Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

D'où Erre-Je ?

  • : L'ignoble infreequentable
  •                                  L'ignoble infreequentable
  • : La seule question à laquelle personne ne sait répondre reste : la place de l'Etat. Quel est son rôle ultime ? Le reste n'est alors que dérives quotidiennes pour soi-disant, le "bonheur des autres" avec "le pognon des autres". Bonne lecture
  • Contact

Pas de quoi rire

Pauvre Marianne...

Un peu de pub :

Référencé par
Meta-Referencement
http://www.meta-referencement.com

BlogueParade.com - Annuaire des Blogues francophones

Recherche

Infreequentable en autochtone


Albanais :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=sq

Anglais :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=en

Allemand :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=de

Arabe :
http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=ar

Bulgare :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=bg

Catalan :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=ca

Chinois simplifié :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=zh-CN

Chinois traditionnel :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=zh-TW

Coréen :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=ko

Croate :
http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=hr

Danois :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=da

Espagnol :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=es

Estonien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=et

Finnois :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=fi

Galicien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=gl

Grec :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=el

Hébreu :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=iw

Hindi :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=hi

Hongrois :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=hu

Indonésien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=id

Italien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=it

Japonais :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=ja

Letton :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=lv

Lituanien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=lt

Maltais :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=mt

Néerlandais :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=nl

Norvégien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=no

Polonais :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=pl

Portugais :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=pt

Roumain :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=ro

Russe :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=ru

Serbe :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=sr

Slovaque :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=sk

Slovène :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=sl

Suédois :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=sv

Tagalog :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=tl

Tchèque :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=cs

Thaï :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=th

Turc :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=tr

Ukrainien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=uk

Vietnamien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=vi

Les Ex-Archivés

Amis visiteurs !

Oui, entrez, entrez, dans le « Blog » de « l’Incroyable Ignoble Infreequentable » !
Vous y découvrirez un univers parfaitement irréel, décrit par petites touches quotidiennes d’un nouvel art : le « pointillisme littéraire » sur Internet. Certes, pour être « I-Cube », il écrit dans un style vague, maîtrisant mal l’orthographe et les règles grammaticales. Son vocabulaire y est pauvre et ses pointes « d’esprit » parfaitement quelconques. Ses « convictions » y sont tout autant approximatives, changeantes… et sans intérêt : Il ne concoure à aucun prix littéraire, aucun éloge, aucune reconnaissance !
Soyez sûr que le monde qu’il évoque au fil des jours n’est que purement imaginaire. Les noms de lieu ou de bipède et autres « sobriquets éventuels » ne désignent absolument personne en particulier.
Toute ressemblance avec des personnages, des lieux, des actions, des situations ayant existé ou existant par ailleurs dans la voie lactée (et autres galaxies) y est donc purement et totalement fortuite !    
En guise d’avertissement à tous « les mauvais esprits » et autres grincheux, on peut affirmer, sans pouvoir se tromper aucunement, que tout rapprochement des personnages qui sont dépeints dans ce « blog », avec tel ou tel personnage réel ou ayant existé sur la planète « Terre », par exemple, ne peut qu’être hasardeux et ne saurait que dénoncer et démontrer la véritable intention de nuire de l’auteur de ce rapprochement ou mise en parallèle !
Ces « grincheux » là seront SEULS à en assumer l’éventuelle responsabilité devant leurs contemporains…
12 novembre 2012 1 12 /11 /novembre /2012 05:02

Je ne m’en lasse pas…

 

« Le redressement est possible : la France a des atouts forts qu’elle doit valoriser »

 

Si le diagnostic à partager présente une situation d’urgence dans laquelle se trouve, non pas l’économie de « Gauloisie », mais sa seule industrie (12,5 % du PIB seulement…), justement « la désindustrialisation peut être combattue » affirme « Galle-Oie ».

 

Tout d’abord, parce que d’autres pays européens y réussissent : L’Allemagne bien sûr, mais aussi la Suède ou l’Italie du Nord peuvent également inspirer. Notamment quant aux bonnes pratiques à reprendre et adapter.

