Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

D'où Erre-Je ?

  • : L'ignoble infreequentable
  •                                  L'ignoble infreequentable
  • : La seule question à laquelle personne ne sait répondre reste : la place de l'Etat. Quel est son rôle ultime ? Le reste n'est alors que dérives quotidiennes pour soi-disant, le "bonheur des autres" avec "le pognon des autres". Bonne lecture
  • Contact

Pas de quoi rire

Pauvre Marianne...

Un peu de pub :

Référencé par
Meta-Referencement
http://www.meta-referencement.com

BlogueParade.com - Annuaire des Blogues francophones

Recherche

Infreequentable en autochtone


Albanais :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=sq

Anglais :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=en

Allemand :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=de

Arabe :
http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=ar

Bulgare :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=bg

Catalan :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=ca

Chinois simplifié :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=zh-CN

Chinois traditionnel :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=zh-TW

Coréen :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=ko

Croate :
http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=hr

Danois :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=da

Espagnol :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=es

Estonien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=et

Finnois :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=fi

Galicien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=gl

Grec :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=el

Hébreu :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=iw

Hindi :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=hi

Hongrois :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=hu

Indonésien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=id

Italien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=it

Japonais :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=ja

Letton :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=lv

Lituanien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=lt

Maltais :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=mt

Néerlandais :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=nl

Norvégien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=no

Polonais :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=pl

Portugais :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=pt

Roumain :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=ro

Russe :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=ru

Serbe :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=sr

Slovaque :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=sk

Slovène :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=sl

Suédois :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=sv

Tagalog :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=tl

Tchèque :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=cs

Thaï :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=th

Turc :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=tr

Ukrainien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=uk

Vietnamien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=vi

Les Ex-Archivés

Amis visiteurs !

Oui, entrez, entrez, dans le « Blog » de « l’Incroyable Ignoble Infreequentable » !
Vous y découvrirez un univers parfaitement irréel, décrit par petites touches quotidiennes d’un nouvel art : le « pointillisme littéraire » sur Internet. Certes, pour être « I-Cube », il écrit dans un style vague, maîtrisant mal l’orthographe et les règles grammaticales. Son vocabulaire y est pauvre et ses pointes « d’esprit » parfaitement quelconques. Ses « convictions » y sont tout autant approximatives, changeantes… et sans intérêt : Il ne concoure à aucun prix littéraire, aucun éloge, aucune reconnaissance !
Soyez sûr que le monde qu’il évoque au fil des jours n’est que purement imaginaire. Les noms de lieu ou de bipède et autres « sobriquets éventuels » ne désignent absolument personne en particulier.
Toute ressemblance avec des personnages, des lieux, des actions, des situations ayant existé ou existant par ailleurs dans la voie lactée (et autres galaxies) y est donc purement et totalement fortuite !    
En guise d’avertissement à tous « les mauvais esprits » et autres grincheux, on peut affirmer, sans pouvoir se tromper aucunement, que tout rapprochement des personnages qui sont dépeints dans ce « blog », avec tel ou tel personnage réel ou ayant existé sur la planète « Terre », par exemple, ne peut qu’être hasardeux et ne saurait que dénoncer et démontrer la véritable intention de nuire de l’auteur de ce rapprochement ou mise en parallèle !
Ces « grincheux » là seront SEULS à en assumer l’éventuelle responsabilité devant leurs contemporains…
29 juillet 2013 1 29 /07 /juillet /2013 04:04

Pour faire plaisir à Inco et autres « anti-sauvage »

 

Dans ce pays, il a fallu compter trois grandes réformes successives de son système social, réputé être l’un des plus performants du monde. Entre 2007 et 2012, ce pays est passé du 2ème au 6ème rang dans le classement de l’OCDE des dépenses sociales en pourcentage du PIB (28,2 % contre 32,1 pour la « Gauloisie-patriotique » qui est en tête du classement).

Pourtant, le montant de ses dépenses sociales a augmenté, mais contrairement aux autres pays de l’OCDE, de façon contrôlée.

Ainsi, au plus fort de la crise, il n’a été enregistré qu’une hausse de 0,9 % de ses dépenses sociales contre une hausse de 3,7 % dans notre hexagone, qui conserve la 1ère marche du classement des augmentations.

