Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

D'où Erre-Je ?

  • : L'ignoble infreequentable
  •                                  L'ignoble infreequentable
  • : La seule question à laquelle personne ne sait répondre reste : la place de l'Etat. Quel est son rôle ultime ? Le reste n'est alors que dérives quotidiennes pour soi-disant, le "bonheur des autres" avec "le pognon des autres". Bonne lecture
  • Contact

Pas de quoi rire

Pauvre Marianne...

Un peu de pub :

Référencé par
Meta-Referencement
http://www.meta-referencement.com

BlogueParade.com - Annuaire des Blogues francophones

Recherche

Infreequentable en autochtone


Albanais :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=sq

Anglais :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=en

Allemand :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=de

Arabe :
http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=ar

Bulgare :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=bg

Catalan :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=ca

Chinois simplifié :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=zh-CN

Chinois traditionnel :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=zh-TW

Coréen :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=ko

Croate :
http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=hr

Danois :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=da

Espagnol :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=es

Estonien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=et

Finnois :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=fi

Galicien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=gl

Grec :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=el

Hébreu :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=iw

Hindi :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=hi

Hongrois :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=hu

Indonésien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=id

Italien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=it

Japonais :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=ja

Letton :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=lv

Lituanien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=lt

Maltais :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=mt

Néerlandais :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=nl

Norvégien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=no

Polonais :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=pl

Portugais :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=pt

Roumain :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=ro

Russe :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=ru

Serbe :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=sr

Slovaque :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=sk

Slovène :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=sl

Suédois :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=sv

Tagalog :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=tl

Tchèque :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=cs

Thaï :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=th

Turc :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=tr

Ukrainien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=uk

Vietnamien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=vi

Les Ex-Archivés

Amis visiteurs !

Oui, entrez, entrez, dans le « Blog » de « l’Incroyable Ignoble Infreequentable » !
Vous y découvrirez un univers parfaitement irréel, décrit par petites touches quotidiennes d’un nouvel art : le « pointillisme littéraire » sur Internet. Certes, pour être « I-Cube », il écrit dans un style vague, maîtrisant mal l’orthographe et les règles grammaticales. Son vocabulaire y est pauvre et ses pointes « d’esprit » parfaitement quelconques. Ses « convictions » y sont tout autant approximatives, changeantes… et sans intérêt : Il ne concoure à aucun prix littéraire, aucun éloge, aucune reconnaissance !
Soyez sûr que le monde qu’il évoque au fil des jours n’est que purement imaginaire. Les noms de lieu ou de bipède et autres « sobriquets éventuels » ne désignent absolument personne en particulier.
Toute ressemblance avec des personnages, des lieux, des actions, des situations ayant existé ou existant par ailleurs dans la voie lactée (et autres galaxies) y est donc purement et totalement fortuite !    
En guise d’avertissement à tous « les mauvais esprits » et autres grincheux, on peut affirmer, sans pouvoir se tromper aucunement, que tout rapprochement des personnages qui sont dépeints dans ce « blog », avec tel ou tel personnage réel ou ayant existé sur la planète « Terre », par exemple, ne peut qu’être hasardeux et ne saurait que dénoncer et démontrer la véritable intention de nuire de l’auteur de ce rapprochement ou mise en parallèle !
Ces « grincheux » là seront SEULS à en assumer l’éventuelle responsabilité devant leurs contemporains…
5 janvier 2014 7 05 /01 /janvier /2014 12:08

Extraits…

 

Les deux hommes qu’une génération sépare, se retrouvent dans les premiers jours de décembre 2012 à déjeuner. Après que Paul ait commencé à enquêter sur les « queues » d’argent disparu que l’agence « France Patrimoine » ne parvient à pas à liquider, faute d’identifier quelques 9.288 noms « inconnus » ou presque (pour être souvent celui de « jeune-fille » d’épouse d’hommes politiques comme il sera confirmé plus tard), que sont les « minoritaires » dans des SCI à liquider par la sublime Gabrielle en charge du dossier à Bercy… depuis janvier 2010 !

Mais il affronte aussi des difficultés qui semblent insurmontables avec un inspecteur central des impôts qui est assez bête et coriace pour vouloir fourrez son nez dans les sommes appartenant à l’État et ayant transité sous l’autorité de Paul fin 2009, mouvements qui relèvent du « secret d’État », d’ailleurs « légalisés » discrètement par la loi de finances rectificative de mars 2010.

Comme chacun a pu le vérifier à l’époque…

 

Se payer la tête du ministre de tutelle de son inspecteur, alors ?

« Parce que ça, je peux le faire ! »

Comment ça ?

« C’est un secret de polichinelle dans les hautes sphères étatiques. Tout le monde sait depuis 2001, que le bonhomme chargé de la lutte contre la fraude fiscale, il a des comptes non-déclarés en Suisse et ailleurs. »

Paul en tombe presque en tétanie. Pas possible ?

« 2001, vous êtes sûr ? »

Il n’a pas repéré son nom dans le listing de Gabrielle et ne connaît pas le nom de jeune-fille de son épouse.

Pour l’amiral, il faut faire l’effort de se souvenir de cet épisode peu glorieux de l’époque.

« Ça commence par un document interne de la DGSE de 1996 qui fait état de l'existence du compte bancaire de Rackchi au Japon, crédité de 300 millions de francs. Cette note de la DGSE est un message secret classé « urgent réservé » et envoyé par le chef de poste de la DGSE à Tokyo au siège des services à Paris le 11 novembre 1996. Elle fut rendue publique dans le livre « Machinations » des journalistes Laurent Valdiguié et Karl Laske. Où ils résument les informations obtenues d'un informateur baptisé du sobriquet « Jambage ».

La banque Tokyo Sowa voulait faire des affaires en France et la DGSE en examinait alors la probité. »

En 2001, à la veille de l’élection présidentielle française, Gilbert Flam, magistrat détaché à la DGSE (ancien collaborateur du ministre socialiste Georges Sarre et époux d'une élue socialiste de la mairie de Paris), a ouvert une enquête au Japon pour vérifier des soupçons d'existence de comptes bancaires secrets du président à la Tōkyō Sowa Ginkō.

« Cette enquête a été considérée par Rackchi comme une manipulation politique qui aurait été commanditée dans le but de lui nuire à la veille de l’élection présidentielle.

Après sa réélection, en 2002, le directeur de la DGSE Jean-Claude Cousseran et Gilbert Flam ont d’ailleurs été limogés. »

Et puis il y a eu les interventions du Rondot dans les affaires Cleastream qui n’ont pas éclairci la situation.

« La Présidence de la République a alors déclaré, au mois de mai 2006, que le Président n'avait jamais eu de compte à la Tokyo Sowa Bank. Elle a évoqué une « campagne de calomnies » remontant à 2001 « dont il a été établi qu'elles étaient sans aucun fondement ». Le 14 novembre 2006, la Présidence oppose à nouveau « un démenti catégorique ».

Et jusqu’en 2008, après des morts suspectes dans l’entourage de Flosse en Polynésie « où le juge d'instruction du tribunal de grande instance de Papeete a procédé à une perquisition dans les locaux de la DGSE à Paris et a voulu vérifier l'existence du supposé compte japonais. Il s'est fait remettre par la DGSE dix-sept documents classifiés et placés sous scellés, liés aux activités de la Tokyo Sowa Bank. Le 5 juin 2008, le juge Redonnet s'est rendu au cabinet de Jean Veil, avocat de Rackchi pour placer sous scellés une enquête réalisée auprès de l'ex-Tokyo Sowa Bank et commandée par l'avocat. Cette enquête concluait à l'inexistence du compte japonais. Christian Charrière-Bournazel, bâtonnier de Paris, s'est opposé à la remise de ce document. En effet, un avocat ne peut être délié du secret professionnel, même par son client. »

Eh bien, pendant que les juges faisaient leur boulot pour n’aboutir à rien, les services faisaient le leur.

« Et du ministre des finances, c’était Krasoski à l’époque, jusqu’à différents directeurs, tout le monde était au courant des résultats des enquêtes discrètes du contre-espionnage, à savoir que des dizaines d’élus, voire des centaines, de la majorité comme de l’opposition, avaient des comptes à l’étranger, hormis le Président, justement. »

Et pour la plupart, pas mal fournis.

« En fait, le compte de l’actuel ministre aurait été ouvert en 1991, alors qu'il est conseiller technique au cabinet du ministre des Affaires sociales, au sein duquel il était chargé des relations avec la direction de la pharmacie et du médicament (DPHM) ainsi que des équipements lourds et aurait « pesé » sur quelques décisions ministérielles pour s’enrichir à titre personnel.

Mais selon le journal « Le Monde », le compte suisse (ou l'un des comptes) du ministre chez UBS est ouvert plus tard, en 1992 par l'avocat Philippe Peninque, ancien membre du GUD, dont le nom apparaît déjà dans l’affaire des comptes de campagne d'Édouard « Bel-ami de trente ans », ami de la famille du ministre et actuellement un des proches du Front Bleu-Blanc-Rouge. Ce n’est qu’en 1993, que ce compte aurait été récupéré en nom propre par ce ministre-là et en 1998 que sa gestion aurait été confiée à la société financière Reyl et Compagnie, basée à Genève. »

Les avoirs sont déplacés par la société Reyl et compagnie après mars 2009, à la suite de la fragilisation du secret bancaire due à la convention passée entre la Suisse et la France prévoyant un échange d'informations bancaires à partir du 1er janvier 2010.

Ils sont transférés vers un compte off-shore à Singapour, probablement via la plate-forme de booking Swiss-Asia Financial Services Limited, puis placés dans la filiale singapourienne de la banque helvétique Julius Bär, sous gestion de Reyl Singapore PTE LTD, une filiale de Reyl et compagnie, précise l’amiral.

Et s’adressant à Paul : « Notez, mon petit-vieux, qu’il faut au minimum dix millions d'euros pour ouvrir ce type de compte numéroté. Et on évoque, de plusieurs sources concordantes, un compte à Singapour qui serait en fait approvisionné à hauteur de seize millions d'euros. »

 

D’ailleurs, plus tard, le 7 avril 2013, la Radio télévision suisse (RTS) annoncera que le ministre avait cherché à placer 15 millions d'euros en Suisse. La chaîne indiquera, en se basant sur des informations bancaires, qu’il aurait tenté de placer cet argent dans un établissement de gestion financière à Genève, mais l'établissement aurait refusé par crainte de complications ultérieures du fait de ses fonctions politiques.

Pour parvenir à ses fins, l'ex-ministre du Budget aurait alors produit à la banque Julius Baer un certificat fiscal falsifié « prétendant que l'argent avait été déclaré auprès du fisc français ».

 

« Vous pensez bien qu’on en a été un peu stupéfait quand l’actuel ministre a été nommé à son poste. Mais après tout, en « utilisateur » avisé du procédé frauduleux, ce n’était peut-être pas un mauvais choix ! Seulement voilà, il aurait déclaré ses avoirs étrangers à l’occasion de la publication des patrimoines des ministres, pas de problème. On en aurait tout au plus tous rigolé.

Mais là, ils n’y figurent pas : il devient donc une cible idéale s’il fait vous chier plus longtemps avec son IC sur votre dos ! On va lui apprendre les bonnes manières. »

Oh là ! Il n’est pas question pour Paul de faire chanter un ministre en exercice, fut-il un menteur, un fraudeur et un tricheur.

Et même s’il est socialiste…

« C’est lui qui se met tout seul dans une position intenable ! »

Il n’empêche : Paul n’intervient pas sur les politiques. « En revanche, vous me confirmez une piste sans le savoir… »

Laquelle ?

Bé, s’il s’agit justement des comptes dormants de tout ce petit-monde, ce n’est pas logique.

S’il s’agit de comptes alimentés en permanence, c’est de la fraude.

« Laquelle des deux hypothèses choisissez-vous, Amiral ? »

Dormant quand ils sont exposés aux sunlights de la presse.

« Bé je n’en suis pas si sûr… Ce serait stupide de leur part de ne pas profiter de leurs rapines passées. »

N’exagérons rien : ils ne sont pas à plaindre non plus.

« Il y a plus malheureux, j’en conviens. Il n’empêche, procéder à des mesures de rétorsions sur un ministre pour une malheureuse affaire de contrôle fiscal, il ne faut pas exagérer ! »

Pas si justement, elle touche au « secret d’État ».

« Un, ce contrôle est télécommandé par la franc-maçonnerie états-unienne, je vous l’ai déjà dit. Pas par hasard, mais on n’en sait pas plus pour le moment… À propos, vous avez revu votre frère ? »

Il y va après le pousse-café.

 

« Deux, la continuité de l’État et de ses secrets est engagée. Par mégarde, je veux bien l’admettre, et par un ministre qui ne sait pas encore où ça l’emmènera. Mais il est manipulé, pour le coup, et par ses propres frangins… Ils vont donc être forcés de le lâcher en rase-campagne quand ils vont commencer à comprendre.

Trois, vous voulez les laisser faire, vraiment ? »

C’est vrai que non en convient Paul. Il serait fautif.

« Laissez-moi faire, j’ai plus d’un tour dans mon sac. Et un de mes camarades de l’école de guerre, qui a fini général, est justement le directeur de cabinet de l’opposant local du ministre ! Un parfait relais qui se fera un plaisir de démonter la tête dudit ministre. »

Comment va-t-il faire ?

« On a un enregistrement de plusieurs conversations où ces comptes sont évoqués. Ça devrait suffire ! »

Tu parles !