Ensuite, parce que notre pays présente de nombreux atouts, dont nous devons mieux prendre conscience que d’autres n’ont pas :

 

– Ce sont en premier lieu des pôles d’excellence mondiaux : L’industrie culturelle, le luxe, la pharmacie, l’industrie aéronautique et aérospatiale, l’industrie nucléaire, le tourisme.

Notre industrie a encore de solides positions. Ce sont également de grands groupes puissants plus nombreux qu’ailleurs. Beaucoup dénigrés, ils constituent cependant un avantage décisif dans la compétition internationale : lLs 200 premières entreprises françaises emploient 28 % des salariés des secteurs marchands, hors agriculture et activités financières.

Elles réalisent 62 % de la recherche industrielle et 50 % des exportations.

Mais justement, je note pour ma part que ces deux derniers secteurs s’accrochent encore à leurs positions : Leader dans les vignobles, challenger dans les industries-agro-alimentaire et la grande distribution.

Bien implanté sur des positions locales dans le monde de la finance…

 

– Contrairement aux idées reçues, le pays est une terre d’émergence de PME innovantes, souvent révélées par le programme des Investissements d’Avenir et par les projets collaboratifs des pôles de compétitivité. La création d’entreprises est plus active chez nous que chez la plupart de nos voisins.

Le problème des PME est de grandir sans se faire racheter, soit par les grands groupes nationaux (un moindre mal), soit, de plus en plus souvent, par des groupes ou des fonds étrangers parfois prédateurs.

 

– Notre « recherche-nationale » est mondialement reconnue. Certes, elle reste insuffisamment articulée avec le tissu productif, mais sa présence à très haut niveau, sur un large spectre, en fait un pilier de l’économie de la connaissance.

Nos ingénieurs et nos personnels techniques sont bien formés et sont appréciés à l’étranger. Il y a au pays un acquis d’expériences et de compétences industrielles qui reste considérable.

 

– La productivité horaire du travail en « Gauloisie laborieuse » est encore une des plus fortes d’Europe même si sa croissance ralentit de manière préoccupante : Le ralentissement des gains de productivité du travail par tête en France est continu au cours des deux dernières décennies : 1979-1989 : + 1,5 % ; 1990-1999 : +1,1 % ; 2000-2008 : + 0,8 %.

Cet avantage est par ailleurs compensé de manière négative par la faiblesse du couple durée du travail – taux d’emploi qui coûte cher et limite la croissance potentielle de l’économie : En 2009, le taux d’emploi reste inférieur de 6 points à celui de l’Allemagne, mais il est surtout inférieur de 15 points chez les jeunes (15-24 ans) et de 18 points chez les seniors (55-64 ans).

 

– Le prix de l’énergie électrique pour l’industrie est relativement bas et représente un avantage qu’il est primordial de préserver.

 

– Les infrastructures et les services publics sont de qualité : Ils constituent à ce titre un facteur d’attractivité et de productivité.

Il faut ainsi insister, en particulier, sur tout ce qui concerne la logistique des entreprises et la qualité des infrastructures de transports. Elles jouent désormais un rôle décisif pour l’activité industrielle, de plus en plus éclatée.

 

– Enfin, la qualité de vie en « Gauloisie » est un des atouts de notre pays qu’il ne faut pas sous-estimer pour la localisation des activités industrielles.

 

« Avec de tels atouts, il n’y a aucune raison que nous ne puissions pas réussir la reconquête de sa compétitivité industrielle. Aucune fatalité ne nous condamne à la désindustrialisation. Notre pays a toutes les capacités à être une terre d’industrie, dès lors qu’il se mobilise sur cet objectif » dixit le rapport…

 

C’est là, sur le dernier passage, que personnellement je diverge.

