-là en terre d’Islam sourcilleux, pour être une sous-filiale d’une succursale de droit chinois… de Hong-kong, et l’ouverture d’un compte-parking unique, avec procuration au « pseudo-belge » de Paul devenu moustachu, et retour dans la même foulée sans les postiches, dès le lendemain et par le même chemin.

Durant la semaine sainte, il a fallu batailler depuis Lisbonne pour acheter des contrats à J+7 libellés en euro, à partir des monnaies locales des comptes à piller, et même du yen et des livres sterling le tout en passant par du HK$, termes étalés sur la période du mardi au jeudi suivant.

 

Et dès le jeudi-saint, les opérations de transfert des fonds commencent en Asie.

Puis à rebours vers l’EAU depuis les comptes européens et américains le vendredi-saint et toute la journée.

Le tout en monnaie off-shore.

Pause le dimanche de Pâques, et lundi, toute une journée à faire des virements de 600 K€ ou 650 K€, contre-valeur inférieure au million de dollars américains, sur le compte ouvert aux Bahamas en arbitrant les contrats à terme souscrits huit jours avant, en fonction du taux de change au jour-le-jour.

Ce qui sera passé assez inaperçu sur le marché des devises…

L’hyper-vénérable « junior » sera content : 12 milliards, pourtant…

Épuisant, notamment parce que les quelques erreurs de la semaine précédente ont dû être rattrapées dare-dare jusqu’à 50 jours plus tard, avant de fermer le compte refuge aux EAU.

 

Début avril, Gustave Morthe de l’Argentière peut ainsi demander une entrevue avec le directeur de cabinet du nouveau ministre du budget, qu’il obtiendra à la fin du mois, pour lui expliquer qu’il tenait à la disposition du Trésor public plus de 12 milliards d’euro sous la forme des titres d’un hedge-found géré par un trust localisé dans une île lilliputienne.

Le gars, il n’a pas dû comprendre…

D’abord il s’est fait répéter trois fois l’information ; ensuite, il n’avait pas l’air de savoir ce qu’était un hedge-found et encore moins un trust, ni de piger que tout cet argent tombé du ciel appartenait déjà au Trésor public !

Et alors, quand il a voulu tirer les vers du nez de Gustave, qu’il a profond et fourni en poils blanchis, pour en savoir plus sur l’origine de l’opération, c’est l’amiral qui s’est heurté à un mur.

« J’ai cru qu’il était devenu autiste ! » en dira-t-il plus tard. « Personne derrière les yeux… »

En fait, pas du tout : le nouveau ministre du budget a très vite fait le rapprochement avec d’autres informations fournies par ses services.

Et a court-circuité son chef de gouvernement pour en informer l’hôte de l’Élysée dans un tête-à-tête de la fin du mois : une affaire qui le dépasse, depuis que son prédécesseur a pu se faire allumer avec ce genre de broutilles…

Pendant ce temps-là, le banquier portugais faisait « tourner » les fonds en de multiples allers-et-retours sur toutes les bourses mondiales…

Et puis il y a eu des fuites : on a parlé jusque sur les bancs de l’Assemblée Nationale d’un possible « Grand-Emprunt » à la « Krasoski » !

12 milliards, justement…

Et jusqu’à l’approche de l’été où le collectif budgétaire aurait permis cette opération.

C’est Paul qui n’a pas été très chaud : la première fois, ça lui avait gâché quelques soirées en fin de prescription.

Là, il avait pris la précaution d’avoir un faux nom, de faux papier, une fausse adresse, mais ne sait-on jamais, pour ne plus jamais apparaître en première ligne.

 

Et puis les instructions sont revenues par pli cacheté et motard entre les mains de « Nath’-la-rouquine » qui recommençait à s’ennuyer sévèrement à surveiller de loin en loin les positions arbitrées par les portugais, début mai.

Quoique les rumeurs de « putsch des capitaines » commençaient aussi à arriver de toutes parts, et c’était devenu également sa « priorité »…

« Souscrire des émissions obligataires du Trésor afin de faire baisser les taux. »

Grand emprunt ou pas.

Mais ne pas se dessaisir des sommes : se comporter comme un véritable prêteur, un « zinzin » et se faire rembourser pour remettre au pot à l’échéance suivante, en avait-on conclu ! À une seule exception près toutefois.

La belle astuce ! Voilà qui permettait de démultiplier les effets de leviers et de créer un mouvement à la baisse des taux sur l’ensemble des échéances du Trésor, présente et avenir…

Géant même, pour les directeurs de cabinet conseillés par des « pros » de la finance des ministères : une façon invisible de « peser » sur les marchés et qui ne passe même pas par la voie législative … que tout le monde en oubliera bien vite l’affaire du « Grand emprunt », cette fois-ci !

Oséo et la BPI y suffisent, pour le moment.

 

Le pire, c’est qu’à ce moment-là, le patron de la BCE fait une déclaration fracassante en faveur de l’avenir de l’Euro dont il a la garde et la charge.

Ce n’était pas la première, et on avait pu avoir déjà quelques effets par le passé à faire fondre les taux d’intérêt d’adjudication, mais là, c’est un véritable plongeon.

À en fendre le cœur des portugais qui faisaient de si bonnes affaires de leur côté !

Ils exécutent pourtant à « la loyale », sur le court-terme et le « 50 semaines », ce qui entraîne comme prévu une baisse des taux d’emprunt sur le moyen terme et le long terme des autres investisseurs qui ne savent plus, dès la fin 2013 où placer leurs innombrables liquidités : l’Allemagne emprunte de moins en moins et finalement à la mi-2014 la BCE reçoit des dépôts avec des taux négatifs… comme aux meilleurs temps des banquiers Suisses !

Une vraie réussite qui se poursuivra au fil des mois et des années pour maintenir les taux à un niveau historiquement bas et alléger la facture pour le Trésor public, même si ça n’aura jamais qu’un temps.

Alors que, les fondamentaux de l’économie nationale, le rythme des réformes tardant même à produire leurs effets, le niveau des déficits ne sont pas bons, ce que pointeront pourtant tous les analystes et agences de notation même en 2014 !

De quoi en faire perdre leur latin à bien des experts, qui jugent une fois de plus « le marché » comme prit de folie.

 

Mais fin 2013, et tout le long du premier semestre 2014, les yeux du monde et de l’actualité se tourneront vers l’Ukraine et « Poutine », laissant presqu’au second plan les rodomontades de Bruxelles quant à la politique budgétaire dudit ministre.

Repost 0
Published by I-Cube - dans Mains invisibles
commenter cet article
23 août 2014 6 23 /08 /août /2014 05:05

Avertissement : Ceci est un roman, une fiction, une « pure construction intellectuelle », sortie tout droit de l’imaginaire de son auteur. Toute ressemblance avec des personnages, des lieux, des actions, des situations ayant existé ou existant par ailleurs dans la voie lactée (et autres galaxies), y compris sur la planète Terre, y est purement, totalement et parfaitement fortuite !

 

Le transstockeur assassin

 

Bien joué, en dira plus tard Gustave.

Sauf que l’enchaînement va devenir soudainement tragique…

Après l’appel téléphonique de la veille, Madame Robert s’est enquise de ce qu’il fallait faire auprès de son fils à Boston : un RDV classique et presque quotidien via Skype, avant qu’il ne parte à l’université le matin.

Et celui-ci n’a pas su quoi lui répondre, mais a appelé un de « ses potes » sis dans un immeuble voisin de sa mère, histoire qu’il surveille un peu ce qui se passe sur place à l’occasion.

Et celui-ci, qui n’a pas le temps de le faire lui-même, sauf à passer voir la mère de son ami le soir suivant en rentrant du boulot, « délègue » deux traîne-savates du quartier de ses connaissances pour surveiller les allers-et-venues au pied de l’immeuble, au cas où, et rendre compte contre quelques menues-monnaies…

Ce qu’ils font.

Vers quinze heures, ils signalent l’arrivée de Gustave et de Paul au volant de sa C5 et relèvent le numéro de la plaque de police.

« Vous êtes en moto ? »

Non.

« Allez la chercher et suivez la voiture jusqu’à sa destination ! »

Ce que l’un des deux fait.

 

Vers 16 heures 30, la C5 démarre : il y a deux chemins pour rejoindre l’A10 et rentrer sur le Kremlin-Bicêtre par l’A6b. La traversée de la zone de Courtabœuf ou « la coursière » qui emprunte le tracé de la voie de l’ancienne ligne de chemin de fer Chartes/Limours en Hurepoix/Gare d’Orsay, l’ancienne voie du blé de la capitale.

Depuis bien longtemps, elle est désaffectée, les rails ont été démontés et la partie finale vers Paris fait place à des immeubles d’habitation divers.

Au mieux, on retrouve sa trace d’un côté sur la « coulée verte » en-dessous duquel roule le TGV Sud-Ouest dès avant la gare de Massy-Palaiseau. De l’autre, elle a été transformée en voie d’essai de l’aérotrain de l’ingénieur Bertin et le « tourniquet » servant à retourner l’engin sans roue et à moteur électrique linéaire est d’ailleurs situé sous les ronces, à quelques dix minutes de marche du viaduc situé après un tunnel, encore debout malgré les bombardements des alliés lors de la second guerre mondiale. Un endroit où « les jeunes » font du saut à l’élastique.

L’immeuble étant situé à proximité de cette artère qui sillonne au-dessus de la vallée de l’Yvette, c’est celle-là qu’emprunte Paul.

 

Il discute avec Gustave sur leur trouvaille de l’après-midi et note la présence d’une moto dans son rétroviseur.

Petit ralentissement d’allure, presque par réflexe : il commence à s’inquiéter de ne pas la voir se rapprocher…

Accélération au-delà de la vitesse limite : elle suit à la même allure.

Et c’est en trombe, ce qui reste rare chez lui en voiture de plus d’une tonne, que Paul débouche sur l’A10 à peu près dégagé à cette heure-là.

« Qu’est-ce qui se passe ? Vous avez hâte de vous remettre au travail ou vous avez le diable derrière nous ? »

Le diable, peut-être pas, mais une moto suiveuse avec deux gars à bord, oui…

« Et depuis notre départ… »

Gustave s’inquiète à son tour : « Ils nous veulent quoi ces deux-là ? »

Une photo dédicacée, peut-être ?

« Déconnez pas ! Et essayer de les semer, je n’aime pas ça… »

Instruction que Paul ne se fait pas dire deux fois, affolant le compte-tours et slalomant entre les voitures qui se traînent à 110 Km/h sur les deux voies.

