Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

D'où Erre-Je ?

  • : L'ignoble infreequentable
  •                                  L'ignoble infreequentable
  • : La seule question à laquelle personne ne sait répondre reste : la place de l'Etat. Quel est son rôle ultime ? Le reste n'est alors que dérives quotidiennes pour soi-disant, le "bonheur des autres" avec "le pognon des autres". Bonne lecture
  • Contact

Pas de quoi rire

Pauvre Marianne...

Un peu de pub :

Référencé par
Meta-Referencement
http://www.meta-referencement.com

BlogueParade.com - Annuaire des Blogues francophones

Recherche

Infreequentable en autochtone


Albanais :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=sq

Anglais :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=en

Allemand :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=de

Arabe :
http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=ar

Bulgare :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=bg

Catalan :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=ca

Chinois simplifié :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=zh-CN

Chinois traditionnel :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=zh-TW

Coréen :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=ko

Croate :
http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=hr

Danois :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=da

Espagnol :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=es

Estonien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=et

Finnois :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=fi

Galicien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=gl

Grec :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=el

Hébreu :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=iw

Hindi :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=hi

Hongrois :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=hu

Indonésien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=id

Italien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=it

Japonais :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=ja

Letton :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=lv

Lituanien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=lt

Maltais :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=mt

Néerlandais :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=nl

Norvégien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=no

Polonais :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=pl

Portugais :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=pt

Roumain :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=ro

Russe :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=ru

Serbe :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=sr

Slovaque :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=sk

Slovène :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=sl

Suédois :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=sv

Tagalog :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=tl

Tchèque :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=cs

Thaï :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=th

Turc :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=tr

Ukrainien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=uk

Vietnamien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=vi

Les Ex-Archivés

Amis visiteurs !

Oui, entrez, entrez, dans le « Blog » de « l’Incroyable Ignoble Infreequentable » !
Vous y découvrirez un univers parfaitement irréel, décrit par petites touches quotidiennes d’un nouvel art : le « pointillisme littéraire » sur Internet. Certes, pour être « I-Cube », il écrit dans un style vague, maîtrisant mal l’orthographe et les règles grammaticales. Son vocabulaire y est pauvre et ses pointes « d’esprit » parfaitement quelconques. Ses « convictions » y sont tout autant approximatives, changeantes… et sans intérêt : Il ne concoure à aucun prix littéraire, aucun éloge, aucune reconnaissance !
Soyez sûr que le monde qu’il évoque au fil des jours n’est que purement imaginaire. Les noms de lieu ou de bipède et autres « sobriquets éventuels » ne désignent absolument personne en particulier.
Toute ressemblance avec des personnages, des lieux, des actions, des situations ayant existé ou existant par ailleurs dans la voie lactée (et autres galaxies) y est donc purement et totalement fortuite !    
En guise d’avertissement à tous « les mauvais esprits » et autres grincheux, on peut affirmer, sans pouvoir se tromper aucunement, que tout rapprochement des personnages qui sont dépeints dans ce « blog », avec tel ou tel personnage réel ou ayant existé sur la planète « Terre », par exemple, ne peut qu’être hasardeux et ne saurait que dénoncer et démontrer la véritable intention de nuire de l’auteur de ce rapprochement ou mise en parallèle !
Ces « grincheux » là seront SEULS à en assumer l’éventuelle responsabilité devant leurs contemporains…
16 avril 2012 1 16 /04 /avril /2012 04:35

Liberté, Liberté chérie !

 

Les candidats n’ont présenté aucun programme clair et précis pour sortir notre pays de la situation où vous les politiques de tout bord l’ont mise.

Le peuple attend un plan de redressement simple et clair des finances de l’entreprise « État », comme l’on fait plusieurs pays, le Canada, l’Australie, la Suède et l’Allemagne car personne n’est pas dupe et tous savent que la crise actuelle n’est pas terminée.