Parce que bon, il faut rester logique : Si l’industrie a vu sa part diminuer de 18 %, en 2000, à un peu plus de 12,5 %, en 2011, nous situant désormais à la 15ème place parmi les 17 pays de la zone euro, bien loin de l’Italie (18,6 %), de la Suède (21,2 %) ou de l’Allemagne (26,2 %), alors même que l’emploi industriel (hors construction) s’est également continuellement dégradé en passant de plus de 26 % de l’emploi salarié total en 1980 (5,1 millions de salariés) à 12,6 %, en 2011 (3,1 millions de salariés), soit une perte globale de  plus de 2 millions d’emplois industriels en 30 ans, c’est qu’il y a des raisons.

 

Notamment la première : Le PIB ne faiblissant pas ou si peu, c’est que mécaniquement il a été créé dans d’autres secteurs d’activité.

On a peut-être perdu 2 millions d’emploi en 30 ans dans l’industrie, mais on en a créé 3,5 millions pendant la même période … ailleurs !

D’accord, on aurait dû en créer 5 millions pour maintenir les effectifs salariés des années 80 !

Justement un peu moins que ce qui a été perdu par la seule industrie (mécanique, minière, textile, sidérurgique, métallurgique, navale, etc.)

Et puis la seconde, qu’on retrouve dans les annexes dudit rapport : Qui a le plus mauvais taux de VA industriel ?

Le Luxembourg avec 8,34 % !

Quand même aberrant de faire l’impasse sur les secteurs de l’industrie des loisirs, celle des services à la personne, aux entreprises, de l’industrie de la distribution, du tourisme… qui créent de l’emploi et du PIB…

Là, j’ai mal à « l’Ouïe-Galle-Oie » : Lui ne se focalise que sur ce qu’il connaît, pour y avoir fait toute sa carrière rappelée ci-avant !

Comme quoi, on n’est jamais que le propre produit de son propre parcours…

 

Quand même aberrant de passer à la trappe cette industrie du logiciel, de l’imagerie, de la « carte à puce » en passant par le minitel, des nouveaux matériaux et nouvelles technologies informatiques et de la communication qui fait que nous restons encore « accrochés » dans le peloton de tête derrière des hyperpuissances que peuvent être les USA ou avoir été comme le Japon…

 

Nous ne sommes pas bons dans le « hard » (voir les échecs du « Plan calcul »), mais dans le « soft », même Dassault génère plus de profits sur la vente de logiciels qui fabriquent des avions que les avions eux-mêmes…

Comme disait l’autre, « Moi gaulois, j’étais câblé dès 1985. Aux USA quand on l’est depuis 1998, on fait figure d’ancêtre ! »

Bien sûr que demain, nos industries lourdes vont disparaître pour n’avoir à s’occuper que de ce qui fait l’intelligence d’un cube de lego, un luxe du vêtement : Je l’ai toujours dit, notre avenir est dans la « haute valeur ajoutée » et les emplois de proximité à « basse valeur ajoutée » pour le tout-venant qui accepte encore de se lever tôt et de s’éreinter à des tâches épuisantes.

 

C’est là où le rapport « Galle-Oie » pêche par ignorance ou malhonnêteté : Il s’agit pour mon pays de créer des industries nouvelles ex-nihilo, pas de replâtrer nos naufrages industriels qui ont débuté avec les nationalisations de « Mythe-errant », en commençant par les « hauts-fourneaux ».

Mettre l’industrie sous la coupe d’énarques et autres « sachants », voilà ce qu’il en advient : Une absurdité dogmatique !

Et pour ça, pas complétement aveugle pour autant, mais pas complétement fou non plus, « le Chef » il suppute bien qu’il faut rendre le pays « attractif », mais sans dire comment, alors que c’est une décision prise par « François III » tout seul comme un grand.

Il faut lui rendre cet hommage : « Réduire de 10 milliards le train de vie de l’État » !

 

Oui on peut faire mieux avec moins d’argent, c’est évident et c’est même la source de tout progrès et de « productivité » accrue, bien sûr.

Il faut suivre le mouvement lancé au nord de l’Europe, en Allemagne, en Italie, en Grèce, en Espagne, si on veut « rester de la partie », tous nos voisins en somme.

