Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

D'où Erre-Je ?

  • : L'ignoble infreequentable
  •                                  L'ignoble infreequentable
  • : La seule question à laquelle personne ne sait répondre reste : la place de l'Etat. Quel est son rôle ultime ? Le reste n'est alors que dérives quotidiennes pour soi-disant, le "bonheur des autres" avec "le pognon des autres". Bonne lecture
  • Contact

Pas de quoi rire

Pauvre Marianne...

Un peu de pub :

Référencé par
Meta-Referencement
http://www.meta-referencement.com

BlogueParade.com - Annuaire des Blogues francophones

Recherche

Infreequentable en autochtone


Albanais :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=sq

Anglais :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=en

Allemand :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=de

Arabe :
http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=ar

Bulgare :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=bg

Catalan :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=ca

Chinois simplifié :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=zh-CN

Chinois traditionnel :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=zh-TW

Coréen :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=ko

Croate :
http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=hr

Danois :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=da

Espagnol :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=es

Estonien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=et

Finnois :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=fi

Galicien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=gl

Grec :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=el

Hébreu :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=iw

Hindi :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=hi

Hongrois :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=hu

Indonésien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=id

Italien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=it

Japonais :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=ja

Letton :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=lv

Lituanien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=lt

Maltais :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=mt

Néerlandais :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=nl

Norvégien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=no

Polonais :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=pl

Portugais :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=pt

Roumain :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=ro

Russe :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=ru

Serbe :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=sr

Slovaque :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=sk

Slovène :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=sl

Suédois :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=sv

Tagalog :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=tl

Tchèque :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=cs

Thaï :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=th

Turc :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=tr

Ukrainien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=uk

Vietnamien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=vi

Les Ex-Archivés

Amis visiteurs !

Oui, entrez, entrez, dans le « Blog » de « l’Incroyable Ignoble Infreequentable » !
Vous y découvrirez un univers parfaitement irréel, décrit par petites touches quotidiennes d’un nouvel art : le « pointillisme littéraire » sur Internet. Certes, pour être « I-Cube », il écrit dans un style vague, maîtrisant mal l’orthographe et les règles grammaticales. Son vocabulaire y est pauvre et ses pointes « d’esprit » parfaitement quelconques. Ses « convictions » y sont tout autant approximatives, changeantes… et sans intérêt : Il ne concoure à aucun prix littéraire, aucun éloge, aucune reconnaissance !
Soyez sûr que le monde qu’il évoque au fil des jours n’est que purement imaginaire. Les noms de lieu ou de bipède et autres « sobriquets éventuels » ne désignent absolument personne en particulier.
Toute ressemblance avec des personnages, des lieux, des actions, des situations ayant existé ou existant par ailleurs dans la voie lactée (et autres galaxies) y est donc purement et totalement fortuite !    
En guise d’avertissement à tous « les mauvais esprits » et autres grincheux, on peut affirmer, sans pouvoir se tromper aucunement, que tout rapprochement des personnages qui sont dépeints dans ce « blog », avec tel ou tel personnage réel ou ayant existé sur la planète « Terre », par exemple, ne peut qu’être hasardeux et ne saurait que dénoncer et démontrer la véritable intention de nuire de l’auteur de ce rapprochement ou mise en parallèle !
Ces « grincheux » là seront SEULS à en assumer l’éventuelle responsabilité devant leurs contemporains…
25 octobre 2012 4 25 /10 /octobre /2012 04:07

Les dix mesures de « j’y-aime-Air-haut » pour la « Corsica-Bella-Tchi-tchi »

 

Monsieur « le Premier » a assuré qu'« une attention particulière » serait désormais portée à la délinquance économique et au blanchiment d'argent... dans l’île.

Et tout ça en dix mesures pour renforcer la lutte contre le crime organisé en « l’Île de beauté » seulement, six jours après l'assassinat d’Antone Sollacaro.

Pour lui « les affaires économiques et financières sont à l'origine de la plupart des homicides » dans l'île pour cause « notamment (… de) domaine de l'immobilier et y compris du sport, ainsi qu'aux procédures de marchés publics, aux autorisations d'urbanisme » sur le littoral.

Il était temps…

 

Mais quant à savoir quel est le contenu de l'arsenal de mesures annoncées, non seulement chacun y met ce qu’il veut tellement on restait dans le vague, un peu comme dans une auberge-espagnole, mais ça en laisse perplexe, sceptique, plus d’un.

