Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

D'où Erre-Je ?

  • : L'ignoble infreequentable
  •                                  L'ignoble infreequentable
  • : La seule question à laquelle personne ne sait répondre reste : la place de l'Etat. Quel est son rôle ultime ? Le reste n'est alors que dérives quotidiennes pour soi-disant, le "bonheur des autres" avec "le pognon des autres". Bonne lecture
  • Contact

Pas de quoi rire

Pauvre Marianne...

Un peu de pub :

Référencé par
Meta-Referencement
http://www.meta-referencement.com

BlogueParade.com - Annuaire des Blogues francophones

Recherche

Infreequentable en autochtone


Albanais :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=sq

Anglais :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=en

Allemand :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=de

Arabe :
http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=ar

Bulgare :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=bg

Catalan :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=ca

Chinois simplifié :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=zh-CN

Chinois traditionnel :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=zh-TW

Coréen :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=ko

Croate :
http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=hr

Danois :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=da

Espagnol :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=es

Estonien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=et

Finnois :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=fi

Galicien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=gl

Grec :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=el

Hébreu :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=iw

Hindi :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=hi

Hongrois :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=hu

Indonésien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=id

Italien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=it

Japonais :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=ja

Letton :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=lv

Lituanien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=lt

Maltais :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=mt

Néerlandais :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=nl

Norvégien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=no

Polonais :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=pl

Portugais :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=pt

Roumain :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=ro

Russe :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=ru

Serbe :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=sr

Slovaque :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=sk

Slovène :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=sl

Suédois :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=sv

Tagalog :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=tl

Tchèque :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=cs

Thaï :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=th

Turc :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=tr

Ukrainien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=uk

Vietnamien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=vi

Les Ex-Archivés

Amis visiteurs !

Oui, entrez, entrez, dans le « Blog » de « l’Incroyable Ignoble Infreequentable » !
Vous y découvrirez un univers parfaitement irréel, décrit par petites touches quotidiennes d’un nouvel art : le « pointillisme littéraire » sur Internet. Certes, pour être « I-Cube », il écrit dans un style vague, maîtrisant mal l’orthographe et les règles grammaticales. Son vocabulaire y est pauvre et ses pointes « d’esprit » parfaitement quelconques. Ses « convictions » y sont tout autant approximatives, changeantes… et sans intérêt : Il ne concoure à aucun prix littéraire, aucun éloge, aucune reconnaissance !
Soyez sûr que le monde qu’il évoque au fil des jours n’est que purement imaginaire. Les noms de lieu ou de bipède et autres « sobriquets éventuels » ne désignent absolument personne en particulier.
Toute ressemblance avec des personnages, des lieux, des actions, des situations ayant existé ou existant par ailleurs dans la voie lactée (et autres galaxies) y est donc purement et totalement fortuite !    
En guise d’avertissement à tous « les mauvais esprits » et autres grincheux, on peut affirmer, sans pouvoir se tromper aucunement, que tout rapprochement des personnages qui sont dépeints dans ce « blog », avec tel ou tel personnage réel ou ayant existé sur la planète « Terre », par exemple, ne peut qu’être hasardeux et ne saurait que dénoncer et démontrer la véritable intention de nuire de l’auteur de ce rapprochement ou mise en parallèle !
Ces « grincheux » là seront SEULS à en assumer l’éventuelle responsabilité devant leurs contemporains…
3 juin 2013 1 03 /06 /juin /2013 04:05

C’est l’objectif de l’An II…

 

Paraît-il, paraît-il seulement, parce que cette affaire du couple « Angèle/François » qui se dorlote réciproquement, j’en reste sur ma faim.

 

« François III » veut-il vraiment mettre en œuvre un « socialisme de l'offre » ?

Veut-il vraiment « faire dans les moments difficiles des choix courageux pour préserver l'emploi, pour anticiper les mutations industrielles (...), ce qu'a fait Gerhard Schröder », comme il l'a affirmé devant « Mère-quelle » au congrès du SPD allemand et qu’on nous le rapporte sur toute la gamme des tons ?

