Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

D'où Erre-Je ?

  • : L'ignoble infreequentable
  •                                  L'ignoble infreequentable
  • : La seule question à laquelle personne ne sait répondre reste : la place de l'Etat. Quel est son rôle ultime ? Le reste n'est alors que dérives quotidiennes pour soi-disant, le "bonheur des autres" avec "le pognon des autres". Bonne lecture
  • Contact

Pas de quoi rire

Pauvre Marianne...

Un peu de pub :

Référencé par
Meta-Referencement
http://www.meta-referencement.com

BlogueParade.com - Annuaire des Blogues francophones

Recherche

Infreequentable en autochtone


Albanais :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=sq

Anglais :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=en

Allemand :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=de

Arabe :
http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=ar

Bulgare :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=bg

Catalan :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=ca

Chinois simplifié :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=zh-CN

Chinois traditionnel :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=zh-TW

Coréen :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=ko

Croate :
http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=hr

Danois :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=da

Espagnol :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=es

Estonien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=et

Finnois :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=fi

Galicien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=gl

Grec :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=el

Hébreu :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=iw

Hindi :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=hi

Hongrois :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=hu

Indonésien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=id

Italien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=it

Japonais :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=ja

Letton :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=lv

Lituanien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=lt

Maltais :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=mt

Néerlandais :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=nl

Norvégien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=no

Polonais :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=pl

Portugais :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=pt

Roumain :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=ro

Russe :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=ru

Serbe :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=sr

Slovaque :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=sk

Slovène :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=sl

Suédois :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=sv

Tagalog :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=tl

Tchèque :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=cs

Thaï :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=th

Turc :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=tr

Ukrainien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=uk

Vietnamien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=vi

Les Ex-Archivés

Amis visiteurs !

Oui, entrez, entrez, dans le « Blog » de « l’Incroyable Ignoble Infreequentable » !
Vous y découvrirez un univers parfaitement irréel, décrit par petites touches quotidiennes d’un nouvel art : le « pointillisme littéraire » sur Internet. Certes, pour être « I-Cube », il écrit dans un style vague, maîtrisant mal l’orthographe et les règles grammaticales. Son vocabulaire y est pauvre et ses pointes « d’esprit » parfaitement quelconques. Ses « convictions » y sont tout autant approximatives, changeantes… et sans intérêt : Il ne concoure à aucun prix littéraire, aucun éloge, aucune reconnaissance !
Soyez sûr que le monde qu’il évoque au fil des jours n’est que purement imaginaire. Les noms de lieu ou de bipède et autres « sobriquets éventuels » ne désignent absolument personne en particulier.
Toute ressemblance avec des personnages, des lieux, des actions, des situations ayant existé ou existant par ailleurs dans la voie lactée (et autres galaxies) y est donc purement et totalement fortuite !    
En guise d’avertissement à tous « les mauvais esprits » et autres grincheux, on peut affirmer, sans pouvoir se tromper aucunement, que tout rapprochement des personnages qui sont dépeints dans ce « blog », avec tel ou tel personnage réel ou ayant existé sur la planète « Terre », par exemple, ne peut qu’être hasardeux et ne saurait que dénoncer et démontrer la véritable intention de nuire de l’auteur de ce rapprochement ou mise en parallèle !
Ces « grincheux » là seront SEULS à en assumer l’éventuelle responsabilité devant leurs contemporains…
29 mai 2013 3 29 /05 /mai /2013 04:02

Où quand les notaires réfléchissent...

 

C’est construit comme un devoir de droit.

Normal me direz-vous pour des « juristes-bien-nés » dont c’est en plus le métier d’écrire le droit entre les parties.

Oui, parce qu’un « acte authentique », c’est la loi … authentique.

 

À l’occasion, je rappelle que les notaires ont quatre métiers :

– Le droit de la famille ;

– Le droit des biens ;

– Le droit des sociétés ;

– Et ce qu’ils appellent « l’article 4 », à savoir les consultations.

