Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

D'où Erre-Je ?

  • : L'ignoble infreequentable
  •                                  L'ignoble infreequentable
  • : La seule question à laquelle personne ne sait répondre reste : la place de l'Etat. Quel est son rôle ultime ? Le reste n'est alors que dérives quotidiennes pour soi-disant, le "bonheur des autres" avec "le pognon des autres". Bonne lecture
  • Contact

Pas de quoi rire

Pauvre Marianne...

Un peu de pub :

Référencé par
Meta-Referencement
http://www.meta-referencement.com

BlogueParade.com - Annuaire des Blogues francophones

Recherche

Infreequentable en autochtone


Albanais :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=sq

Anglais :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=en

Allemand :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=de

Arabe :
http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=ar

Bulgare :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=bg

Catalan :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=ca

Chinois simplifié :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=zh-CN

Chinois traditionnel :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=zh-TW

Coréen :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=ko

Croate :
http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=hr

Danois :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=da

Espagnol :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=es

Estonien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=et

Finnois :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=fi

Galicien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=gl

Grec :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=el

Hébreu :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=iw

Hindi :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=hi

Hongrois :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=hu

Indonésien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=id

Italien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=it

Japonais :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=ja

Letton :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=lv

Lituanien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=lt

Maltais :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=mt

Néerlandais :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=nl

Norvégien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=no

Polonais :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=pl

Portugais :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=pt

Roumain :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=ro

Russe :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=ru

Serbe :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=sr

Slovaque :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=sk

Slovène :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=sl

Suédois :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=sv

Tagalog :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=tl

Tchèque :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=cs

Thaï :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=th

Turc :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=tr

Ukrainien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=uk

Vietnamien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=vi

Les Ex-Archivés

Amis visiteurs !

Oui, entrez, entrez, dans le « Blog » de « l’Incroyable Ignoble Infreequentable » !
Vous y découvrirez un univers parfaitement irréel, décrit par petites touches quotidiennes d’un nouvel art : le « pointillisme littéraire » sur Internet. Certes, pour être « I-Cube », il écrit dans un style vague, maîtrisant mal l’orthographe et les règles grammaticales. Son vocabulaire y est pauvre et ses pointes « d’esprit » parfaitement quelconques. Ses « convictions » y sont tout autant approximatives, changeantes… et sans intérêt : Il ne concoure à aucun prix littéraire, aucun éloge, aucune reconnaissance !
Soyez sûr que le monde qu’il évoque au fil des jours n’est que purement imaginaire. Les noms de lieu ou de bipède et autres « sobriquets éventuels » ne désignent absolument personne en particulier.
Toute ressemblance avec des personnages, des lieux, des actions, des situations ayant existé ou existant par ailleurs dans la voie lactée (et autres galaxies) y est donc purement et totalement fortuite !    
En guise d’avertissement à tous « les mauvais esprits » et autres grincheux, on peut affirmer, sans pouvoir se tromper aucunement, que tout rapprochement des personnages qui sont dépeints dans ce « blog », avec tel ou tel personnage réel ou ayant existé sur la planète « Terre », par exemple, ne peut qu’être hasardeux et ne saurait que dénoncer et démontrer la véritable intention de nuire de l’auteur de ce rapprochement ou mise en parallèle !
Ces « grincheux » là seront SEULS à en assumer l’éventuelle responsabilité devant leurs contemporains…
22 avril 2014 2 22 /04 /avril /2014 05:03

Éclairages de « ma » notaire.

 

C’est la blonde aux yeux bleus intenses dont je vous ai causé la semaine dernière autour de la loi ALUR de « Sicile-de-la-flotte-verte ».

Une binationale russo-ukrainienne, expatriée jusque sur les « Rives-de-Seine » pour y faire notaire dans le civil, dont le mari, russe, originaire de Kiev est retourné au pays pour soutenir les « pro-russes » … en Ukraine… Ou inversement; je ne sais plus bien.

Des jeux de couple un peu compliqués, finalement !

 

Mais bien au cœur des problèmes de ce pays déchirés depuis peu par des questions géopolitiques qui le dépassent.

