Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

D'où Erre-Je ?

  • : L'ignoble infreequentable
  •                                  L'ignoble infreequentable
  • : La seule question à laquelle personne ne sait répondre reste : la place de l'Etat. Quel est son rôle ultime ? Le reste n'est alors que dérives quotidiennes pour soi-disant, le "bonheur des autres" avec "le pognon des autres". Bonne lecture
  • Contact

Pas de quoi rire

Pauvre Marianne...

Un peu de pub :

Référencé par
Meta-Referencement
http://www.meta-referencement.com

BlogueParade.com - Annuaire des Blogues francophones

Recherche

Infreequentable en autochtone


Albanais :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=sq

Anglais :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=en

Allemand :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=de

Arabe :
http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=ar

Bulgare :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=bg

Catalan :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=ca

Chinois simplifié :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=zh-CN

Chinois traditionnel :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=zh-TW

Coréen :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=ko

Croate :
http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=hr

Danois :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=da

Espagnol :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=es

Estonien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=et

Finnois :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=fi

Galicien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=gl

Grec :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=el

Hébreu :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=iw

Hindi :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=hi

Hongrois :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=hu

Indonésien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=id

Italien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=it

Japonais :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=ja

Letton :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=lv

Lituanien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=lt

Maltais :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=mt

Néerlandais :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=nl

Norvégien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=no

Polonais :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=pl

Portugais :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=pt

Roumain :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=ro

Russe :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=ru

Serbe :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=sr

Slovaque :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=sk

Slovène :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=sl

Suédois :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=sv

Tagalog :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=tl

Tchèque :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=cs

Thaï :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=th

Turc :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=tr

Ukrainien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=uk

Vietnamien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=vi

Les Ex-Archivés

Amis visiteurs !

Oui, entrez, entrez, dans le « Blog » de « l’Incroyable Ignoble Infreequentable » !
Vous y découvrirez un univers parfaitement irréel, décrit par petites touches quotidiennes d’un nouvel art : le « pointillisme littéraire » sur Internet. Certes, pour être « I-Cube », il écrit dans un style vague, maîtrisant mal l’orthographe et les règles grammaticales. Son vocabulaire y est pauvre et ses pointes « d’esprit » parfaitement quelconques. Ses « convictions » y sont tout autant approximatives, changeantes… et sans intérêt : Il ne concoure à aucun prix littéraire, aucun éloge, aucune reconnaissance !
Soyez sûr que le monde qu’il évoque au fil des jours n’est que purement imaginaire. Les noms de lieu ou de bipède et autres « sobriquets éventuels » ne désignent absolument personne en particulier.
Toute ressemblance avec des personnages, des lieux, des actions, des situations ayant existé ou existant par ailleurs dans la voie lactée (et autres galaxies) y est donc purement et totalement fortuite !    
En guise d’avertissement à tous « les mauvais esprits » et autres grincheux, on peut affirmer, sans pouvoir se tromper aucunement, que tout rapprochement des personnages qui sont dépeints dans ce « blog », avec tel ou tel personnage réel ou ayant existé sur la planète « Terre », par exemple, ne peut qu’être hasardeux et ne saurait que dénoncer et démontrer la véritable intention de nuire de l’auteur de ce rapprochement ou mise en parallèle !
Ces « grincheux » là seront SEULS à en assumer l’éventuelle responsabilité devant leurs contemporains…
8 juillet 2013 1 08 /07 /juillet /2013 04:02

Eh bien détrompez-vous totalement !

 

Tout le monde l’est à s’espionner mutuellement !

Ah oui, en revanche, ce serait dégueulasse d’espionner aussi la vie des diplomates… nous assure-t-on.

Mais parfaitement honnête pour tous les autres citoyens du monde, pensez donc !

Faut-il être niais pour raconter sans frémir de pareilles âneries…

 

Que même je t’en empêche un président en exercice (certes, d’un sous-état éloigné aux antipodes qu’est la Bolivie des droits de l’homme) de survoler notre espace aérien des … droits de l’homme, pays qui a signé toutes les conventions relatives au transport aérien, même celles relatives à la réorganisation du « contrôle aérien » contre quelques « nantis » qui en ont fait grève encore récemment, des fois qu’ils aient à bosser un peu plus…

Je sais, j’ai pris le « tas de boue à roulette » ce jour-là, tellement chez les cheminots-nationaux c’était le boxon prévu pour d’autres raisons statutaires…

Bé oui, on soupçonnait l’espion-repenti d’être à son bord.