« Parce que vous croyez qu’entre frangins-maçons, ils vont révéler ça au public ? Ils sont tous macqués en loge dans la presse et tenus par leur serment de solidarité entre eux ! Je ne vois pas comment vous allez vous y prendre pour que ça ne fasse pas pschitt ! »

La presse est « aux ordres », c’est vrai, mais ce n’est pas la seule à l’être.

« Et comme les ordres pour le coup viennent des États-Unis, nous avons aussi les moyens de faire prendre des décisions aux dirigeants de ce pays si leurs intérêts stratégiques sont en jeu, dans nos services. À eux ensuite de faire le nécessaire auprès de leurs loges locales. »

Ces ex-services…

Comment ça ?

« Mon petit-vieux, si Bercy ne sait plus d’où vient le pognon qu’il a reçu en 2009 et 2010, les américains ne verront sûrement pas d’un œil bienveillant qu’on leur rappelle à quoi il a partiellement servi. »

À rembourser les fonds secrets de la CIA, ceux qui n’existent pas !

« J’ai la mémoire mieux affûtée que la vôtre me semble-t-il. Laissez-moi faire, vous verrez bien. Car ça m’étonnerait bigrement que les agences états-uniennes, quand elles vont apprendre que le ministre remue de la boue, quitte à prendre le risque de salir tout le monde à révéler ce qui ne doit pas être dit au public américain, leurs loges seront mises en alerte immédiatement. Et hop ! Le tour est joué, elles feront cesser le petit-manège, quitte à se séparer d’un ministre-frangin, même bien placé là où il faut. »

L’amiral claque dans les doigts en lançant son bras au-dessus de l’épaule : « Finie la solidarité maçonnique sur ce coup-là ! Ce sera publié, vous verrez ! »

 

 

 

À suivre…

 

 

Premier billet de la micro-série : Cliquez ici !

Repost 0
5 janvier 2014 7 05 /01 /janvier /2014 05:04

Extraits…

 

On se fait une petite-pause dans le rythme habituel des « billets », pour gérer une urgence qui prend de l’ampleur et éclairer quelques-uns en ce début de 2014.

Je vous mets donc quelques extraits du futur roman d’été, « pure construction intellectuelle » déjà rédigés et qui, j’espère, sera terminé à la fin du printemps (ou avant, je ne sais pas encore, tellement j’aime à « densifier » cette histoire-là pour que vous vous y perdiez !)

 

On se retrouve donc fin août 2012, après que Paul de Bréveuil, capitaine de frégate de réserve de l’aéronavale, ait écarté la menace qui pesait sur la cérémonie d’ouverture des JO de Londres le mois précédent. Il fait une courte visite de politesse, dans le Gers, à son ancien chef d’escadre au large de l’Afghanistan, l’ex vice-amiral Gustave Morthe de l’Argentière, depuis promu patron de la Direction du Renseignement Militaire (DRM) au grade d’amiral, avant de prendre une retraite des plus méritée en septembre 2012.

 

« Pour en revenir à nos petits secrets d’État, Capitaine, comme ça patauge grave, les américains instrumentalisent un cadre supérieur d’EADS et lui refilent les fichiers Clearstream via une officine londonienne sans lui dire ce qu’il doit rechercher. »

C’est l’épisode « La Houde »…

« Et cette andouille leur fait un grand n’importe quoi en trafiquant les listings, ce qui débouchera plus tard sur des fameux procès dont tout le monde a causé.

Mais surtout générera une haine féroce de Krasoski à l’égard du premier ministre de l’époque, déstabilisé par ailleurs par son divorce.

Vous connaissez la suite, ils ont réussi à mettre en face de leur poulain la fameuse « cruchitude », grâce aux manœuvres de DLK au sein même de son parti qui tentait ainsi de se racheter une virginité sur ordre, avec le renfort de quelques ex-lambertistes, et Krasoski a été élu les doigts dans le nez…

Avec une mission claire qu’il a pourtant un temps oublié… D’où l’urgence de faire des gestes concrets et votre désignation, donc vous, le chouchou des américains, pour aller à la pêche aux gros sous. »

 

D’autant qu’à peu près à la même époque, la CIA manipule aussi un cadre informaticien de la banque Sino-britannique en Suisse qui passe à Nice remettre au juge en solex de la riviera une série de DVD sous le bras, sur de l’argent sale.

Une liste qui aura plus tard fait le tour de l’Europe, en passant par Bercy et ses 3.500 exilés fiscaux dénoncés par le très rackchirien ministre des finances de l’époque dans l’équipe de Krasoski, signe tangible qu’on s’occupait bien du pognon des américains, et puis en Italie, en Grèce, Allemagne, Espagne, etc.

(…)

« Et là, vous réussissez à rapatrier les fonds, et de telle sorte que ça ne se voit pas (*). Mais n’imaginez pas non plus que les services restent indifférents.

D’abord Bercy qui se demande d’où tombe tout ce pognon. Ensuite l’état-major, dès qu’ils ont commencé à comprendre, et qui compte bien en tirer profit en sauvant l’essentiel du plan de restriction et de réduction des effectifs envisagé par Krasoski la dernière année de son quinquennat.

Et puis ça remue aussi dans les mess des officiers casernés ou les carrés des bâtiments de la marine, sans compter les vétérans. »

(…)

 

L’amiral n’a pas répondu à la question : « Où voulez-vous en venir, Amiral ? »

C’est que la situation a changé depuis mai 2012…

« L’actuel Président ne tiendra pas les engagements du précédent à l’égard des forces armées.

On s’attend à des réductions d’effectifs comme jamais vues et à des restrictions budgétaires plus que drastiques.

Comprenez que ça n’amuse pas les étoilés que vous rameniez 35 milliards d’euro sous leur patronage, coiffant ainsi toutes les polices et experts du pays sur le coup depuis 20 ans et qu’on nous retire d’Afghanistan en vue de faire des économies pour payer 60.000 instituteurs analphabètes supplémentaires ! »

Et ils savent de quoi ils parlent, les militaires, pour les récupérer tous aux journées d’appel pour les séries d’évaluation et de tests grandeur nature.

« Le tout pour satisfaire des promesses électorales débiles, qui ne correspondent en rien à la situation économique du pays ni à ses urgences, et au détriment de 50 à 100.000 biffins, le quart ou la moitié des effectifs alors qu’ils se préparent à aller se battre en Afrique ! C’est se foutre du monde. »

Ah bon ? Après la Libye, l’Égypte et ses émeutes ? La Syrie et sa guerre civile ?

« Pour l’heure on n’en sait trop rien. Le Tchad ou le Ténéré, contre des éléments d’Aqmi où nous avons encore des otages retenus, vraisemblablement : les nouvelles ne sont pas bonnes. »

Et alors ?

(…La nuit passe…)

 

« Je vous explique. Hier soir, j’en suis resté aux rapports entre l’actuel pouvoir politique, ses projets d’imposition… Rendez-vous compte, 22 milliards supplémentaires tout de suite plus sans doute 33 l’année prochaine, soit 55 par an au total, presque 20 % de plus de ponction dans les portes monnaies… Et ses économies, c’est sur le seul format des armées alors que l’état-major s’attribue vos prouesses à rapatrier 35 milliards ! »

Bon et alors ?

« Et alors, mon petit-vieux, d’une part il en manque 15 à 20… »

Comment ça ?

« Je vous ai dit qu’on sait compter à la DRM, et pas que nous. Vous faites 5 % de rendement annuel sur 22 milliards pendant 17 ans, et normalement vous auriez dû récupérer non pas 35 milliards, mais 50. »

Il y a pu y avoir de « mauvaises affaires » en 17 ans. Et puis il compte mal l’amiral. Les dollars à l’entrée n’ont pas la même valeur que les euros à la sortie…

« Oui, naturellement. Mais 5 %, c’est un minimum, surtout quand on parle d’immobilier avec les plus-values à faire. Et souvenez-vous que les OAT, les bons de caisse du Trésor, le placement des plus basiques, quoi, étaient à 4,96 % dans les années 90. Et je ne compte pas les coups en bourse à faire non plus… Bref, il en manque un minimum de 10 à 15 milliards, peut-être 20, quelle que soit la façon dont on compte. C’est autant de « fuites » qu’il s’agit d’identifier et de récupérer ! »

Effectivement. « Je n’y suis pour rien… ». L’amiral le sait bien : « Vous n’avez fait que ramasser le solde restant. Le stock disponible, bien sûr. »

 

Mais ce n’est qu’une première chose. « La seconde chose, c’est que d’une façon ou d’une autre, vous êtes désormais le point central de bien des agences de renseignement, notamment depuis vos exploits au-dessus de la Manche du mois dernier (**). On compte les SIS, les services portugais, le BND allemand, la sûreté belge, le Mossad et même le Vevak sans oublier le SIV… Un agent tous azimuts, en quelle que sorte, si on met aussi la CIA dans le panier et demain le FSB et les chinois qui ne désespèrent pas de vous faire bosser pour leur compte !

Mais curieusement, d’avoir déjoué les plans d’al-Qaïda et de la cellule Megiddo, ce qui est très bien en soi, ça a rendu la DCRI et la DGSE furieuses d’avoir été mises au parfum par la bande, via Interpol, alors que le dispositif de l’armée de l’air, des gendarmes et de la royale ont pris une part active à la défense des JO de Londres.

Vous n’imaginez même pas leurs têtes ! » Ni leur humeur…

D’autant que la DGSE n’a pas de Paul une bonne opinion : « L’épisode Lison d’une part, et vos contacts avec Paul Allen et quelques universités américaines, russes, chinoises et hébraïques depuis votre mission sur le J20 et le T50 d’autre part, vous rendent suspect à leurs yeux. (***) »

Ils auraient oublié que justement c’était une « commande » de l’Élysée ? Et qu’il a aussi fallu gérer l’agent double nord-coréenne qu’on lui avait refilé entre les pattes, la fameuse Miho Mihado.

 

« Ils n’oublient rien non plus : les hommes passent, mais les dossiers restent. »

Et alors ?

« Alors, je suis en manque d’un côté de 20 milliards et vous seul connaissez assez bien le dossier, jusque sur le bout des doigts, pour mettre la main dessus. De plus vous êtes reconnu par tout le monde comme un héros et considéré comme un agent « fiable et patriote », carrément intouchable.

Par ailleurs, tout le monde vous guette, surtout à l’étranger, et malgré tout ça, vous avez démontré que vous êtes capables d’agir sous couvert sans que personne ne s’en rende compte chez nous parmi nos espions d’élite. Fabuleux, non ? »

Pour les milliards-manquants, les dossiers et fichiers sont à disposition et ils ont des experts plus pointus que ne saurait l’être Paul.

Pour le reste, ce n’était que question de circonstance et d’opportunité. Il veut en venir où, l’amiral, là ?

 

« Si je vous dis que demain il va s’organiser un putsch de séditieux visant à un coup d’État et au renversement de ce gouvernement d’incompétents doublés d’arsouilles, ou au moins les héritiers directs des précédents, vous faites quoi ? »

Qu’il ne dise pas à Paul qu’il est en train d’organiser tranquillement un putsch depuis chez lui !

« Amiral, je prends mon fusil et s’il réussit, je rejoins le maquis, et pourquoi pas jusqu’en Corse ! Jamais je ne participerai à ce type d’aventure. Et je ne crois pas ça possible : la grande muette se souvient autant des Bonaparte, que des Boulanger ou que du fameux « quarteron » d’officiers félons d’Alger ! »

L’amiral se met à rire à la renverse sur son fauteuil.

 

« Il ne s’agit pas de participer, mais de le prévenir pour l’empêcher. C’est la seule façon démocratique de sauver nos budgets, jeune chien-loup ! »

Plus son « petit-vieux », désormais ?

« J’aime bien votre fougue à vouloir mordre pour défendre les institutions de votre pays. »

Mais soyons sérieux : « Quand on en sera à réduire nos effectifs pour devoir sanctuariser la dissuasion nucléaire et se payer avec les pets de sansonnet restant nos cartouches et vos missiles (****), que le boulot de l’aviation reposera entièrement sur les drones, que nos unités d’élite seront dissoutes et qu’il nous restera que quelques artilleurs, une ou deux compagnies du train et du génie, imaginez-vous bien, capitaine, que les laissés-pour-compte en deviendront plus que rancuniers.

Déjà, des groupes paramilitaires se constituent en pseudo parti d’extrême-droite, alors que les mêmes s’en constituent autant à l’extrême-gauche, considérant que notre nouveau président trahit déjà ses promesses électorales et ne va pas assez loin dans les réformes !…

En bref, une situation explosive qui va aller en enflant et qu’il s’agit pour nous de contrôler avant qu’elle ne dégénère en guerre civile et débouche sur un ou plusieurs coups d’état …

Parce que demain, quand il faudra gérer l’équivalent de 10 divisions complètes ou même seulement la moitié, de vétérans aguerris et rancuniers, pour peu qu’ils soient encadrés par des sous-offs sûrs de leurs devoirs envers l’armée nourricière et se choisissent quelques officiers supérieurs charismatiques avec une grande gueule, je ne donne pas cher de nos institutions ! »

Déjà, il se sent bien isolé chez « les étoilés » à agiter la probabilité de la menace…

 

 

 

 

À suivre…

 

 

 

 

(*) : http://infreequentable.over-blog.com/article-operation-juliette-siera-i-53516182.html

(**) : http://infreequentable.over-blog.com/article-interception-118618863.html

(***) : http://infreequentable.over-blog.com/article-au-nom-du-pere-109738450.html

(****) : Paul de Bréveuil dirige une usine de missilier, sous-filiale d’EADS.