Quant à moi, je ne les ai pas trouvées…

Trop généralistes en disent les uns, les mesures gouvernementales ne sont pas comparables au dispositif annoncé à Marseille. Pas de préfet de police de plein exercice, pas de création de zone de sécurité prioritaire, pas de moyens nouveaux significatifs, il se serait juste borné à afficher la détermination du gouvernement.

 

À droite, on est dans l'attente de résultats. « Plus d'actes et moins de paroles », demande le président de conseil général de Corse-du-Sud « Jiji-Pan-nous-tzi », rappelant le discours de « François III » à Ajaccio. « Cette annonce d'une mobilisation de l'État, en particulier dans le cadre d'un renforcement du pôle économique et financier de Bastia, par la mise en œuvre de moyens d'enquêtes supplémentaires va cependant dans le bon sens. Je m'en étais régulièrement fait l'écho, indiquant que face à cette criminalité organisée, il appartenait de déployer des moyens de lutte adaptés et ciblés, à l'instar des mesures prises avec succès en Italie depuis plusieurs années » ajoute-t-il, en attentant « des résultats pour que cesse enfin cette lente et mortifère dérive ». Il en appelle l'État à assumer « avec fermeté, mais aussi avec lucidité », ses missions régaliennes de sécurité et de justice. « Il appartient aussi aux acteurs publics de l'île d'assumer pleinement leurs responsabilités », ajoute-t-il.

 

« Les propositions doivent être suivies d'effets. Le renforcement des moyens techniques et une meilleure coordination sont certes nécessaires », renchérit « Sgio Camille di Rocher-du-soir » qui souhaite, en matière de justice, que l'on saisisse davantage les juridictions locales plutôt que de délocaliser les actions sur le continent.

On se demande pourquoi, tiens-donc !

« On doit faire confiance à la Corse. La République doit être aussi présente en Corse qu'ailleurs. Elle n'a pas à être « hors-sol ». Aujourd'hui, par le biais d'investigations organisées et coordonnées, il y a moyen d'élucider ces crimes odieux. C'est ainsi que l'on rendra l'impunité plus difficile et que l'on enrayera cette spirale destructrice. Il y a aussi des dispositifs d'anticipation à mettre en œuvre pour éviter que de telles exactions se reproduisent », précise le député de Porto-Vecchio et autre « côte d’or » locale dominée par les luxueuses villas construites par son père en toute illégalité.

 

Côté nationaliste, les commentaires sont plus sévères. « Corsica Libera », « Femu a Corsica » et « Rinnovu » s'inquiètent du fait que le gouvernement fasse l'amalgame entre le droit commun, le grand banditisme et la violence politique. Ils dénoncent le « mélange des genres ».

Parce qu’il y a des « genres » ou n’est-ce pas le même Code pénal qui s’applique à tous ?

« Un train de mesures unilatérales, sans concertation… Du replâtrage », déplorant que la première action du gouvernement dans l'île se situe sur le plan de la justice et de la sécurité. L'élu de « Femu a Corsica » est également préoccupé par la directive pénale particulière, « la crainte existe que l'on tende de nouveau vers une forme de justice d'exception », explique-t-il.

La « vendetta » et l’intimidation à l’explosif, chacun l’aura compris, c’est une justice de droit commun, n’est-ce pas…

 

« À côté de la plaque », affirme « Baul-Felix Benêt-detti » qui se dit attristé de voir que les mesures sont dictées par l'événement : « La classe politique ne sait pas que depuis 3-4 ans on a atteint les fonds les plus abyssaux ? ».

L'élu territorial de « Rinnovu » assure que le problème est avant tout sociétal : « Il y a une dérive étatique qui a laissé faire pendant quarante ans… Paris nous a volontairement mis dans le désordre. Ils ont favorisé l'émergence d'une voyoucratie qui a eu pignon sur rue avec relais politiques et économiques. Il faut arrêter de faire appel à Paris ».

« Il faut recentrer le problème sur les Corses eux-mêmes. À eux de trouver les moyens de s'en sortir. À chaque fois qu'il y a un mort, on a l'impression que tout va changer. Et le mois d'après on revient sur le cycle mortifère, le cycle de résilience », dénonce-t-il, restituant la genèse du problème : L'attrait de l'argent facile dans l'immobilier. « Il faut redonner la main aux Corses pour contingenter cette économie malsaine par des règles législatives adaptées à l'insularité ».