L’arrivée sur le tournant de Palaiseau, limité à 70, se passe en quelques poignées de seconde, par la Bande d’Arrêt d’Urgence.

Imité par la moto qui s’est rapprochée.

« Prenez à droite ! »

Trop tard pour ne pas être dangereux pour les autres usagers, d’autant que la sortie mène à Antony et reste un virage à 270° sur la droite limité à 50 Km/h, donc « serré ».

Ce sera pour la suivante : l’autoroute tourne à droite pour revenir à gauche vers Paris et une sortie à droite sur la N20 vers Longjumeau, mais en allant tout droit, Paul roule vers l’A6 sur une voie et vers Lyon.

Manœuvre cousue de fil blanc : la moto s’est encore rapprochée !

Paul sort avant la descente sur l’A6à Longjumeau, direction le grand sud et se retrouve au carrefour des quatre-fourchettes, grillant le feu tricolore à vive allure, ce qui donne des sueurs froides à son passager. Il s’enfile tout doit vers le rond-point suivant d’où débouchent la circulation de l’A6 qui va vers Wissous, Orly ou encore Palaiseau… Sportif.

Maintenant, la moto colle presqu’au cul. Mais ne parvient pas à sortir du rond-point pour devoir éviter une camionnette dont les pneus crissent sur la chaussée avant que le klaxonne ne proteste bruyamment.

Et elle va s’encastrer sous la barrière de sécurité qui protège un entrepôt de grande hauteur, à demi enterré, en bordure de pistes d’Orly…

« Demi-tour ! On va voir qui c’est ! » clame l’amiral.

Et Paul de poursuivre son virage tout en ralentissant, affolant l’ABS pour s’arrêter derrière la moto vautrée à terre, à demie-enfoncée dans l’équipement de sécurité routière.

 

L’un des hommes est coincé sous sa moto et le bas du rail de sécurité, salement amoché, pendant que l’autre aura fait le « grand soleil » au-dessus du rail et atterrir derrière.

Quand Paul approche, il est en train d’escalader le grillage de sécurité qui protège l’entrepôt des intrusions indésirables et débouche sur deux bassins d’eau, sans doute des réservoirs de sprinklers à ciel ouvert.

Gustave sort son arme d’une main et son téléphone de l’autre, pour appeler les secours.

Paul fonce à travers champ à la poursuite du deuxième homme après avoir gravi à son tour le grillage en deux mouvements et un élan.

Le fugitif passe derrière le bâtiment et s’engouffre dans la première et unique porte venue, Paul à ses trousses.

C’est effectivement un bâtiment où s’agitent 4 transstockeurs, à remuer des palettes où il n’y a pas trace de présence humaine : tout est piloté par ordinateur et il n’y a que des éclairages de secours au sol et aux murs.

Presqu’un four sans ouverture, hors les quelques trappes de désenfumage à plus de 25 mètres de haut qui diffusent la pâle lumière du jour.

Coup de feu : l’homme au casque est armé.

Paul le repère au bruit de sa course dans une des allées encombrées de palettes de marchandises diverses et bien rangées. Il manque de se faire culbuter par une des machines guidée entre deux rails, en bas où elle repose, l’autre au sommet où elle est « tenue », guidée…

Heureusement que la première palette est à 30 centimètres du sol, la place pour se glisser dessous en roulant, parce que ça va vite et qu’il n’y a pas plus de 5 centimètres entre la cabine et les racks…

Et il passe dans l’allée du tireur.

 

La course-poursuite reprend dans une allée voisine. L’homme semble vouloir aller au fond des 200 mètres du bâtiment, à la recherche d’une issue.

Le transstockeur de cette allée approche, en accélération dans le dos de Paul, faisant déjà monter sa charge à la bonne hauteur de plan de pose, avec toute la cabine de pilotage inoccupée.

Ça laisse un peu de place pour attraper au vol le mât et se placer sur le capot des moteurs électriques.

L’homme continue de courir non sans tirer derrière lui au jugé, alors que son poursuivant s’abrite derrière le pylône du mât de la machine et entend siffler les ricochets des projectiles.

Elle ralentit pour s’arrêter. Paul en profite pour rattraper le fugitif, le faire tomber à en perdre son flingue et commencer à le bourrer de coups, pieds et poings, au corps et autres « parties molles », la tête étant protégée par un casque intégral.

L’homme esquive, se débat, essaye de faire chuter Paul avec ses jambes et finit par rouler sous le palettier, vers une autre allée contiguë. Il en profite pour récupérer son arme qui avait glissé jusque-là, vers laquelle il se dirige en quelques enjambées.

Puis, s’en saisit Paul à ses trousses. Il trébuche dans la manœuvre et chute : s’il ne se relève pas très vite et sort du chemin de la machine qui vient en face, on va vers l’accident.

 

Et c’est le drame : le bonhomme est happé par le capot, traîné sur quelques mètres, sa tête cogne lourdement contre les pieds d’échelle des racks à s’en faire ôter violemment son casque de motard, alors que Paul se jette sur le côté, dans une alvéole vide et regarde passer, médusé, le corps déjà sans conscience de son agresseur.

Comment arrêter cet engin de malheur et aveugle qui le traîne ainsi ? Où est le bouton d’arrêt d’urgence ?

Même plus la peine de se battre pour le désarmer : il est désormais HS, inconscient.

Pas de réseau dans cette gigantesque cage de Faraday encombrée de lisse pour 20.000 emplacements palettes. Il faut sortir.

La ligne du portable de l’amiral est occupée. Il est en train de joindre Nathalie pour qu’elle mobilise des renforts (lesquels ?) après avoir appelé les gendarmes et les pompiers qui sont les premiers sur le rond-point.

 

L’urgence est de faire stopper ces transstockeurs et de faire venir une civière sur le cadavre du jeune-homme.

Dans quelle galère s’était-il mis et pourquoi ?

Commandé par qui ?

L’un est désormais parti avec ses secrets et ambitions avortées, l’autre aura perdu l’usage de ses jambes et ne dira que ses noms, prénoms et date de naissance, comme d’un soldat « prisonnier de l’ennemi ».

L’enquête de police qui commencera alors mettra bien du temps à remonter la succession d’informations pour mieux comprendre, laissant toutefois de larges zones d’ombre au-delà des Ulis et des données de l’enquête de proximité…

Cette agression aura toutefois plusieurs conséquences : renforcer le dispositif de sécurité autour de Paul, qui n’en veut pas alors qu’il souhaite qu’on surveille Florence et Annabelle, et l’amiral, désormais flanqué d’un garde-du-corps/chauffeur dans tous ses déplacements.

C’est là que le « Comité Libecciu » prendra toute son importance « officieuse » et ses effectifs gonflés, même mis en stand-by.

Parce que pour l’heure, expliquer aux brigadiers de la gendarmerie de Longjumeau les raisons du déplacement d’un amiral, certes à la retraite, chez une lambda pour lui faire « décortiquer » un hypothétique contrat d’assurance-vie, ça n’a rien d’évident, de prime abord !

L’autre, c’est que ça fournira une occasion rêvée pour la juge Hélène Trois-Dom de revenir faire un tour chez Paul, à son domicile parisien, mais sans être accompagnée du commissaire Scorff, cette fois-ci.

Repost 0
Published by I-Cube - dans Mains invisibles
commenter cet article
22 août 2014 5 22 /08 /août /2014 05:04

Avertissement : Ceci est un roman, une fiction, une « pure construction intellectuelle », sortie tout droit de l’imaginaire de son auteur. Toute ressemblance avec des personnages, des lieux, des actions, des situations ayant existé ou existant par ailleurs dans la voie lactée (et autres galaxies), y compris sur la planète Terre, y est purement, totalement et parfaitement fortuite !

 

Monsieur Robert

 

Un premier trimestre épuisant. Et jusqu’au bout ! D’abord, récupérer la maison du grand-père en Normandie avec la Marie-Louise et son mari, André.

Paul voit bien d’en faire un « gîte select » pour touristes alors que Florence s’imagine déjà l’agrandir en creusant le jardin situé derrière la bâtisse tout en conservant la façade qu’elle trouve « classe » et superbement « Viollet-le-Duc » pour en faire un hôtel de campagne.

Bon, Viollet-le-Duc », il faut aimer, bien sûr.

Les rapides séjours sur place ravissent le couple des « tenanciers » qui fondent devant Annabelle et ses grimaces.

Il faut dire que le grand-air de la Normandie lui sied au teint.

Mais ça n’avance pas vraiment : Florence fait en plus de fréquents déplacements à Venise sur le chantier naval, qui lui n’avance pas plus…

Toujours des appels de fonds, de l’argent, de l’argent en permanence : on va bientôt faire exploser le budget initial et même les plafonds maximum.

Même si ça commence à prendre vaguement tournure.

 

Paul est aussi sollicité par l’usine d’Aubenas, l’arrêté des comptes et son projet de « redéploiement » sur les enduits « haute-technologie ».

Tout le monde y croit et ça travaille d’arrache-pied, à la fois sur le plan technique, sur les stages de formation aux futures machines, sur les fonds à mobiliser…

L’argent, l’argent, toujours l’argent.

En plus, Paul doit aller sauver dans l’urgence la queue de saison du « Château-sur-Cher » de Mylène. Elle a craint les crues de printemps et a fait faire des travaux de précaution idiots qui ont plombé sa trésorerie…

 

La rue défile en d’immenses cortèges de colère contre la loi sur le « mariage pour tous » depuis la fin de l’année précédente, à Paris, mais tout autant dans les grandes villes du pays.

Pourtant la réforme avance, dans une sorte d’autisme politique qui se moque des marées et du temps qu’il fait. Une loi qui sera promulguée pour que plus tard, seulement quelques 7.000 couples, et quelques dizaines de divorces, en profitent pour « régulariser » des situations de fait dans le marbre législatif.

Gustave Morthe-de-l’Argentière passe sa vie au Kremlin-Bicêtre à compter et recompter les officiers, sous-officiers et hommes du rang que l’on retrouve régulièrement dans les défilés ou dans les services d’ordre de ces « manif’ pour tous ».

Il s’inquiète du mouvement des « homens », calqué sur celui des « femens », défilant torse nu et peinturluré de slogans hostiles, à la loi, au gouvernement, aux pouvoir et institutions.