Repost 0
4 janvier 2014 6 04 /01 /janvier /2014 05:04

Inventaire.

 

SMIC : Sans « coup de pouce », le taux horaire va passer de 9,43 euros à 9,53 euros brut de l'heure (+ 1,1 %).

Retraites : Les pensions complémentaires du privé (Agirc et Arrco) seront désormais versées chaque mois et non plus chaque trimestre.

– Les cotisations acquittées par les entreprises et les salariés vont augmenter, ainsi que celles du régime général de base.

– Les majorations de pension des retraités ayant eu au moins trois enfants seront désormais soumises à l'impôt.

RSA : Il concerne 2,5 millions de foyers, et va augmenter de 1,3 % à 499 euros pour une personne seule et 749 euros avec un enfant.

Ce taux de 1,3 % correspond aux prévisions officielles d'inflation pour 2014. Il sera complété par une hausse exceptionnelle de 2 % le 1er septembre 2014.

Prestations familiales : Les plafonds d'attribution pour les prestations familiales (allocation rentrée scolaire, prestation d'accueil du jeune enfant...) vont progresser de 1,9 %, plus que l’inflation prévisionnelle, tiens donc !

Allocations chômage : Les allocations chômage classiques ne bougeront pas en attendant la grande négociation qui doit redéfinir leurs règles et sera un moment fort du début 2014.

– En revanche, plusieurs allocations destinées aux demandeurs d'emploi en fin de droits vont, elles, augmenter. Ainsi, l'allocation spécifique de solidarité (ASS) ou l'allocation équivalent retraite (AER), seront revalorisées au 1er janvier d'environ 1,3 % chacune et portées à un peu plus de 16 euros par jour.

– Quant à l'AER et à l'allocation transitoire de solidarité bénéficiant à des demandeurs d'emploi ayant validé suffisamment de trimestres pour prétendre à une retraite à taux plein, mais ne pouvant la liquider faute d'avoir atteint l'âge légal, elles sont portées à 34,78 euros, contre 34,33 euros.

– Enfin, l'allocation temporaire d'attente (ATA), allouée à certains étrangers, comme ceux ayant sollicité l'asile en France, passe de 11,20 à 11,35 euros.

Fonctionnaires : Abrogation de la journée de carence, non indemnisée en cas d'arrêt maladie.

– Les fonctionnaires les moins bien payés (catégorie C, 47 % des agents) bénéficieront d'un coup de pouce de 4,6 euros à quelque 46 euros mensuels, le … 1er février.

Durée du travail : La durée minimale des temps partiels va passer à 24 heures hebdomadaires pour les nouveaux embauchés.

Pour les contrats en cours, les entreprises auront jusqu'au 1er janvier 2016 pour se conformer à ce plancher.

Libre circulation des travailleurs : Les Bulgares et Roumains seront désormais libres de venir travailler en « Gauloisie-laborieuse ».

Énergie : Au 1er janvier, plus d'un tiers (34,2 %) de la facture moyenne d'électricité d'un ménage au tarif réglementé (plus de 9 foyers sur 10) sera désormais constituée de taxes, soit une hausse de près de 2 points par rapport au 1er août.

En cause, l'augmentation de la contribution au service public de l'électricité (CSPE) qui progresse de 3 euros le mégawattheure au 1er janvier, à 16,5 euros.

– S'y ajoute la hausse de TVA, qui passe de 19,6 % à 20 % sur les volumes consommés.

– Dans le gaz comme l'électricité, la TVA sur l'abonnement reste en revanche fixée à 5,5 %.

Timbres : Les timbres les plus courants vont coûter 3 centimes de plus.

La lettre verte passera à 0,61 euro et la lettre prioritaire à 0,66 euro.

Tabac : À partir du 13 janvier, le paquet de cigarettes va augmenter de 20 centimes, portant le plus onéreux à 7 euros.

– Le tabac à rouler grimpe de 50 centimes.

Justice : Suppression du timbre fiscal à 35 euros.

Malus auto : Deux mois après les restrictions apportées au bonus automobile, le renchérissement du malus va entrer en vigueur. Il frappera désormais les voitures émettant plus de 130 g de CO2, contre plus de 135 avant. Il va passer de 100 à 250 euros pour les voitures qui émettent 136 à 140 g de CO2 au km et il pourra monter à 8.000 euros pour les véhicules qui émettent plus de 201 g de CO2/km, contre 6.000 euros auparavant.

Police : Policiers et gendarmes disposent d'un nouveau code de déontologie, qui préconise le vouvoiement, encadre les contrôles d'identité et la palpation des suspects.

– Et, désormais les forces de l'ordre portent sur leur uniforme un numéro permettant de les identifier.

Carte d'identité : Sa validité passera demain de 10 à 15 ans, sauf pour les mineurs.

Taxis : Le prix de la course (encadré par l'État) a augmenté de 3,8 %.

De revalorisation en revalorisation, le tarif de la balade en taxi a ainsi augmenté de 21,5 % depuis 2008. Trois fois l'inflation.

 

– D'après le « Canard déchaîné », « Bling-bling » a assuré à certains de ses proches que « l'UMP se prendrait une branlée aux municipales comme aux Européennes ».

Pour lui en effet, « Paris, c'est plié, et Marseille risque d'être perdu. Il n'y aura que très peu de gains, qui ne contrebalanceront par les pertes de 2008. Le PS va s'en sortir et le Front national gagnera des villes ».

Les effets de son ombre qui plane parmi nous        ?

« Il n'y aura donc pas de vague bleue, et on parlera surtout dans les médias d'une vague bleu Marine »

En cas de retour sur la scène politique, il ferait sa rentrée après la tempête, vers septembre, aurait-il encore confié.

Tout va bien, on a encore le temps d’affûter nos « bonnes lames » pour assécher les larmes…

 

– Ziad Takieddine aurait été arrêté lundi après-midi dans l’Eurostar entre Paris et Londres révèle ce mardi RTL. Il reste soumis à un contrôle judiciaire avec interdiction de quitter le territoire.

Il devait être présenté mardi 31 décembre dans l’après-midi à Paris au juge Renaud Van Ruymbeke.

Il aurait déjà tenté de s’envoler vers le Liban quelques jours avant Noël sans succès, selon RTL.

Il a également été soupçonné de vouloir quitter mon pays fin mai dernier en tentant de se procurer un passeport diplomatique de République dominicaine pour 200.000 dollars.

Un mek qui a les moyens de ses ambitions… et de son exil-fiscal !

 

– Un jeune homme de 20 ans a été tué d'un coup de couteau dans la nuit du nouvel an, dans les jardins du Trocadéro à Paris, a annoncé le ministère de l'Intérieur. Le ministre « condamne fermement cet acte meurtrier qui fauche la vie d'un jeune homme et endeuille les festivités de la nouvelle année et présente ses condoléances attristées à la famille. »

Et « Shumi » alors ? On n’en parle même plus ?

On ne parle que de ça et pas du reste…

L'Alsace, l'Isère, le Var, l’Essonne et Paris autant de morts à l’arme blanche pour la nuit de la Saint-Sylvestre.

 

– Nuit du nouvel an, justement : 1.067 voitures brûlées ! Le ministre de l’Intérieur est très fier de ce bilan.

 

– L'indice PMI des principales économies européennes est sorti. Au-dessus de 50 il annonce la croissance, au-dessous la récession.

Bonne nouvelle : L'Espagne (50,8) et l'Italie (53,3) semblent revenir à la forme.

L'Allemagne est à 54,1, meilleur chiffre depuis 30 mois.

Et la « Gauloisie-autiste » ? Dernière du classement avec 47, au plus bas depuis 7 mois.

Grèce : 49,6, au plus haut depuis 52 mois… 

 

– 1.058 candidats pré-sélectionnés pour coloniser la planète Mars. Plus de 200.000 personnes avaient déposé leur candidature. Ce sont donc 99,5 % des candidatures qui ont été écartées.

Et la sélection est loin d’être terminée puisqu’à terme seulement 24 personnes se rendront sur la planète rouge. Sur les 1.058 candidats retenus, 586 sont des hommes et 472 des femmes.

Vue la tronche des « minettes retenues », j’ai retiré ma candidature…

http://www.mars-one.com/

 

– Mon pays frôle les 65 millions d’habitants. Selon le dernier chiffre établi par l’Insee, le pays compte officiellement 64,93 millions d’habitants. Plusieurs grandes villes de l’est et du nord accusent un net déclin.

Faudra que j’envisage d’y retourner féconder quelques pouliches…

 

– Japon : Baisse sans précédent de la population en 2013 ! Selon les estimations officielles, le Japon aurait enregistré l’an passé une nouvelle baisse de sa population. Le pays aurait compté 244.000 personnes de moins, un niveau record.

Une naissance toutes les 31 secondes, c’est dire si elles aiment ça, mais un décès toutes les 25 secondes : Là, je n’y peux rien, personnellement…

 

– Le navire, à bord duquel se trouvent des touristes et des scientifiques australiens, britanniques et néo-zélandais, venu constater sur place les dégâts du « Global warning » dans le « grand-Sud » est piégé dans la glace depuis le 24 décembre à une centaine de milles (180 kilomètres) à l'Est de la base antarctique de Dumont d'Urville.

Quand même kon, n’est-ce pas, de se faire piéger par ses propres délires !

 

– Sur les 27 pays qui forment l'UE, la « Gauloisie-trisomique » est l'un des 7 dotés de 3 niveaux d'administration locale.

Elle partage cette caractéristique avec les autres grands pays de l'UE (Allemagne, UK, Espagne, Italie...) Normal.

Sauf que : Alors que tous nos voisins rationalisent leur organisation territoriale, la nôtre est en roue libre. Depuis 1998, le nombre de fonctionnaires travaillant pour les collectivités locales a augmenté de 44 %. C'est bien !

D’autant que sur les 10 dernières années les effectifs des conseils régionaux ont grimpé de 614 %...

Nul doute que l'amélioration du service rendu soit à la hauteur.

Sauf que : Avec 36.815 collectivités locales (dont 36.687 communes), la « Gauloisie-administrée » concentre 41 % du nombre total des collectivités locales répertoriées dans l'UE (27 pays) !

Sauf que : Rapporté au km2 administré, on compte 75 % de collectivités locales de plus que l'Allemagne, 3,6 fois plus que l'Espagne (pourtant largement décentralisée) et 32 fois plus que l'Angleterre.

 

Et puis :

– CGT et FO refusent de signer l'accord permettant aux enseignes de bricolage d'ouvrir le dimanche

– Selon un rapport du Haut conseil pour l'avenir de l'Assurance maladie, le déficit de l'Assurance maladie (7,7 Md€ en 2013) doublera à l'horizon 2020 (14 Md€)

– Selon le Spiegel, la NSA aurait réussi à pirater en février 2013 le réseau informatique de 16 sociétés, dont Orange qui annonce vouloir se constituer partie civile.

– Libération du prêtre français enlevé au Cameroun en novembre dernier

– Les magasins de bricolage autorisés à ouvrir le dimanche jusqu'en juillet 2015, en attendant la création d'un cadre juridique stable

– Un millionnaire chinois serait en discussion pour racheter le New York Times (bête noire de Pékin après plusieurs enquêtes sur les fortunes des dirigeants).

– Pour alimenter les illuminations de Noël en « Gauloisie-festive » (publiques et privées), la puissance électrique nécessaire s'élève à 1.300 MW, soit la puissance d'un réacteur nucléaire.

– Avec + 18 %, le CAC affiche en 2013 sa meilleure performance depuis 2008. Même satisfaction en Allemagne (+ 25,5 % pour le Dax) ou au UK (+ 14,4 % pour le FTSE).

– Quant aux US, ils peuvent dire merci à la Fed (et à ses 85 Md$/mois d'injections) : Le Dow Jones a pris + 25,95 %, le S&P500 + 29,09 % et le Nasdaq + 37,58 % !

« Yes! They can! »

– En 2013, la fortune des 200 personnes les plus riches répertoriées par Bloomberg s'est accrue de 524 Md$ pour atteindre 3.700 Md$, soit une fois et demi le PIB de la « Gauloisie-socialiste »

J’adore ! 

Repost 0
3 janvier 2014 5 03 /01 /janvier /2014 05:03

Pour sourire un peu ... !

Malgré tout…

 

Comment les guêpes font-elles l’amour ?

Dard dard !

 

Quel animal court le plus vite ?

Le pou, car il est toujours en tête !

 

Qu'est-ce qu'un taureau avec un string ?

Une vache folle !

 

Que fait un canard quand il a soif ?

Il se tape une cannette.

 

Savez-vous comment communiquent les abeilles ?

Par e-miel.

 

Une poule sort de son poulailler et dit :

« Brrr, quel froid de canard ! »

Un canard qui passe lui répond :

« Ne m'en parlez pas, j'ai la chair de poule ! »

 

Pourquoi les coqs ont-ils des ailes ?

Et les poules pondent-elles des œufs ?

Parce que les coqs ont besoin « d'elles »,

Et les poules ont besoin « d'eux » !

 

Deux coccinelles font la course.

Au bout d'un moment l’une s'arrête et dit à l’autre :

« STOP ! J'ai un point de côté ! »

 

Que se disent deux chats quand ils sont amoureux ?

« Nous sommes félins pour l'autre… »

 

2 mites se rencontrent dans un pull-over et l'une dit à l’autre :

« – Où vas-tu en vacances cette année ?

– Au bord de la Manche ! »

 

Un vieux rat rencontre une petite taupe.