Alors on sortira de l’ornière qui nous mène dans le mur et fait rigoler, narquoisement, toutes les élites internationales (nous y reviendrons).

Bien sûr, il faudrait faire beaucoup, beaucoup plus pour rendre notre tissu industriel, celui qui nous reste encore vaille que vaille, 30, 40, peut-être même 100 milliards pour réduire nos déficits publics à rien.

Et curieusement, « le Chef », il ne nous cause que de « transferts ».

 

Vladimir a raison : Il faut jeter ce rapport.

Mais pas pour les raisons qu’il indique, ni pour celles qui font polémique, notamment parce qu’aucune des 22 propositions ne retient la baisse des dépenses publiques, comme l’annonçait pourtant toute la presse – comme quoi, y’en a d’autres qui ne savent pas lire – mais seulement parce qu’il ne dit pas ce qu’il y a à faire de réellement efficace.

 

Mais on l’a eu.

Et il a un immense mérite : Celui d’avoir fait « consensus » sur le diagnostic.

Et ce n’est déjà pas si mal !

Partager cet article

Repost 0

commentaires

I-Cube 12/11/2012 17:31


Quelques exemples parmi beaucoup d'autres, effectivement Triangle !


 


Il y a bien à prendre des pratiques de nos voisins, effectivement.


Il suffit de voyager et de s'intéresser un peu.


 


Par exemple, je reste toujours étonné quand on nous dit que l'énergie électrique de "Gauloisie dispendieuse" est la moins chère de toute l'Europe.


En Grèce, le kilowatt est facturé moins cher que chez nous et même dans "les îles".


Va comprendre avec leurs centrales au charbon au fioul ou au gaz...


 


Tout comme toi, nous sommes tous très inquiet de ce qu'on a pu faire de noçtre pognon depuis tant d'années.


Est-il utile d'avoir des feux rouges ou des ronds points partout dans nos campagnes désertiques ou nos villes archi-saturées de "signalisation verticale" ?


Parfois, je me demande...


Notamment après avoir vécu l'expérience du "le" feu rouge de Calvi et ses accidents mortels.


Depuis, il est éteint.


L'autre, ils ont dû le démonter, parce que je ne l'ai jamais vu en fait...


Je crois qu'il était du côté de la Citadelle.


Un feu rouge : 150 K€. Un rond point = 1 M€...


Une crèche de 40 places : 0,5 M€, 150 K€/an en subvention d'équilibre, pour parler d'autre chose que des "clippers de l'Ami-râle".

Triangle 12/11/2012 16:52


Tout spécialement pour l'Ami-râle, je suis basé en méditerranée et je constate que dans le milieu maritime il y a encore beaucoup à faire.


Ne serait ce que dans la filière déconstruction quand on sait le nombre d'épaves dans les ports...Pour les voitures il y a la casse avec toute une filière de recyclage, pour les bateaux nada, le
désert...et pourtant il y aurait à faire.


Mais bon pour les parisiens le sud c'est les vacances, avec ses beaux paysages...


Quand on sait qu'il n'y a pratiquement aucune industrie dans les Pyrénées Orientales qui sont écartelées entre Montpellier et Barcelone, du à un enclavement géographique avec un TGV Arlésienne et
un aéroport désert.


J'ai travaillé jadis à Luxembourg, ils ont tout compris....pas d'industrie polluante sur le territoire, une fiscalité attirante pour voir s'installer nombre de sièges sociaux europe, une high
tech centrée sur le monde bancaire et des salaires à faire pâlir les voisins français (avec impôts retenus à la source Monsieur, alors qu'on nous dit que c'est pas possible en France).


J'ai aussi arpenté l'Allemagne, et je vais ici dévoilé un secret de leur réussite :


- Le sérieux autant en produit qu'en services, respect des délais et des normes.


- Ecart salariaux entre le sommet et la base très inférieur à celui en France.


- Un état économe.


- Des vrais syndicats non politisés et représentatifs.


- Une fiscalité qui ne change pas à chaques mouvement de vent assurant une visiblilité aux entreprises sur le long terme.