 

Frédéric Bastiat pronostiquait : « Les abus iront toujours croissant, et on reculera le redressement d’année en année, comme c’est l’usage, jusqu’à ce que vienne le jour d’une explosion. Mais alors on s’apercevra qu’on est réduit à compter avec une population qui ne sait plus agir par elle-même, qui attend tout d’un ministre ou d’un préfet, même la subsistance, et dont les idées sont perverties au point d’avoir perdu jusqu’à la notion du droit, de la propriété, de la liberté et de la justice ».

 

Les sondages qui ne savent plus quoi sonder nous l’annoncent régulièrement, les électeurs ne s’intéressent pas à la campagne présidentielle qui se déroule sous leurs yeux ébahis.

Comment leur en vouloir, quand ce qui tient lieu de débat se résume à un pugilat de cour de récréation entre deux hommes et leurs ayants-droit ?

 

Nous sommes pourtant à un tournant de l’histoire du Monde (la planète, pas le journal subventionné). Tout le monde est d’accord à « l’UMPS » pour augmenter les impôts mais personne ne parle de réduire les dépenses, « Hollandréou » se distinguant même particulièrement, en créant 20 milliards de dépenses nouvelles !

Pourtant toute personne sensée, ayant dépassé, dans l’analyse économique, le stade de la capacité cognitive de la paramécie, sait pertinemment que nous ne sortirons de notre panade qu’en agissant, aussi et surtout, sur le niveau des dépenses pharaoniques du dernier des États soviétiques de la planète.

Dans quelles dépenses couper, voilà bien le secret le mieux gardé de cette campagne !

 

La gauche en vient à reprocher au Président sortant une situation économique dont il est incontestable qu’elle eût été pire si, au fur et à mesure que la crise mondiale se propageait, l’on avait appliqué les recettes préconisées par la rue de Solferino.

Voilà pourquoi on nous sert à satiété les projets de « grand soir fiscal » comme si nous vivions à l’abri de frontières.

Les campagnes présidentielles ont cela de bon, qu’elles permettent à tout un chacun de prendre conscience des incohérences du grand cirque médiatique qui nous tient lieu de source d’information.

 

Ainsi nous risquons bientôt de passer à la « lumière » du socialisme à la Solferino.

Qu’est-ce que le socialisme ?

Outre Yves Guyot (« La Tyrannie socialiste », 1893 et « Les Principes de 1789 et le socialisme », 1894), Mises (« Le socialisme », 1922) et, parmi bien d’autres encore, également Wilhelm Röpke (dans « Au-delà de l’offre et la demande », 1958), une réponse particulièrement éclairante a été apportée dès les origines, le 12 septembre 1848, par Tocqueville dans son célèbre discours prononcé à l’Assemblée constituante contre « le droit au travail ».

Elle est d’autant plus remarquable qu’elle émane d’un très grand penseur libéral réputé pour sa modération et qu’on a très arbitrairement voulu parfois faire passer pour bienveillant envers cette idéologie.

En plus de la volonté destructrice d’étatisation de l’économie, Tocqueville a su d’emblée pointer le projet de contrôle social total de l’individu inhérent au socialisme – ce dont ne se cachaient d’ailleurs nullement ses inventeurs français, Pierre Leroux puis Louis Blanc.

 

Ce texte séminal mérite d’être longuement cité tant il est impitoyablement pénétrant et prophétique :