 

Certains en rajoutent encore, comme les activités d’agence immobilière, la gestion d’affaires (ou de fortune diverse) et la gestion de copropriété.

Ça permet de survivre, de payer les impôts, le « petit-personnel » (clercs et autres), les charges sociales de leur statut dispendieux, les cotisations à l’ordre (et ses contrôles), les assurances et de rembourser l’emprunt qui leur ont permis d’acquérir leur chère étude…

 

Et une étude, ça comporte au minimum un notaire (celui qui signe) ; un clerc, celui qui prépare les actes à signer ; une secrétaire, qui répond au téléphone, tape et gère le courrier, prend les RDV, classe aux archives ; un chargé de l’enregistrement qui fait les démarches en temps et en heure (point capital quand on est notaire) ; un comptable (autre point important quand on gère de « l’argent-pas-à-soi ») et une femme de ménage technicienne de surface.

Important aussi, l’aspect des abords et couloirs…

 

Donc, voilà que ces messieurs-dames se réunissent en cénacle d’assermentés, tous indéfiniment responsables les uns des autres, et cogitent sur des problèmes qui ne sont les leurs qu’à la marge.

Et ça donne ceci :

 

Constat :

« Il existe une bulle immobilière dans notre pays et plus encore dans ses territoires les plus dynamiques. Elle résulte de l'augmentation considérable depuis quinze ans des prix des logements anciens et (à un bien moindre degré) des neufs, qui a dégradé le rendement de l'investissement immobilier malgré les coûteuses aides fiscales instituées depuis vingt-cinq ans. »

Comment ne pas nier ?

D’ailleurs, les notaires sont parmi ceux qui en vivent bien.

Mais comme les affaires deviennent difficiles, la faute à l’époque, ils doivent commencer à s’inquiéter quand même.

 

« Cette bulle a été rendue possible par la baisse sans précédent des taux d'emprunt. L'augmentation globale du poste logement par rapport aux revenus des « accédants » ne s'est pas traduite par une revalorisation du niveau annuel d'effort.

Autre facteur, l'accession avait été payée en monnaie de singe pendant les années de forte inflation, elle est désormais motivée par les perspectives de plus-value à la revente. »

Là encore, parfaitement vrai, même si c’est notablement plus complexe que ça…

On reste en déficit chronique de mises en chantier, la faute à un allongement des délais pour rendre des terrains, de plus en plus rare, contructibles.

 

« La vraie question est de savoir si cette bulle est dangereuse. Ce serait le cas si elle explosait brutalement, alors qu'il conviendrait qu'elle se dégonfle progressivement. »

Problème posé, même s’il n’est que théorique, car du pognon, il y en a toujours pour un immeuble, voilà des solutions qui suivent…

 

« La première condition d'une issue vertueuse, c'est que le rythme de construction s'adapte durablement aux besoins réels des Français, et que se construisent plus rapidement les logements nécessaires là où il le faut.

Aujourd'hui encore, la plupart des aides (comme les prêts à taux zéro ou les aides à l'investissement) sont affectées à des régions où il n'y a pas de vrai besoin pour l'accession ou la location.

Et ce sont les secteurs les plus dynamiques du pays qui subissent la plus forte pénurie de logements et donc les prix les plus élevés. Il est anormal que l'on construise moins en Île-de-France qu'en Rhône-Alpes, voire même en Bretagne. »

Certes, mais ce pas qu’une question de répartition des « aides-publiques ».

Chacun sait cela…

D’abord parce que les aides, forcément elles vont là où il y a des projets pas trop coûteux, puisqu’elles sont conditionnelles.

Quand ça devient coûteux, il n’y a plus d’aide : Aussi simple que cela.

Et puis l’autre part du problème, c’est que tout le monde veut habiter aux mêmes endroits !

Même les SDF ont des prétentions à Paris et à Nice, c’est dire !