Il compte les casernes « gangrenées », vérolées pour reprendre son expression, qui feraient à l’entendre autant de « cadres » prêts à en découdre.

De quoi finir de blanchir définitivement jusqu’à ses poils du nez !

 

Une montée en puissance relayée plus tard par le mouvement de « bonnets-rouges » un temps, qui succède à celui des « pigeons » et autres volatiles qui eux aussi ont fait reculer le pouvoir politique en place, avec l’arrivée des portiques sur toutes les routes et autoroutes du réseau destinés à faire payer l’écotaxe sur les poids-lourds : un dispositif de « filochage » de tout ce qui roule qui est prêt pour la mise en place d’une décision du précédent quinquennat.

Car c’est le suivant qui doit y renoncer provisoirement dans la plus grande confusion, pour le transformer en « péage de transit poids-lourd » à horizon début 2015.

On débaptise et on casse la baraque…

Mais pas seulement : les familles sont malmenées par les nouveaux rythmes scolaires.

De 4 journées et demie de « temps scolaire » des collèges et écoles maternelles, on doit passer à 6 demies-journées raccourcies dont certaines étalées jusqu’au milieu d’après-midi pour un même nombre d’heures devant les maîtres.

Sauf que, une sortie à 15 heures au lieu de 16 heures 30, ça change totalement le déroulé d’une journée de mère de famille… Ces 90 minutes de moins, tous les jours, qui ne laissent plus de place pour s’occuper des chères têtes-blondes en activité périscolaires, laissés en déshérence, chamboule la vie de tout un pays…

D’autant que finalement, ça n’allège nullement le temps passé ni devant les maîtres d’école, ni dans les enceintes desdites écoles, au contraire, même si beaucoup de communes opteront pour un raccourcissement des vacances scolaires pour éviter l’école du samedi !

Un comble : non seulement on n’apprend toujours pas à compter lire et écrire dans les écoles du pays, mais échappent à la mesure la plupart des écoles privées !

Pourtant la mesure avait été « négociée » très en amont, avec les syndicats de professeurs et instituteurs, avec ceux des parents d’élève et tant d’autres.

Mais personne n’a vu l’essentiel, une fois de plus.

 

Et c’est sans compter sur une circulaire qui « pousse » à la création d’une nouvelle espèce d’humanité, sans altérité sexuelle, lisse de « genre », parfaitement « égale » en tout (et non plus seulement en droit), où tout ce qui représentait jusque-là des « déviances » tolérées est désormais porté au pinacle du principe républicain d’égalité, jusqu’à envisager des séances de « touche-pipi » dans les classes de collèges !

Et c’est tout pour ce qui est de la réforme attendue de la pédagogie où il aurait été normalement question de prétendre finalement à apprendre à lire, compter et écrire aux enfants…

Mais bon, les enfants ressortiront du collège en sachant que les filles ne s’habillent plus en rose et les garçons en bleu, que les métiers d’infirmière et de sage-femme sont aussi ouverts aux hommes, que pompier ou bûcheron se conjuguent au féminin.

On ira même jusqu’à faire appliquer des lois sur la parité obligatoire dans les conseils d’administration d’entreprises, mais toujours pas parmi les élus, en oubliant au passage les PMR (Personne à Mobilité Réduite), les PPT (Personne de Petite-Taille), mais ni les aveugles-politiques, les paralytiques de l’action publique ou les autistes aux souffrances du peuple, son chômage de masse et sa paupérisation rampante…

Là, ils sont même surreprésentés !

 

L’amiral fulmine dans son coin, compte les effectifs présumés « séditieux » pendant que « Nath’ » croise ses fichiers…

En plusieurs semaines « de machine », elle parvient quand même à retracer et identifier la totalité des comptes « minoritaires » qui ont pu percevoir plus de 12 milliards d’euros au fil du temps sur les loyers-dividendes des fonds souscrits aux noms d’emprunt de près de 9.288 « belles-familles » d’homme politiques et hauts-fonctionnaires des années 1970 à mi-2009.

Les derniers étant les moins dotés.

Logique.

Ce qui l’est moins, c’est que tous sont « dormants », à quelques exceptions près.

Notamment celui attribué au ministre du budget bientôt démissionnaire, mais également quelques autres qui ont pu être « en exercice » jusque sous la précédente mandature.

Une bonne quarantaine au total… et que des personnels issus des rangs socialistes : le travail de Monsieur Robert n’a pas été divulgué hors ce petit-cercle.

Les comptes-fantômes attribués à des personnalités dites de droite, sont invariablement « dormant ». Curieux

Comment ces gars-là ont-ils pu être mis au courant et se servir de leur compte de « non-résident », pour récupérer leur véritable identité et autres codes pour faire à la fois des virements et les alimenter ?

 

Une énigme qui défie la logique : qu’un ait pu par inadvertance ouvrir un compte au nom de son épouse, déjà ouvert par ailleurs, à la même agence de la même banque que celui préexistant, passe encore.

Mais pas presque quatre dizaines…

Et puis, il en manque un, celui de « DGG », le banquier des pauvres, « David Groβ-Ghan ». Ou alors, il en a plusieurs sur des faux-nez que l’on ne rapproche pas, pour user de noms que l’équipe attribue à tort à d’autres personnalités.

C’est qu’il en serait capable, en plus, le tordu…

Pareil pour « l’inspirateur » aux dires d’Harry Harrison à Venise, le banquier Dactalys, même si, on le saura plus tard, Monsieur Robert fait partie de son équipe londonienne.

 

Paul s’en ouvre d’abord à Gustave, qui ne comprend pas trop malgré les « cours particuliers » que lui dispense « Nath’-la-rouquine ».

C’est à ce moment-là qu’il est décidé de ne rapatrier que les soldes des comptes dormant pour Pâques, histoire de ne pas se retrouver avec quelques retours de bâton de « voleurs-volés » qui s’apercevraient s’être faits dépouillés.

Il en parle aussi Gabrielle qui se rassure que le travail avance.

Mais pour clore ce chapitre, il lui faudrait des procurations : c’est tout ce qui compte pour elle et enfin passer à autre chose après avoir liquidé ce dossier invraisemblable.

 

Et puis par hasard, alors que la vraie « Charlotte » passe dîner un soir avec Aurélie, Paul lui en touche un mot.

« Avec un numéro de téléphone et un nom, je te retrouve l’adresse. Tu y vas et tu récupère les codes.

Quant à des procurations, avec la signature numérisée du bonhomme, je t’en fais autant que tu veux au nom de qui tu veux ! »

Aussitôt dit, aussitôt fait, tiens donc.

 

Le surlendemain, après une petite recherche dans les archives de Joan et l’annuaire inversé d’internet, Paul et Gustave prennent rendez-vous chez une dame et s’y pointent la gueule enfarinée le jour suivant. Gustave et Paul se présentent en qualité d’enquêteurs d’assurance à l’heure du thé chez Jennifer Arguenon, la présumée famille de Monsieur Robert, dans un des quartiers de l’ex-nouvelle ville-nouvelle des Ulis en banlieue sud de Paris.

Les cheveux argent de l’Argentière, le ton grave de sa voix suffisent à leur ouvrir la porte après le petit baratin de Paul sur une enquête d’assurance-retraite.

La dame, qui vit manifestement seule dans son trois-pièces-cuisine-balcon, n’est pas toute jeune, a un fort accent anglais et pleure encore quand on évoque son mari.

Une histoire palpitante de banalité…

Une rencontre avec un beau jeune-homme, la trentaine alerte, de bonnes manières, un salaire confortable, une situation établie, installé à Londres à la banque pour la réunification des deux Allemagnes. Un poste très important.

Voilà le lien avec Dactalys : Harry Junior numéro quatre avait le nez fin ou de grandes oreilles à travers le monde entier !

 

Un mariage rapide, deux jumeaux rapidement mis au monde, éduqués en France quand l’appartement de la belle-mère s’est libéré pour cause de décès.

Ses gosses sont aujourd’hui l’un dans une ONG qui fournit des soins aux femmes mexicaines, l’autre est actuellement exilé à Boston étudiant au MIT en physique nucléaire : ses fiertés !

Et un mari qui fait Londres-Paris-Londres au fil des années la plupart des week-ends.

Jusqu’à ce terrible licenciement du début de 2009. « Un jeune DRH qui taille dans les effectifs ! Robert en a perdu la santé… Pensez donc, chômeur à 54 ans ! Tout d’un coup sans ressource, sans contact pour rebondir. Il s’est laissé dépérir. »

Et est mort d’une bronchite aiguë à l’hôpital d’Orsay, situé en contre-bas.

Elle, elle envisage de rentrer en Angleterre quand ses enfants s’installeront pour faire leur vie, sans doute dans le cottage de son frère resté célibataire, pour limiter les frais. Alors pensez donc, une assurance souscrite par feu-son mari, même réduite en rente-viagère, ça mettra du beurre dans les épinards sans rien avoir à demander à ses gamins pour survivre le temps qu’il faudra.

 

Paul et Gustave n’apprennent rien de plus : tous les documents de travail sont à la banque.

« Vous comprenez, son travail était tellement confidentiel, qu’il ne pouvait rien sortir, aucun document, aucun fichier. Jamais un quelconque rapport à lire à la maison. »

Il dormait où, à Londres ?

« Directement dans les locaux de la banque où il avait une studette aménagée à cet effet. On communiquait tous les jours en vidéo par internet. J’y suis allé plusieurs fois pour ranger son home. Mon mari n’avait aucune mémoire. Au travail, il ne traitait qu’un dossier à la fois et le rangeait toujours au même endroit. En revanche, ses livres ou même parfois sa vaisselle, son linge, il fallait que j’aille les ranger pour lui de temps en temps. On en profitait pour sortir, découvrir les nouveaux quartiers, les attractions du Millenium, les chantiers des jeux olympiques, les derniers temps. »

 

Comment un homme qui n’a pas de mémoire peut-il se servir de codes divers ?

« Il les notait quelle que part, au moins ! »

Surtout pas !

« C’était toujours le même… Mon diminutif, Jenny, avec deux « n » et un « i-grec », comme ça il ne pouvait pas l’oublier ! »

Information ahurissante… Serait-ce aussi simple que ça ?

« D’ailleurs, je pouvais de la sorte pirater sa boîte à courriels ! » qu’elle s’en amuse.

« Oh, je ne le faisais que pour lui faire des blagues, lui rappeler mon anniversaire par exemple ! »

Ce code qui manquait jusque-là à Paul tiendrait-il en ces 5 lettres ?