En masse, ça représente 207,5 Md€, dont 119,4 de cotisations sociales (57,5 %) et 82,3 d’impôts soit 39 %, dont 5,8 Md€ de financements des communes (2,7 %)

 

Ca pays démontre donc qu’il est possible de délivrer un service social de qualité sans exploser les coûts et ce, en réformant les retraites, les allocations chômage, en rationalisant l’administration sociale et en appliquant une véritable politique de baisse de la dépense publique.

 

Une première réforme des retraites qui passe à une gestion publique-privée ; une seconde réforme structurelle créant plus de 300 agences chargées d’administrer les questions sociales dans le pays ; et une dernière réforme de l’assurance chômage chargée d’inciter les personnes à retrouver un emploi rapidement.

L’actuel gouvernement entend d’ailleurs, à terme, rendre l’affiliation à l’assurance chômage obligatoire, car elle ne l’est pas encore, tellement ils restent « libéraux-avancés ».

Le montant des aides est calculé tous les ans par l’Office national des statistiques qui fixe un montant de base servant de variable à toutes les allocations.

 

L’État est l’entité responsable de la protection sociale dans le pays et non pas comme chez nous, laissé à un paritarisme parasitaire.

Les compétences sont partagées entre les ministères de la Santé et des Affaires sociales, qui assument l’intégralité des prestations sociales hormis l’assurance chômage de base qui ressort du ministère du Marché du Travail et de l’Emploi.

 

1 – Les retraites : Début 2000, la réforme des retraites adoptée en 1994 entre en application dans le pays. Elle introduit un double régime des retraites, par répartition et par capitalisation.

La période de transition s’étend jusqu’en 2018 et ne s’applique pas aux personnes nées avant 1938.

Nés entre 1938 et 1953, les bénéficiaires naviguent entre l’ancien et le nouveau système qui s’applique intégralement aux personnes nées après 1953.

Le nouveau système se partage donc entre une pension vieillesse de base issue d’un système par répartition financé par les cotisations sociales patronales (10,21 %) et salariale (7 %).  

Les cotisations pour l’assurance vieillesse étant les seules à s’appliquer à l’ensemble des travailleurs et des employeurs, sans condition de ressources.

Une pension complémentaire issue d’un système par « capitalisation » et financé par les cotisations des affiliés aux 800 autorités de gestion des pensions agréées par l’État qui gèrent les fonds reçus.

Ces deux pensions peuvent être versées dès 61 ans même si le bénéficiaire continue de travailler. Dans ce pays, il n’existe pas d’âge légal de départ à la retraite comme chez nous.

D’ailleurs, il affiche l’un des taux d’emploi des seniors des plus élevés : Plus de 70 % en 2013.

Alors que la moyenne européenne est à 46,3 % et la « Gauloisie-Laborieuse » enregistre un taux inférieur à 40 %.

 

Dans ce cas de figure, les crédits de pension continuent à s’accumuler.

La retraite est ensuite calculée au moment de la demande de liquidation : Son calcul prend en compte le nombre d’années de travail, les périodes de chômage, les congés parentaux, l’espérance de vie du bénéficiaire et le nombre de naissances de son foyer au moment de la demande de liquidation comme chez nous.

Un suivi de la retraite « fictive » est également organisé pour tous les travailleurs qui reçoivent tous les ans un courrier les informant du montant de leur future pension de retraite.

 

Il existe une pension complémentaire, financée par l’impôt, au profit des personnes ayant une petite pension, ou n’en bénéficiant d’aucune, qui peut être allouée aux personnes de plus de 65 ans qui ont résidé au moins 3 ans dans les frontières alors qu’il faut seulement 40 ans de résidence pour toucher une pension à taux plein gérée par les caisses.

Elle peut également être complétée par une allocation au logement et des aides alimentaires réservées aux personnes âgées.

Les retraites de base sont versées par l’Agence des pensions qui prend en charge, depuis janvier 2012, toutes les prestations en faveur des personnes âgées.

 

Aujourd’hui le financement de ce système des retraites est assuré à 84 % par les cotisations vieillesse et à 14 % par le nouveau système de capitalisation (cotisations des affiliés) pour un total de 11,9 % du PIB.