Tout le monde connaît les origines de l’Ukraine, ses particularités linguistiques et son histoire entre « Révolution Orange » et flambées de violence récentes autour de la question de son rattachement à l’UE.

Non pas une adhésion « dans » l’espace économique européen comme on le croit souvent, mais seulement un accord d’échange commercial, une simple association.

Mais bien des Ukrainiens pensent que c’est la première marche vers une intégration plus complète.

 

D’abord, il faut savoir que depuis 1991 les États-Unis financent des groupes politiques pro-européens en Ukraine par l'intermédiaire d'ONG comme la « Fondation Canergie ».

La diplomate américaine « Victoria Nue-land », représentante du Bureau des Affaires Européennes et Eurasiennes à Washington, a indiqué que ce financement a dépassé 5 milliards de dollars entre 1991 (date de l'indépendance de l'Ukraine) et 2013. C’est beaucoup d’argent…

Il y a un rôle de préparation et d’encadrement des événements actuels qui remonte donc à bien des années… et qu’il s’agit de rentabiliser, imagine-je.

 

Fin novembre 2013, rappelez-vous que l’Ukraine était proche du défaut de paiement et qu'elle enregistre de plus une récession économiques de 2 % en 2013. Il lui restait seulement 18,79 milliards de dollars de réserves de change et elle devait rembourser 7 milliards de dollars à ses créanciers en 2014.

D’autant que la Russie lui réclame par ailleurs 17 milliards de dollars de facture de gaz naturel.

C’est alors que le 18 décembre 2013, le président russe « Vlad’-Poux-tine » annonce la levée des barrières douanières entre l’Ukraine et la Russie, ainsi que son intention de baisser le prix de son gaz et que d’offrir au gouvernement ukrainien un prêt de 15 milliards de dollars pour faire ses échéances.

 

Lors des négociations entre l’Union européenne et l’Ukraine, le premier ministre ukrainien Mykola Azarov avait demandé à l’Union européenne un prêt de 20 milliards d’euros, qui lui a été refusé, l’Union européenne promettant toutefois une aide financière.

Complétée depuis par les aides du FMI et d’autres pays.

 

Rappelons aussi qu’en décembre 2008, selon un sondage, 44,7 % de la population ukrainienne s'était dite favorable à une adhésion de leur pays à l'UE tandis que 35,2 % des sondés s'étaient dits contre. Les sondages effectués portaient sur l'adhésion à l'Union européenne et non sur un accord d'association avec elle.

 

Des manifestations naissent de l'échec des négociations entre l'Ukraine et l'Union européenne à la fin de l’année 2013.

Il faut dire que les européens ont « froid aux pieds », l’actuel Président étant réputé pour avoir détourné quelques 30 milliards de dollars des aides déjà versées et des mirifiques dividendes d’accords industriels avec les russes.

Ce ne sont que des allégations diffamatoires et insultantes sans aucun fondement, parce qu’il serait alors meilleur que notre « génie-national » en la matière, à savoir « Mythe-errant » et sa clique des années 90.

Bon d’accord, le dollar n’était pas aussi abondant, mais sa valeur reste similaire…

 

Dès cet échec, les manifestants demandent le départ de leur président Ianoukovytch, qu'ils accusent d'avoir « vendu le pays pour s'acheter un poste de gouverneur dans l'empire russe ».

Sur la place de l'Indépendance, les drapeaux ukrainien et européen se côtoient, montrant à la fois l'attrait pour l'Union européenne et un nationalisme dirigé contre la Russie.

Dès le départ, on note également une forte présence de l'ancien Parti National-Socialiste Ukrainien, rebaptisé Svoboda (« Liberté ») pendant la « Révolution orange » dix ans plus tôt, et de ses drapeaux (main jaune avec trois doigts dépliés sur fond bleu).

 

Le 15 décembre, selon Interfax-Ukraine, jusqu'à 200.000 manifestants pro-européens seraient descendus dans les rues de Kiev. Le 17 décembre, les présidents russe et ukrainien se mettent d'accord à Moscou sur un plan d'action visant à redéfinir les relations économiques russo-ukrainiennes. Une vraie volte-face pour un président élu sur un programme de rapprochement avec l’UE.