Curieux, il lui demande :

« – Que veux-tu faire plus tard, ma petite ?

– Taupe-modèle ! »

 

Deux souris voient passer une chauve-souris... :

« Regarde un ange ! »

 

Merci à AC, de Balagne et donc à ma môman qui a fait le relais.

Quoique la dernière, c’est « une revenue » assez classique maintenant, pour avoir fait le tour de la planète à plusieurs reprises…

Revenons donc aux « premières de l’année » de notre Jean-Marc :

 

Jean-Marc et Jean-Paul discutent au comptoir d’un bar à l’approche du réveillon.

L’un des deux dit à l’autre :

« Ma femme s’est fait tatouer les deux fesses. Sur la fesse gauche elle a fait écrire « joyeux noël » et sur la fesse droite « bonne année ». »

Jean-Marc lui dit alors :

« C’est génial ça ! Tu diras à ta femme que je passerais entre noël et le nouvel an ! »

 

Pour Noël, le Jean-Marc a reçu un superbe perroquet de la part de ses amis. Malheureusement, dès sa première semaine de présence dans le logis, le volatile avait démontré ses limites lexicales.

Il ne cessait en effet de répéter : « Vous êtes des crétins », « tas d'idiots » et « bande de kons » à chaque fois qu'on lui adressait la parole.

Devant une telle vulgarité, Jean-Marc décide rapidement d'isoler l'animal dans la véranda.

Et il a pris l'habitude de passer une demi-heure quotidienne avec le perroquet dans la véranda, pour lui apprendre les bonnes manières.

Au bout d'une semaine, la méthode ne fonctionnant toujours pas et l'animal s'entêtant à répéter sa trilogie de vulgarités : « Vous êtes des crétins », « tas d'idiots » et « bande de cons »… il fallait innover rapidement !

Le jour de l’an arrivant, alors que Jean-Marc, excédé par l'incapacité chronique de son protégé à s’amender, et préparant son réveillon pour quelques amis, il finit par craquer et se décide à « rafraîchir » les idées et le caractère de l'animal.

La première idée qui lui vient à l'esprit est d'enfermer ce volatile grossier dans le réfrigérateur et de l'y laisser dix bonnes minutes.

Lorsqu'il est finalement délivré, le perroquet, grelottant, s'adressa à Jean-Marc avec une infinie politesse :

« Pardon, excuse-moi, je ne recommencerais plus à dire des grossièretés… ».

Et, désignant le réfrigérateur, il ajoute :

« Je peux savoir ce qu'elle avait fait, la dinde toute déplumée qui est là-dedans ? »

 

Deux puces se rencontrent, l'une des deux est frigorifiée, elle claque des dents et tremble de tous ses membres. L'autre lui dit :

« – Mais qu'est-ce qui t'est arrivé pour avoir froid comme ça ?

– Ne m’en parle pas. Je suis venue dans la moustache d'un motard et je suis gelée !

– Mais t'as rien compris ! La prochaine fois que tu veux faire de la route, trouve une jolie fille, monte le long de ses jambes, va te mettre dans sa culotte, et tu verras, tu voyageras bien au chaud !

– Bonne idée, je vais essayer la semaine prochaine ! »

La semaine suivante, les 2 puces se retrouvent comme prévu à leur soirée hebdomadaire.

La première petite puce est toujours aussi gelée, elle tremble et claque des dents. L'autre lui dit :

« – Mais qu'est-ce que tu as foutu ? T’as pas suivi mon conseil ?

– Ben si ! J'ai vu une belle nana hier et j'ai fait comme tu m'as dit : Je me suis installée dans sa culotte, et j'étais tellement bien, que je me suis même endormie !

– Et alors ?

– Et alors ? Eh ben j'ai rien compris ! Quand je me suis réveillée, j'étais encore dans la moustache du motard ! »

 

Si les rois mages avaient été des femmes… Que serait-il arrivé ?

Elles auraient demandé leur route,

… seraient arrivées à temps,

… auraient aidé à l’accouchement,

… auraient nettoyé l’étable,

… auraient fait une fondue,

… auraient apporté des cadeaux utiles

Qu’auraient-elles dit en partant ?

… « les sandales de Marie n’allaient pas avec sa robe,

… le bébé ne ressemble pas à Joseph,

… j’en reviens pas qu’ils gardent des animaux à la maison,

… il paraît que Joseph est au chômage,

… vierge ? Et on va croire au père noël aussi ! »

 

Encore une revenue, mais elle est « enrichie » et toujours excellente :

 

C’est l’histoire d’un vieux couple, marié depuis 45 ans.

Ils vivent paisiblement dans un coin paumé du centre de la « Gauloisie-imposée ».

L’homme appelle son fils qui vit à Marseille à la veille de la Saint Sylvestre et lui dit :

« – Je suis désolé de te gâcher ta journée, mais je dois te dire que ta mère et moi, on a décidé de divorcer, 45 années comme ça c’est assez !

– Mais qu’est-ce que tu racontes là, papa !

– Nous ne pouvons plus rester ensemble plus longtemps, nous ne nous supportons plus et je ne veux pas en discuter davantage, je suis à bout, alors appelle ta sœur qui vit à Paris et annonce lui la nouvelle ! »

Et le vieil homme raccroche.

Jean-Marc (le fils) en reste abasourdi et appelle sa sœur qui explose au téléphone :

« Ce n’est pas possible qu’ils divorcent comme ça, je vais m’occuper de ça ! »

Elle appelle son père immédiatement, en hurlant dans le téléphone :

« Tu ne vas pas divorcer comme ça, attends jusqu’à ce que j’arrive. Je vais appeler mon frère et nous serons chez toi dès demain matin ! Jusque-là, ne fais rien, ne bouge pas, TU M’AS COMPRISE ? »

Et elle raccroche.

Le vieil homme raccroche lui aussi et se tourne en souriant vers sa femme :

« Et voilà, ça a marché ma chérie ! Nous aurons les enfants avec nous pour le réveillon. Et en plus ce sont eux qui payent leur voyage ».

 

Et je vous renouvelle mes vœux de bonne année… d’en rire !

Bon week-end à toutes et à tous …

I3

Repost 0
2 janvier 2014 4 02 /01 /janvier /2014 05:02

Ce gars-là, je le déteste déjà.

 

Non parce qu’il est black « bronzé ». D’abord, il n’est pas plus « bronzé » que moi quand je rentre de vacances et c’est son père qui l’était, et pas le mien (celui qui me fait frémir quand je l’évoque…).

Lui est breton « bien de chez nous » et moi « Corsu », « bien de chez moi » : Rien à voir !

Et de toute façon, il n’y peut rien, même en se savonnant à l’eau-de-Javel, il ne deviendra pas « face de citron » jaune, asiatique-bridé pour autant.

Non parce qu’il est antisioniste. Le sionisme, je m’en bats l’œil et m’en contre-tamponne le coquillard et tout le reste, du moment qu’il n’envahit pas aussi la « Corsica-Bella-Tchi-tchi »…

Alors, le reste des terres émergées, figurez-vous que … ce n’est décidément pas mon problème !

 

 

Je le déteste, parce que maintenant que j’aurai le bras bloqué et raide le long du corps, en me tenant le muscle de l’épaule avec l’autre bras pour soulager la douleur, on va encore croire que je suis un effronté qui fait une « quenelle (™ ®) » !

 

Alors que je suis seulement ignoble et infreequentable, en plus que d’être incroyable !

Je vous jure… quelle époque !

 

Alors que la quenelle, bien cuisinée, c’est un régal à mes délicates papilles gustatives qui aiment à apprécier.

On a fini l’année comme ça, dans un déni de réalité qui nous submerge de tous les bords.

Que ça n’est décidément pas terminé avec 2014, même si les bras et doigts d'honneur resteront permis pour un temps !

Des fois, j’aurai aimé me mordre les doigts d’être né dans ce pays-là (que j’aime tant) à cette époque-là (qui me bouleverse tous les jours).

Mais je ne suis pas cannibale, je m’aime trop, beaucoup trop, énormément même et comme personne d’autre, naturellement, mais pas au point d’être auto-anthropophage.

Donc je ronge le frein, parce quand ça dérape, roues bloquées, ça peut faire mal là où je pense.

(Le neurone et rien d’autre, non mais, esprits mal-tournés que vous êtes !)

 

Parce que c’est assez extraordinaire de voir ainsi, absolument sidéré, les uns confondre antisionisme et antisémitisme : Mais tout le monde n’a peut-être pas bien été « aux « « ékoles », j’en conviens, même quand il s’agit des « intellos ».

Mais qu’un ministre se mobilise alors qui n’en peut plus de mobiliser les forces de l’ordre à cerner les bagnoles du bourgeois & du prolo réunis qui crament comme tous les ans à la nuit de la Saint-sylvestre et qui doivent partir le surlendemain bosser avec pour l’État, ses démembrements, les caisses de sécurité sociale & de retraite et tout le tralala jusqu’à la fin juillet, j’en reste sidéré !

Pendant  qu’on va encore aller bosser pour tous ces fats-là, sans discontinuer et la dans bonne-humeur, lui, le ministre, de se te nous faire la leçon sur une ânerie de potache qui prend tout d’un coup l’allure et l’importance d’une affaire d’État.

Même le chef le ce gouvernement-là, qui ne sait plus comment faire pour réduire le chômage, ni même la dette publique et encore moins les déficits de même nature, de s’en mêler tellement il a la vue étroite et le QI d’un mollusque, l’esprit aux abonnés absents, d'y mettre son grain de sel toutes affaires cessantes, comme si il n’y avait rien de plus urgent que d’arrêter la déferlante de « quenelles » !

C’est dire la haute opinion qu’ils ont tous les deux des affaires d’État et de leurs hautes fonctions !

Et je ne dis même pas la « folle-titude » de « François III » que d’en rajouter une couche comme s’il s’agissait d’une urgence d’un « plan-Vigipirate code noir » (sans jeu de mot), où l’approche d’un tsunami (social ou politique) qui va engloutir tout le pays. Mais lui a l’excuse d’avoir fait l’ENÂ, jusqu’à en cocufier la mère de ses gosses avec la première grosse rottweiler venue : Les bonnes âmes (et elles sont peu nombreuses, d’après les sondages) lui pardonnent déjà d’être né comme ça, en « Flanby-à-la-fraise-des-bois » voulant être « capitaine de pédalo ».

Tout ça pour faire la publicité d’un saltimbanque-breton…

S’ils en sont là, c’est vraiment que le pays va encore plus mal qu’on ne le pensait jusque-là…

 

Je déteste ce type-là, « Aime-bat-la, aime-bat-la » parce qu’enfin quoi, il est né-kon-natif ou quoi ?

S’il en veut tellement au « sionisme » et sionistes de notre vie politique et artistique de n’avoir pas voulu financer un de ses films à une époque reculée, soit il prend des précautions, soit il se tire : D’autres l’ont fait avant lui (« Deux-par-deux », « Deux-longs », « Brost », notre « D’Jauni-national », mon « cousin Napoléon », Moraline de Conac) avec succès, comme le grand Victor (Hug-go) et quelques sommités du CAC 40.

Soit il reste et nous la fait « softissimo ».

Je n’arrête pas depuis 2006 d’en faire autant presque tous les jours, et à part l’épisode de la préparation et de la mise en ligne d’« Opération Juliette-Siéra » qui touchait au « secret d’État » il est vrai, je n’ai pas eu de problème majeur …

Sauf depuis mon post sur les « hauts-cadres-dirigeants » détachés de Gstaad jusqu’aux tours de La Défense pour quelques « pétroleux » sur un précédent blog.

 

Ce n’est quand même pas difficile de s’attaquer aux sionistes-omniscients et tout-puissant en expliquant que ça n’existe pas.

D’abord, être sioniste n’a jamais voulu dire être sémite, que ça se sache ! Au contraire diront certains : « Tu les parques tous au même endroit, comme ça ils foutent la paix à tous les autres ! »

C’est de la ghettoïsation planétaire, tout simplement et avalisé par une décision Onuesque.

Imparable !

Pire, un sémite, ce n’est même pas forcément un juif « feuj » : Y’en a d’autres classés de la sorte. Et entre eux, on ne peut pas vraiment dire que ce soit le grand bonheur d’être nés de la même tribu et de devoir cohabiter dans les mêmes cités et territoires.

 

Et puis être antisémite, c’est seulement estimer que « Yahvé », Il a raconté que des konneries à Abraham en laissant supposer qu’il n’y avait qu’UN seul peuple élu, sa descendance, les autres restant forcément de la sous-merde de résidu de bidet.

En bref, quand on diffuse la parole biblique de cette façon-là, on peut raisonnablement penser que Yahvé voulait déjà persécuter les douze tribus, si on va par-là.

Donc antisémite, en poussant le bouchon assez loin, c’est avoir de la compassion pour ce prochain-là, ignare qu’il a pu en rester d’être ainsi torturé par son propre Dieu.

D’ailleurs, le « bug » que n’ont pas vu passer les premiers concernés, a été corrigé avec la naissance controversée d’un juif feuj-natif il y a 2.000 ans, qui est venu expliquer que les tables de Moïse et  tout ça, ce n’était pas réservé qu’aux seuls juifs feujs : Même le black bronzé-breton est né « fils de Dieu ».

Même l’autre qui ne paye pas ses contredanses, qui a le sourire vert-luisant des « bridés-bretons » et fait sénateur dans le civil.

Quand même pas difficile de comprendra ça : L’Église de J.C. elle est UNIVERSELLE !