Le Larzac, ça ne fait plus recette même parmi les plus défavorisés, tiens donc…

 

« Le deuxième impératif, c'est de rénover le parc existant (33 millions de logements), que ce soit le parc social ou le parc privé, ne serait-ce parce que le logement est la première source des pollutions urbaines.

Il est essentiel que la politique d'amélioration de la performance thermique des logements soit rapidement suivie d'effets.

C'est possible par la mobilisation de l'effort privé : Beaucoup de Français conservent une épargne disponible élevée, qui leur permet d'engager des travaux.

Le coup de pouce fiscal, qui est entré dans nos gènes, peut avoir un effet de levier très substantiel. Pourquoi ne pourrait-il pas consister en une restitution même partielle des droits de mutation dus par les acquéreurs réalisant les travaux dans l'année qui suit le transfert de propriété ? »

Là, il est marrant : Et ceux qui en vivent encore, notamment les communes, elles bouchent le trou ainsi créé comment et avec quoi ?

Et pourquoi seulement « dans l’année », s’il veut vraiment rénover les taudis ?

 

« La troisième mesure d'ampleur concerne la vente de logements sociaux, notamment de ceux qui entrent dans la catégorie des logements intermédiaires.

La déconnexion entre les loyers du social et du privé, qui s'est approfondie, n'est pas tenable. Or la vente permet aux organismes HLM de renforcer leurs fonds propres, et donc d'investir davantage. »

Parfaitement d’accord.

Parce que bon, l’épargne des « Gaulois », pour l’heure elle sert à autre chose : Formée par précaution sur des loyers « sociaux » réputés être faibles, elle constitue l’apport indispensable d’un « bien immobilier à soi ».

Pour plus tard, n’est-ce pas.

La résidence de loisir, la secondaire, là où l’on veut passer la fin de sa vie…

C’est sûr que c’est plus facile quand on paye un loyer aidé.

Alors pourquoi ne pas rendre propriétaire les locataires « modérés » en leur vendant, sur option, leur propre logement principal ?

Une large partie des loyers décaissés devenant un prix payé par avance, par exemple.

C’est exactement ce qu’a su faire Mme Thatcher, mais par des voies différentes : Notamment un large abattement sur la valeur des logements cédés.

30 % du pays est ainsi devenu propriétaire et les fonds encaissés ont pu être réinvestis dans la construction de logements sociaux neufs … et aux normes !

 

Conclusion : Je plaide pour ma chapelle…

 

« Enfin, il est essentiel pour contrer l'inflation des valeurs de diffuser des instruments fiables de régulation du marché. Cela nécessite une meilleure transparence des prix, tant pour les loyers que pour les ventes.

Le notariat a accepté à cette fin de gérer un nouveau service public de l'information immobilière, avec la publication de ses indices et références.

Cette transparence suppose aussi un foncier plus facilement mobilisable, avec la lutte contre les recours abusifs et le traitement accéléré des recours en annulation de permis (de construire).

Cela passe également par la lutte contre la rétention des terrains constructibles. »

Pas fou le gueux : Notaire, mais pas un ennemi de classe non plus !

Belle pirouette.

 

« Un préalable : la réforme de la fiscalité des plus-values.

Le système actuel récompense l'immobilité. De même, les taxes foncières devraient être calculées sur la valeur réelle du terrain et non pas sur une valeur locative proche du terrain agricole. »

C’est sûr que si on taxe des valeurs fictives qui ne correspondent pas à l’usage qui en est fait, bien des exploitations agricoles vont pouvoir mettre la clé sous le paillasson et ce sera autant de champs de betterave sur lesquels vont pousser du béton ou du parpaing !

Mais il nous cache aussi que pour aller au fond du terrain pousser l’huis de chez soi le soir arrivé autrement qu’en tracteur, il faut des chemins.

Autrement dit des VRD (pour Viabilité & Réseaux Divers : Eaux, égouts, électricité, téléphone), sans même compter les écoles en plus, les stades pour la jeunesse et la salle des fêtes à agrandir pour les « mariages pour tous » et les festivités des futurs seniors.