Le 22 décembre, l'opposition ukrainienne s'engage à continuer les manifestations pro-UE, malgré la signature d'un accord économique avec la Russie quelques jours plus tôt.

Et puis c’est l’escalade des manifestations, durant tout le mois de janvier et les premiers morts.

Les « Berkout » (forces spéciales ukrainiennes, ayant succédé aux OMON soviétiques) s'illustrent d’ailleurs particulièrement par la brutalité des répressions.

 

Le 18 février, à l'issue d'une journée de violents affrontements durant lesquels la police a dû essuyer de nombreux jets de pavés, les autorités affirment que la violence doit cesser et fixent un ultimatum pour 18 h 00. Le lendemain 19 février à 3 heures, les forces de l'ordre tentent de reprendre Maïdan, après que des manifestants se soient dirigés vers le parlement.

Six policiers sont tués à Kiev. Des assaillants prennent le bâtiment de l'administration régionale de Lviv, ainsi que la procurature régionale, et attaquent la mairie de Ternopil. Vingt-cinq morts sont dénombrés : quinze manifestants, un journaliste et neuf policiers.

Le rôle des « titouchky » (provocateurs payés par le pouvoir) dans les troubles a d’ailleurs été dénoncé par un opposant pour cette journée-là.

 

Avec l'accord du ministre de l'Intérieur Vitaly Zakhartchenko qui fait suite au déclenchement d'une opération anti-terroriste, les forces de l'ordre sont autorisées le 20 février à faire usage de leurs armes et tirent désormais à balles réelles sur des manifestants considérés par les autorités comme responsables de l'escalade de violence, lesquels sont alors notamment la cible de snipers (*).

Le Ministère de la Santé publie un bilan actualisé au 22 février qui dénombre 82 morts et 622 blessés.

 

Le 21 février dans l'après-midi, après deux journées de négociations entre le Président, les leaders de l'opposition, les ministres des Affaires étrangères allemand, polonais, « Gaulois » et un représentant de la Russie, un accord de sortie de crise est signé par toutes les parties à l'exception du représentant russe. Serait-ce vraiment « la » sortie de crise ?

Pas du tout.

Peu après, Ianoukovytch annonce sur le site de la Présidence des élections anticipées en 2014, un retour à la Constitution de 2004 et à un régime parlementaire. Dans la soirée, le Parlement vote à une large majorité le retour à la Constitution de 2004 ainsi qu'une loi abolissant l'article du code pénal au titre duquel a été condamnée l'opposante malade Ioulia Timochenko.

 

Mais ce n’est pas le plan russe, d’après Larissa.

Dans la soirée, le président Ianoukovytch fuit Kiev.

Le 22 février, le Parlement suspend le ministre de l'Intérieur, Vitaly Zakhartchenko.

Les manifestants continuent à occuper la rue malgré l'accord de « sortie de crise ».

Les défections se succèdent dans le camp présidentiel, dont celle du président du Parlement, Vladimir Rybak, remplacé par Oleksandr Tourtchynov, bras droit d’Ioulia Tymochenko qui agit également comme Premier ministre par intérim.

Et c’est la marche vers la séparation de la Crimée d’abord, des parties Est et russophones, puis des provinces de Lviv, Kharkiv, Donetsk et même Odessa, plus tard, selon le même processus de manœuvres militaires russes aux frontières qu’en 2008 en Géorgie qui a mené au séparatisme de l'Ossétie du Sud et de l'Abkhazie …

 

« Bon, mais à part l’accès à la mer, quel intérêt pour les russes sinon de reconstruire l’URSS ? »

La mer, c’est Sébastopol et Odessa loués fort cher par Moscou. Odessa est loin au Sud de l’Ukraine. Reste Sébastopol en Crimée.

« Mais la Crimée sans les réservoirs d’eau pour l’alimenter, situés en territoire Ukrainien russophone, ce n’est rien ! »

Je ne savais pas « ce détail »… et d’un coup je comprends mieux.