C’est assez stupéfiant, mais il n'a plus qu'à suivre le véritable programme de gouvernement économique que lui a adressé le gouverneur de la Banque de « Gauloisie-ruinée », dans sa traditionnelle lettre annuelle, à l'occasion de la présentation de son rapport, l’autre jour.

Tout y est, ou presque.

 

Réforme profonde du marché du travail pour lutter contre le chômage.

Réduction maîtrisée des dépenses publiques, notamment via une nouvelle énième réforme des retraites.

Restauration de la compétitivité des entreprises.

Choc d'offres de logements (que je ne détaille pas : On sait ce qu’il en est).

Un parfait manuel de « libéralisation de l'économie », jamais essayé auparavant.

 

« Le monde a changé, et donc il faut changer le modèle de croissance », a expliqué le gouverneur.

Et abandonner le vieux modèle de croissance, totalement épuisé et fondé sur « la consommation » et « la demande intérieure » financé à crédit.

Quel avertissement, mazette !

 

Le constat du marché de l’emploi : « Parmi les pays développés, la « Gauloisie laborieuse » fait partie de ceux qui consacrent à la politique de l'emploi les ressources financières les plus importantes, mais enregistre aussi un taux de chômage parmi les plus élevés, en particulier chez les jeunes. »

Et des « moins jeunes »… 

Le remède : Mettre fin à la « complexité », la « multiplicité » et le « saupoudrage » des aides à l'emploi !

Aussi simple que ça : On dirait « du moi », à croire qu’il lit aussi mes posts ou mes « études » diverses et variée sur le sujet…

« Ne visent-elles pas à compenser des rigidités qu'il serait plus efficace – et moins coûteux – de corriger directement ? »

Pan dans le mille : Un constat, effectivement, qui saute aux yeux quand on se penche réellement sur le problème.

 

L'accord interprofessionnel du 11 janvier signé par le patronat et une partie des syndicats contient des « avancées considérables », aux yeux de la Banque de « Gauloisie-ruinée ».

Je ne suis pas tout-à-fait d’accord, mais c’est une question d’optique, la fameuse affaire du verre à moitié vide ou à moitié plein.

 

Lui voit le côté « à moitié plein » : Les droits rechargeables à l'assurance chômage, notamment, incitent à la reprise plus rapide d'un emploi, puisqu'ils permettent de conserver les droits à indemnisation accumulés antérieurement en cas de nouvelle perte d'emploi.

C’est exact, mais il tempère aussitôt : « L'effort doit être poursuivi ».

J’en suis parfaitement d’accord.

 

L'assurance chômage devrait être réformée elle aussi pour inciter à la reprise d'emploi. « La réduction de la durée d'indemnisation devrait être envisagée dès que la conjoncture s'améliorera significativement. »

Ce qui n’est hélas pas encore le cas.

Mais la réduction du taux de remplacement, particulièrement favorable pour les revenus les plus élevés, devrait être entamée « dès maintenant ».

Disons que quitte à annoncer que les « hauts-revenus » sur la touche qui ont « hautement » cotisé pour s’assurer des revenus de remplacement seront les cocus de la farce, pourquoi pas : Ils sont nettement moins nombreux que les autres et ne votent pas « soce » !

Alors, allons-y, n’est-ce pas dans la démarche du parfait escroc…

On n’est plus à ça près.

Et puis cela tombe bien, puisque les paramètres de l'assurance chômage doivent être rediscutés dans les prochains mois avec les partenaires sociaux.

 

Autre chantier, d'ailleurs s'inscrit à l'agenda 2013, la réforme de la formation, qui n'est pas assez centrée sur les chômeurs.

Disons qu’un jour il va quand même falloir que nos « sachants » se penchent un peu sur « la vie des gens d’en bas ».

Dans la vie, il y a la période de formation (lycée, fac, apprentissage, formation-continue, perfectionnement, spécialisation, etc.).

Il y a la période de « production » : La quantité en temps, en heure, en semaine par an, mais aussi la quantité dans une vie, une carrière toute entière.