« [Le socialisme], c’est une attaque tantôt directe, tantôt indirecte mais toujours continue aux principes mêmes de la propriété individuelle ; c’est une défiance profonde de la liberté, de la raison humaine ; c’est un profond mépris pour l’individu pris en lui-même, à l’état d’homme ; ce qui caractérise [les systèmes qui portent le nom de socialisme], c’est une tentative continue, variée, incessante, pour mutiler, pour écourter, pour gêner la liberté humaine de toutes les manières ; c’est l’idée que l’État ne doit pas seulement être le directeur de la société, mais doit être, pour ainsi dire, le maître de chaque homme – que dis-je ! son maître, son précepteur, son pédagogue ; que de peur de le laisser faillir, il doit se placer sans cesse à côté de lui, au-dessus de lui, autour de lui, pour le guider, le garantir, le retenir, le maintenir ; en un mot, c’est la confiscation de la liberté humaine. Á ce point que si en définitive j’avais à trouver une formule générale pour exprimer ce que m’apparaît être le socialisme dans son ensemble, je dirais que c’est un nouvelle formule de la servitude… » (cf. nota d’I3 – n° 1)

 

Il faut souligner que ces caractéristiques intrinsèquement perverses du socialisme (surtout version française) rendent d’avance vaines toutes les élucubrations sur la possibilité d’un « socialisme libéral », relevant autant de l’oxymore que jadis celles portant un « communisme à visage humain ».

Pour qu’il puisse exister, il lui faudrait renoncer aux trois caractéristiques précédemment énoncées, mais ce ne serait alors plus du socialisme… (le grand et vrai pré-libertarien de gauche Franz Oppenheimer a bien montré que le souci de faire entrer les plus modestes dans le libre marché doit exclure le recours aux « moyens politiques » spoliateurs et autoritaires !)

 

Comme si cela ne suffisait pas, et c’est un élément nouveau qui accroît encore sa malfaisance foncière, le socialisme à la « Gauloise » s’est depuis au moins deux décennies toujours plus culturellement gauchisé sous l’influence de son « écolo-boboïsation » et de l’influence prépondérante qu’y exerce désormais la bourgeoisie intellectuelle de gauche et d’extrême gauche.

Méprisant et délaissant les salariés modestes accusés de « populisme » (cf. nota d’I3 – n° 2), il s’est voué à la défense de tout ce qui est réputé « exclu » et « stigmatisé » : Délinquants et détenus, cancres, chômeurs et endettés volontaires, squatteurs, fraudeurs « sociaux », « minorités visibles », « racaille », sans-papiers et dévots de la charia…

Bref, de tous ceux qui contreviennent à la simple observance des « règles de juste conduite » (Hayek) assises sur la responsabilité de soi, le respect des droits de propriété d’autrui et le droit de vivre en sûreté – qu’il faudrait… laisser faire et laisser passer, c’en est la version socialiste évidemment contrefaite et antithétique de celle des libéraux cohérents.

 

Le socialisme est ainsi devenu le principal foyer de confection et de propagation de la tyrannie du « politiquement correct » (l’anti-sécuritaire, la religion de l’ « Autre »…) qui empoisonne la vie sociale et intellectuelle du pays.

Et qui, en conjuguant pillage et angélisme, détruit à petits feux le peu de vraies libertés dont nous disposons.

 

C’est dire si, dans un pays déjà amplement hyper-socialisée et donc institutionnellement socialiste où l’on n’a électoralement le choix qu’entre diverses variétés de socialisme plus ou moins accentuées (« Bébé-roux » et sa « France solidaire », « Marinella-tchi-tchi » et son protectionnisme « nationalisateur », « Bling-bling » et sa défense du « modèle social français » entrent évidemment dans ce champ), l’arrivée des socialistes du PS et de leurs compagnons de route, les « néo-bolcheviks » à la sauce « Mélangeons », à la tête de l’État signifierait l’entrée durable (grâce au droit de vote des étrangers qui s’étendrait rapidement à tout) dans un État social et multi-culturaliste total !

Qu’attendre d’autre dans un pays où le PS détient déjà le pouvoir dans toutes les régions et les grandes villes, au Sénat, et où ses compagnons de route intellectuels font déjà la loi dans les médias, la magistrature, l’enseignement et le show-biz – avec le renfort des syndicats ?