 

2 – L’autre réforme intervenue en 2005, touche la structure administrative de la protection sociale qui a été s’est rationalisée entre 3 principaux acteurs :

 

– Les prestations familiales de l’Assurance maladie et d’invalidité sont administrées uniformément sur le territoire par plus de 300 agences locales créées en 2005.

Ces agences fusionnent sous une même administration les 21 bureaux régionaux qui bénéficiaient chacun d’un statut juridique et de compétences propres.

Ce recentrage de l’administration sociale du pays a permis une clarification et une simplification des procédures.

À noter que l’État central est la seul autorité compétente en matière de protection sociale comme au Portugal, les communes n’agissant qu’à la marge et représentant moins de 3 % du financement de la sécurité sociale.

 

– L’indemnité chômage de base est versée par les caisses d’assurance chômage qui gèrent également les demandes. Les 30 caisses existantes sont toutes rattachées à une profession particulière, sauf une caisse commune et universelle où tous les métiers peuvent cotiser.

Le service public de l’emploi, équivalent de « Paul-en-ploie » exerce une mission d’accompagnement et de contrôle des avancées du bénéficiaire.

 

En 2007, le pays adopte une réforme du financement de l’assurance chômage, qui repose maintenant sur une participation volontaire.

Le montant de l’indemnité chômage représente de 50 à 80 % du salaire perdu et se compose de trois allocations différentes :

- Une aide de base nationale : Les demandeurs d’emplois non affiliés à une assurance chômage ne toucheront qu’une allocation de base en cas de perte de leur emploi, versée par la caisse d’assurance nationale.

- Une allocation complémentaire versée par les caisses d’assurance chômage pour les seuls adhérents. Les 3,3 millions d’adhérents financent plus de 40 % du coût total et le gouvernement souhaite étendre ce système à l’intégralité de la population en rendant obligatoire l’affiliation à une caisse d’assurance chômage, dans la logique des caisses d’assurances retraites.

- Un 3ème niveau d’allocation « assurance complémentaire pour perte de revenu » négocié entre le patronat et les syndicats. Cette allocation doit permettre aux demandeurs d’emploi d’obtenir un revenu équivalent à environ 80 % du salaire perdu.

 

L’indemnité chômage est versée pendant 300 jours pour les célibataires et pendant 450 jours pour les personnes avec des enfants à charge, le versement des indemnités est renouvelable une fois en cas de demande.

 

La réforme actuelle concerne 3 axes principaux :

- L’augmentation des cotisations individuelles des adhérents plafonnées à 27 euros par mois à une caisse d’assurance chômage contre une baisse de la part des financements de l’État.

Avant la réforme, l’État prenait en charge plus de 90 % des dépenses de l’assurance chômage mais sa contribution est tombée à 55 % du total (soit une économie de 10 milliards).

Par cette mesure, le gouvernement a voulu accentuer le caractère assuranciel du régime d’indemnisation du chômage.

- Le durcissement des conditions d’ouverture des droits. Ont accès aux indemnités chômage, les personnes ayant travaillé au moins 80 heures par mois pendant 6 mois au cours des 12 derniers mois, et les personnes ayant au moins 480 heures de travail réparties sur une période de 6 mois consécutifs, dont au moins 50 heures par mois, au cours des 12 derniers mois.

Pour les bénéficiaires des indemnités chômage de base, il faut être âgé de plus de 20 ans, être apte à travailler et inscrit dans une agence « Paul-en-ploie » qui surveille les avancées du demandeur d’emploi.

- Le montant dégressif des allocations dans la durée. L’indemnité chômage versée par les caisses d’assurance chômage s’élève à 80 % du salaire pendant les 200 premiers jours puis s’abaisse à 70 % du 201ème au 300ème jour (ou 450ème jour pour les personnes avec des enfants à charge).

En cas de refus d’une offre de travail convenable, l’indemnité est réduite de 25 % pour le premier refus, de 50 % pour le second et ce, pour une période de 40 jours.

À partir du troisième refus, l’indemnité chômage peut, peut seulement, être annulée.