Qui s’accompagne normalement aussi par une amélioration de la « qualité ».

Normalement, mais pas toujours.

Et enfin, la « fin de vie », où la santé décline, où l’on vit toujours plus longtemps, mais toujours plus longtemps en mauvaise santé aussi, épuisé de vivre autant !

 

Or, par grand-malheur, nos « sachants » ne discutent jamais de l’ensemble que « petit-bout par petit-bout » : Chômage ici, maladie là, durée hebdomadaire de travail par-là, durée des carrières par ici, accident de la vie ailleurs, et maternité … à peine !

Hélas, aucun ne semble avoir compris que c’est un tout qui ne se tronçonne pas !

 

Quant aux déficits publics, ça commence aussi par un constat : « Les efforts ont reposé dans un premier temps sur des mesures de prélèvements obligatoires pour obtenir des résultats rapides. »

Notez qu’on attend toujours les fameux résultats : Ils ne sont manifestement pas au rendez-vous au fil des statistiques qui tombent.

Passons, on avait déjà prévenu nos « sachants ».

 

Et un remède : « Concentrer les efforts sur la dépense publique, compte tenu du niveau élevé de pression fiscale atteint et de l'impossibilité d'augmenter les charges des entreprises sans dégrader à nouveau l'activité et l'emploi. »

Ah tiens ? Je ne suis plus tout seul à le dire ?

 

Pour y parvenir, trois axes :

– D'abord, « infléchir la progression de la masse salariale dans la fonction publique ».

On s’en occupe : 29.000 postes détruits en un an, plus que le 1 sur 2.

Là encore, vous étiez prévenus depuis avant les élections.

Les fonctionnaires devraient accepter une baisse de leur GVT, c'est-à-dire du « glissement vieillissement technicité » – un indice qui fait progresser les salaires des fonctionnaires chaque année sans contrepartie – en plus du gel du point d'indice !

Et ce pour tenir compte de l'allongement de la durée de vie au travail.

Tiens donc ? Quel est le rapport sinon payer l’incompétence, le manque de compétitivité, aux forceps ?

 

– Ensuite, mener à bien la réforme des retraites.

Avec une proposition-choc : Désindexer les pensions de l'inflation, au moins temporairement (et au passage une désindexation « partielle temporaire » des prestations sociales aux ménages), en plus d'un nouvel allongement de la durée de cotisation.

Car, « utilisé seul », le seul allongement de la vie au travail « conduirait à faire porter toute la part de l'effort sur les actifs et les jeunes générations ».

Même que parfois, ils en défilent dans la rue…

« Pour l'instant, on n'a rien demandé aux retraités », alors qu'ils « disposent de ressources largement égales à celles des actifs. C'est une question d'équité intergénérationnelle », a estimé le gouverneur.

Ce qui est vrai en moyenne seulement, mais masque aussi de terrifiantes et abyssales inégalités de vie…

 

– Enfin, il veut « une simplification radicale des structures administratives », avec, pour chaque structure, une « compétence exclusive dans un domaine particulier ».

Comme si ce n’était pas déjà le cas …

Que même chacun passe son temps à glisser des peaux de banane sous les pieds de leurs collègues.

Ce n’est pas ce qu’il faut faire, mais « reprendre à zéro » le rôle de l’État dans la vie du pays, sanctuariser ses missions régaliennes et sous-traiter tout le reste, même si ce pourrait être à des « agences-publiques » de fonctionnaires publics (ou autre).

On y arriverait bien plus facilement.

 

– Quant au « redressement productif » des épars amollis et de la compétitivité des entreprises, il constate là encore que « Depuis dix ans, (mon pays et ses entreprises) perd des parts de marché à l'exportation (...) et creuse son déficit extérieur. »

Disons que ça eu été plus marqué avec l’arrivée de « Kri-kri-La-Garde-meurt-mais-ne-se-rend-pas » au commerce extérieur en juin 2005 dans le gouvernement de « Vil-Pain » sous le « Chi », qu’auparavant.