 

Le magasine anglais “The Economiste” publie un article au vitriol : The French have had a security wake-up call. But when it comes to the dangers facing their economy, they are still dozing.

http://www.economist.com/node/21551461, à lire de toute urgence… pour mieux vous préparer aux « chocs à venir ».

 

VCRM

 

Nota d’I3 – n° 1 : C’est bien là le « drame » de la condition humaine (que je réfute rageusement) : Quitte à être « serf », faut-il l’être d’un « despote » même éclairé ou vaut-il mieux l’être d’un « soi-même collectif » ?

Choix que je réfute : Je veux être le serf de l’abruti-despote que je suis !

Et c’est alors la porte ouverte à la « lutte des places » et du « chacun pour soi » !

Tout choix que je repousse pour être autant de « non-choix » absurdes livrés entre l’égoïste parfait et « l’égoïste-social-traite »…

 

Nota d’I3 – n° 2 : J’en suis écœuré. Même les pros-marxistes ont oublié ce qu’est la condition socio-professionnelle d’un « prolétaire ».

Le génie du « grand-capital » de la fin du XXème siècle a été de prendre les habits du mercenaire-prolétaire pour en faire des banquiers-totalitaires et despotes à sa solde.

Des serfs zélés formés dans les écoles d’élite qui croient sincèrement œuvrer pour le meilleur de tous : Tous nos « sachants » le sont.

Sans exception !

Des « gaullistes dévoyés » (qui ont d’ailleurs pris le pouvoir dès « Giskar-a-la-barre », pire encore avec le « Chi » et un point d’orgue fabuleux d’ignorance avec « Bling-bling »), qu’on n’en sait même plus ce que ça veut en dire quant à la notion « d’intérêt supérieur » ou de « service de l’intérêt général » qu’est censé être l’État-authentique d’une Nation…

 

Du coup, les tenants de la seconde et troisième internationale ouvrière ont rêvé que leurs « fils » seraient « califes à la place des califes » de la finance et des « maîtres du monde » et que la face du monde en sera durablement changée.

C’est là où « Mélangeons », issu de la quatrième internationale peut reprendre le thème de la lutte des classes à son profit et à mots à peine couverts, où « François III » désigne son ennemi comme étant « financier », surfant l’un et l’autre sur le « TSS » (Tout Sauf Sarko)…

 

Or, tous se trompent tant qu’on n’aura pas ressuscité la « lutte des classes » oubliée jusqu’à être niée même chez les « staliniens-pur-sucre » !

Il n’y aura pas de « nouveau-monde » tant que cette Révolution-là n’aura pas abouti franchement.

Et pour qu’elle aboutisse un jour, le chemin va être drôlement long.

 

J’en conclus très prosaïquement que non seulement on va tous en baver collectivement et individuellement pendant 5 ans, qui ne serviront à rien que de rajouter de la souffrance à la souffrance jusque dans la fange du « peuple-sous-prolo », mais qui va nous donner un délai un peu plus court pendant lequel il va falloir rebâtir une droite-gaulliste « intelligente » en même temps que de rebâtir une « notion de classe » moderne en contre-point.

Bref, ce n’est pas gagné…

Partager cet article

Repost 0

commentaires

I-Cube 20/04/2012 19:04


Des naïfs ?


 


Vladimir et Chris, je ne connais pas trop : Je laisse planer le doute sur ton assertion assez gratuite.


Pour VCRM, je m'inscris totalement en faux : Je le connais nettement mieux et peut te dire que c'est très loin d'être un naïf, lui qui a vécu Tito et le "socialisme" dont plus personne ne devrait
se réclamer !


Naïf, lui qui passe son temps encore disponible à sauvegarder des emplois en "Gauloisie anti-libérale-avancée" en soutenant des entreprises en difficulté (c'est comme ça que je l'ai
rencontré...),


naïf un type qui sait jouer sur tous les tableaux pour améliorer telle ou telle exploitation, haut et bas de bilan bien mieux que moi,


naïf un type qui remet au boulot des désenchantés sur à peu-près n'importe quelle activité, de l'OS au big-boss en passant par toutes les cases d'une hiérarchie,


Là, je te trouve pour le coup bien .... naîf toi-même.