Point-barre.

Et je revendique, en plus.

 

Et puis, on peut aussi se moquer de la police politique en se foutant de sa gueule, genre :

 

« Je ne peux pas dire « … dommage ». Alors je vous dis que je ne le dis pas ! D’ailleurs, celui qui l’a entendu, c’est un gros mytho et ça ne visait personne en particulier, ni même une époque heureusement révolue. »

 

« Je ne peux pas vous raconter mes déboires avec le fisc, alors je n’en parle pas ! »

 

« Je ne peux même pas dire que la police politique essaye par tous moyens de me censurer, de me museler.

D’ailleurs chacun sait que la police politique ne vise personne, puisque ça n’existe même pas au pays des « Droits de L’homme ».

 

Même les flics et les militaires, s’ils ont bien la permission d’enquêter en direct sur votre portable à votre insu, c’est pour votre bien, votre sécurité et personne n’est vraiment concerné par les activités des « grandes-oreilles ».

 

D’ailleurs, quand vous êtes présumé terroriste, tueur de flics ou trafiquants de drogue, un juge doit autoriser la démarche au préalable. Pas là !

Et quand on recherche un pédophile en activité, c’est par voie de presse : Au grand jour.

C’est vous dire…

 

Que la censure n’existe pas non plus, la preuve, je peux l’affirmer sans aucune difficulté ni aucun risque de vous faire mourir de rire, tellement tout le monde en est persuadé.

 

Quant aux délires de mes réunions publiques troublant l’ordre public, ça n’existe pas plus : Ceci est une réunion privée, dans un endroit privé et loué à cet effet, entre gens du même monde, chacun étant membre du club privé de mes fans ! »

 

Et puis les paroles, ça s’envole.

Bien plus dangereux, mes écrits, ceux de « l’I3 », ils restent. C’est pourquoi je vous en mets une pleine tartine inchangée depuis l’origine de ce blog, qui renvoie aux « fâcheux » la pleine responsabilité de leurs outrecuidantes prétentions détournées.

Je cite : « Toute ressemblance avec des personnages, des lieux, des actions, des situations ayant existé ou existant par ailleurs dans la voie lactée (et autres galaxies) y est donc purement et totalement fortuite !    

En guise d’avertissement à tous « les mauvais esprits » et autres grincheux, on peut affirmer, sans pouvoir se tromper aucunement, que tout rapprochement des personnages qui sont dépeints dans ce « blog », avec tel ou tel personnage réel ou ayant existé sur la planète « Terre », par exemple, ne peut qu’être hasardeux et ne saurait que dénoncer et démontrer la véritable intention de nuire de l’auteur de ce rapprochement ou mise en parallèle !

Ces « grincheux » là seront SEULS à en assumer l’éventuelle responsabilité devant leurs contemporains… »

C’est plus sage : Une personne avertie en vaut deux.

Et « Aime-bat-la, aime-bat-la » a déjà été condamné une douzaine de fois : Il a été averti autant de fois d’avoir à changer de registre et de passer au mode ironique… au troisième degré, puisque le second ne fonctionne plus.

(Si jamais c’était déjà de l’humour au second degré)

 

Il en veut à la Terre entière de ne pas faire de l’immonde commerce triangulaire pendant plusieurs siècles, un génocide planétaire concernant tous les continents, un événement tellement majeur dans l’histoire de l’Humanité qu’il balaye tous les autres ?

Il ne les balaye pas : C’était juste une répétition générale d’atrocités à venir.

Et encore d’autres qui ne sont pas encore advenues.

Perso, j’ai fait. Et même plusieurs fois (mais je ne sais plus quand). Sur le moment, ça m’a soulagé, dois-je vous dire.

Mais j’étais colère ce soir-là.

Et les suivants : Personne ne m’a taxé de raciste ni d’antisémite (parce que la grosse dinde, la raciste, c’en était une, et deux des meks probablement aussi) depuis, et à juste titre, il est vrai.

 

Et puis, qu’il soit ravi, « Dieu-donné-et-pas-repris » : Après le mot « Mademoiselle » qui a disparu du vocabulaire authentique et officiel du « francilien-natif-corrigé », le mot « race » et ses déclinaisons vont disparaître de notre propre constitution (et de son préambule).

Rayés dans tous nos codes de loi.

J’adore : Comment donc pourra-t-on accuser quelqu’un d’un mot qui n’existe plus ?

Donc du délit qui y est attaché ?

J’attends de voir la débauche de faux-nez de la police politique qui va suivre, dégoulinant de « bien-pensance » comme un ultime pied-de-nez de la « crétine-attitude » de nos « sachants » atteint de « nanisme-intellectuel », propre à la « trisomie-autiste ».

 

En bref, je déteste « Aime-bat-la, aime-bat-la », vous l’avez compris (même si ça n’a rien de personnel, qu’il se rassure),

parce que je ne pourrai plus marcher normalement dans la rue avec mes douleurs à l’épaule,

parce que pendant ce temps-là, on écrase le peuple sous des impôts et taxes sans rien en dire,

parce que une fois de plus, un pan entier de nos libertés de rire va s’effondrer sous de nouvelles « normes » et décrets & lois collectives liberticides qu’il y a à prévoir en représailles de ses délires proprement personnels,

parce que parfois, il est des blagues qui ne font rire que les krétins, tellement elles ne sont même pas drôles.

 

En bref, l’année dernière a mal fini, celle qui commence sera encore pire, à n’en pas douter.

Repost 0
1 janvier 2014 3 01 /01 /janvier /2014 05:04

Même les damoiselles et les damoiseaux,

 

Puisque désormais officiellement, le terme de « Mademoiselle » n’existe plus !

Rayé définitivement du dictionnaire au rang des « horribles discriminants » d’un âge heureusement révolu et antédiluvien.

 

Naturellement, comme tout le monde, je vous, je nous souhaite le meilleur, sous des augures pourtant noircies à l’encre de seiche par toute une armée de « sachants » qui vont encore nous faire pleurer pendant 365 jours.

 

Bé oui, c’est une année de coupe du monde, une année de jeux olympiques … d’hiver, mais une année non-bissextile.

En revanche, pour certains, elle sera « bi-sextile », depuis que tout le monde peut espérer se marier, quelle que soit son genre, son sexe et même ses attirances et pratiques sexuelles.

Une année « normale », quoi !

Avec ses « crises », toujours plus fortes, ses catastrophes toujours plus violentes, ses conflits toujours plus destructeurs.

On aura l’occasion d’en reparler à longueur de l’année qui vient.

 

Comme l’année dernière, mais cette fois-ci, un peu en avance, j’ai déjà fait mes comptes de « journées de travail ».

Vous savez qu’en bon « Corsu » bien né, c’est un « truc » qui me pèse sur le système plus que tout autre chose, alors que je ne suis né que pour le « bonheur des dames ».

 

Pour vous avoir noté qu’en 2012, nous avions eu 226 jours « travaillés/ouvrés » (et treize lunes), alors qu’il était prévu d’en avoir seulement 220 (et douze lunes) en 2013.

Soit 2,65 % de moins en termes de « production », « toutes choses égales par ailleurs » en comptant ponts, viaducs et RTT.

Mais comme les choses ne sont pas stables ni « égales » en termes de valeur des choses, on aura donc eu à décompter autour de 0,8 à 0,9 % d’inflation.

Et pourtant, on pourra mesurer + 0,2 % de croissance dudit PIB pendant la même période.

Par conséquent, – 2,65 % + 0,9 % + « x % » = 0,2 %. D’où « x » = 1,95 % de progression de « productivité » de l’heure travaillée, chiffre que l’on devrait retrouver dans la valeur du coût du travail « redistribuée » dans les prochains mois et calculs macro-économiques de la Nation.

À moins que ce soit la résultante de certaines « résiliences », incertitudes climatiques ou n’importe quoi d’autre.

 

« En un mot comme en mille » (j’avais un patron, dans une autre vie, qui commençait toujours ses phrases importantes à suivre de cette façon-là), quand « François III » et ses équipes d’autistes-trisomiques nous assuraient d’avoir une croissance de + 1,9 %, puis de + 1,7 % en 2013, ou ils avaient fumé la moquette enroulée dans les rideaux, où ils sniffaient une ligne de « truc » pas légal (en bout de tréteaux), ou « ils se touchaient » (sous la table) pendant les Conseils des ministres.

Comme dirait l’autre (Cas-zut-hack), est-il plus grave de mentir une fois sur des comptes (étrangers) ou sur les comptes (de la Nation) toute l’année ?

 

Peu importe, ce qu’il faut retenir c’est cet effet multiplicateur dû au progrès et processus de production (ou à tout autres choses) : 1,95.

Et le rapprocher du prochain calendrier :

365 jours, 104 jours de week-end chômés, 11 jours fériés en sus, dont 3 lundis, 1 mardi, 1 mercredi, 4 jeudis, 1 vendredi et 1 samedi.

Dont aucun un dimanche, curieusement (et 12 pleines-lunes, plus 1 seul vendredi 13 pour les superstitieux…) et quelques 100 jours de vacances scolaires…

Et 25 jours ouvrés de RTT et autres absences légales.

 

Autrement dit avec 225 jours ouvrés, si quelqu’un vous promet une croissance « mécanique » de + 2,2 % du PIB, plus 1,5 d’inflation, plus ou moins 1,95 de « productivité-ou-divers » de rattrapage, soit un total de + 5,65 %, il pourrait ne pas avoir tort !

Et c’est qu’il ne compte pas prendre un seul « viaduc » ni aucun « pont ».

Parce que dans le cas contraire, il nous referait tombé à une croissance nulle… hors, les effets de l’inflation et « autres » de + 2,45 %, ce qui n’est pas mal non plus juste pour un « effet de calendrier ».

 

Notez que dans un cas comme dans l’autre, ce sera une année extraordinaire.

Encore mieux si l’inflation atteignait enfin l’objectif de 2 points par an comme visé par la BCE depuis des années, et bien mieux encore si les gains de productivité augmentaient aussi pour une raison inconnue pour l’heure.

Mais bon, même en atonie pour ces deux critères, 2014 sera une bonne année !

C’est naturellement tous les vœux que je peux formuler pour vous toutes et tous !

 

Et alors, après avoir perdu les élections municipales, puis l’élection européenne, les « soces-autistes-trisomiques » auront-ils la revanche des chiffres saignante sur le front de l’emploi ?

C’est là que, la promesse d’inverser les courbes du chômage fin 2012, c’était transformé en inversion des « tendances » de la croissance du chômage fin 2013. Autrement dit, « augmente moins vite » (la dérivée seconde).

Vous vous en souvenez encore, espère-je.

Tous les économistes nous disent qu’à partir de 1,5 point de croissance, le chômage se stabilise.

Alors avec 5,65 ou même 2,45 points à prévoir, ça va avoir un effet fabuleux, pensez donc !

 

Hélas, les économistes devraient faire un autre calcul : « Le nombre de départs à la retraite au régime général s'est élevé à 609.000 en 2011 contre 722.000 en 2010, soit une contraction du flux de 16 % », notait un rapport publié lundi 1er octobre 2011 sur le thème principal du déficit de la Sécu.

Et de préciser alors que cette baisse tenait essentiellement au relèvement de l'âge de départ entré en vigueur au 1er juillet 2011.

Or, la baisse des départs était encore moins forte en 2012 à 578.000, avec une contraction de 5 % seulement.

D’un autre côté, on enregistrait 781.200 naissance en 1993, tout que des jeunes qui ont eu 20 ans en 2013 et finissent plus ou moins rapidement leurs formations pour aller venir pointer chez « Paul-en-ploie ».

Chez les moins de 25 ans, le chômage est passé de 627.200 à 677.100, soit une augmentation de 8 % en un an.

Autrement dit, quand 780.000 « entrants » sur le marché du travail prennent la place de 580 à 600.000 « sortants », vous imagiez bien qu’il y a progression du stock de chômeurs d’environ 180.000 tous les ans… « toutes choses égales par ailleurs »

Ce qui représente 6 % de chômeurs en plus à digérer par an !

 

6 points d’un côté, 5 de l’autre, en effet, il pourrait y avoir une « stabilisation » de la hausse (en mode linéaire et non plus exponentielle) de chômeurs, et donc un début « d’inversion » des tendances en 2014.

Merci qui ?

Merci le calendrier, et uniquement lui, pour l’heure.

 

Mais seulement si personne ne prend « ponts et viaducs », parce qu’avec 2,45 points de croissance de production et 6 points de croissance des « bras disponibles », le chômage continuera d’augmenter, moins vite peut-être, mais tout de même : Vous verrez !

 

Et c’est tout ce qu’on nous souhaite, bien sûr, si et seulement si nos « sachants » savent gérer correctement l'embellie calendaire sans se prendre les pieds dans le tapis.

Car en 2015, nous aurons 227 jours ouvrés/travaillés (+ 0,9 % d’effet calendrier), mais 1 ou 2 viaducs et 3 ponts à assumer, contre 5 ponts et 1 ou 2 viaducs en 2014…

La croissance serait alors de l’ordre de 3 à 4 points et c’est seulement là que le niveau de chômage commencerait à se stabiliser durablement.

Et qu’il faudra entre temps apprendre à vivre avec 1/8ème de « sans emploi ».

Mais notez que les départs en retraite « retardés » jusque-là pour la génération née en 1950, celle du « plein-baby-boom », devrait compenser la génération née en 1995.