 

Ce système de protection sociale repose essentiellement sur les cotisations patronales mais leurs taux varient en fonction des salariés et de leurs besoins spécifiques : La cotisation maximale s’élève à 31,4 % et s’applique à l’intégralité des travailleurs, le salaire touché devant dépasser les 114 euros/an.

 

Les employeurs de jeunes salariés et de seniors bénéficient d’une réduction des cotisations patronales :

- Pour les salariés nés entre 1938 et 1947, l’employeur ne cotise que sur l’assurance vieillesse (10,21 %).

- Pour les salariés nés en 1987 ou après, l’employeur ne cotise qu’à 15,49 % (soit l’assurance vieillesse et un quart du reste des cotisations).

 

Concernant les cotisations salariales, il n’en existe qu’une seule : Une cotisation particulière de 7 % servant à financer l’assurance vieillesse.

Elle ne s’applique pas aux travailleurs nés en 1937 ou avant.

Depuis 20 ans de réformes approfondies, ils privilégient les cotisations individuelles (obligatoires pour les retraites, optionnelles pour le chômage) dans des caisses d’assurances agréées par l’État.

 

3 – Le basculement du financement de la protection sociale vers le privé a été le résultat de 20 ans de réformes suite à la crise des années 1990, d’une baisse du montant de toutes les allocations et d’une baisse générale de la dépense publique.

En 20 ans, le pays a rationalisé sa dépense publique en privatisant certains secteurs (transports ferroviaires, télécommunications…) ou simplement en ouvrant ses services publics à la concurrence, notamment dans le cadre de la politique de santé aujourd’hui assurée à 27 % par des organismes privés.

À ces mesures s’ajoutent la libéralisation de l’Éducation nationale, la suppression du statut des fonctionnaires et la rationalisation du système social.

Toutes ces mesures cumulées ont permis à ce pays de réduire drastiquement ses dépenses publiques et d’afficher aujourd’hui un déficit de 0,7 % du PIB pour un endettement à 48,7 % (à comparer aux nôtre respectivement 4,8 % et 91 % pour la « Gauloisie-modèle » que le monde entier nous envie, mais qui n’est pas vraiment meilleur, au fond).

 

Question-clé : Vins-je de décrire le modèle anglo-saxon honni par nos ayatollahs de chez nous pour être « taxé » de « sauvages-libéraux » ?

Pas du tout, imaginez-vous bien : Il s’agit seulement de la « Suède-sociale », celle qui nous bat à plat-de-couture dans le niveau des prestations publiques depuis le plus jeune âge jusqu’à plafonner dans les 10 meilleurs mondiaux du classement Pisa…

 

C’est dire qu’avec un peu de bon sens et un minimum de sens de l’intérêt général, on parvient à des résultats qui font pâlir d’envie le pays du soleil de minuit !

Un beau rêve que nos « sachants » s’épargnent bien d’analyser, tous tellement sûrs de leurs incomparables supériorités dogmatiques.

Et juste pour mieux en rire, leur jour de libération fiscale à eux, c’était le 22 juillet, pendant que le nôtre a tardé 4 jours au-delà, le 26, hein.

Ou la théorie du meilleur emploi du denier public, SVP…

Partager cet article

Repost 0

commentaires

L'Ami-râle 02/08/2013 10:34


Bonnes vacances à vous !...

I-Cube 02/08/2013 10:41



Merci !


Prenez soin de vous en attendant.



I-Cube 02/08/2013 07:47


Comme disait ma grand-mère (celle de "mon cimetière"), à chacun sa croix...


Et c'est parfois un choix personnel, parfois un choix dicté par les circonstances.


Par la vie elle-même.


A vous de détecter ce qu'il y a de mieux pour vous et pour "vivre debout".


 


"Poucette", il va falloir que j'en refasse un post, parce qu'en entreprise (un truc en principe organisé et orienté pour survivre sur "son marché" en rendant le service attendue d'elle et de ses
membres), on passe actuellement à la "génération-Y" qui n'est pas facile de manager et demain à la "génération-Z", celle qui n'a pas encore 20 ans aujourd'hui.


Le "salarié-kleenex", le salarié "zappeur" va nous obligé à revoir complètement nos modes d'organisation et de production.