 


On en a à peine une centaine qui oeuvrent encore sur tout le territoire alors qu'on devrait en avoir 10.000 de son calibre pour arriver à arrêter l'hémorragie des talents et de compétences.


Tu es vraiment gonflé.


 


D'un autre côté, tu ne sais pas ce que c'est que le libéralisme d'Hayek ou d'un "Made-lin" ou d'une "mère-quelle" ou encore de bien d'autres, même de "Ségololo" : Il me semble que tu ne reprends
jamais que les litanies obscurantistes des dictateurs en herbe de l'économie qui n'y connaissent rien comme "Mélangeons", LO ou LCR/NPA, en passant par "Beau-vais" ou tous ces meks biberonnant à
la fonction publique.


 


Les libéraux ne sont pas des anarchistes ou des "corrupteurs du rapport de force" : Ca c'est de la gnognotte pour collégiens boutonneux que leur prof, parfaitement incultes de ce qu'est une
entreprise sur le terrain leur enfoncent dans le crâne avant même qu'ils aient du poil au menton (ou à la foufoune).


 


La meilleure preuve, s'il t'en fallait une seule, c'est que tous ces anti-libéraux de salon qui gouvernent le pays depuis des lustres, qui enseignent maintenant une troisième génération, depuis
le temps qu'on connaît leurs recettes et qu'on les laisse appliquée, mais mon petit-Michel, il y a longtemps que la planète entière serait un paradis où chacun aurait selon ses besoins et notre
pays serait la lumière de l'univers.


Vois-tu quelque chose d'approchant autour de toi ?


 


Moi, je vois la misère qui grandit, jusque sur les trottoirs de ma kapitale, moi j'ai vu Marx faire le lit des facsime d'Europe au siècle dernier, en commençant par la Russie et en terminant par
Cuba et la Corée du nord, l'ami.


Jusque-là, on peut constater toi et moi que ce n'est pas le paradis, pas même en Chine qui comprend quand même en parfaite autonomie, voire en quasi-autarcie un bon quart de l'humanité (un peu
moins désormais).


Et ne me balance pas les dicattures africaines, d'amériques du sud ou d'ailleurs comme des contre-exemple : Ces régimes non rien de libéraux, pas même ceux des "barbus" !


 


Le libéralisme, ce n'est ni plus ni moins que d'enjoindre aux Etats de protéger la Liberté : C'est leur seul devoir.


Et d'éviter de la phagocyter au détriment de ses électeurs comme c'est le cas de notre pays.


Vois dans quel état il se trouve, justement : On a mieux à faire que de se battre à longueur de journée contre des moulins à vent réglementaire : C'est épuisant.


 


Tu as dû le lire dans mes colonnes, quand mon "cousin", celui qui fait autnomiste dans le civil en Corse, il en a fini par arracher ses vignes tellement il passait son temps à répondre à ddes
injonctions perpétuelles de toutes les administrations qui lui commandait comment faire son vin !


C'est ça TA France libérale ?


 


Ce que tu as à faire, pour "théoriser un peu", c'est de mettre les mains dans le cambouis de l'activité bénévole et "redistributive-participative".


Il y a nombre d'associations autour de chez toi qui "rende le service" là où aucun énarque ne va, ni aucun élu ne veut s'en mêler, à aider des pauvres bougres que la vie à lâcher et qui ont
besoin qu'on les entendent, qu'on les aide à s'en sortir : Les thèmes sont nombreux, moi je fais dans la "petite-enfance" mais tu peux choisir n'importe quoi d'autre, les gosses dealer, les
femmes battues, les vieux délaissés, c'est du pareil au même.