 

Et se posera alors, dans toute sa force, le problème de l’équilibre des régimes de retraite, plongeant inéluctablement vers sa faillite définitive…

Pensez, il faudrait avoir appris à vivre avec plus de 25 % de retraités.

Tout cela est parfaitement prévisible et pourtant, aucun des « sachants » ne semble le prévoir !

C’est dire si nous sommes bien gouvernés…

 

BONNA ANNÉE quand même !

 

PACE E SALUTE...

Repost 0
31 décembre 2013 2 31 /12 /décembre /2013 05:05

Allez donc vous inscrire avant la fermeture des mairies…

 

Parce que bon, on estime à 3 millions de « Gaulois » de « Gauloisie-électorale » qui ne sont toujours pas inscrits !

Soit près de 7 % du corps électoral potentiel qui n’existe pas…

Ça et les 15 % d’abstentionnistes, c’est presque le quart de citoyens qui disparaissent des écrans-radar de la vie publique.

Et pourtant, la plupart paye l’impôt et se font bouffer par les taxes diverses et variées jusqu’à l’infini.

 

Dijon a fait très fort pour vous pousser à l’inscription : « Les troubles de l’élection, ça se soigne » ; « À faire aujourdhui pour voter demain » a twisté le ministère de l’Intérieur à l’attention des jeunes.

Ce soir, il sera trop tard.

 

Pour pouvoir voter aux élections municipales des 23 et 30 mars ainsi qu’aux européennes du 25 mai prochain, il faut d’abord être inscrit.

Une gageure, ces « 3 millions » manquants, tant la désaffection pour la politique est forte et la procédure d’inscription est lourde.

« La plus lourde des pays démocratiques », pointe les « gôchistes » de Terra Nova dans une note publiée le 17 décembre.

Ce qui n’est pas faux.

Même quand on est radié à un endroit parce qu’on a déménagé d’un arrondissement à un autre voisin, comme il m’est arrivé pour être compté parmi les « faux électeurs » du « cousin-Tiberi » : Privé de droit de vote parce que le courrier envoyant les cartes d’électeurs n’a pas été « faire-suivre ».

Alors que j’avais pourtant payé la taxe au PTT pour un an…

Salauds de facteurs anticonstitutionnels !

 

7 % du corps électoral potentiel, ça représente l’équivalent du corps électoral effectif cumulé de Paris, de Lyon et de Marseille. Et ce, malgré l’inscription d’office des jeunes en âge de voter, dans leur commune de résidence au moment de la journée défense et citoyenneté (JDC).

Instaurée en 1997, cette procédure ne permet même pas d’atteindre 100 % d’inscription des jeunes, laissant passer entre ses mailles une partie de ceux qui ont déménagé.

Car au moins 20 % des électeurs sont inscrits dans un mauvais bureau et se retrouvent parfois comptés dans les abstentionnistes !

Je te jure…

Chiffre tout aussi intéressant, celui de la « mal-inscription », c’est-à-dire le fait de ne pas être inscrit sur la liste électorale du bureau de vote rattaché à son domicile et expliquerait à elle seuls entre le quart et la moitié de l’abstention à l’élection présidentielle, selon Terra Nova.

 

Une étude de « Lyne-sait » réalisée fin 2012, signalait aussi des disparités dans la non-inscription sur les listes électorales, qu’elle chiffrait aussi à l’époque à 7 % des résidents en métropole.

Ainsi, les femmes sont-elles plus souvent inscrites que les hommes, en particulier parmi les plus jeunes.

De même, le niveau de diplôme et la catégorie sociale interviennent : Le taux d’inscription des non-diplômés est inférieur de 11 points à celui des diplômés du supérieur.

Les ouvriers et employés sont moins inscrits que les cadres, les chômeurs moins que les personnes qui ont un emploi.

« Les catégories sociales les plus défavorisées délaissent plus souvent que les autres la possibilité de s’exprimer par le vote », conclut l’étude.

Qui s’alarme pour être un réservoir de voix aux protestataires de « gôche »…

Moi, j’hallucine.

Quant aux patriotes gaulois nés à l’étranger, ils sont également les moins inscrits (75 %)…

Bon, comme souvent ils ne causent pas le francilien-natif, notez bien… Passons, tellement c’est hallucinant, finalement !

 

Afin de favoriser l’inscription sur les listes électorales, les « gôchistes » de Terra Nova proposent de repousser le plus tard possible la date de clôture, voire de rendre possible une inscription jusqu’au jour même du vote, comme cela se fait dans certains États américains.

Et souvent aussi en « Corsica-Bella-Tchi-tchi », qui ressort les listes de recensement de « Lyne-sait-tout » de tous.

Elle suggère aussi de systématiser la première inscription sur les listes pour les ressortissants étrangers naturalisés « Gaulois ».

Parce qu’ils ne savaient pas encore, les demandeurs d’asile ?

Je croyais qu’ils devaient subir un minimum de contrôle des connaissances de la vie de nos institutions…

 

L’harmonisation des pièces demandées ainsi que la généralisation de l’inscription par Internet – possible aujourd’hui dans seulement 3.000 communes – est aussi demandée.

Tout comme l’obligation de campagnes d’information nationales et locales.

Et même bloguesque, comme je le fais aujourd’hui.

 

C’est important pour le pays (même si tu votes à gôche, dukon … mais je ne vais pas pleurer si tu ne le fais pas parce que tu crois encore qu’une élection, c’est à piège à kon).

Parce qu’il légitime la vie publique.

Parce que nous sommes tous des « législateurs » potentiels et en puissance.

Parce que c’est « dans la nature des choses » de l’humain depuis au moins deux siècles (avec des hauts et des bas, reconnais-je).

Parce que je n’admets pas qu’on décide à ma place de mon propre bonheur…

Il y a tellement trop de dérives de nos gouvernants qu’il faut pouvoir les sanctionner dans les urnes.

Parce que sans le vote, il n’y a plus au citoyen-assommé que son devoir de révolte face à l’oppression des « sachants ».

Un des rares droits fondamentaux et « naturels » que l’on possède dès la naissance viable.

On en causait encore hier, justement… pour mettre les points sur les « i ».

 

Mais alors, pourquoi cette défiance à l’égard de la politique ?

Avant l’élection présidentielle de 2007 un regain d’intérêt pour la politique s’était pourtant manifesté, d’après tous les observateurs. Il s’était d’ailleurs traduit par une forte hausse des inscriptions sur les listes électorales fin 2006.

Depuis, nous avons roulé de déceptions en déceptions.

Parce que « Bling-bling » n’a pas su répondre aux espoirs qui avaient été placés en lui (un des reproches majeurs qu’on doit lui imputer) et qu’il en a été battu en 2012.

« François III » a profité d’un frémissement pendant sa campagne puis a très vite suscité un mouvement de défiance, jusqu’à battre des records d’impopularité sous la Vème République.

Pourtant, ils ont été nombreux à s’y essayer avant lui. Mais lui, il est champion « toutes-catégories ».

Le pouvoir socialiste s’est très vite discrédité tout seul, comme un grand.

Et son opposition républicaine s’est engluée dans ses querelles de personnes, jusqu’à n’apparaître plus jamais avant longtemps comme d’une alternative crédible.

« Plus fondamentalement, les gens ont l’impression que les politiques sont inefficaces, voire impuissants pour répondre à leurs trois sujets de préoccupations ; l’emploi, le pouvoir d’achat et les déficits. »

Ce qui n’est pas faux, mais n’explique pas cette absence de réaction du peuple…

 

Si les élections européennes de 2009 avaient déjà marqué un sommet en matière d’abstention, les scrutins municipaux et européens de l’an prochain suscitent peu d’intérêt. Pour l'opinion, la campagne se résume plus pour le moment à des querelles de personnes qu’à de vrais débats.

L’abstention, le deuxième fléau de nos démocraties est un moyen d’exprimer sa défiance à l’égard des politiques.

Avec la non-inscription sur les listes électorales et le vote protestataire.

 

Ce qui me navre, c’est qu’il y en a qui s’engage politiquement, jusqu’à militer pour se faire entendre. Hélas, il faut s’attendre à ce que le FN, qui parvient à politiser le rejet de la politique, fasse ainsi de très bons résultats.

 

C’est vraiment ce que vous voulez ?

Action/réaction : Si comme je le prévois « Marinella-tchi-tchi » parvient à faire plus de 28 % lors d’un des scrutins de 2014, le pouvoir de « gôche » va accentuer la pression de la censure des idées qui le dérangent et nous en serons tous les victimes.

On le voit déjà quand un « ministre de l’ordre-intérieur », son chef de gouvernement et même l’arbitre qui garantit le bon fonctionnement des institutions protégeant nos Libertés qu’est le président, s’enquièrent « tous ensemble » à réfléchir à la meilleure façon de censurer un humoriste (cette fois-ci, c’est « Dieudonné », nous y reviendrons), peut-être pour d’excellentes raisons (qui ne font plus rire).

Avant-hier, c’était Zola (qui n’avait rien de drôle), Le Luron, ou encore Coluche…

Et tant d’autres. Même Bigard a été ostracisé, parce que jugé « trop vulgaire ».

 

Alors allez-vous inscrire au plus tard ce soir.

Après, il sera trop tard pour la ramener et râler.

Repost 0
30 décembre 2013 1 30 /12 /décembre /2013 05:02

Petit « essai » à l’adresse de Vladimir

 

Le droit naturel (en latin jus naturale) est l'ensemble des normes prenant en considération la nature de l'homme et … sa finalité dans le monde.
Mais en mode « minimaliste ».

Je vous le fais comme d’un devoir de droit, en deux parties : Principe/Portée (pour mes étudiants).

 

I – Principe :

 

I-A : Historique de la notion

 

On retrouve ces notions dans le Gorgias de Platon, par Callicles, qui fait l’apologie de la force contre le droit, et Antiphon, qui fait l’apologie du droit contre la force.

Platon de son côté refuse le conventionnalisme des sophistes et fait appel à l’idée de Justice, qui existerait dans le monde des Idées et sur laquelle la loi juste serait fondée (idéalisme juridique).

 

Aristote, qui refuse à la fois le conventionnalisme des sophistes et l’idéalisme juridique de Platon, est le véritable père de la théorie du droit naturel.

Selon Aristote, l’homme est naturellement politique ; l’ordre politique est fondé sur l’inégalité naturelle des hommes ; donc la justice consiste à attribuer à chacun ce qui lui revient naturellement.

Car les sophistes de leur côté ont été les premiers à envisager le caractère purement conventionnel du droit.

Ils ont distingué la nature, domaine de la nécessité, et le juridique, domaine de la légitimité.

Ils ont donc été les premiers à distinguer le fait du droit.

 

La philosophie antique s’est alors beaucoup préoccupée de la différence entre la « nature » d'un côté et la « loi » ou « coutume » de l'autre, et du coup, il n'y a pas, à proprement parler, de « droit naturel » en Grèce.

Même si dans l’Antigone de Sophocle, pièce écrite au Vème siècle av. J.-C., il est offert une première ébauche de ce que pourrait être le droit naturel.

Par un édit, le roi Créon va interdire de célébrer les rites funéraires de Polynice.

Sa sœur, Antigone va transgresser l'interdiction en vertu de « lois non écrites » en vigueur « depuis l'origine » : « Je ne croyais pas, certes, que tes édits eussent tant de pouvoir qu'ils permissent à un mortel de violer les lois divines : lois non écrites, celles-là, mais intangibles. Ce n'est pas d'aujourd'hui ni d'hier, c'est depuis l'origine qu'elles sont en vigueur ».

C'est la première représentation d'un individu qui agit contre la loi non pas en fonction de son intérêt mais au nom d'une loi supérieure.

 

Notez que pour les premiers chrétiens, bien plus tard, les institutions humaines sont nécessairement injustes et la justice n’est que divine et donc « non-naturelle ».

Le droit positif s’oppose donc, pour eux, au droit divin et non au droit naturel.

La théorie aristotélicienne du droit naturel a cependant été réactualisée par le souci qu’avaient les Papes de renforcer leur autorité temporelle. Cela s’est concrétisé dans l’élaboration du Droit Canon, effort pour concilier le droit sacral et le droit naturel.

Il y aurait une « loi naturelle », une finalité de la nature, qui coopérerait avec la Providence et qui serait le reflet ici-bas de la loi divine.

 

I-B : Formulation de la notion

 

Les premières formulations du concept de droit naturel viennent de l'école de Salamanque, et ont ensuite été reprises et reformulées par les théoriciens du contrat social (Hobbes, Locke, Rousseau).

Juridiquement le droit naturel serait une « règle considérée comme conforme à la nature (de l'homme ou des choses) et à ce titre reconnue comme de droit idéal ».

Le droit naturel étant supposé exister partout même s'il n'est pas effectivement appliqué ni sanctionné, étant fondé sur la nature humaine et non sur la réalité sociale dans laquelle vit chaque individu,

Le droit naturel est réputé universellement valable même dans les lieux et aux époques où il n'existe aucun moyen concret de le faire respecter.

 

À la Renaissance, l'école de Salamanque a reformulé le concept de droit naturel (XVIème siècle) lui donnant son sens moderne. Le philosophe néerlandais Hugo Grotius (1583-1645) est le premier philosophe de l'époque moderne à avoir étudié cette question, en relation avec le droit international et le droit commercial, à une époque où le commerce maritime se développait considérablement.

 

Le droit naturel est en tout cas une émanation de la pensée européenne occidentale des Temps Modernes.

Son développement coïncide d'une part avec la remise en question (notamment à travers la Réforme et la philosophie humaniste) de la religion catholique en tant que fondement ultime de toute légitimité, et d'autre part avec un développement sans précédent des échanges internationaux accompagnés de conquêtes coloniales.