On pouvait toujours tenter le coup pour le vendredi de Pâques qui arrivait…

Si seulement les procurations pouvaient partir très, très vite.

« Mais pourquoi vous intéressez-vous à mon mari ? A-t-il vraiment souscrit cette assurance-vie à mon nom, ce dont vous m’avez parlé au téléphone ? »

« Madame, nous venons pour régler aussi les papiers des pensions de réversion auxquelles vous pourriez prétendre. Avez-vous des documents à ce sujet, des contrats que vous auriez rangés ici ? »

Bien sûr qu’elle a : un gros dossier.

Dossier que Paul s’empresse de consulter, alors que Gustave ne fait que survoler son contenu.

« Ne vous emballez pas. Il y a sûrement des clauses relatives à votre âge. Mais je regarde si par hasard il y a matière à revenir… Par exemple, ce dossier, je peux avoir photocopie de ce document ? Il y a des références qui peuvent être intéressantes. »

Et la dame de scanner le document. D’abord mal, avec une signature incomplète…

« Donnez, je vais la refaire. »

Elle ne comprend pas : il voulait les références ou non ?

« Le document entier, avec les clauses en bas, en général les plus importantes. »

Incluant aussi la signature de Monsieur Robert.

Qui reste similaire jusqu’à l’identique à celles retrouvées dans les cartons d’archive de Lady Joan.

Repost 0
Published by I-Cube - dans Mains invisibles
commenter cet article
21 août 2014 4 21 /08 /août /2014 05:05

Avertissement : Ceci est un roman, une fiction, une « pure construction intellectuelle », sortie tout droit de l’imaginaire de son auteur. Toute ressemblance avec des personnages, des lieux, des actions, des situations ayant existé ou existant par ailleurs dans la voie lactée (et autres galaxies), y compris sur la planète Terre, y est purement, totalement et parfaitement fortuite !

 

Londres

 

Plus tard, Pisuerga Anjo reprendra contact avec Paul, pour le prier de l’excuser pour ses propos déplacés de ce midi-là.

« Je ne sais pas ce qui m’a pris. Peut-être un réflexe conditionné de banquier quand il voit autant de billets se déplacer sous son nez : il faudra que je me méfie ! »

C’est oublié : il ne s’est rien passé de maladroit.

Seulement si madame ne se sent plus offensée. Humiliée aurait été le mot idoine, mais Paul n’a pas osé.

« Elle est restée à Rome reprendre son service au SIV, ce soir-là. Notez que ma dernière proposition reste valable, pour vous être agréable et vous rendre service. »

Il avait dû refaire ses calculs…

« Je vais y réfléchir. Merci pour tout Monsieur le Président. Un excellent déjeuner et en très bonne compagnie, finalement. »

En fait, Paul part à ce moment-là pour être reçu par le Reine. Et il comptait bien proposer un marché similaire à Lady Joan, si par hasard il la croisait.

 

Depuis peu, Paul loue à l’année un hydravion Cesna basé sur l’aéroport de Deauville pour ses nombreux déplacements, tant en Europe que jusque sur les rives des émirats arabes-unis, afin de passer inaperçu et d’éviter les sempiternelles épisodes d’hommages des équipages civils des compagnies commerciales…

Paris-Deauville, c’est un peu moins de deux heures de voiture dans un sens, trois dans l’autre… Pour suivre le chantier des hauteurs de Cabourg.

Et Deauville-Venise, c’est quelques trois heures de vol au-dessus des alpes quand il s’agit d’emmener Florence suivre le chantier d’Eurydice.

Deauville-Aubenas se fait en un peu plus de deux heures en porte-à-porte quand il s’agit d’aller animer quelques réunions sur place.

Bien sûr, il y a plus commode pour aller à Ras el Khaïmah et son aéroport « Ra'sal-Khaymah Airport », un des Émirats Arabes Unis où se situe une discrète agence d’une filiale de la banque portugaise de « l’Esprit saint » plantée en plein pays mahométan,  rebaptisée pour l’occasion d’un nom imprononçable de couleur « locale » et écrit en « vermicelle », là où sera ouvert finalement le compte « centralisateur » du prochain « hold-up » du siècle avant de filer aux Bahamas.

Hold-up qui sera réalisé avec l’identité des papiers « truqués » de Stéphanie Roya, qui n’en a plus besoin pour vivre en Amérique du sud avec les faux fournis par l’éminent « Monsieur Albert », dit aussi « riri ».

« Truqués » parce qu’un faussaire serbe a remplacé la photo par celle de Cécile Wiseppe, retranchée elle aussi avec de faux papiers plus vrais que nature fournis par le même « Riri » dans l’hôtel de Kotor du pote de promotion de Paul, où ils ont des parts en commun.

 

Parce qu’à un moment, il a fallu présenter « une fille » en chair et en os auxdits banquiers pour « faire plus vrai ». Une exigence de principe.

Et elle ne s’est pas faite priée, même si la température locale est paradoxalement trop élevée pour « chauffer les sangs » et que comme destination dépaysante, il y a mieux.

Le même faussaire a su aussi faire toute la panoplie des papiers officiels, passeport, permis de conduire international, licence de pilote, certificat de naissance, de domicile à un certain Julius Van Molenbeek, né à Brussel et avocat d’affaires à Poperinge en Wallonie avec une photo de Paul grimé d’une moustache ! Un citoyen, avec femme et enfants, décédé dans un carambolage autoroutier voilà quelques années.

Crédible à condition qu’il prenne un forte accent belge et qu’on ne l’interroge pas en flamand…

Il répondra en anglais, par conviction « séparatiste ».

 

Alors, c’est naturellement qu’il se présentera à Heathrow avec son hydravion et la « belle-famille » qui ne veut pas « rater ça » au château de Windsor à la mi-mars, alors que les « cousines » les rejoignent par un vol low-cost depuis Beauvais.

Une forteresse médiévale située dans le Berkshire et l’axe des pistes dudit aéroport, célèbre pour son architecture et pour servir de résidence à la famille royale britannique.

Sa construction commença peu après la conquête de l'Angleterre par Guillaume le Conquérant au XIème siècle.

Il fit ainsi construire une série de forteresses autour de Londres situées chacune à environ 30 km de la ville et du château suivant, ce qui permettait de déployer rapidement des renforts en cas de besoin.

Le château de Windsor est stratégiquement positionné sur une butte artificielle à proximité de la Tamise, une importante route commerciale, et de la forêt de Windsor, un terrain de chasse auparavant utilisé par les rois anglo-saxons.

D’ailleurs, la première fortification se limitait à un donjon protégée par un petit mur d'enceinte en bois.

L'ensemble occupe un promontoire de craie s'élevant à 30 m au-dessus de la rivière.

Une seconde palissade de bois fut construite à l'est du donjon sur ce qui devint la partie haute actuelle.

À la fin du XIème siècle, un autre mur d'enceinte fut construit à l'ouest créant ainsi la forme actuelle du château. De par sa conception, Windsor ressemblait fortement au château d'Arundel, une autre fortification du début de la période normande mais la forme avec deux enceintes le rapprochait des châteaux de Rockingham et d'Alnwick.

Depuis le règne d'Henri Ier d'Angleterre, le château a été utilisé par de nombreux monarques et est le plus ancien palais habité sans interruption en Europe.

Le style raffiné des appartements d'État construits au début du XIXème siècle a été qualifié par l'historien d'art Hugh Roberts comme une « magnifique série de salles sans égales largement considérées comme l'expression la plus élégante et la plus complète de l'art géorgien ».

La chapelle Saint-Georges construite au XVème siècle est considérée de son côté par l'historien John Martin Robinson comme « l'une des plus grandes réussites de l'architecture gothique anglaise ».

Le château de Windsor, aussi affublé du qualificatif de « plus onéreux projet de construction laïc de l'Angleterre médiévale », a survécu à une période tumultueuse durant la première Révolution anglaise quand il fut utilisé comme quartier-général par les armées parlementaires et comme une prison pour Charles Ier.

Durant la Restauration, Charles II reconstruisit une grande partie du château avec l'aide de l'architecte Hugh May et créa ses intérieurs baroques extravagants toujours visibles de nos jours.

Après une période d'abandon relatif au XVIIIème siècle, George III et George IV rénovèrent à grands frais le palais de Charles II et donnèrent aux appartements d'État leur aménagement rococo, gothique et baroque assez exceptionnel.

Victoria choisit Windsor comme sa résidence royale durant son long règne. Et le château fut utilisé comme refuge pour la famille royale durant les bombardements de la Seconde Guerre mondiale, pour être finalement victime d'un grave incendie en 1992.

Il est aujourd'hui une attraction touristique populaire et la résidence préférée de la reine Élisabeth II.

Plus de 500 personnes habitent et travaillent aujourd'hui dans ce château.

 

À noter que durant la Première Guerre mondiale, les sentiments antigermaniques poussèrent même les membres de la famille royale britannique à changer le nom de leur dynastie d'origine allemande, « Maison de Saxe-Cobourg et Gotha », et George V décida de prendre le nom du château et la famille royale devint la « Maison de Windsor » en 1917.

 

Quant à « la famille » et la belle-famille de Paul, c’est surtout cette dernière qui « fait tâche ».

Si Jacques, le frère unique, ne fait pas le déplacement pour s’être retrouvé ridicule à « Château-sur-Cher » et s’être senti « malmené » à l’occasion de la liquidation de l’indivision successorale, en revanche, Sandrine, sa première épouse fait le détour sans ses enfants Alain et Christine.

Mais bien plus, la perspective d’être reçue par la reine Élisabeth II en ses murs et mobiliers ont rendue hystériques les « trois cochonnettes », Arlette, Huguette et Pierrette, les filles de l’oncle-honteux. Pierrette et Huguette viendront avec leur mari.

Manqueront Sylviane et Josiane et leur famille, les cousines germaines côté « colonel » François-Henri de Bréveuil, le frère du grand-père de Jacques et de Paul.

Lady Joan et son mari, les deux sœurs McShiant, Birgit poussée dans son fauteuil électrique par Margaret, la divine Shirley et Sir Oliver, le grand patron des SIS de sa majesté seront également présents.

Même Isabelle Nivelle et sa fille sont venues pour assister à ce « sacre » et faire la photo-pirate, car il n’est permis que le photographe officiel de la Cour en ces murs.