 


Une fois que tu auras compris comment le "donnant-donnant" qu'on te propose depuis les bureaux des "ors de la République", tu peux le transformer en "gagnant-gagnant", juste avec un peu d'astuce
et d'opinïatreté, tu pourras peut-être commencer à "théoriser".


Et puis si tu n'y arrives pas, ce n'est pas grave : Tu auras rendu le service : C'est déjà énorme, crois moi !

Michel Martin 20/04/2012 11:47


Juste pour m'excuser auprès de Rousseau avec lequel j'ai été un peu injuste en l'affublant d'une naïveté qu'il n'avait peut-être pas, vu que son contrat social, c'est justement pour éviter l'état
de nature qui conduit au règne sans partage du plus fort.


Non, finalement, le plus naïf, c'est sans doute Hayek et ses disciples Vladimir et Chris VCRM.


Que veux-tu que je théorise de plus? Moi, je vois pas, je n'ai quasiment rien dit de nouveau depuis 1998 et à peu près tout ce que j'ai à dire pour que l'état central bureaucratique rende une
bonne partie de l'état social aux citoyens, qu'il se contente plus souvent de fixer les règles  et de réguler que de faire le jeu partout où c'est possible, est sur mon blog. J'ai beau
chercher, je ne vois pas.

I-Cube 19/04/2012 19:21


@ Michel (second commentaire) :


Vidéo très intéressante qui me rassure totalement (puisque c'était tourné en mars dernier) !


 


Les "marchés", ça fait un moment qu'ils ont "anticipé", crois-moi (puisque j'en conseille quelques "conseillés-experts" ... Quand je fais "gourou").


La pays vient de placer 10,4 Milliards d'euros d'emprunt : La demande de papier a été trois supérieure à l'émission.


Si les taux à trois mois ont un peu frémit, les taux à 10 ans sont restés étonnament stable (Indice de risques d'impayés de 15 % à court terme, à 3 % à long-terme) !


 


En bref, à part la "cata" évoqué d'un "mélangeons" au gouvernement, ou d'ex-coco (mais aucun ne veut y aller), il n'y aura pas de surprise : Tout est déjà anticipé.


Et c'est tant mieux, parce qu'il s'agit de ta petite-retraite qui est ainsi assurée, c'est ta capacité de remboursement de tes propres dettes auprès de ton banquier ou de ton épicier qui est
ainsi assuré...


 


Quant à l'hypothèse d'un "assouplissement" des CDI, c'est depuis toujours prévisible, et bien plus les "carcans" administratifs du droit du travail.


Là, le gusse qui cause, il se plante : On n'y parviendra que si on fait disparaître le CDI au profit d'un CDD généralisé.


Relis mes posts, c'est justement ce que je propose en rayant d'un trait de plume tout le code du travail pour le faire entrer dans le code de la fonction publique.


Tout le monde pensera à un phénoméla progrès et 6 mois après, il faudra refondre totalement le code de la fonction publique pour lrendre plus "flexible" :


Ca, ce serait une véritable évolution, majeure même, démocratique et égalitaire.


En plus ça rendrait service à la finance publique et ça permettrait à tout le monde de se remettre au moin un petit-peu en cause, en supprimant ces "rentes indues" du "droit au travail" !


Car il faudra le préserver, mais par une véritable agence nationale du travail, une vaste bourse ou chacun pourra évoluer au lieu de se cantonner à des tâches impossibles dans un environnement
"fossilisé"... qui justement détruit la "liberté" de faire ou de ne pas faire.


Une sortie de "l'esclavage" et du servage rempant qui domine actuellement et empêche les talents d'émerger.


Or, on a un besoin urgent de talents en exercice dans ce foutu pays !


 


Mais je développerai peut-être une autre fois, marre que j'en ai d'avoir des gens parfois brillants, qui se contente de bosser mollement 35 heures dans des tâches où ils sont tous sous-employés.