Le droit naturel est ainsi la transposition laïcisée et rationalisée, en pleine période d'expansion économique, scientifique et impériale, d'un universalisme déjà inscrit dans la culture européenne mais dont la base ne pouvait plus reposer ni sur un consensus religieux ni sur une autorité morale commune.

 

Hobbes est alors le premier à formuler une théorie du contrat social dans le Léviathan, dans laquelle il distinguait entre le « droit naturel », qui décrit simplement comment les individus agiraient à l'état de nature et les lois naturelles, sur lesquelles les individus se mettent d'accord, à l'aide de la raison, afin de vivre en société.

L'état social implique donc, selon Hobbes, d'une part la restriction du droit naturel de chacun, qui s'étend sur toutes choses, et d'autre part l'établissement des lois naturelles par les lois civiles, ou droit positif, sans lesquelles on ne peut parler véritablement de « loi ». Il n'y a en effet pas de loi, selon Hobbes, sans souveraineté et sans organisation de la contrainte pénale, qui seule garantit celle-ci.

Hobbes, tout comme Jean-Jacques Rousseau après lui, est donc beaucoup plus proche du positivisme juridique que du jusnaturalisme.

 

Pourtant, selon certains auteurs, comme le philosophe italien Norberto Bobbio, la théorie du droit naturel aurait conduit au XVIIIème siècle à la formulation des droits de l'homme, aux États-Unis et en Gauloisie, dans diverses déclarations des droits de l'homme.

 

I-C : Entrée dans le droit positif.

 

La Déclaration des droits de l'homme et du citoyen de 1789, qui fait partie du préambule de la Constitution de 1958 actuellement en vigueur en notre pays, expose solennellement que « les droits naturels, inaliénables et sacrés de l'homme, afin que cette déclaration, constamment présente à tous les membres du corps social, leur rappelle sans cesse leurs droits et leurs devoirs ; afin que les actes du pouvoir législatif et ceux du pouvoir exécutif, pouvant être à tout instant comparés avec le but de toute institution politique, en soient plus respectés ; afin que les réclamations des citoyens, fondées désormais sur les principes simples et incontestables, tournent toujours au maintien de la Constitution et au bonheur de tous. »

C’est le fondement juridique de leur existence légale, qui a valeur constitutionnelle dans la Vème République : Dès lors, les « droits naturels » entrent dans le corpus du droit positif.

 

Si, selon l'article premier de cette Déclaration, « Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits. Les distinctions sociales ne peuvent être fondées que sur l'utilité commune », d’après l'article 2 « le but de toute association politique est la conservation des droits naturels et imprescriptibles de l'homme. Ces droits sont la liberté, la propriété, la sûreté, et la résistance à l’oppression ».

L'article 4 précise que « la liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui : ainsi, l'exercice des droits naturels de chaque homme n'a de bornes que celles qui assurent aux autres membres de la société la jouissance de ces mêmes droits. Ces bornes ne peuvent être déterminées que par la loi ».

 

Le droit naturel est donc affecté de deux limites fondamentales qui sont à la base de toutes les critiques :

– D'abord son contenu ne pourrait faire l'objet d'une définition stable et universelle que sous réserve d'un consensus général sur la nature humaine.

– Ensuite son application réelle supposerait qu'il soit transposé dans les divers systèmes juridiques et effectivement sanctionné par des autorités disposant du pouvoir de coercition, c'est-à-dire traduit en droit positif.

 

II – Portée

 

II-A : Les critiques et évolution 

 

La critique formulée aujourd'hui concerne, parmi les droits naturels identifiés par la déclaration des droits de l'homme et du citoyen de 1789, le droit de propriété, considéré comme l'un des quatre « droits naturels et imprescriptibles » (article 2). Selon la déclaration, « la propriété étant un droit inviolable et sacré, nul ne peut en être privé, si ce n'est lorsque la nécessité publique, légalement constatée, l’exige », évidemment. (Art. 17).

 

Dans la conception du droit de propriété de John Locke, l'homme acquiert la propriété d'un bien par son travail. La nécessité d'un bien commun entraîne qu'il existe une destination universelle des biens ; et c'est déjà un principe de la doctrine sociale de l'Église.

 

Il y a là d'abord une critique ontologique, qui refuse d'admettre l'existence et l'universalité du droit naturel : C'est, par exemple, le thème général de la critique du contre-révolutionnaire Joseph de Maistre ou de Karl Marx (dans La Question juive), qui refusent le caractère abstrait de ce droit.

Il y a ensuite une critique épistémologique : À supposer même que les droits naturels existent, comment peut-on les connaître ?

C'est d’ailleurs une critique formulée par Pascal contre Hobbes : La raison ne peut servir à nous indiquer des lois naturelles universelles.

Cette objection se rapproche du non-cognitivisme éthique, qui s'oppose au réalisme moral et est reprise par Jeremy Bentham, qui insiste sur l'équivocité de la notion de droits naturels dans la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen de 1789.

 

Au XXème siècle, et en particulier sous l'influence de la « Théorie pure du droit » de Hans Kelsen, le positivisme juridique insiste sur la définition de l'objet de la science du droit, et affirme qu'on ne peut, au sens strict, parler de droit que s'il s'agit d'un système juridique positif et coercitif.

Le seul droit véritable est donc le droit positif : Le droit naturel, lui, appartient à la sphère morale.

L'usage du mot droit serait donc discutable, le droit naturel désignant un ensemble de principes qui seraient censés devoir inspirer le droit mais qui ne seraient pas eux-mêmes nécessairement juridiques.

 

Après la Seconde Guerre mondiale, on a beaucoup parlé de droits sociaux, ce qui a engendré la création de la Sécurité sociale, qui serait une forme de sûreté civile.

Le développement du constitutionnalisme depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale a conduit à traduire les principes fondamentaux de droit naturel dans le droit constitutionnel et les constitutions. Ils figurent également dans les principes des institutions européennes ou internationales.

 

II-B : Évolutions modernes

 

L'évolution de la société et la perception des enjeux contemporains posent de nouvelles questions sur le sujet, comme les questions écologiques.

C'est ainsi que sont apparues des chartes de l'environnement : La « Green charter » en Australie (et dans le monde anglo-saxon), et la charte de l'environnement, chez nous, qui est l'un des textes fondamentaux ajoutée par une révision constitutionnelle au bloc de constitutionnalité avec la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen de 1789.

 

De fait, comme le droit naturel s’oppose au droit positif (l’ensemble des lois d’une société donnée), le droit naturel, contrairement au droit positif, est supposé universel et non arbitraire ; le droit positif en effet, est propre à chaque société et conventionnel, d’où la question de son arbitraire.

Le droit naturel ne serait plus alors que la norme du droit positif, c’est-à-dire l'étalon qui permettrait de juger si un droit particulier est juste ou non.

 

La conception moderne du droit naturel qui inspire la réflexion de Montesquieu s’appuie à la fois sur une nouvelle conception de la nature et sur une nouvelle conception de l’homme :

– Nouvelle conception de la nature : L’idée de causalité remplace celle de finalité.

Il s’ensuit une distinction claire entre le fait soumis à la causalité et le droit qui relève d’une finalité librement choisie. Le « devoir être » ne se confond pas avec l’être ; la volonté se distingue de la nécessité.

– Nouvelle conception de l’homme : Primauté de l’individu comme être responsable et volontaire.

De là apparaît la notion de droit subjectif conçu comme un ensemble de prérogatives de l’individu par opposition au droit objectif qui était conçu comme un ensemble de règles, de lois.

 

Dans cette perspective, le droit naturel ne procède plus de la Nature en général mais de la nature humaine. L’être humain est un être naturellement social et raisonnable. Le droit naturel est fondé sur la Raison.

Ce nouveau droit naturel n’est pas à proprement parler le fondement du droit positif, mais il en est la source en ce sens que c’est en vertu de notre caractère raisonnable et rationnel que nous sommes tous potentiellement des législateurs. D’où l’idée que l’individu pouvait être cause volontaire de la société et de ses lois, idée qui débouchera sur les théories du contrat social.

 

Cette nouvelle conception du droit naturel marque en fait le déclin de cette notion. Rousseau dans son Contrat social en a été le critique le plus radical. En effet, l’individu volontaire étant à l’origine de la société par un pacte fondateur libre et rationnel, il est aussi par là même à l’origine de toute légitimité.

C’est là la racine du positivisme juridique (pour Joseph Kelsen par exemple) qui domine la pensée juridique contemporaine malgré quelques nostalgiques du droit naturel (comme Léo Strauss).

Cependant, le déclin des théories du droit naturel est tempéré par l’affirmation et la revendication de plus en plus universelle des droits de la personne.

 

Pour beaucoup, ce droit naturel joue le rôle de « censeur » vis-à-vis du droit positif et fonde ainsi l'autorité des lois.

Il s'entend comme le comportement rationnel qu'adopte tout être humain à la recherche du bonheur. Il prend ainsi sa source dans la nature humaine ; il correspond à l'ensemble des droits désignés comme « naturels » chez l'homme, en dehors de toute appartenance à une organisation sociale.

Chaque individu les possède dès sa naissance et par le simple fait qu'il est un être humain. Le droit naturel présente donc un caractère universel.

Ces règles ont pour origine l'instinct humain (l'homme est capable de les découvrir par l'usage de sa raison) et cherchent à établir ce qui est juste.

Elles ne peuvent donc être imposées par une quelconque autorité.

 

En CONCLUSION et résumé, le droit naturel pose comme principes :

– L'universalité des droits de l'homme ; imprescriptibles, inaliénables, inviolables, intemporels, innés, essentiels.

– D’abord : Le droit à la vie (la sûreté). Sans vie, pas de conscience, pas d’individu-apprenant faisant usage de raison, pas de liberté d’action, pas même de droit de l’homme.

– La liberté d'action de l'être humain : L’homme asservi, privé de liberté, n’est jamais qu’un objet dont on use comme d’un animal ou d’une machine.

C’est le sort réservé aux esclaves et aux criminels et délinquants, ceux-là ayant démontré leur propre « inhumanité ».

– Le droit à la propriété : Sans la liberté de consommer l’air que l’on respire, l’eau qui désaltère, les aliments qui nourrissent, le tout pour être détruit par métabolisation, il n’y a pas de vie, donc pas d’humanité.

Or, la métabolisation naturelle est le premier des droits d’appropriation, que même Proudhon ne pouvait pas nier pour en user, même s’il comparaît la propriété à un vol.

– Et on oublie souvent qu’un droit, même naturel, c’est un devoir qui s’impose : Les constituants de 1789 le rappellent heureusement.

Il est du devoir de chacun et de tous d’opposer « la résistance à l’oppression ».

Sans ce dernier « droit », tous les autres s’effondrent tôt ou tard comme l’Histoire le rappelle à toutes les époques.

La boucle est bouclée ces droits « naturels » ne font qu’un tout indissociable et universel propre à la nature humaine.

 

Assez clair (et court) pour toi, Vladimir ?

Repost 0
29 décembre 2013 7 29 /12 /décembre /2013 05:03

Vous et vos impôts…

 

Petite liste, non-exhaustive et sans intention de nuire…

Moins ambitieux que le budget 2013, le projet de loi de Finances 2014 modifie la fiscalité des ménages en profondeur, à la hausse comme à la baisse.

S’ajouteront en outre des mesures plus anciennes qui viendront alourdir la facture fiscale.

 

I – Les mesures concernant les revenus des ménages :

– L’avantage fiscal lié au quotient familial sera plafonné à 1.500 euros par demi-part au lieu de 2.000 euros.

– La majoration de pension de 10 % pour les retraités ayant eu trois enfants sera soumise à l’impôt sur le revenu.

– La réduction d’impôt pour les salariés bénéficiant d’un contrat de santé collectif sera supprimée (pour la part patronale).

– La réduction d’impôt tirée des différentes niches fiscales sera plafonnée à 10.000 euros, sauf exceptions (Malraux, cinéma…).

– Le cadre de l’investissement outre-mer évolue : À compter de l’été, les contribuables pourront recourir à un mécanisme de crédit d’impôt plutôt qu’à une défiscalisation.

– Après deux ans de « gel », le barème de l’impôt sur le revenu sera corrigé du niveau de l’inflation. Les seuils de revenus définissant les tranches d’imposition seront revalorisés au même rythme que les prix.

En outre, pour préserver les bas revenus, une « décote » diminuera, voire annulera l’impôt sur le revenu pour les contribuables proches des seuils d’imposition.

– En faveur des ménages « modestes », le seuil de revenu fiscal de référence, conditionnant l’accès à plusieurs exonérations d’impôt, sera revalorisé de 4 %.

 

II – Les mesures concernant le logement

– Afin de provoquer un « choc d’offre », la fiscalité des plus-values immobilières sur les terrains vierges est alourdie.

L’abattement pour durée de détention qui exonère les plus-values sur ces terrains au bout de trente ans va être supprimé à compter du 1er mars, voire du 1er juin dans certains cas.

– Un abattement exceptionnel de 25 % a été mis en place pour les cessions de biens immobiliers (hors résidences principales) intervenant entre le 1er septembre 2013 et le 31 août 2014.

La mesure est prolongée jusqu’à la fin de l’année dans certains cas (démolitions d’immeubles en zones tendues…).

– La durée de détention donnant droit à exonération totale d’impôt sur les cessions de biens immobiliers (hors résidence principale) est ramenée de trente à vingt-deux ans, avec un barème progressif.