Et puis quelques autres, dont un représentant du gouvernement et celui de la chambre haute, qui viendront accueillir dans la pairie le nouveau venu, Sir Paul de Bréveuil…

Dire que leurs ancêtres ont vraisemblablement combattu les ancêtres de Paul, élevés au rang de la baronnie d’empire dans un autre millénaire !

Ah, les effets de la « cordiale entente » …

Ce qui ne justifie toujours pas « l’épisode de Fachoda », pas plus que celui de Mers-El-Kébir, n’est-ce pas !…

 

La belle-famille ? Oui, toujours aussi sont extraordinaire. Georgette la « dondon décolorée » en robe de mousseline rose et néanmoins mère de Florence, toujours à faire du gringue et des œillades insistantes à Paul, ne décollant pourtant pas du bras de son mari qui s’est mis lui aussi sur son 31 pour l’occasion. « Jean-Jean », le frère aîné chauffeur-routier avec tout l’attirail qui va avec, du tour de coffre aux tatouages en passant par la tignasse en queue-de-cheval, a fait un effort vestimentaire, engoncé dans un costume trop petit qu’on se demande comment les coutures peuvent tenir. Accompagné de son épouse Françoise qui a enfin lâché ses gamins pour l’occasion : question de budget sans doute.

Elle en reste toute intimidée, encore plus effacée et riquiqui que d’habitude.

Et bien sûr l’ineffable « Pierrot », le fils cadet au bras d’Élisa et sa femme, le « gros cul » de la bordée qui se pense encore plus irrésistible que jamais à se trémousser ostensiblement sous le regard de tous ces mâles aux uniformes rutilant qui rentrent dans son champ de vision, même son beau-frère et son beau-père : Un vrai poème !

Le tout sous le regard amusé de l’amiral Gustave Morthe de l’Argentière en grand uniforme de gala, qui a fait le déplacement avec « l’amirale »…

 

Séquence « émotion » quand sa Majesté fait un bref discours sur l’histoire du « Royal Victorian Order », l’ordre royal de Victoria et de ses différents grades de Chevalier notamment celui de « Knight Grand Cross », autrement dit le GCVO ou « Chevalier Grand-croix », emportant l’usage du titre de « Sir ».

Pour le terminer par un récit personnalisé de sa soirée du 27 juillet dernier et finir par ce laïus : « Pendant ce temps de festivités mondiales, des hommes sûrs tels que vous, Sir Paul, ont agi dans l’ombre pour assurer la sécurité de mes sujets et éviter au monde entier un effroyable conflit.

Sachez que votre rôle a été déterminant et que notre royale gratitude vous sera éternelle … »

Snif, n’est-ce pas ?

Georgette, comprenant un mot sur deux, un peu plus loin à l’oreille de son mari : « Mais qu’est-ce qu’il a fait, ton gendre ? »

Trop loin de Florence pour relayer la question…

Il faut dire que c’est toute une histoire, une autre histoire, déjà narrée (cf. « Parcours olympiques, aux éditions I3 »).

Sa très Gracieuse Majesté prenant congé, Paul devise ensuite avec les quelques sommités présentes et se fait happé par Lady Joan qui invite tout le monde en son manoir du Kent… Des autocars sont prévus pour le déplacement de deux heures autour du sud de London jusqu’à sa demeure du Kent.

C’est que la minette, elle a sûrement une idée derrière la tête.

 

Paul profite du voyage pour attirer son attention sur son problème du moment.

Et sitôt arrivés, elle s’enferme dans son cabinet de travail avec lui.

« Baise-moi ! J’en meurs d’envie ! »

Florence, son mari, ses invités sont de l’autre côté de la porte, à tourner autour des buffets somptueusement dressés, hein…

« Écoute, faudra d’abord demander la permission à Florence. Ensuite, si je te parle de quelques milliards, est-ce que ça pourrait calmer ta libido le temps de m’écouter ? »

Quoi des milliards ? Des milliards de quoi, d’abord ? D’orgasmes peut-être ?

« Non ! Tu te souviens de l’opération de fin 2009 sur le trust ? »

Bien sûr qu’elle se souvient… Comment pourrait-elle oublier cette seconde rencontre, ici même au manoir de feu Sir Thornner ? C’était le feu…

« Eh bien il en reste à rapatrier… »

Comment ça ? Elle a tout rendu et il a même signé un « quitus pour bonne gestion ».

Oui, certes. Alors il explique l’existence des « queues » et des minoritaires.

« Ah bé oui, ça c’est normal. Mon clerc avait fait du bon travail. Tes minoritaires étaient désignés par Monsieur Robert, le banquier correspondant. Nous, on a fait qu’exécuter ses instructions et virer les produits à qui de droit. Et encore, je pense qu’on n’a pas tout vu, le reste ayant été géré au fil du temps et en direct, ou par d’autres agences ayant reçu mandat. Rien de plus légal. Tu as juste récupéré le solde disponible. »

Oui, mais les « minoritaires » n’existent pas. Ce sont des faux nez.

Et alors, il veut en faire quoi, là, Paul ?

« Nettoyer aussi cette partie-là… et la récupérer. On finit d’identifier tout le monde, les noms, les comptes, les banques, les dates, les montants, les soldes. Et jusqu’aux numéros de compte avec clé d’identification. Je veux savoir si tu peux me prêter une structure ad hoc dans un paradis fiscal pour faire transiter ces sommes avant de les restituer au Trésor public de mon pays. »

Pourquoi un paradis fiscal ?

« Parce que malgré les précautions prises la dernière fois, j’ai eu à gérer un inspecteur des impôts dément, qu’il a fallu le laisser passer pour un fou pour s’en débarrasser, et que je ne veux plus apparaître en première ligne. Il me faut quelque chose de discret. »

Paul en fraudeur fiscal ? Lady Joan en rigole.

Le ministre et ses comptes numérotés suisses, c’est lui aussi ?

« Non. Pas directement. C’est mon entourage. Donc indirectement, oui… »

Bien joué, finalement !

 

« Je vais te répondre… Je ne peux pas t’aider directement, je n’ai juridiquement pas le droit de te vendre ou te monter une structure dans un paradis fiscal. Mais les « vrais » banquiers de la City ont le droit. Moi, je ne suis pas banquière, tu comprends ?

Alors, pour te rendre service, je peux t’en présenter un ou deux, si ça t’arrange. Mais si c’est pour remettre cet argent au Trésor public français, surtout rapidement, ça va te coûter chaud, vu le risque pris au regard des autorités monétaires mondiales. »

Combien ?

« Il faut compter en millions de Livres Sterling, plus mes commissions… »

À régler en nature ou en espèces ?

« Paul !!! Mais je suis mariée, voyons ! »

Pas à une contradiction près, la lady, elle qui voulait se faire tringler sur le tapis il n’y a pas cinq minutes…

Et puis cet imprévisible : « Note que mon mari est devenu un voyeur assidu à mes petites fantaisies. D’ailleurs, ce soir, on termine en « Condom-Party » avec tes invités… Faut bien leur montrer comment on s’en sert, chez nous, à tes frenchies ! »

Ouh là !

Beau-papa et belle-maman, les cousines, les Nivelle, l’amiral et son épouse, et tous ce beau monde-là, participant à une partouze ?

Mais elle est cinglée !

Pas du tout : Elle sait y faire. Comment avait dit feu Almont, déjà ?

Intraitable ?

 

(…)

 

Le lendemain, avant le retour sur Heathrow en autocar, elle précisera quand même quelques points utiles.

« Je ne sais pas comment tu vas faire, mais sache que le fameux Monsieur Robert, celui qui donnait des instructions à mon clerc, il était français. Et a gardé de la famille, son épouse ou sa fille, je ne sais pas, en banlieue parisienne où il se rendait fréquemment.

Tu dois pouvoir retrouver un numéro de téléphone dans le dossier d’archive que je t’ai remis l’année dernière, ils y sont tous.

Et il te sera important de récupérer aussi les codes bancaires et des exemplaires de signatures, que tu trouveras aussi dans le dossier, si tu veux mettre la main sur les fonds que tu dis. »

Une piste et un avertissement indispensables, chère Joan.

« Alors on se reverra ? »

Elle connaît désormais les conditions de Paul : en passer d’abord par Florence.

Qui elle aussi a des exigences.

Et il ne veut surtout pas d’histoire avec la mère de sa fille.

Pas encore ni déjà.

Repost 0
Published by I-Cube - dans Mains invisibles
commenter cet article
20 août 2014 3 20 /08 /août /2014 05:03

Avertissement : Ceci est un roman, une fiction, une « pure construction intellectuelle », sortie tout droit de l’imaginaire de son auteur. Toute ressemblance avec des personnages, des lieux, des actions, des situations ayant existé ou existant par ailleurs dans la voie lactée (et autres galaxies), y compris sur la planète Terre, y est purement, totalement et parfaitement fortuite !

 

Rome (5/5)

 

Ce sera un peu plus tard qu’ils atterrissent au « Aroma », situé via Labicana 125 I – 00184 Roma – dominant d’un côté le Colisée et de l’autre le parc di Traiano et ses cyprès. Une table gastronomique.

« Vous êtes banquier Monsieur Pisuerga ? » fait Paul juste après avoir trempé ses lèvres dans le cocktail local, le Sprizt, à base d’Apérol découvert à Venise, un alcool orange, proche du martini classique servi avec glaçons et vin blanc pétillant, en guise de bienvenue et une fois placés à leur table.

Absolument… Et le voilà qui vante « sa » boutique, tout fier, présente sur 4 des 5 continents pendant plusieurs minutes, le tout en français.

Pourquoi cette question ?

« Vous est-il possible de m’organiser discrètement quelques mouvements d’argent « pas à moi », pour le compte de mon gouvernement ? »

Ça veut dire quoi, « discrètement » …

« Avec une ou plusieurs fausses identités. »

Est-ce bien légal ?

« Je vous rassure tout de suite : pas du tout ! C’est même un vol organisé d’argent volé par des voleurs il y a bien longtemps. Et il s’agit seulement de rapatrier ses fonds qui appartiennent en fait à mon pays mais que détiennent des receleurs qui ne savent même pas pouvoir en disposer… »

La tête d’Anjo : Un vrai poème !

Un peu comme si on lui annonçait que l’évêque de Lisbonne se mariait en France dès le vote de la nouvelle loi, avec l’archevêque de Canterbury …

Tous ses canons de banquier qui volent en éclat en une seule phrase et sans prévenir !