- Une vraie décentralisation.


 


Mimolette pas besoin de payer un rapport...il suffit de regarder...


C'est pas de payer l'impôt qui me dérange, c'est de voir comment c'est dépensé.


Ha! Dopi quand tu nous tient...(un exemple parmi d'autres)

I-Cube 12/11/2012 11:43


@ "l'Ami-râle" : Dans le rapport "galle-oie", il n'en est même pas question !


Alors que notre industrie navale rivalisait avec toutes les autres mondiales jusqu'à il y a très peu et depuis des siècles et des siècles.


Nantes, La Rochelle, Marseille, la Ciotat, Le Havre, Dunkerque...


Dire qu'il a fallu rouvrir les chantiers de Marseille pour "guérir" le "Napoléon-Bonaparte" de la SNCM qui avait rompu ses amarres sur le coup de vent d'est de l'autre fois !


 


Sans compter les mille corps de métier qui vont avec, de la clavette à manille au tressage de cordage de chanvre.


Qui sait encore une boucle tressée ?


A part les marins-pêcheurs qui réparent leurs filets, qui vont eux-mêmes disparaître avec l'industrie de la poiscaille d'ici sous peu ma faute à la ressoucre alieutique qui s'épuise...


Et que la pratique du noeud de chaise se perd avec les winches électriques...


Plus personne ne sait déjà étarquer une drisse, sauf les quelques voileux partis ce week-end autour du monde sans escale !

I-Cube 12/11/2012 11:23


Tu poses plusieurs questions...


 


Pourquoi le rapport "Galle-Oie" ne vise que l'industrie ?


Parce que c'était ce qui lui était demandé.


Question subsidiaire : Pourquoi on lui a demandé un rapport QUE sur l'industrie ?


Peut-être parce que les "politiques", qui ne connaissant pas vraiment l'économie d'une façon générale, en connaissent encore moins sur l'industrie qu'ils ne voient que sous l'angle des combats
syndicaux et depuis peu, de la pollution.


Je te rappelle quand même que c'est sous la pression des plans sociaux annoncés par PSA que la commission a été mise en place dans l'urgence...


 


Oui, le "Socrate" de la SNCF est un logiciel typique de la "loi de l'offre et de la demande", issu d'ailleurs du même mis en place par "Air-Transe" quelques années plus tôt.


Je vais te dire, je l'ai rencontré dans l'épicerie en gros chez feu Promodès : Les prix n'étaient jamais les mêmes d'une boutique à l'autre et encore moins d'une livraison à une autre pour la
même boutique.


C'est une invention d'igénieurs IBM issus de polytechnique (enfin, il y en avait au moins un que j'ai eu l'occasion de lui serrer la pince... Mais ils sont bien plus nombreux à refourguer le même
produit : Je l'ai acheté pour mon boss, mais que pour aider les approvisionneurs dans leur prise de commande chez les fournisseurs, et encore, ce n'état pas de l'IBM, qui l'avait déjà refourguer
à Intermarché, mais un concurrent "d'amateurs" qui avait travaillé pour l'entreprise de pinard "Nicolas" : Bref, à la main).


Les "ibmeurs" ils réfléchissent "global" et sans limite mondiale ou de termes.


Or, pour le commerce en tout cas, mais le "B2C" en tout cas, si ce système fait la fortune des agences de voyages, par exemple (je vais te dire, ce week-end, j'ai cherché des ticksons pour aller
en Argentine : Les prix varient de 700 euros à 3.000 euros, selon le site, le moment où tu y montes et les escales que tu envisages !!! Absolument dément !), il est complètement inadapté à une
politique commerciale :


- Tu ne peux pas tenir une politique de prix voire d'enseigne sur la durée ;


- Tu ne peux pas protéger les marges des distributeurs ;


- Tu plantes ton réseau si tu vas au bout du bout...


- Ou tu gruges le consommateur final.