Qu’avait-on besoin d’une avocate de chez les américains « Baker & McKenzie », qui brillait de tous ses feux, pour venir torpiller notre « commerce extérieur » ?

Je vous l’avais fait remarqué, c’est à partir de cette époque que l’effondrement devenait si létal.

Et personne n’a écouté mes avertissements du moment…

 

Le remède ?

Ne pas augmenter le smic de façon discrétionnaire.

Ne pas augmenter les cotisations sociales pour les entreprises.

Y compris pour financer la réforme des retraites !

 

La progression des salaires, elle, doit ralentir pour ne pas dépasser le rythme de progression de la productivité.

Parfaitement d’accord, sauf qu’en général, c’est la progression des rémunérations à verser qui provoque, dans une économie saine, les progressions de productivité.

D’ailleurs, globalement, on mesure « ça » en progression du chômage dans une économie « déstructurée » et malade.

Même si le coefficient de corrélation de la fonction de régression n’est pas toujours très élevé (il faut « décaler » les courbes de 6 à 9 mois pour que la corrélation apparaisse).

 

Car, pour lui, la « compétitivité-coût », celle qui sous-tend le prix de vente, est essentielle dans la dégradation des marges des entreprises.

Exact.

 

Le gouverneur refuse par ailleurs de faire une différence nette avec la « compétitivité-hors coût » (qualité des produits, gamme...).

Son raisonnement est d’ailleurs assez simple pour que j’aie pu le comprendre : L'augmentation du coût du travail a entraîné une compression des marges des entreprises pour maintenir les prix, ce qui a provoqué une baisse de l'investissement, par voie de ricochet celle de la recherche-développement et, par ultime rebond, de la « compétitivité-qualité » des produits « gaulois ».

Logique : Pour lui, c’est un tout indivisible, ce qui semble là encore parfaitement logique.

 

Autre recommandation : Faire baisser le coût du travail dans les services, le premier gisement d'emplois non-délocalisables !

Bien vu !

Services « dans lesquels l'écart salarial avec nos concurrents s'est creusé le plus rapidement ». Ce que j’ignorais. Mais en « marché captif », c’est parfaitement logique.

Cela passe, pour lui, par une libéralisation des « professions protégées », comme l'avait demandé la commission « At-tali » (à qui ?), surtout si elle est menée en même temps que celle du marché du travail.

Je n’en suis pas si sûr… De toute façon, même les taxis ont réussi à faire enterrer l’idée en moins de deux jours !

Alors les notaires, toubibs, pharmaciens, garagistes, plombiers, boulangers-coiffeurs, etc… tous ceux qui n’ont même pas eu le temps de se mobiliser la dernière fois, quand on les aura sur le dos…

 

Car le prix excessif des services pèse fortement sur la rentabilité des entreprises industrielles. Qui sont d’ailleurs les premières à délocaliser leurs productions ou acheter « étranger » leur propres consommations de services, tant qu’il n’y aura pas de « CSPM » sur nos consommations.

Passons, ce n’est pas le débat…

 

En bref, il reste donc beaucoup à faire, mais « le chef » décerne tout de même un bon point au gouvernement pour son « pacte de compétitivité » et notamment le crédit d'impôt compétitivité emploi (CICE) de 20 milliards en faveur des entreprises.

Mais ce n'est qu'« un premier pas essentiel ».

 

Sauf que là, il se plante totalement : Le « CICE » va devenir un champ de bataille tel qu’à côté, le « mariage pour tous » (les moches, les bègues, les bossus et autres « vieilles-filles ») ça va devenir de la rigolade.

Pensez donc que même « Monte-bourre » menace (il ne sait faire que ça pour des résultats proches de la nullité), car certains « donneurs d'ordre » accentuent la pression sur leurs fournisseurs et les prix pratiqués.

Le crédit d'impôt compétitivité emploi est une excellente idée pour demander à leurs fournisseurs de répercuter la baisse de coûts obtenue par le CICE sous la forme d'une remise de prix.