– Les droits de mutation pourront augmenter dans certains départements, si ceux-ci choisissent de les relever à 4,5 %, contre 3,8 % actuellement.

 

III – Les hausses de TVA et les mesures de fiscalité verte

– Au 1er janvier, le taux normal de TVA, qui concerne la majorité des biens et services, passera de 19,6 % à 20 %.

Le taux intermédiaire, aujourd’hui à 7 %, qui bénéficie à différents secteurs (travaux de rénovation, hôtellerie-restauration, transport de voyageurs…), passera à 10 %.

En revanche, le taux le plus faible, qui s’applique aux produits de première nécessité comme l’alimentation, sera maintenu à 5,5 %.

Certaines exceptions ont été accordées : Pour le logement social et les travaux de rénovation des HLM (taux ramené de 10 % à 5,5 %), pour le secteur de la construction de logements intermédiaires (taux ramené de 20 à 10 %), pour les travaux de rénovation thermique des logements, ainsi que les travaux « induits » (taux ramené de 10 à 5,5 %), ou encore pour les tickets de cinéma (taux à 5,5 %).

– Une « taxe carbone » viendra renchérir les taxes existantes sur la consommation de carburants et combustibles (TIC) afin de prendre en compte leurs émissions carbone.

En 2014, seuls le gaz naturel, le fuel lourd et le charbon verront leurs tarifs augmenter légèrement.

En 2015, la hausse touchera le gazole, l’essence et le fuel domestique.

On peut ainsi anticiper qu’en 2015, un plein d’essence de 50 litres coûtera 1,30 euro de plus et un plein de diesel 1,45 euro supplémentaire.

– Le crédit d’impôt développement durable (CIDD), qui permet aux ménages de déduire une partie des travaux de rénovation, sera recentré seulement sur les ménages modestes, et sur les travaux lourds.

Certains travaux ne seront plus déductibles, comme ceux portant sur l’énergie solaire (panneaux photovoltaïques) et la récupération des eaux de pluie.

Les propriétaires bailleurs seront exclus du dispositif.

– L’éco-PTZ, prêt à taux zéro destiné à financer des travaux de rénovation des logements anciens, sera reconduit jusqu’à la fin 2015.

 

IV – Les mesures concernant le patrimoine

– Un mécanisme anti-optimisation concernant les redevables de l’ISF est prévu.

Il intègre les revenus des contrats d’assurance-vie dans la composition des revenus retenue pour la définition du plafond à 75 %.

Une mesure qui reprend en partie le mécanisme censuré par le Conseil constitutionnel l’an dernier.

– Un nouveau régime fiscal sur les plus-values de cession de valeurs mobilières entre en vigueur : Celles-ci sont désormais soumises au barème de l’impôt sur le revenu, avec des abattements allant de 50 % (à partir de 2 ans de détention), jusqu’à 65 % (au-delà de 8 ans), et 85 % pour les personnes qui investissent dans des PME de moins de dix ans.

– Les intérêts et dividendes perçus en 2013 seront pour la première fois soumis au barème de l’impôt sur le revenu.

L’abattement de 40 % sur les dividendes est maintenu, et les ménages déclarant moins de 2.000 euros d’intérêts par an pourront opter pour le prélèvement forfaitaire.

– Les droits de succession sur la transmission des contrats d’assurance-vie de plus de 700.000 euros (après abattement de 152.500 euros) passeront de 25 % à 31,25 %, avec des compensations pour les contrats investis en actions, dans le secteur du logement et dans l’économie sociale et solidaire (ils bénéficieront d’un abattement supplémentaire d’assiette de 20 %).

– Les prélèvements sociaux sur les primes de certains contrats d’assurance-vie souscrits avant 1997 vont augmenter.

Bon, il y en a d’autres, naturellement.

Vous avez voté pour « le changement, c’est maintenant », ne vous plaignez donc pas !

Et puis vous remercierez de ma part les auteurs de ces mesures « d’ajustement » plus « justes ».

 

V – Conseil pratique : Puisque la grève de l’impôt est interdite en « Gauloisie-fiscale » depuis quelques siècles, tentez donc de minorer, à chaque fois que c’est possible, vos assiettes taxables en les remplaçants par des revenus exonérés.

Il en reste encore.

Voire, consommez moins (puisque vous réduirez ainsi votre train-de-vie) : C’est la « victoire aux points » des « déclinistes ».

En espérant qu’elle sera provisoire.

Ou alors, déguerpissez tant que ce n’est toujours pas interdit, si vous n’y croyez pas !

 

Bonne fin d’année… « la jeunesse » !

Vous le méritez bien.

Repost 0
Published by I-Cube - dans Loi de finances
commenter cet article
28 décembre 2013 6 28 /12 /décembre /2013 05:01

Le sénateur écolo « J’y-Vais-Pressé » doit 18.000 euros de contraventions !

 

– Et encore, il aurait déjà réglé entre 6.000 et 7.000 euros d'amendes…

Comme quoi un écolo, ça ne roule pas forcément en vélo…

Et sait ce qu’est une voiture « pas-à-lui » !

Heureusement, dans sa « bonne foi » d’élu-honnête, il n'a pas contesté ces infractions, ni le bénéfice d’une voiture de fonction.

Meilleur avec un volant qu'avec des chiffres, il s’excuse désormais qu'il « n'est pas un homme de chiffres », et « pas très bon avec les papiers ».

Bien meilleur avec un volant entre les pognes, apparemment...

On se demande ce qu’il sait faire d’autre, finalement.

 

– Effet de son manque de moyens financiers de « has-been » de la politique, pour assister à un match de rugby de Dz, il resquille et finit à l’hôpital, la main déchirée.

Sauter les barbelés, ce n’est manifestement plus de son âge…

Mais du coup, il nous gratifie de la contrepèterie de la semaine :

« « Bébé-Roux » victime d'une chute à Pau ».

 

– C’est en Italie : Un conseiller régional payait 36.000 euros par an sa secrétaire pour coucher avec lui.  

Elle travaillait en tant que secrétaire, mais ses fonctions ne se limitaient pas à prendre des rendez-vous.

Un véritable « contrat sexuel », puisqu’elle devait coucher avec lui quatre fois par mois.

Un contrat en bonne et due forme, rédigé et signé des deux parties, celui qui liait Luigi De Fanis, 53 ans, conseiller régional à la Culture des Abruzzes et sa secrétaire de 32 ans.

36.000 euros par an pour quatre passes par mois, ça fait monter les enchères à 750 € « le coup »…

Encore un qui a lu ce blog jusque-ici :

http://infreequentable.over-blog.com/article-pour-que-cessent-definitivement-tous-les-abus-74458071.html mais n’y a rien compris !

Car il s’agissait d’une convention synallagmatique consentie à « titre gratuit ».

 

– 16.600 fonctionnaires de plus en 2012, nous annonce-t-on.

La fonction publique représente 19,9 % des 27.008.000 laborieux-putatifs de « Gauloisie-ultra-libérale ».

« Bling-bling » avait instauré la règle du non-remplacement d'un fonctionnaire sur deux partants à la retraite. Son successeur, « François III », avait promis de stabiliser les effectifs de l'État.

Finalement, il les a plutôt renforcés…

Résultat, le pays compte désormais 5.374.600 agents, titulaires ou non, au service de l'État (45 % d'entre eux), des collectivités territoriales (34 %) ou des hôpitaux (21 %), selon des chiffres publiés par « Lyne-sait ».

Soit 16.600 agents de plus qu'en 2011.

Ce sont les collectivités territoriales qui ont vu leurs effectifs augmenter le plus (+ 1,7 %) en 2012. Le choc va être d'autant plus rude pour elles alors qu'en 2014 et 2015, il est prévu qu'elles se serrent nettement la ceinture puisque leurs dotations vont considérablement baisser (les fameuses économies promises).

Les hôpitaux aussi ont vu leurs rangs gonfler (+ 0,7 %).

En revanche, l'État a diminué la main d'œuvre à son service (– 1 %), notamment grâce à la règle instaurée par « Bling-bling » et intégrée dans le budget 2012.

Mais elle a été occise dès avant le second semestre…

Pour 61 % des gaulois, il est nécessaire de réduire le nombre de fonctionnaires, quitte à fermer certains services publics.

La RGPP, lancée en 2007 par la droite au pouvoir, a entraîné une baisse conséquente de l'emploi dans la fonction publique d'État : – 6,8 % entre 2000 et 2011 et la suppression de 173.666 postes.

On est donc reparti à la hausse…

Notez qu’avec 5.174.000 de chômeurs (vrais et à temps réduit), 16.459.400 laborieux-privés se mettent tous ensemble pour payer 10.548.600 personnes.

Un rapport de 1,56 pour 1 : Pire que pour les régimes de retraite.

 

– À propos d’agents consciencieux, la question se pose désormais après un contrôle de l'Urssaf dans un bar breton…

Le fait de prendre et de rapporter son verre ou son plateau au comptoir peut-il s’apparenter à du travail dissimulé ?

C’est la question que pose un contrôle Urssaf réalisé dans le bar « Mamm Kounifl » situé à Locmiquélic (Morbihan).

C’est un bar comme il en existe tant d’autres : « Les clients vont chercher leurs consommations. Il leur arrive aussi de rapporter leurs verres sur un plateau à l'heure de la seconde tournée, y compris en terrasse », explique Le Télégramme.

Des actes qui ne passent pas inaperçus pour deux inspecteurs de l’Urssaf, qui considèrent alors que « les clients se comportent comme des serveurs ».

Et de préciser : « Nous avons constaté la présence en action de travail de Mme XXXL et de M. XY. Or, ces deux personnes n’étaient pas déclarées ».

Et de réclamer le paiement d’une amende de 7.900 euros pour « travail dissimulé », puisque c’est un délit et qu’un fonctionnaire assermenté est obligé, même en vacances, de faire son boulot et de dénoncer les délits ou crimes dont il aurait eu connaissance jusqu’à en rédiger un PV d’infraction.

« Je précise que les deux clients en question sont salariés : la première est contractuelle dans un musée, le second travaille dans la fonction publique hospitalière », précise l’avocate de la gérante du bar.

Et l’Urssaf de passer derrière et de réclamer près de 9.000 euros (après pénalités).

Les McDo, restauroutes et autres Flunch doivent-ils s’inquiéter ?

Non !

Ces gars-là, ayant réussi des concours particulièrement difficiles pour avoir le droit et les devoirs de faire caguer le citoyen-moyen ont oublié que « le fait qu’un client rapporte son verre ou son plateau ne relève pas de la subordination, car il ne peut pas être sanctionné ou licencié s’il ne le fait pas. Il n’y a donc pas travail dissimulé… » analyse le juriste « privé » (tout comme les gendarmes qui ont classé l’affaire sans suite).

Peut-être que ces contrôleurs-là devraient repasser leur concours, hein ?

 

– Mark Zuckerberg, en difficulté financière et fiscale va vendre 41 millions d'actions « Fesse-book » pour une valeur totale de 2,3 Md$, dont 1 milliard qu'il redistribuera à des organisations de charité.

L'opération doit lui permettre de couvrir l'imposition sur la levée de stock-options.

S’il a besoin d’être tondu, qu’il vienne donc en parler à « François III » : Il lui déroulera le « tapis-rouge » promis par « Camé-Rhône » à nos traders…

 

– L'Autorité de la concurrence estime que les VTC ne font pas concurrence aux taxis et que le délai de 15 minutes entre la commande et la prise en charge d'un client envisagé par le gouvernement est « une distorsion de concurrence »…

Heureusement, les taximen ne savent plus lire, les yeux rivés qu’ils ont sur la « folle de Tom-tom » de GPS.

 

– Standard & Poor's maintient son AAA à la GB, saluant son « exceptionnelle souplesse monétaire » et le retire à l'Union européenne.

Un parti pris pour une monnaie qui bat de l’aile depuis des années ?

 

– Le premier ministre accorde 20 M€ de primes à ses Ministres et leurs collaborateurs.

Les mieux lotis : Matignon et les Affaires sociales (13.000 € par tête en moyenne), pas mal non plus chez « Moscou-vicie » (10.900 €) ou chez « Sicile-Des-flots-verts » (10.192 €)…

Les moins bien servis : « Le Fol-agriculteur » : 4.939 € ; La « Garde-des-sots » : 5.817 € et chez… « Valse » : 6.141 €.

Une petite vengeance personnelle ?

Attention tous les ministres ne consomment pas la totalité de l'enveloppe des primes qui leur sont allouées.

Et gardent le reste pour les « faux-frais » et prime au tableau de maître.

Ainsi, en 2012, « Air-Eau » n’a consommé que 58 % de la somme qu’il s’était imparti…

 

– Pour Noël, « Bling-bling » nous rejoue sur « fesse-book » la séquence de la résurrection et annonce : « Je serai toujours là parmi vous » !

Mais je n’en veux pas, de celui-là !

Le seul Président ayant été capable de hacher menu son propre programme, de trahir ses promesses électorales dès les premiers jours de son quinquennat et en plus de se faire battre par le « premier-venu »…

On en soupe encore assez comme ça de ses konneries !

Et en plus, il savonne avec constance et conscience la planche à son ex-ministre qui se voyait déjà élue maire de Paris !

6 ans de « gestion soce » de la kapitale après 13 ans de « De-la-nuée »…

J’en fais des cauchemars.

Mais bâillonnez-le, celui-là !

Mettez-lui la camisole de force et envoyez-le au bagne, qu’on ait la paix deux minutes !

Repost 0