Un grand rêveur de « lotissements propres ».

 

Même à gauche, on ne saute pas au plafond. Si « Dùmé Boue-kini » souhaite « prendre le temps de la réflexion », « Bol d’Jiacob-bi » s'est dit « perplexe » face à des propositions par trop généralistes « qui normalement fonctionnent déjà dans un pays républicain ». De son côté, « Nico Halle-Fond-tsi » regrette que « l'urgence du dispositif anti-criminalité trouve sa cause dans la médiatisation provoquée par l'assassinat du bâtonnier Sollacaro. Il serait regrettable que la prise de conscience de la gravité de la situation ne tienne qu'à cette circonstance ». Et d’observer que dans le passé, des initiatives « restées sans suite » ont été nombreuses. Mais « mieux vaut tard que jamais », dit-il !

Et d'ajouter, un brin provocateur : « On ne peut qu'approuver ces mesures. Il faudra dix ans de continuité dans l'action de l'État – que resterait-il en Corse s'il allait disparaître ! – pour rétablir l'ordre. Je souhaite que le gouvernement réussisse ».

 

Bref, ce qu’on peut en retenir c’est la création du comité interministériel : « Un premier pas vers la réussite ».

Et rester vigilant dans l'application concrète de ces mesures.

Contre la spéculation immobilière, contre l'argent sale dans l'économie et la nécessité de se pencher sur une situation sociale difficile qui permet à des jeunes de tomber dans la délinquance. « On est là, dans les racines du mal ».

Si l'on réorganise les services de police et de justice, si les Services fournissent les efforts en matière fiscale à travers un comité interministériel sur la Corse, même sans aucune concertation, l’exécutif insulaire réclame le rétablissement d'un préfet de police en Corse en plus du reste…

« Si demain le préfet de police va coordonner (l’ensemble des actions), cela signifie qu'il y avait un manque de coordination. (…) Maintenant si la coordination va permettre de résoudre ces drames, tant mieux. Est-ce que c'est réellement une réorganisation ou une accentuation des services de coopération de l'État qui va tout régler ? »

« On n'est pas un vrai Corse lorsqu'on porte un calibre. On est un véritable citoyen corse lorsqu'on n'a pas d'arme ».

« Notre mission (d’élu du peuple corse) est aussi de convaincre les jeunes. Si on ne le fait pas, on tue le futur. »

 

De son côté, « Menuet-Valse » estime « qu’il faut s’attaquer en profondeur aux causes de la violence qui ne cesse de s’accroître ».

C’est « le symptôme d'une crise profonde de la société corse, plongée depuis longtemps dans la violence clanique et affairiste » diagnostique-t-il. « Avec le Premier ministre, nous sommes en train de travailler pour conforter la coordination entre les services de gendarmerie et de police, et de la justice. Nous nous rendrons en Corse avec (la « garde-des-sots ») dans quelques semaines ».

 

Mais ce n’est pas tout : Le fils du prédécédé, lui aussi avocat, accuse la police d'être responsable de la mort de son père et réclame une enquête parlementaire sur le fonctionnement de la « Jirs » de Marseille.

Il estime que ce sont « les services de police » qui sont « responsables de (la) mort » de son père.

« De poussettes (des manipulations dans le jargon policier) en suggestions, que ce soit en garde à vue ou sur procès-verbal, certains enquêteurs ont honteusement caricaturé les avocats ».

Il s'en prend à la Juridiction inter-régionale spécialisée (Jirs, chargée des dossiers de crime organisé) de Marseille, dont son père dénonçait les méthodes et qui est saisie de l'enquête sur sa mort, ce qui est « une insulte pour (sa) famille ».

C’est sûr que ça fait sérieux, dans ces conditions…

« Je veux une enquête parlementaire sur le fonctionnement de la Jirs. Je souhaite aussi que le ministre de l'Intérieur saisisse l'inspection générale des services », ajoute-t-il.

Dans un entretien réalisé au lendemain des obsèques de son père, le fils Paul dénonce sans ambiguïté ledit service : Ils sont « responsables de la mort de mon père pour lui avoir accroché une cible dans le dos ».

Ce qui n’est pas totalement faux non plus…

 

Ce ne serait pas la première fois : Il s’agit de noter que quand on remonte le temps, on retrouve déjà la trace d’une réunion à Matignon en août 1992.