Que je me marre : Déjà que nous avons vu la semaine dépassée que les « fournisseurs de service » s’inquiètent sévèrement, voilà donc la « grande industrie » soumise aux diktats de la « grande distribution »…

 

Le médiateur national des relations inter-entreprises indiquait d’ailleurs il y a encore peu que « nous avons une dizaine de dossiers en médiation, mais surtout beaucoup de témoignages de PME qui font l'objet de pression sans oser dénoncer nommément leurs donneurs d'ordre. Santé, énergie, automobile…, le phénomène vient d'horizons très divers et se manifeste sous des formes plus ou moins déguisées. »

 

Alors que le « CICE » visait, paraît-il, à redonner un peu d'oxygène à des PME et TPE dont les marges se sont fortement dégradées avec la crise, le ministre des « moments de redressement » a fustigé ce « racket au CICE ».

« Il n'est pas question que ce crédit d'impôt, qui a pour objectif d'aider d'abord les PME et les ETI en recherche de croissance, puisse finalement filer, par « perfusion-absorption », vers les grands groupes. »

Et un peu plus tard, lors d'un déplacement à Mers-les-Bains (dans la Somme), c'était au tour du ministre de l'Économie de rappeler que « le code de commerce nous donne un levier en cas de besoin » pour saisir la justice face à de tels agissements.

Bé justement, qui est censé bénéficier des 20 milliards de crédit d’impôt dépensés à la légère, sinon le Kon-tribuable qui les paye et doit les retrouver dans son assiette grâce aux efforts de la « grande distribution » ?

Ou alors il paye deux fois…

 

Du « pas mauvais, mais aurait pu mieux faire », la lettre du Gouverneur a au moins le mérite d’exister.

À « François III » d’en tirer le meilleur s’il veut vraiment devenir un « président-utile » au pays.

Et pourquoi pas, « social-démocrate » ?

Partager cet article

Repost 0

commentaires

I-Cube 04/06/2013 18:19


Charmante comtesse !


Vous êtes ainsi de retour ?


Mais j'en suis tout retourné, figurez-vous...


 


Votre analyse de "Flanby-à-la-fraise-des-bois" n'est pas mal.


Parce qu'il y a de ça.


 


Mais plus on le regarde faire le guignol, causer en butant sur les mots comme un bègue qui mimerait un autiste, plus on l'écoute à dire tout et n'importe quoi,


plus on constate qu'il ne sait pas prendre de décision (cacophonie ici, double dossier de presse là),


plus il fat bien se demander comment il a pu arriver là !


 


Notez qu'après sa "cruchitude-attitude" de mère de ses marmots, être posté dans une "crétine-attitude", si "ça fait trop fort" pour les gamins, il a pu penser qu'il avait tous ses chances.


 


Mais je pense bien pire que si ce n'est l'effet d'un hasard, même malencontreux, c'est finalement la partie émergé d'un plan bien plus diabolique qui vise la destruction de nos institutions.


Pour l'heure, c'est encore un peu nébuleux dans mon pôvre et unique neurone, mais je me rappelle quand même que mes "potes-frontistes" sont allés voté (pas tous) à leure primaires.


J'en avais d'ailleurs fait mention fin 2011, ici même.


Ce n'est donc pas si hasardeux que ça.


 


Alors oui, si "François III" veut être social-démocrate, je (et d'autres avant moi), lui donne la recette.


 


Vous aurez remarqué qu'il lui tourne déjà le dos (cf le post de ce jour mardi 4 et le suivant que je viens de déplacer à jeudi 6) sur les "poussins".


Tout le monde sait, même parmi les "sachants" ce qu'il y aurait à faire les concernant, mais ni lui ni son "gouvernement d'autistes" !


 


Voilà où en est le pays : Et je ne me fais aucune illusion, ce n'est que le commencement des jours que vous décomptez judicieusement !


 


Enfin, portez-vous bien quand même et revenez commenter que quand vous le voulez bien !

ComtesseÔPiedNu 04/06/2013 17:45


Que vous êtes Optimiste Monsieur l’Ignoble Infreequentable Invraisemblable !