Une catastrophe en somme, mais en revanche, je ne vois pas comment on va pouvoir sortir de ces systèmes sans casse, tellement le public en raffole de plus en plus (même s'il se fait avoir).


Personnellement, je préfère faire une politique de vente à "prix maintenu" le plus longtemps possible, pensant que le commerce, c'est comme pour Félix Potin : On est content, on y revient !


Autrement dit la durée plutôt que le one-shot !


Au moins j'ai plus de chance d'écraser mes coûts fixes...


Passons !


 


Pourquoi nos éltes semblent-elles si sclérosées ?


En fait, elles sont mal formées, pensant que tout peut se retrouver dans les bouquins.


Ce qui n'est pas totalement faux, à condition de savoir où se trouve l'information dont tu as besoin : C'est pourquoi le droit et plus particulièrement la fiscalité me paraissent si simple à mon
pôvre neurone : On a les bases de données ouvertes même en ligne, désormais !


Et elles sont "figées" tout en s'enrichissant et évoluant tous les jours : Une pure merveille qui fonctionne bien.


 


Pas totalement faux, mais pas non plus totalement vrai : Il est quantité de "savoir-faire" qui ne se retrouve nulle part dans les bouquins, mais s'apprennent sur le terrain au fil du temps et des
opportunités.


Même moi j'ai du mal à faire un exercice complet par écrit d'un redressement d'entreprise - la rubrique laissée en plan depuis plusieurs mois...


La faute au manque de temps !


 


Résultat, elles sont à la masse, nos élites : Il y a le meilleur, une connaissance vaest et souvent en profondeur, mais un carcan de pensée.


Un ingénieur, quand il veut faire un pont, il reprend les solutions théoriques qu'il sait pouvoir répondre à son besoin du moment : Il ne fait qu'adapter une "solution qui marche sans surprise" !


C'est comme ça que ça marche un cerveau d'élite et pas autrement.


Regard l'expérience de l'aérotrain de Bertin, tellement innovatrice et à bien des égards préservatrice de l'environnement, qu'elle a été enterrée en première classe au profit du TGV qui reste
bien du rail en acier contre de la roue en acier...


Et des barrages naturels pour le humains, les bestiaux et la flotte, par ses emprises foncières...


Et pas du vent sur des ponts de béton


En gros, il s'agit de tellement de pognon investi durablement, qu'ils ont peur d'avancer dans l'inconnu quitte à perdre cet argent qui n'est pas à eux.


Il faut se rappeler de l'affaire des "avions renifleurs" que toute la technocratie à cru que c'était l'avenir et que tout le monde s'est lourdement planté : Ca marque plusieurs générations
d'ingénieurs et autres technocrates, ce genre de konnerie, parce qu'on les retrouve en cours dans les amphitéhâtres de formation de la relève, figure-toi.


Idem en médecine, biologie, sciences économiques, sociales et autres...


 


C'est ainsi que le moteur électrique dans les roues des voitures existe depuis quelques années et que les piles à hyudogène depuis plusieurs décennies qu'elles ont été notablement améliorer.


Vois-tu pour autant des véhicules qui en seraient équipés, alors que la pression écologiste est à son comble ?


Eux-mêmes ne mettent pas encore cette solution technique en avant pour faire l'impasse totale sur le sujet, tellement ils sont nuls du rachis...


 


Bref, un mélange d'ignorence et de trouille, voilà comment sont fabriquées nos élites et dans tous les domaines.


Mais en aucun cas, le sujet ne peut être abordé par un "Galle-oie" (lui aussi se souvient du rapport "@tali" enterré juste pour ne pas fâcher les taxis parigots) qui n'est qu'un pur
produit de la technocratie ambiante qui nous plombe depuis tant d'années...


Mais bon, il peut y avoir d'autres réponses à ta question...

L'Ami-râle 12/11/2012 11:03


A mon modeste niveau, j’ai proposé un soutien à l’industrie navale en construisant des grands voiliers-écoles pour les jeunes Français et les
jeunes Européens :


http://euroclippers.typepad.fr/


Etudié actuellement par le gouvernement…