La plaie pour un maire rural…

 

« Les marchés de l'immobilier, qui sont souvent restés en France des marchés de pénurie et donc de spéculation, peuvent se transformer en marchés mûrs, où les prix résultent de la négociation entre vendeurs et acquéreurs également informés. »

Là, c’est un vœu pieux : Plus ça vaut cher, plus il touche en travaillant autant.

Notez que justement, la hantise d’un notaire en milieu « rurbain », c’est quand même de « refaire les trottoirs » avec un acte pour chaque riverain et trois euros six centimes de rémunération à chaque fois pour quelques mètres.

 

En bref, il n’a pas fait le tour du sujet, mais ça valait la peine d’en faire le tour dans ce « piti-post-sans-intérêt », histoire de bien indiquer que son métier, il reste encore d’avenir…

Quoique, avec les équipes à « François III », on n’est plus sûr de rien : Ne parle-t-on pas dans les couloirs de « Tôt-Bira », une fois de plus, de « nationaliser » leurs études ?

Qui ne sont que des « charges publiques », d’ailleurs.

C’est dans l’air de l’époque, n’est-ce pas ?  

Partager cet article

Repost 0

commentaires

I-Cube 31/05/2013 09:00


Nous en sommes tous parfaitement conscients...

Jacques Heurtault 31/05/2013 08:48


J'affirme, avec la plus absolue mauvaise foi, que je n'avais pas compris ... Ah! Ah! Ah!

I-Cube 31/05/2013 07:53


Pas "coït" mais "coît" : Et vous avez compris que le "i" et le "u" sont 2 touches contiguës sur un clavier "azerty" !


 


Bref, encore une "faute de frappe" bien involontaire...


 


J'accepte que vous me lanciez la pierre en travers de la tronche, même si ça fait mal...


Mais notez que ce n'est pas ma première "faute de frappe" et qu'hier à l'heure de ce commentaire, il faisait si sombre que j'ai éteint la lumière parce que ma grand-mère m'a toujours dit que ça
attirait la foudre.


Et que justrement, il y acait un orage sur Paris-sur-la-plage et qu'on ne voyait plus rien...

Jacques Heurtault 30/05/2013 20:07


Vous écrivez "Celui-ci se finance à si bas coït ..."j'en déduis que même les promoteurs se font donc baisés!


Conclusion : ne plus mettre d'hotesses dans les surfaces de vente, sinon ça va être une curée absolue!

I-Cube 30/05/2013 18:57


Et c'est bien le cas !


 


Attention, les 4 millions de m² ne sont pas à confondre avec les "habitations & logements".


Il s'agit pour la plupart du temps de locaux professionnels inadaptés à l'habitation, ou de bureau qu'on ne peut pas transformer en logement (puisqu'on paye une taxe spécifique), voire de locaux
commerciaux (eux aussi taxés spécifiquement).


 


Le problème de la "promotion", c'est que globalement, la rétention ne coûte rien aux promoteurs mais bien plus aux banquiers.


Or, celui-ci se finance à si bas coît, qu'il peut attendre encore longtemps avant de finaliser les opérations finies et en "stock".


Donc les prix ne baisseront pas avant plusieurs mois, voire plusieurs années.


Et si on réquisitionne, on vole les banquiers : Ils ne vont pas aimer du tout, mais alors pas du tout du tout !


 


La seule solution est de geler les mises en chantiers (ce qui se passe actuellement), provoquant un effet de pénurie avant de repartir de l'avant.


 


Bref, tout le contraire de ce que veut l"Sicile-Duflot" et ses 40 réquisitions dont on n'entend plus parler : Elle a choisi, et ce n'était pas ça qu'il fallait faire !


Je l'avais prévenue ici même d'ailleurs.


Mais ce n'est pas un lectrice de ce blog : Elle préfère ses potes EELV et alternatifs.


Tant pis pour elle, hein !