 


Là encore, fait un tour dans nos associations "sociales" et tu verras que nos salariés, ils en donnent vachement plus entourés qu'ils sont par des "bénévoles" qui donnent sans compter...


 


Théorise aussi un peu là-dessus, ça serait bien, Michel !

I-Cube 19/04/2012 19:06


@ Michel (premier commentaire) :


C'est toi qui le dis : L'Etat providence acteur a un pen,chant naturel pour le bureaucratie.


Justement celle-là même qui plombe sa propre pertinence-sociale (il suffit de descendre dans la rue pour noter sa faillite qui s'étale sur les trottoirs)


C'est pourquoi aussi que je fais dans le "participatif" à titre bénévole & citoyen, "par le petit bout de la lorgnette", à ma mesure et que parfois je me sens bien seul.


Je te l'ai toujours dit : Je compte sur toi pour théoriser, au moins un peu, le problème.


 


En revanche, si je peux encore le faire, c'est parce que justement je suis "libre" ... de pouvoir et donc de vouloir le faire.


Je reconnais que ce n'est pas donné à tout le monde, parce que moi je suis "rentier" dans mon boulot (je suis mon propre patron, hein et je bosse quand je manque de pognon seulement...) mais
qu'on peut imaginer (je ne suis entouré que de ça) qu'on soit "rentier" de ses pensions de retraite et qu'on en fasse autant.


Bon d'accord, la moyenne d'âge des filles les rend moins .... "attractives" à mon nerf-honteux, mais ce n'est pas grave : Je mets à la disposition de tous des compétences acquises, un
savoir-faire expérimenté au service du "social", là où il y en a besoin, pas pour alimenter mon tableau de chasse de "poulies-fendues" !


 


Or, je me heurte déjà à la "toute-puissance" des acteurs de l'Etat (et de ses démembrements) "acteurs".


1 - Qui ne comprennent pas qu'on puisse avoir cette démarche ;


2 - Qui me nient toutes compétences dans ces domaines ,


3 - Qui restent sciées quand je "réussi" quand même ;


4 - Qui en profitent pour justifier de me retirer des moyens indispensables (pour la raison que je me débrouille avec des "bouts de ficelle").


 


Faillite totale du système donc.


 


Mais sans "ma liberté chérie", je serai incapable de faire tout ce que je fais, jusqu'à oser prendre par la main des "déglingués" de la vie, qui bouffent de la subvention (donc de la cotisation
et de l'impôt : Toujours plus et pourtant ils sont toujours moins bien lotis parce qu'en appauvrissant par les prélèvements obligatoires, ils sont tjours plus nombreux), afin de les sortir de
leur fange et qu'ils redeviennent "cotisants"...


 


Tu vois le problème "théorique" ou non ?


Mais j'ai avant tout besoin de ma liberté...


 


Juste une remarque : L'autre jour, je fais la démarche en province pour faire accepter un projet nouveau.


Naturellement, je me présente et présente mon CV à des "travailleurs sociaux" (plus quelques références).


Qui me regardent comme tombant tout droit de la planète Mars, pensant qu'avec mon CV, mes diplômes et mes formations diverses et variées, mon parcours professionnel, je devais être
"milliardaire".


Ils m'ont même posé la question de savoir si j'avais du pognon en quantité à mettre à titre personnel dans les projets présentés et combien j'allais en gagner !


Des "travailleurs sociaux" payés par la République...

Michel Martin 19/04/2012 13:29


Au cas où cette question des rapports de force n'était pas assez claire, un petit document vidéo de viméo sur la puissance tranquille du monde financier (les marchés). Ben oui, le libéral Rousseau, y va dire que "c'est pas de jeu", comme disent les
enfants quand ils ont l'impression de se faire flouer, ce à quoi je leur répondrait: "c'est le jeu ma pauvre Lucette!"