Autour du premier d’alors, « Béret-Go-Voix », faisait déjà le lien, exactement dans les mêmes termes qu’aujourd’hui, entre criminalité et trafics financiers liés notamment aux permis de construire.

Tous les gouvernements ont tenté de s’attaquer aux causes du crime organisé.

Tout cela en vain.

Le nombre d’homicides reste d’une constance désespérante : Une vingtaine par an – pour 2012, on en est à 16 avec celui d'hier à Propriano, mais l’année n’est pas finie.

Le taux d’élucidation est plus bas que partout ailleurs, ce qui montre que la « loi du silence » ne serait pas un fantasme…

Et pour cause, rajouterai-je ! Tant que l’État n’aura pas été capable de s’épauler sur le régime clanique insulaire, le clan protégera mieux quiconque que toute autorité étatique : C’est une constante historique pluriséculaire !

Et il y a toujours quelque 80 attentats par an…

Ce qui est en cause à propos de la Corse, ce ne sont donc pas les intentions du gouvernement, mais le fait qu’on s’habitue à cette situation d’exception.

Il y a au mieux une forme de résignation, au pire une forme de connivence de la part de tous les certains Corses, dans tous le secteurs de la vie publique, économique, politique, administrative ou autre qui rend très compliquée une inflexion de la situation.

 

Tous les ministres de l’Intérieur ont pourtant fait du dossier Corse une affaire personnelle. Pour le meilleur et pour le pire.

Il y avait eu la méthode « Pasqua-Debré » : Des mots musclés, mais en sous-main, des discussions secrètes avec les nationalistes y compris les plus violents.

Il y a eu la fermeté du « Ché » après l’assassinat du préfet Érignac, qui s’est malheureusement abîmée dans le fiasco des agissements du préfet Bonnet.

Il y a eu l’approche institutionnelle de « Pierrot Boxe », qui a été jusqu’à valider l’expression de « peuple corse ». Une belle ânerie !

Il y a eu aussi « Bling-bling », qui a espéré conjuguer son image d’autorité et son attachement personnel à la Corse pour convaincre.

Traque de l’assassin d’Érignac d’un côté, échec d’une très courte tête du referendum pour ériger une collectivité territoriale indépendante et unique de l’autre.

Cette fois, c’est à l’économie parallèle que le gouvernement s’attaque.

« Mythe-errant » disait à propos du chômage : « On a tout essayé. »

C’est plus vrai encore de la Corse.

C’est cette impuissance récurrente depuis trente ans qui ne rend personne optimiste aujourd’hui sur la capacité des autorités à faire à évoluer la Corse, notamment parce que décidément, personne ne comprend rien à la vie insulaire locale qui « oblige » naturellement à la vie clanique comme d’un réflexe séculaire face aux imperiums des « puissances importées », qui n’ont jamais la durée pour elles, depuis les génois.

 

Quel dommage, quel dommage pour une île si jolie et dont les habitants restent si accueillants.

Il serait vraiment temps que ça change et ça demandera bien une « génération complète » pour ce faire !

En attendant, les femmes pleurent leurs fils, leurs maris, leurs frères, leurs pères : C’est tellement insupportable qu’il ne peut pas n’y avoir aucun ressentiment dans ces familles-là … et leurs « clans », face à l’impuissance de l’État et ce sentiment d’impunité généralisée !

En signalant qu’on retrouve exactement les mêmes dans « les quartiers » et leurs « bandes » du continent…

Bref : Votre avenir rêvé ?

Partager cet article

Repost 0
Published by I-Cube - dans Corsitude
commenter cet article

commentaires

I-Cube 25/10/2012 15:49


Merci d'être passé, Triangle.


 


Tu nous avais déjà évoqué ton pote de Calenzana.


Je passe devant ledit bar au moins une fois par an pour aller chercher des canistrelli tout frais à la sortie du village, à la boulangerie où tu sais.


Parfois pour récupérer ou emmener des amis continentaux sur ou du G20.


Oui, ça fait mal de se souvenir de ce qui ne sont plus pour cause d'âneries et de rancoeurs mal placées.


C'est comme ça : Comme la drogue, ne jamais y toucher, c'est une assurance-vie !


 


Tu as raison de rappeler que sur place, tout fini par se savoir de tous et de tout.