 

Notamment que les russes ne s’arrêteront pas là, mais devront tôt ou tard s’emparer des complexes industriels et miniers du Nord-Est, encerclant Kiev si besoin, jusqu’à s’étendre sur toute la rive Nord de la Mer Noire.

Tous les ports au Sud, toutes les usines au Nord.

Et ils ont l’arme du gaz indispensable pour la région et bien plus que cela, pour les allemands qui refusent de se chauffer au nucléaire, aggravant la signature carbone de la planète : On en a eu quelques épisodes à particules fines quand les vents venaient sur Paris par l’Est…

 

De quoi s’en faire démissionner « Konne-Benne-Dite » qui ne se représentera pas aux élections européennes tellement sûr d’avoir pu avoir tort sur toutes ses lignes idéologiques depuis presque 50 ans.

 

Alors quel avenir pour l’Ukraine ?

Le bordel, coincé entre une Europe qui s’en méfie et une Russie qui s’en sépare en lui volant ses richesses.

Elle, elle rapatrie sa mère et son beau-Père dans les beaux quartiers de la kapitale-sur-Seine, alors que son mari compte se faire élire député en mai sur des listes « pro-russe » et œuvrer à ramener le calme et normaliser les relations du pays avec son encombrant voisin.

La vie des binationaux en exil, je vous jure, ça me rappelle l’épopée des « franco-libanais » des années 80 et suivantes…

 

En attendant, question souvenirs-aigus, j’ai été un geek quand j’eu été jeune, sous dos 5.1 et Windows 95, sur des 380 et 480…

Des antiquités qui n’évoquent plus rien pour les jeunes générations.

Je passais mes week-ends entre soulager mon « nerf-honteux » et les premières simulations un peu intéressantes.

Deux notamment : Une sur la passerelle d’un navire américain de type « Aegis », où l’on pouvait refaire la guerre des Malouines.

Mais curieusement aussi simuler un conflit aéronaval imaginaire dans le Golfe persique et… un autre en Mer Noire.

J’étais très fort : Je me suis fait couler qu’une seule fois en 2 ou 3 ans !

 

Et puis une véritable passion pour un simulateur de Sukhoï-27 armé, où je tentais des Cobras de Pougatchev. Voire même de tenir « debout » l’engin plusieurs secondes d’affilée…

Mais là, il était question de duels avec des Mig 29 russes, voire de véritables assauts en compagnie de F14 de la navy américaine … justement en Mer Noire, autour de la Crimée.

Étaient-ce des hasards, des anticipations ou de simples … « préparations » ?

 

(*) Petite aparté sans intérêt : Le 21 février dernier, « Charlotte », pilote émérite « qui se pose sur un flaque d’eau » avec n’importe quel hydravion et est un as des missions de dernière minute de récupération en territoire hostile, s’est posé à midi sur le Dniepr au Nord de la ville avec un Canadair de la sécurité civile. Pour y récupérer un commando de 7 SAS parachutés la veille, qui ont « fait le ménage » chez les snipers russes en civil déployés la veille autour de la place Maïdan et appuyés par les « Berkout ».

Histoire de rajouter de la confusion à la situation…

Le président Ianoukovytch a alors fui Kiev, paniqué pour sa sécurité, le lendemain soir…

« Charlotte » les aura posés 90 minutes plus tard au point d’intersection « Birma » en Mer Noire où un sous-marin britannique les a pris en charge avec leur matériel.

« Charlotte » sera reparti par la Moldavie, la Roumanie et la Slovaquie jusqu’en Pologne et Bircza, où il a repris un Rafale biplace qui l’a ramené à Carpiquet dans la soirée d’où il était parti par le même moyen au matin.

Le Canadair de la Sécurité civile, parti la veille de Marignane, regagnera son hangar au début de la nuit…

Mais bon, vous lirez ces détails en août prochain, n’est-ce pas.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

I-Cube 23/04/2014 12:41


Je constate que les histoire d'accès à l'eau potable, ça vous a tous laissé de marbre !


Dommage, parce que c'est une des clés de l'Histoire de la Crimée.


 


Notez : Pas seulement, il est vrai...