 

Comme quoi, le « renseignement », il a encore des failles et a franchement besoin d’améliorer ses systèmes d’écoute et d’information, parce que le gusse, on pouvait encore le croiser dans la zone de transit d’un aéroport dont il ne peut plus sortir, faute de papier en règle… détenu de facto par le FSB.

Me font marrer, tous ces fats !

 

Et qu’il a fallu attendre le 4 juillet dernier pour que « Le Monde », repris en chaîne par toute la « presse-aux-ordres » finisse par dire enfin ce que tout le monde sait depuis des lustres : La « Gauloisie-des-écoutes » a aussi son système d’espionnage à grande échelle.

Similaire à celui des États-Unis révélé par Edward Snowden.

 

Tout y passe : Vos relevés téléphoniques, vos SMS, vos courriels, vos connexions à Facebook ou Twitter, vos fax.

L’ensemble des communications « électromagnétiques émis par les ordinateurs ou les téléphones (…) tout comme les flux (avec) l'étranger » sont collectés et stockés systématiquement pendant des années par la Direction Générale de la Sécurité Extérieure (DGSE), nos espions à nous, explique le quotidien.

Et je peux en témoigner quand un « service qui n’existe pas » faisait stationner une camionnette, bourrée d’antennes discrètes, pendant des semaines alors que j’écrivais « Opération Juliette-Siéra », jusque sous mes fenêtres.

Quand j’eu terminé de l’avoir mis en ligne sur « Google », elle a décampé.

Je dis bien pendant des semaines et « sur » le trottoir, pas « le long » du trottoir : Bien plus d’un mois sans une contravention ni même une demande d’enlèvement par les flics du quartier pourtant prompts à sortir le carnet à souche !

 

Un système exploité « en toute discrétion, en marge de la légalité et hors de tout contrôle sérieux », non seulement par la DGSE mais aussi par les sept autres services de renseignement, dont la DCRI, les douanes ou Tracfin et quelques autres, que sont notamment le fisc et associés.

 

Ce système n’était pourtant pas totalement passé sous silence puisque son existence est mentionnée dans des termes peu clairs pour les néophytes dans quelques rapports parlementaires, nous dit-on, notamment dans un rapport de la délégation parlementaire au renseignement. Celui-ci évoque que « depuis 2008 (…) des progrès » ont été réalisés « en matière de mutualisation des capacités, notamment en ce qui concerne le renseignement d’origine électromagnétique opéré par la DGSE au profit de l’ensemble de la communauté des renseignements ».

 

Et c’est moins les contenus qui sont visés par les recherches que les « contenants » par ce système baptisé sobrement « infrastructure de mutualisation ».

« Il est plus intéressant de savoir qui parle et à qui que d'enregistrer ce que disent les gens », explique Le Monde, expliquant qu’ainsi, « ce Big brother » peut créer le « journal intime numérique d’une personne en recueillant toutes les « métadonnées ». »

Qui appelle qui, quand, combien de temps, combien de fois, cette opération est renouvelée pour des millions d’abonnés mais aussi pour toute l’activité Internet qui passe par Google, Facebook, Twitter, Microsoft, Apple, Yahoo! Et jusque dans mon maquis-corse, mais seulement quand « ça passe ».

Et ça ne passe pas partout, notamment dans « mon bled » : J’y ai une paix royale, sauf quand je descends en ville…

 

Logique, si les « écoutes », c’est-à-dire la retranscription d’une conversation, d’un contenu, son analyse, sont réglementées, limitées, contrôlées, préalablement décidées par un magistrat spécialement affecté, le reste ne l’est évidemment pas !

Un système « a-légal », un trou-noir juridique.

 

Ces milliards de données sont stockées dans les sous-sols de la DGSE, boulevard Mortier et l’énergie dégagée par l’activité numérique permet même de chauffer les locaux !

Le but est bien naturellement de lutter contre le terrorisme et assurer la sécurité du pays mais (votre « bonheur à vous » sans que vous ne l’imaginiez), relève le journal. Même si le système exploité par l’ensemble des renseignements n’est sous le contrôle d’aucune autorité et le champ d’exercice du système est bien plus large.