Déjà, avec les robots et les "micros-marchés" engendrés demain par l'impression 3D d'une part et les impératifs des méga-organisations sur les marchés internationaux, les "maîtres du monde" vont
devoir développer de nouvelles formes de coercition s'ils veulent survivre.


 


Un combat de Titans à venir qui se profile déjà à l'horizon court-termiste.


Et à plus long terme, vous avez lu le denier de mes chapitres sur la prophétie de "Jean-de-Jérusalem" reprise dans le roman de l'été...


Jusque-là, il ne s'est pas beaucoup trompé, alors, si on lui fait confiance pour la suite, voilà un cap tout tracé qui va suivre.


 


Bonne journée : Moi je me casse vers la grande bleue rapidement, tant que la clim' de mon "tas de boue à roulette" veut bien fonctionner.


Bien à vous !

L'Ami-râle 01/08/2013 20:23


La solution existe aussi d’ignorer les propositions parfois hasardeuses des toubibs et de mourir
de sa ῝belle mort῝…


J’ai eu suffisamment d’exemples pour être plus que méfiant envers les ῝solutions miracles῝ qui
détruisent un être humain et le torture médicalement pendant des mois.


Des souffrances qui sont bien pires que le calvaire du Christ !...


 


Les structures étatiques et religieuses, les maîtres du monde, ont effectivement le temps pour
elles, y compris pour cacher leurs magouilles !...


Mais cela devient de plus en plus difficile avec Internet, wikileaks, etc…


Les règles du jeu changent.


« Petite poucette » est là pour faire avancer le monde…


 

I-Cube 01/08/2013 07:50


Non pas possible ?


Vous êtes mal en point à ce point-là ?


Attendre fin septembre pour savoir que vous êtes foutu d'avance (comme tout le monde), vous n'avez pas un peu honte de creuser comme ça le trou de la séku à vous tout seul, là ?


D'autant que ça ne me paraît pas si "urgent" que ça : D'habitude, quand "ils" tiennent un bon client, "ils" l'exploitent un maximum sans tarder avant qu'il ne passe "l'arme à gôche"...


Bref, un "suspens-torride" où ils attendent de vous somatiser un maximum pour vous trouver quelque chose de grave.


 


Perso, je ne fréquente plus le corps médicale (pas même celui des "chaudes-infirmières") depuis que j'en ai dirigé (pour redressement de leur boutique) près d'une centaine dans une autre vie :
Même pas le médecin du travail, c'est dire !


Même mieux : Je ne suis toujours pas assuré social et je m'en porte pas plus mal !


 


Bon, si vous avez su faire rire votre "môman à vous", ce sont les meilleurs moments qu'elle a pu passé sur cette planète.


Pensez à faire de même pour "la Baronne".


 


Et tout ça vous laisse le temps de savoir pour Joël, ou ne serait-ce que d'avoir "une piste" pour comprendre.


 


C'est la force des Etats, des religieux et des "maîtres du monde" : Eux ont l'éternité pour eux.


Pas nous !


Et quand tout le monde aura été épuisé, leurs "petits-secrets" de fabrique et autres turpitudes sombrent dans l'oubli définitif.


 

L'Ami-râle 31/07/2013 19:41


En fait, compte-tenu de l’Omerta, je ne vois vraiment pas comment un tel dossier
sortirait.


Il n’y a qu’une une faillite de l’Etat, avec des conséquences encore inconcevables, qui pourrait
obliger les élus et les médias à répondre à cette question : « Comment en sommes-nous arrivés là… ».


 


Bonne idée ῝fesse book῝.


Je vais aller voir.


 


Les examens approfondis commencent fin août et je saurai à quoi m’en tenir à la fin
septembre.


Pour l’instant, la Baronne est mon « infirmière perso » depuis que j’ai été cassé par
le décalage horaire.


Elle a déjà tant fait, et tant supporté de la part d’un « Haddock déchainé », qu’elle
est bien entrainée…


 


Quant aux Kameulfs, on peut retenir leurs blagues…


Il faut savoir rigoler jusqu’au bout !... (J’ai vu avec ma « Môman à
moi »)…