Et puis il se ressaisit : « Vous êtes en principe mon supérieur et je reste de toute façon votre obligé. Combien de temps les sommes vont-elles restées dans nos livres et de combien s’agit-il ? »

Combien de temps, Paul ne sait pas.

« Le minimum. Il est probable que je ferai circuler l’argent de place en place pendant le week-end de Pâques… » Ou un autre.

Ils sont fermés à Pâques.

« … le temps qu’on me dise ce que je dois en faire. En principe, de virer ces fonds sur le compte du Trésor français, mais la dernière fois que j’ai fait ça, il a fallu en passer par des sociétés civiles à capital variable et je n’ai transmis que les parts sociales pour me retirer des dites sociétés à valeur au pair… »

Là, il s’oblige à réfléchir.

« Un hedge-fund alors ? »

Pourquoi pas…

« Nous pouvons vous en monter un aux Bahamas… »

Est-ce bien légal ?

« Ça l’est dans la mesure où, si notre activité de banquier, banque de dépôt et banque d’affaires, est très encadrée par les autorités monétaires nationales, européennes et internationales, cette réglementation ne concerne pas ni les hedge-funds ni les placements off-shore qui restent libres et non contrôlés. »

Même par les américains ?

« La FED n’est pas concernée. D’ailleurs, les autorités monétaires américaines ferment les yeux sur ces places, voire les encourage, du moment que ça ne concerne pas des résidents américains… Pour des raisons fiscales uniquement. Vous n’êtes pas résident américain, ni titulaire de la carte verte ? »

Il le sera peut-être un jour si les plans d’Allen avancent… Mais on n’en est pas encore-là.

 

Paul n’a pas précisé le montant…

« Entre 12 à 15 milliards d’euros ! »

Paul pense qu’il va avoir droit soit à une attaque cardiaque non-simulée, soit à un coup de poing dans la tronche quand il annonce le montant du « vol »…

Eh bien pas du tout… Une brève tétanie musculaire généralisée, puis un discret sifflement entre les dents et enfin un… grand sourire ravi !

C’est Matilda qui réagit la première.

« Tu parles bien de milliards, là ? Tu sors d’où tout cet argent ? »

Là, c’est une histoire compliquée. Que Paul essaye de résumer.

« Disons que cet argent a été détourné à l’occasion de la première guerre du Golfe. Tu en as entendu parler ? »

Elle peut être cruche à bien des égards, mais pas blonde pour autant et là, elle sait de quoi il s’agit.

« Y’a eu un inventeur qui a imaginé un système pour éteindre les puits de pétrole koweïtiens en feu. Et derrière, quelques ministres et dirigeants de mon pays ont pu capter ses brevets. C’est un peu compliqué, mais les brevets ont été payés deux fois, et la première fois, ils ont servi à alimenter un trust anglais opaque qui devait être révélé au public en 2016. Pour le centième anniversaire de mon Président d’alors. »

Et pourquoi donc ?

« Pour détruire notre Vème République qu’il détestait, démontrant ainsi que n’importe qui pouvait taper dans la caisse sans que personne ne s’en rende compte. En fait, il l’a d’abord fait avec les indemnités de guerre reçues en paiement de la libération du Koweït… »

Il y a eu plus de 84 milliards de dollars qui ont ainsi changé de titulaires et le peuple irakien rembourse encore à la petite semaine sous l’égide de l’ONU.

« C’est un peu compliqué, parce qu’il a fallu qu’il en rende une partie, celle non-encaissée par notre Trésor public, mais avec le reste, il a financé discrètement la banque pour la réunification des deux Allemagnes. Des sommes qui ont ensuite fait des « petits » et qui ont été rapatriées via le « Grand-emprunt » de Krasoski il y a trois ans… »

Il sait tout ça comment, le Paul ?

« C’est moi qui l’ai fait, en mission pour mon gouvernement. Le problème, c’est qu’on croyait avoir tout ramené, mais il reste des bouts de minoritaires à travers des parts de FCPI, SCI, SSII dont les titulaires ne se sont jamais manifestés pour être totalement ignorant de ce qui a été fait dans leur dos… Pour leur nuire au moment opportun. Comprenez qu’on aimerait bien faire le ménage avant que tout ça se répande sur la place publique en 2016. »

On est en train de faire l’inventaire des comptes et des identités…

« Ça à un rapport avec les comptes cachés de votre ministre du budget ? » demande soudainement le banquier portugais, sorti de sa torpeur.

« Probablement. Sauf que lui se savait titulaire d’une grosse fortune, sans doute pour l’avoir découvert par hasard à l’occasion de ses propres turpitudes. Mais j’en ai plusieurs milliers d’autres qui ne savent même pas… »

Comme des comptes japonais du Président Rackchi.

« Même mécanisme, en effet… Vol d’identité, ouverture d’un compte fantôme à l’étranger, versements de quelques produits récurrents et le tour est joué : le type est définitivement piégé pour ne même pas se savoir receleur et on pourra le présenter un jour comme d’une ordure, une crapule !

Vous comprenez qu’on s’inquiète de récupérer le tout et d’effacer tout ça ! »

Tous les deux comprennent.

 

« Mais pour effacer, j’ai besoin de vider lesdits comptes jusqu’à au moins un niveau ridicule, de brouiller les pistes autour de la planète pour pas qu’on retrouve la trace jusqu’à remonter à l’origine des comptes piégés et de poser le tout dans un établissement discret pour le faire revenir ensuite au Trésor public. »

Pour le « brouillage de piste », il faut savoir que tout est tracé dès que ça circule.

« Seule l’IOR du Vatican y échappe, et encore, pour une faible partie seulement. Mais je ne vous conseille pas de les solliciter : ils sont déjà sur la sellette. »

Idem pour des établissements américains, britanniques ou d’ailleurs en Europe ou en orient.

« En revanche, les Bahamas, sur un fond-pourri, ça peut passer sans que le BRI ne signale le procédé, à condition d’y aller par millions successifs et différenciés par centaines de milliers, pas par milliards… »

Peut-il organiser tout ça ?

« On peut, mais ça vaut de l’argent : il faut mettre une salle de marché à disposition sur plusieurs jours. C’est pour en faire quoi, une fois rassemblé sur le hegde-fund ? »

Paul le réaffirme : le restituer au Trésor français.

« Quand nous aurons réussi, on sera en mesure de tout basculer rapidement. Combien pour cette opération ? »

Le chiffre de 1 pour mille est avancé…

100 millions d’euro ? C’est cher. « J’aurai presque intérêt à financer la création d’une salle des marchés, plutôt ! »

C’est lui qui voit.

Ce n’est pas de l’argent qui lui appartient : il faudrait qu’il en réfère à ses tutelles.

« Ils vont vous le proposer gratuitement, puisqu’ils sont équipés… Ne faites pas ça, vous perdriez votre anonymat d’emprunt ! »

Oui, probablement, et comme il vient de se tamponner un IC à l’huile de noix de cabestan plus tordu que nature…

« 1 pour 100.000 ! »

« Monsieur de Bréveuil, vous n’y pensez pas, tout de même… Avec tous les risques et les frais que cela comporte pour bien faire ! »

1 pour 10.000…

« Bon, on n’en parle plus. Laissez tomber : je me débrouillerai autrement, voire j’y renonce tout de suite. Pas du tout envie de me faire engueuler par ma hiérarchie qui va encore penser que je fais du favoritisme pour m’en mettre plein les poches au passage. J’abandonne ! »

2.000.000 d’euros et Paul fournit les papiers d’identité.

« Et je vous laisse le lieutenant pour faire les liaisons et même la nuit si elle en a envie, en prime ! » fait-il dans un moment de grossièreté inimaginable…

Oh le mufle ! Un vrai maquereau.

Elle qui en a tellement envie, elle se sent obligée de protester vertement.

« Vous plaisantez mon ami Anjo ! Avec un million, je dois pouvoir me débrouiller. Alors c’est un peu cher pour ses beaux yeux et pour quelques nuits qui sont occupées par ailleurs… Oubliez tout, on n’en parle plus ! »

Et si, pendant le temps de décision entre le rapatriement et le versement final, on partageait les fruits du portage sur les dérivés à créer ?

 

Paul sait, depuis sa rencontre de Noël dernier avec Harrison à Venise, que là, le banquier va en faire comme s’il en disposait de 30 fois plus…

Même sur des taux réduits propres aux courtes durées d’exposition, ça fait déjà des paquets avec le speed-trading !

Plus d’1,15 million par semaine de banque et par demi-point d’intérêt… pour être précis avec une grosse louche.

Paul fait mine de réfléchir…

« C’est à voir. Je vais y réfléchir ! »

Même si tout bien pesé, Harry Harrison lui aurait vendu une « vraie banque » pour un prix équivalent. Mais avec les emmerdements en plus.

« Je serai éventuellement ok pour vous mandater, si et seulement si, les profits sur les dérivés sont partagés avec les commissions. 50 % pour votre établissement, 40 % pour les fonds gérés qui reviendront à l’État français et 10 % à ma disposition pour dédouaner Matilda de ses efforts de… liaisons », histoire de compenser l’affront précédent…

Mais non ! Elle n’est pas une pute, même si l’intention reste …« élégante » !

« Pourquoi Matilda ? »

Parce qu’elle est là sous la main et qu’elle peut encore dire non.

Anjo en deviendrait presque fou… Jamais il n’a eu à négocier 12 milliards dans de pareilles conditions !

Et c’est pourtant son métier.

« De toute façon, mes amis, je ne vous demande pas de réponse immédiate. Moi-même, il faut que j’obtienne des « assurances » préalables ! »

Bien sûr, bien sûr…

Et Matilda refuse de toute façon.

Il est descendu dans quel hôtel, à propos ?

Non, il rentre… Il trouvera bien un vol dans la soirée si la limousine accepte de l’emmener jusqu’à l’aéroport.

Repost 0
Published by I-Cube - dans Mains invisibles
commenter cet article
19 août 2014 2 19 /08 /août /2014 05:02

Avertissement : Ceci est un roman, une fiction, une « pure construction intellectuelle », sortie tout droit de l’imaginaire de son auteur. Toute ressemblance avec des personnages, des lieux, des actions, des situations ayant existé ou existant par ailleurs dans la voie lactée (et autres galaxies), y compris sur la planète Terre, y est purement, totalement et parfaitement fortuite !