Sauf qu’il est « militaire »… et : « Le libellé très flou de la protection de la sécurité nationale permet notamment d'identifier les entourages de personnalités au plus haut niveau de l'État, quelles que soient leur qualité et la nature des liens espionnés », développe le journal.

 

Un système qui serait illégal, d’après la CNIL, qui n’a ceci-dit aucun accès aux fichiers de la DGSE ou de la DCRI.

« Chaque demande de réquisition de données ou d'interception est ciblée et ne peut pas être réalisée de manière massive, aussi quantitativement que temporellement. De telles pratiques ne seraient donc pas fondées légalement », a-t-elle expliqué.

Teuteuteu : N’est à déclarer à la CNIL que l’existence de fichier de stockage de données « nominatives ».

Perso, j’en constitue aussi, je les exploite et puis je les détruis pour ne garder que l’étude qui les a fondés.

Et du coup, je n’ai rien à déclarer, puisque ça n’existe plus.

 

Matignon, comme la délégation parlementaire au renseignement et la Commission nationale de contrôle des interceptions de sécurité (CNCIS), contestent les conclusions du Monde.

Les données techniques des communications sont collectés par « le Groupe interministériel de contrôle (GIC), sous les Invalides, sur autorisation du premier ministre et après avis de la CNCIS », rapporte le journal.

Parfaitement authentique : Mais il s’agit d’écoutes, d’interceptions, de « flicages », « actifs » pourrait-on rajouter, pas le fait de stocker des données que personne n’aura peut-être à exploiter, à analyser, mais prêtes et disponibles à tous les usages.

 

Tout cela ne serait rien si en plus vous appreniez (je ne sais pas quand, mais ça va forcément sortir un jour ou l’autre) que tous vos déplacements hors de chez vous sont suivis en permanence depuis votre téléphone portable, ou avec le réseau de surveillance télévisuelle de la voie publique, dans les villes, les réseaux ferrés, le métro, sur les autoroutes, les carrefours, les magasins sous télésurveillance.

Il y a des caméras partout autour de vous et vous ne les voyez même plus.

Même devant un distributeur de billet, une machine qui vous délivre un ticket de bus.

Les anglais font très fort puisqu’il y aurait au moins une caméra par habitant, sinon plus et quelques puissants logiciels de reconnaissance faciale qui fonctionnent parfaitement contre les hooligans !

Les allemands en sont aussi équipés et plein d’autres pays, sans que personne ne s’en vante.

 

On vous a dit ici tout le bien qu’on pensait du fichier « Stic », mais aussi celui nommé « Edvige ».

Ils sont à disposition de « toutes autorités » présumées.

On vous reparlera du programme « Promis », qui trace absolument toutes les transactions financières à travers le monde.

Au démarrage pour la lutte contre le trafic de drogue aux USA sous l’égide du ministère de la justice, il y a des décennies de ça.

Mais comme il est capable de lire et déchiffrer toutes les données, même sous DOS ou COBOL, la NSA l’utilise en permanence.

 

Déjà, il y a trente ans, on vous identifiait avec votre carte-bleue ou votre chéquier, on savait ce que vous achetiez, pourquoi à telle heure et pas à telle autre, là plutôt qu’ailleurs, comment vous réagissiez devant une promotion, quand on vous motivait pour un « achat-spontané ».

On savait d’où vous veniez, pourquoi vous préfériez la marque tartempion plutôt que la marque trucmuche.

On vous fliquait même sans les codes-barres : Mon « pote Dédé », celui qui faisait des études de marché pour quelques leaders de divers métiers, te nous inventait des « prix à 7 centimes ». Automatiquement, vous étiez fichés grâce aux caisses enregistreuses, dateuses et horodateuses.

On pouvait même savoir combien vous aviez de gosses et qui était la meuf qui poussait votre caddie.

Avec la loi Hadopi (et la suivante), tout le monde est finalement un criminel qui s’ignore.

 

Je ne vous dis même pas ce qu’il y a sur votre carte vital et tous vos petits secrets médicaux, les douleurs ici ou ailleurs, demain le nombre de vos orgasmes quotidiens (et avec qui si c’est partagé et géo-localisé » au même moment), votre taux de sucre et votre tension dans ces moments d’intimité et tout le long de la journée, pour peu que vous acceptiez de vous faire pister par une puce sous-cutanée.