On apprend comme ça que l'avocalieux descendu à Ajacciu, il n'était pas forcément "l'oie blanche" que ces collègues disent.


Je dis "pas forcément", parce qu'on ne crache pas non plus sur aucun cadavre et ce qu'il a fait ou pu faire, ça ne regarde que lui.


Et comme je ne pense pas qu'un homme puisse vivre comme un saint toute sa vie, ni comme une crapule toute une vie, sauf par choix, je n'admets pas qu'il ait pu être fusillé par quiconque.


 


Mais là, franchement, je ne vois pas comment les Corsi vont se sortir de ce merdier... avec ou sans 997 ou 998 "mesures exceptionnelles", ou plus.


 


Parce que plus généralement, mais on n'en parle pas autant, dans "les quartiers", es "zones de non-droit", dans les banlieues de toutes nos grandes villes, mais aussi dans les DOM, c'est la même
"loi de la rue" qui s'applique à la petite semaine.


C'est plus discret parce que moins spectaculaire, mais c'est du pareil au même entre intimidation, racket, bastonades dès les cours d'école, de collèges et de lycées, chez les commerçants de
quartier, les pompistes, toubibs, infirmières, chauffeurs de bus et même les pompiers ou les flics qui se font caillassser !


C'est le même phénomène des "drogues" qui circulent chez les jeunes et qu'on veut "libéraliser" (on en causait hier encore que je me suis même fait traité de fachot par "INCO".


 


Alors certes, il ne s'agit pas de marchés publics et d'affaires immobilières au grand jour et à la barbe des autorités, mais même celles-là existent et se règlent sur "tapis-vert" et petites
enveloppes.


 


Un jour, il faudra que je dise comment je "blackélisais" du fric pour avoir des marchés dans les banlieues huppées (et les autres) de Paris pour livrer des camions de bouffe, jusqu'à ce que je
décide d'arrêter tellement ça sentait le soufre.


C'était dans une autre vie.


 


Bref, le tort de la "Corsica-Bella-Tchi-tchi", c'est d'être en avance sur son temps.


Car soit "ça" s'arrête (et je ne sais pas comment), soit c'est l'avenir du pays tout entier.


Comme la démocratie-Corse pluriséculaire, écrite en 1755 dans une constitution, puis exportée sur le nouveau continent une génération plus tard (et encore, par le hasard d'une taxe sur le thé),
puis revenu sur le vieux continent, qui a connu des hauts et des bas, et qui s'est étendu au "monde-libre" par la force des choses.


 


Mais tout ça, tu le sais au moins aussi bien que moi !


 


Re-merci d'être passé..

Triangle 25/10/2012 14:02


Sacré gouvernement....la 997ème mesure spéciale pour mon Ile de Beauté.


Dans les années 70 nos services savaient parfaitement qui faisiat quoi et ou...après par manque de courage politique et petits arrangements entre amis on a laissé dériver loe bateau
indépendantiste vers les eaux mafieuses.


Il y a quelques années, de mémoire, un article de l'express faisait une statistique curieuse, le poids de la population Corse versus la France est de 0.53%. Le poids de la population Corse dans
le grand banditisme était de 59%.


Le pourcentage de Corse en Commandant de Police était également très élevé.


C'est vraiement une terre de contraste?


Après les journaleux oublient aussi les connexions avec le continent et surtout avec le milieu marseillais, historiquement occupés par des Corses.


J'en profite pour une minute de silence pour mon ami d'enfance, mort assassiné après une sombre histoire, mon ami Jacques BUTTAFOGHI.


Quand je pense qu'enfant, son oncle, Antoine était son idole, il tenait le bar bien connu à Calenzana, Chez Bijou.


Comme aurait dit Audiard, un monument à lui tout seul, un bandit d'honneur comme aime à le raconter la légende Corse...


Jacques a mal tourné, il a franchi la ligne jaune jusqu'au jour ou il a croisé 2 balles de 9 mm.


Paix à son âme.


 


C'est très difficile pour un continental de comprendre tous les tenants et les aboutissants, c'est encore plus difficile quand il ferme les yeux pour ne pas emmerder les amis. Pas vrai M. Guy
RINI? (toute ressemblance avec un personnage existant ou ayant existé serait fortuite), on pourrait en citer quelques autres à droite, comme à gauche. Mais bon c'est les roses aux commandes...