 

Rome (4/5)

 

Puis encore d’un coup, sans préparation : « Avez-vous déjà péché ? »

Plus qu’à son tour.

« Souhaitez-vous vous confesser ? »

La confession, c’est une chose, mais pour obtenir l’absolution, même papale, il faut pouvoir « regretter ».

« Très Saint-Père, sans vouloir vous offenser, j’ai beaucoup péché, mais je ne regrette rien ! Ce serait à refaire, je le referai ! A-t-on d’ailleurs le choix ? »

Et puis le pardon appartient à Dieu lui-même, pas aux hommes fussent-ils de grande foi !

On a toujours le choix entre le bien et le mal…

« Il y a pourtant des circonstances où on ne choisit pas entre le bien et le mal, mais entre deux maux, voire plus. Et parfois même, c’est la vie qui choisit pour vous ! »

 

Et puis, cet entretien prend encore un virage : « Croyez-vous en Dieu, mon fils ? »

Il serait temps qu’il s’en préoccupe un peu, là, le chef spirituel de la chrétienté.

« Au moins autant que vous, très Saint-Père. À la différence de vous, je ne suis sans doute pas aussi dévot ! Et ce n ‘est pas qu’un détail… »

« Votre destin est ailleurs, effectivement. Vous n’êtes pas un docteur de la Foi. Mais un soldat guidé par la « Main invisible » du Tout-puissant.

Si vous doutez autant que moi, malgré tous les efforts que l’Esprit-saint fait pour renforcer ma foi et mes convictions, dont vos exploits de l’été font partie, soutenus par nos prières, j’espère que votre sort n’est pas aussi lourd et cruel que le mien ! »

Décidément, entre les « mains invisibles » qui reviennent là où on ne les attend pas et la foi du premier des chrétiens-catholiques, Paul ressort bien perplexe de ce court entretien.

 

Benoît XVI se redresse et semble méditer quelques secondes.

« Un très bon choix, finalement, que cet Ordre Suprême de Notre Seigneur Jésus Christ ! Vous n’avez rien d’un saint, je l’imagine bien, mais vous êtes animé de sentiments forts qui correspondent bien à la hauteur d’âme nécessaire aux distingués. »

« Sachez seulement que l’Ordre Suprême de Notre Seigneur Jésus Christ est issu des chevaliers du Temple partis en croisade pour reconquérir les Lieux-Saint et notamment Jérusalem, le tombeau du Christ.

Une nécessité, une commande de plusieurs de mes lointains prédécesseurs. Ils sont revenus, quand ils ont pu en revenir, souvent plus riches, mais surtout plus savants. Et c’est toute cette connaissance que représente l’Ordre Suprême de Notre Seigneur Jésus Christ.

Et que d’ailleurs se disputent d’autres confréries…

Essayez seulement de vous en souvenir et de le faire vivre. Parce que vous en êtes de toute façon digne. »

 

Et puis il se redresse un peu et plante son regard dans celui de Paul : « Je sais que quelques hauts personnages d’ordres laïcs se revendiquant aussi de l’héritage des templiers, vous ont rencontré à Venise récemment. »

Une allusion directe à Harry Harrison.

« Ils ne manqueront pas de tenter de vous « récupérer » à leur cause, je n’en doute pas. Sachez seulement l’essentiel, en plus de mille critiques, qui nous séparent d’eux et faites en un bon usage. »

De quoi veut-il parler, le Saint-Père ?

« Nous sommes la foi en Christ, les gardiens historiques de l’authentique. Eux sont les « spéculatifs » qui tentent d’expliquer, de comprendre, parfois au détriment des Saintes-écritures. Leur démarche est par conséquent hérétique. La foi se suffit à elle-même, sans aucun besoin d’explication ni de justification. »

Il semblait aussi à Paul qu’ils tentaient de prévoir…

« C’est vrai aussi. Ne se sont-ils jamais trompés pour en justifier ? »

Il est vrai que « Junior-4 »a pu avouer à un moment donné avoir été surpris par le cour des événements, sur son yacht à quelques encablures de l’île du Lido.

« Parce que les desseins de notre Créateur, et ses nombreux relais parmi les Saints et les Prophètes demeurent impénétrables. Prenez Malachie ou même Jean-de-Jérusalem. Mais c’est vrai de tous les Prophètes, y compris mahométans. Ils ont une « vision » de l’avenir, qui forge des opinions solides et acquises par la prière ou par d’autres méthodes… »

Le Saint-Père ferait-il allusion aux coups de soleil du désert ou à quelques substances hallucinogènes ?

« Non, pas seulement. Les « messages » viennent peut-être tout simplement de l’avenir, parce que les prophéties se réalisent toutes. Avenir pour qui ça reste le passé, afin de guider vers le présent de créatures qui savent le Tout comme d’un vécu, c’est facile.

Mais on n’en sait rien et ne le saura jamais : toutes recherches sur le sujet resteront définitivement vaines.

Et de toute façon l’essence ne peut être que divine jusqu’à aller à l’Oméga pour rester définitivement étranger à notre entendement.

Yahvé ne se présent-il d’ailleurs pas comme l’Alpha et l’Oméga à Moïse, dans le désert ? »

Hypothèse étonnante pour un Pape…

« Il ne sert donc à rien pour tous les francs-maçons de toutes les époques, et quelle que soit leur érudition, de tenter d’expliquer : c’est en cela qu’ils sont hérétiques. Il suffit de se conformer à la Volonté de Dieu et, comme vous venez de le dire, de laisser la vie faire des choix aux moments opportuns.

C’est en ça que vous vous distinguez.

Un très bon choix, un très bon choix, finalement que cet ordre qui vous est attribué… » termine-t-il son entretien avec un air encore plus malicieux qu’à son début.

 

Le 11, chacun aura pu découvrir l’inattendu, signé la veille :

« Frères très chers,

Je vous ai convoqués à ce Consistoire non seulement pour les trois canonisations, mais également pour vous communiquer une décision de grande importance pour la vie de l'Église.

Après avoir examiné ma conscience devant Dieu, à diverses reprises, je suis parvenu à la certitude que mes forces, en raison de l'avancement de mon âge, ne sont plus aptes à exercer adéquatement le ministère pétrinien.

Je suis bien conscient que ce ministère, de par son essence spirituelle, doit être accompli non seulement par les œuvres et par la parole, mais aussi, et pas moins, par la souffrance et par la prière.

Cependant, dans le monde d'aujourd'hui, sujet à de rapides changements et agité par des questions de grande importance pour la vie de la foi, pour gouverner la barque de saint Pierre et annoncer l'Évangile, la vigueur du corps et de l'esprit est aussi nécessaire, vigueur qui, ces derniers mois, s'est amoindrie en moi d'une telle manière que je dois reconnaître mon incapacité à bien administrer le ministère qui m'a été confié.

C'est pourquoi, bien conscient de la gravité de cet acte, en pleine liberté, je déclare renoncer au ministère d'Évêque de Rome, Successeur de saint Pierre, qui m'a été confié par les mains des cardinaux le 19 avril 2005, de telle sorte que, à partir du 28 février 2013 à vingt heures, le Siège de Rome, le Siège de saint Pierre, sera vacant et le conclave pour l'élection du nouveau Souverain Pontife devra être convoqué par ceux à qui il appartient de le faire.

Frères très chers, du fond du cœur je vous remercie pour tout l'amour et le travail avec lequel vous avez porté avec moi le poids de mon ministère et je demande pardon pour tous mes défauts. Maintenant, confions la Sainte Église de Dieu au soin de son Souverain Pasteur, Notre Seigneur Jésus-Christ, et implorons sa sainte Mère, Marie, afin qu'elle assiste de sa bonté maternelle les Pères Cardinaux dans l'élection du Souverain Pontife.

Quant à moi, puissé-je servir de tout cœur, aussi dans l'avenir, la Sainte Église de Dieu par une vie consacrée à la prière.

Du Vatican, 10 février 2013

BENEDICTUS PP XVI (Benoît XVI) »

 

Sans doute ce courrier était-il déjà signé au moment de la rencontre de Paul et de Benoît…

Ce sera « François », venu d’Argentine, jésuite de surcroît, premier du nom depuis 2000 ans, en référence au premier stigmatisé de l’histoire de la chrétienté, en miroir de la dernière connue, Sarah qui a joué un rôle inattendu durant les derniers mois.

Rien de hasardeux dans ce choix, même s’ils sont très peu à l’avoir compris.

Pour entendre que les « murs de Rome » seront abattus avec cette élection, puisqu’il s’agira du premier pape du « nouveau-monde », un « monde » qui n’existait même pas au XIIème siècle, époque de la prophétie de Malachie.

Une nouvelle ère commence.

« Puisse-t-elle être celle de la paix et de l’harmonie des enfants du Seigneur dans la prière. »

 

Mais la journée n’est pas terminée pour autant. Paul pensait rentrer par l’avion de l’après-midi et il est obligé de prévenir Paris (d’abord Florence qui ne répond pas, puis la boîte vocale de Barbara, sa secrétaire générale), qu’il aura du retard…

Parce qu’Anjo insiste pour qu’il soit son invité, escorté de Matilda.

Comment refuser à celle-là dont les yeux pétillent déjà si fort ?

Après tout, ça tombe plutôt bien…

Dans la limousine qui les promène dans la ville, il est question de ce curieux entretien en tête-à-tête avec sa sainteté qui a suivi la cérémonie.

Paul n’en dit rien : « Fort aimable ! »

Une confession ?

« Là, je ne sais pas. Personnellement, je ne me confesse plus depuis le collège. En revanche le Saint-Père a sans doute eu besoin de soulager sa conscience… Comprenez que je n’en dise rien ! »

Déçus.

Repost 0
Published by I-Cube - dans Mains invisibles
commenter cet article
18 août 2014 1 18 /08 /août /2014 05:02

Avertissement : Ceci est un roman, une fiction, une « pure construction intellectuelle », sortie tout droit de l’imaginaire de son auteur. Toute ressemblance avec des personnages, des lieux, des actions, des situations ayant existé ou existant par ailleurs dans la voie lactée (et autres galaxies), y compris sur la planète Terre, y est purement, totalement et parfaitement fortuite !

 

Rome (3/5)

 

La cérémonie, sobre et courte débute en Latin.

Paul reçoit les insignes de l’Ordre Suprême de Notre Seigneur Jésus Christ. La croix, le sautoir, le ruban.

Normalement une distinction civile réservée aux chefs d’État chrétien créée le 14 mars 1319 par Jean XXII.