C’est dès aujourd’hui et, pour demain, ce sera imposé pour « votre santé », vous dira-t-on.

Ils en déjà sont à tester le télédiagnostic permanent.

Ou occasionnel.

On installait même des « puces » pour payer sans monnaie vos consommations à Barcelone, demain pour empêcher votre voiture de démarrer si vous êtes bourré et au volant.

N’acceptez jamais le confort de payer quoique ce soit avec votre futur Smartphone.

Un jour, celui que vous aurez déplu, il vous enverra un Scud à la tronche…

 

Alors bien-sûr, tout cela s’est perfectionné, automatisé avec l’avènement de l’électronique, puisque grâce au RFID, ces étiquettes pas plus grosses qu’un cheveu, on en arrive à lire ce qu’il y a dans votre frigo, dans votre armoire à linge, à pharmacie, à chaussures.

On parvient à décortiquer ce qu’il y a dans votre poubelle sans que vous ne le sachiez et de quelle usine du bout du monde vient l’emballage, jusqu’à retracer tout son parcours depuis la Mongolie extérieure…

Et de plus en plus en direct.

 

Alors quoi, que nos ministres ne prennent même pas les plus élémentaires précautions pour ne pas faciliter l’espionnage tous azimuts, et en plus de s’en offusquer jusqu’à demander des comptes à un seul de nos alliés alors que tous font la même chose, j’avoue que ce fut pour moi une grosse rigolade ce jour-là !

On voudrait nous prendre pour des kons, qu’on ne ferait pas autrement, finalement.

J’adore ce pays, notamment pour sa haute densité de fats impuissants.

Pas vous ?

 

En attendant, la dictature de « Big-brother » est en marche depuis des années et des années et on veut qu’on s’offusque de nos alliés américains.

Bé moi, je n’oublie pas encore les plages du débarquement, figurez-vous.

Je n’étais pas né, mais je me rappelle tout même.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

I-Cube 08/07/2013 18:45


Alors oui OK !


De toute façon, on ne peut guère aller plus avant que l'invention du téléphone...


 


Ce qui me fait marrer d'ailleurs, parce qu'avec notre retard en matière de téléphone avant guerre (la seconde), les écoutes existaient déjà.


Ma grand-mère, quand on l'appelait en "Corsica-Bella-Tchi-tchi" (ils ont posé 20 km de fil rien que pour elle au tout début), elle ne disait rien.


Tu sais le truc avec la manivelle ou tu demandais une ligne pour avoir le "22 à Asnières" et que tu patientais des plombes avant d'avoir ton correspondant.


"Ca va ? - Ca va ! - Il fait beau ? - Je ne peux pas dire. Les murs ont des oreilles ici..."


Fallait comprendre que l'opératrice installée dans la ville la plus proche écoutait nos conversations et que ça lui remontait aux oreilles par le facteur qui en remplissait tout le village :
Alors, elle ne disait plus rien !...


Charmant, n'est-ce pas ?

Incognitototo 08/07/2013 18:26


Oui, mais ça, c'est de l'espionnage classique qui existe depuis la nuit des temps...

Non, je parle de la mise en place d'un système d'écoute électronique des télécommunications, généralisé, automatisé, non discriminant et systématique...

On est vraiment en pleine tartufferie médiatique...

I-Cube 08/07/2013 15:49


Oh, même avant, l'ami !


 


En fait depuis l'assassinat de William McKinley en 1901.


Là, ils ont commencé à cormprendre qu'ils n'étaient pas seuls au monde et c'est en 1916 que le secrétaire d'Etat Robert Lansing a commencé à financer, sur ses propres deniers privés le Bureau of
Secret Intelligence.


Devenue pkus tard l'OSS.


 


Mais bon, entre Fouché et Tallayrand, on avait encore (et on a toujours) quelques longueurs d'avance, tu sais !

Incognitototo 08/07/2013 15:40


Depuis 1947, pour être précis... et le développement "d'Echelon"...

I-Cube 08/07/2013 09:16


Je chercais le nom quand j'écriavsi ce post : Le cimetière militaire de Colleville sur mer.


Et à chaque fois que j'y vais, un petit bout de territoire américain à jamais implanté en Normandie, je chiale comme Madeleine au pied de la croix du Christ.


Parce que ça fait mal, très mal.