Social Démocrate le nouveau label rouge de Normalito … je me marre. Comme d’habitude il est en retard. S’il n’a rien fait pour le
dépoussiérage idéologique du parti quand il était 10 ans aux commandes du PS, ce n’est pas maintenant qu’il va faire quoique ce soit même s’il a son wagon nommé Désir. De toute façon c’est
toujours trop tôt quand il est déjà trop tard.


 


Normalito a louvoyé toute
sa vie et ce n’est pas son panégyrique sur
Schröder, et ses coups de triple
menton en Hollandie  qui changeront la donne.


Rien de ce qu’il pourra dire changera quoi que ce soit à ce qu’il n’est pas, et rien de ce qu’il fera ou ne fera pas, compromettra son seul
objectif : tenir, tenir et se faire réélire. Voilà son seul cap et notre handicap.


Dans l’intervalle, il gagne du temps à coups de fumigènes.


Normalito est la pire
chose qui soit arrivé à notre pays. Son seul succès c’est de réussir à inverser toutes les valeurs. Maintenant, pour  détourner d’insistants regards et
d’embarrassantes questions, Normalito et sa clique arrivent  à ce que les nouveaux idiots regardent la lune plutôt
que le doigt. Ce qui juste c’est le
bien, ainsi tout ce qu’il désigne comme bien  c’est donc juste. Fin de discussion, circulez il n’ya a rien à voir dans le nouvel ordre
moral.


 


Normalito cultive sa croyance en sa miraculeuse chance qui l’a propulsé à un poste improbable pour lui grâce à sa consubstantielle mauvaise
foi , sa malhonnêteté, et son aplomb (ce n’est pas pour rien que le sinistre de la débandade improductive l’avait surnommé Culbuto).


Ce type est dangereux car c’est un vrai faible. Le faible est capable de toutes les lâchetés,  et de toutes les témérités pour les compenser.


 


Plus que 1432 jours 2 heures ,  xx mn et xx secondes…..

I-Cube 03/06/2013 11:23


C'est seulement maintanant que vous vous sentez outragé, SCANDALiSE ?


 


Eh oh, nous ça fait des années...

Jacques Heurtault 03/06/2013 10:25


Je n'ai pas vérifié mais je suis cependant tout à fait disposé à croire ce que nous dit Chris.


Ce sont ceux qui bénéficient des plus gros avantages, des meilleurs statuts, des rémunérations plus que rondelettes qui demandent aux autres de faire les efforts auxquels eux mêmes refusent de
consentir!


S.C.A.N.D.A.L.E.U.X.!

I-Cube 03/06/2013 07:50


Salut Chris !


Matinal ou insomniaque ?


J'opte pour la première hyposthèse.


 


En effet, avec tous les "sachants", TOUS, les efforts, c'est pour les autres, pas pour soi !


Le noyau "idéologique" d'une lutte des classes qui est en train de renaître sans qu'on ne la voit : D'un côté les "laborieux", nés pour trimer et payer.


De l'autre la technosturcture autiste et protégée dans ses privilèges...


C'est comme ça jusqu'au prochin 4 août !


 


Parce qu'à la BdF, outre les salaires, outre les primes dirimantes, les avantages comme l'accès aux logements de la boutique à loyers cassés, outre l'accès aux fonds de pension de la maison,
abondé par l'impôt pour faire bon poids, mais aussi l'assurance d'y faire embaucher sa nichée pour des carrières fastueuses inconnues par ailleurs dans le monde,


On part aussi à la retraite comme chez les traminaux de la RATP (mais eux vivent dans les tunnels : il paraît que c'est pénible), ou comme à la SNCF (mais eux sont au contact avec le public : il
paraît que c'est très pénible à supporter dans une cabine de pilotage de TGV), à 55 ans !


 


C'est ça le pays de l'égalité, du "mérite" et des droits de l'Homme rayonnant à travers le monde pour éclairer l'univers de ses lumières (de jadis).


 


Figure-toi que parfois, je me demande si les "maîtres du monde" n'ont pas déjà pris le pouvoir sur nos destins !


 


Bonne journée à toi !