Et Paul n’est pas (encore ?) chef d’État…

Sans aucun autre membre vivant, n’ayant pas d’équivalence, ni d’ordre supérieur de préséance, l’ordre inférieur étant celui de l'Éperon d'or, dont le Grand-Duc Jean de Luxembourg est actuellement l'unique récipiendaire vivant…

Le dernier, c’était Rainier III de Monaco, décédé en 2005.

C’est dire, c’est dire.

Paul s’est incliné, genou à terre pour recevoir le collier des mains tendues du Pape, qui se fait aider pour l’occasion, puis s’est relevé pour recevoir le sautoir sur son coussin, accompagné du ruban rouge, et s’avance, cassé en deux vers le Saint-Père pour effleurer des lèvres son anneau papal en signe de soumission : il devait bien ça au protocole…

Puis le pape se rassied dans son fauteuil et prononce quelques mots en français à l’adresse de Paul et des « officiels » présents, pour s’excuser de n’avoir pas préparé de discours : « Je n’aurai de toute façon pas eu la force de le prononcer, tellement vos mérites semblent immenses, mon fils ! »

Puis : « Restez un instant, s’il vous plait ! J’ai à vous parler … », assez peu protocolaire.

D’un léger mouvement de la main, l’ordre est transmis aux gardes suisses de vider entièrement la salle de tous ses occupants, un peu surpris.

Paul encore plus.

 

« Mon fils, si nous n’avions pas des enfants de Dieu comme vous, l’humanité serait aujourd’hui plongé dans la ruine, la bestialité et la cruauté la plus abjecte. Vous êtes ma dernière lumière d’espérer encore… »

Il veut dire quoi, le Saint-Père, là ?

« Connaissez-vous la prophétie de Malachie ? »

Paul et les prophéties… Notamment depuis celle redécouverte à Venise…

Mais il en a entendu parler. L’homme qui est devant lui est le dernier ou l’avant-dernier pape de tous les papes désignés par le moine moyenâgeux.

Assez curieusement dans la bouche du souverain pontife, s’il est question de Malachie qui a donné la liste des 112 derniers papes du monde chrétien, au moyen-âge, c’est que bientôt la liste est vide, elle aura été « accomplie »…

Pourtant on peut voir aux abords de la sacristie de la basilique, à l’opposé de leur situation du moment, la plaque de marbre où sont gravés tous les noms des successeurs de Saint-Pierre : et il reste de la place !

 

Sacristie étonnante, où l’on peut mirer le doigt de Saint-Pierre, la tête de Saint Luc et quelques autres somptuosités. Mais Paul n’ira pas cette année-là.

Comme si les choses pouvaient avoir été écrites à l’avance il y a si longtemps.

Comme si le destin de l’humanité, en tout cas de la Chrétienté avait pu être prédit comme d’une « science », dès le moyen-âge !

Comme si elle arrivait à son ultime fin.

 

Et Benoît XVI de faire la leçon sur le sujet à Paul.

« Flos florum » (La fleur des fleurs) désignant Paul VI (1963-1978). Le lys, surnommé « la fleur des fleurs », est présent sur ses armes (formées de trois lys).

« De mediate lunae » (de la moitié de la lune ou du temps moyen d'une lune ou de l'intermédiaire lunaire) désigne Jean-Paul Ier (1978-1978) pour un pontificat de 33 jours seulement.

« De labore solis » (du labeur du soleil) est attribué très logiquement à Jean-Paul II (1978-2005), pour un pontificat de 28 ans, qui est la durée du cycle solaire calendaire utilisé dans le comput ecclésiastique, même si certains y voient aussi le fait que Jean-Paul II est le pape qui a le plus voyagé. Son long et éreintant pontificat a participé à l'épuiser par un « labeur soutenu ».

Puis « De gloria olivæ » (de la gloire de l'olivier).

« Or, j’ai été élu peu de temps après le dimanche des rameaux. »

Non, pas seulement !

« Vous êtes et serez pour toujours celui qui a régné au moment d’éviter l’holocauste prévu par les écritures et prophéties, si vous allez par-là, très Saint-Père !

Vous êtes réellement devenu, peut-être à votre corps défendant, la « gloire de la paix », sans que personne ne le sache jamais, à part quelques érudits assez proches de vous ! »

Ce n’est pas faux. Et il continue :

« Pie XII, aura été le « pasteur angélique » (Pastor angelicus), aussi appelé le « pape de Fatima ». Il avait siégé durant la Shoa.

Alors que son prédécesseur, Pie XI, « La foi intrépide » (Fides intrepida), le pape des missions et de l'action catholique, preuves d'une foi intrépide, n’avait pas pu ou pas su contrecarrer ce qui se préparait de tellement monstrueux : la foi n’est donc définitivement pas suffisante sans la prière. C’est le grand enseignement que j’en tire.

Bien plus tard, mon prédécesseur Jean-Paul II a vu la planète faillir basculer le 11 septembre 2001.

Dès la première année de « l’an mil après l’an mil » de la prophétie de « Jean de Jérusalem » proférée en 1099. »

Encore elle ! Décidément, pense Paul pour lui-même…

« Il l’a d’ailleurs payé dans sa chair un peu avant, mais la prière des fidèles l’a sauvé. Alors lui aussi a prié pour l’humanité et il a été entendu.

Et je l’ai redouté plus qu’à mon tour l’année dernière et nous avons prié pour avoir été également entendus. »

Et de terminer : « La prière peut ainsi modifier le cours de choses les mieux établies, la preuve ! »

Paul prie-t-il ?

« Hélas, jamais, très Saint-Père. Je n’y pense pas ou n’ai pas le temps… »

C’est pourtant ça, la « révélation ».

« Apocalypse signifie la révélation du vrai, et non pas la destruction totale comme semble l’imaginer trop de monde. Or, désormais, je sais le vrai : la prière change le monde ! Vous devriez essayer avec une vraie ferveur ! »

Et lui-même de décrire ce qu’est pour lui la prière : « Il s’agit de faire le vide dans son esprit et d’invoquer les puissances célestes pour mieux s’en inspirer. Elles vous guident.

Je l’ai fait ici même le jour de mon élection, comme tous les autres participants. Avant et après nos échanges. Avant et après nos votes. Et mon élection est apparue à tous comme d’une évidence au fil de nos prières. »

Les puissances célestes ? « Je croyais qu’il n’y en avait qu’une. »

C’est plus complexe que ça : « C’est un tout unique, mais… comment dire ? Réuni en ses diverses branches. Et c’est lumineux de clarté ! »

Comme si Tout, le passé, l’avenir, le présent n’étaient plus qu’Un.

Une hypothèse hardie, pense Paul.

« Vous devriez essayer, vous comprendriez mieux. »

 

Puis d’un coup : « Que penseriez-vous si je démissionnais de ma charge ? »

Ne sachant pas trop quoi répondre à cette improbable hypothèse, Paul dit : « C’est probablement anticipé. Mais si c’est votre choix… J’imagine que vos prières vont vous guider, très Saint-Père, pour une pareille décision. »

Parce que ce serait bien là « une première » historique, lui semble-t-il.

« Je voudrai consacrer le reste de sa vie justement à la prière pour me faire pardonner mes fautes et faiblesses, puisque la prière peut décidément tout au-delà même des prophéties, et rejoindre notre Créateur l’âme en paix, le moment venu. »

Waouh ! En voilà une idée qu’elle va décoiffer…

« Je restituerai une Église nettoyée de ses propres faiblesses en laissant la place à « Pierre le Romain » pour que les prophéties s’accomplissent … celles de la « fin des temps » anciens pour l’avènement des … « temps nouveaux » ! »

« Mission pastorale remplie, je peux enfin passer le relais à la nouvelle église du Christ. « Petrus Romanus » (Pierre le Romain) sera élu avant Pâques 2013, date de la commémoration de la résurrection de Jésus-Christ notre Seigneur. »

Pour une nouvelle ère choisie, et non plus imposée par les événements…

S’il le fait.

Ce serait encore un autre symbole particulièrement puissant…, celui d’une renaissance !

Une résurrection, même !

« Dans la dernière persécution de la sainte Église romaine siégera Pierre le Romain qui fera paître ses brebis à travers de nombreuses tribulations.

Celles-ci terminées, la cité aux sept collines sera détruite, et le Juge redoutable jugera son peuple. »

« Notre « Juge redoutable », dans son immense miséricorde, a été pris de pitié depuis juillet dernier, chacun peut s’en convaincre, pour ses faibles créatures pécheresses, touché qu’Il a été par toutes nos prières.

L’humanité se libère ainsi « par le haut » des écritures apocalyptiques : c’est le cœur même de la révélation promise, le sens premier et originel du mot « apocalypse », comme je viens de vous le dire.

La prière dans la Sainte-Évangile est bien plus forte que tous les sorts funestes et ses pires présages promis au monde ! »

 

« Pourquoi pas très Saint-Père si vous pensez qu’il est temps de bousculer les textes prophétiques ? »

« N’êtes-vous pas, mon fils, celui qui les a bouleversés ? »

Pardon ?

« Réfléchissez : vous portez le prénom de Paul, le premier converti du christianisme alors qu’il n’a pas connu notre Seigneur Jésus de son vivant. Il est tombé de son cheval et a dit : « Seigneur, qu’attends-tu de moi ! ». Et il a servi le Seigneur tout le reste de sa vie en suivant Pierre. Leurs têtes sont d’ailleurs enchâssées dans des reliquaires qui trônent en l’église de Saint Jean de Latran, pas très loin d’ici.

Mon prédécesseur a tellement prié pour le salut de notre Sainte-Église et de l’humanité toute entière, nous-mêmes avons prié tant et tant pour implorer sa très grande miséricorde et sauver sa créature, l’Homme, qu’Il vous a envoyé ! »

Il ne faut rien exagérer…

« Au moment de « basculer » dans l’horreur, la douleur et le désastre, Il vous envoie vous, le lointain Paul pour renoncer à châtier sa créature pécheresse…

En somme, vous approuveriez ma démission ? »

De l’avis de Paul, Benoît XVI assumerait ainsi totalement l’épisode qui vient de se clore pour devenir seulement un « pape émérite ». Une nouveauté…

Serait-ce aussi pour bien signifier la rédemption et la recréation de l’Église romaine, universelle et apostolique, vraiment ?

Repost 0
Published by I-Cube - dans Mains invisibles
commenter cet article