Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

D'où Erre-Je ?

  • : L'ignoble infreequentable
  •                                  L'ignoble infreequentable
  • : La seule question à laquelle personne ne sait répondre reste : la place de l'Etat. Quel est son rôle ultime ? Le reste n'est alors que dérives quotidiennes pour soi-disant, le "bonheur des autres" avec "le pognon des autres". Bonne lecture
  • Contact

Pas de quoi rire

Pauvre Marianne...

Un peu de pub :

Référencé par
Meta-Referencement
http://www.meta-referencement.com

BlogueParade.com - Annuaire des Blogues francophones

Recherche

Infreequentable en autochtone


Albanais :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=sq

Anglais :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=en

Allemand :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=de

Arabe :
http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=ar

Bulgare :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=bg

Catalan :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=ca

Chinois simplifié :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=zh-CN

Chinois traditionnel :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=zh-TW

Coréen :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=ko

Croate :
http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=hr

Danois :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=da

Espagnol :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=es

Estonien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=et

Finnois :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=fi

Galicien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=gl

Grec :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=el

Hébreu :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=iw

Hindi :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=hi

Hongrois :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=hu

Indonésien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=id

Italien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=it

Japonais :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=ja

Letton :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=lv

Lituanien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=lt

Maltais :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=mt

Néerlandais :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=nl

Norvégien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=no

Polonais :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=pl

Portugais :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=pt

Roumain :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=ro

Russe :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=ru

Serbe :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=sr

Slovaque :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=sk

Slovène :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=sl

Suédois :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=sv

Tagalog :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=tl

Tchèque :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=cs

Thaï :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=th

Turc :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=tr

Ukrainien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=uk

Vietnamien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=vi

Les Ex-Archivés

Amis visiteurs !

Oui, entrez, entrez, dans le « Blog » de « l’Incroyable Ignoble Infreequentable » !
Vous y découvrirez un univers parfaitement irréel, décrit par petites touches quotidiennes d’un nouvel art : le « pointillisme littéraire » sur Internet. Certes, pour être « I-Cube », il écrit dans un style vague, maîtrisant mal l’orthographe et les règles grammaticales. Son vocabulaire y est pauvre et ses pointes « d’esprit » parfaitement quelconques. Ses « convictions » y sont tout autant approximatives, changeantes… et sans intérêt : Il ne concoure à aucun prix littéraire, aucun éloge, aucune reconnaissance !
Soyez sûr que le monde qu’il évoque au fil des jours n’est que purement imaginaire. Les noms de lieu ou de bipède et autres « sobriquets éventuels » ne désignent absolument personne en particulier.
Toute ressemblance avec des personnages, des lieux, des actions, des situations ayant existé ou existant par ailleurs dans la voie lactée (et autres galaxies) y est donc purement et totalement fortuite !    
En guise d’avertissement à tous « les mauvais esprits » et autres grincheux, on peut affirmer, sans pouvoir se tromper aucunement, que tout rapprochement des personnages qui sont dépeints dans ce « blog », avec tel ou tel personnage réel ou ayant existé sur la planète « Terre », par exemple, ne peut qu’être hasardeux et ne saurait que dénoncer et démontrer la véritable intention de nuire de l’auteur de ce rapprochement ou mise en parallèle !
Ces « grincheux » là seront SEULS à en assumer l’éventuelle responsabilité devant leurs contemporains…
15 juillet 2013 1 15 /07 /juillet /2013 04:05

De mon post de jeudi dernier.

 

Nous allons bien nous projeter, dans les années qui viennent, dans un monde nouveau, celui « d’après ».

La production de valeur va changer de mode de « fabrication ».

En complément, ou en contre-point, il faut en appréhender les effets de la robotisation.

 

Les stratèges américains ont trouvé un acronyme pour qualifier le monde dans lequel nous entrons : « Vica », pour « volatil, incertain, complexe et ambigu ».

Pour répondre à ce nouvel environnement, la première armée du monde par la puissance de feu et les technologies déployées a mis au point un concept tout à fait nouveau, adapté aux guerres asymétriques auxquelles elle est confrontée, et qui repose sur la notion de « light footprint strategy », qui a été largement documentée par les experts militaires.

 

Cette nouvelle doctrine de défense se base sur l'utilisation de trois armes essentielles : Les drones, les forces spéciales et les cyber-attaques.

La stratégie de « l'empreinte légère » permet d'augmenter l'agilité, la rapidité de mouvement, la capacité de réaction grâce à la « légèreté », à la réactivité et à la rapidité des moyens mis en œuvre.

Tout le contraire de la guerre d'hier, reposant sur l'utilisation massive de moyens lourds (chars d'assaut, bombardiers…) et de nombreuses troupes au sol.

Souvenez-vous, il n’a fallu que 4 jours de combat au sol lors de la première guerre d’Irak pour libérer totalement le Koweït (100 heures), après des semaines de tirs massifs de munitions autonomes ou seulement guidées par la chasse (du 16 janvier au 27 février).

Ce concept peut fort bien s'adapter aux entreprises qui, elles aussi, vivent dans un monde volatil, incertain, complexe et ambigu…

 

Les drones : Les robots sont les drones de l'industrie.

Jack Welch, l'ancien patron de General Electric, un « gourou », avait coutume de dire que les entreprises devaient choisir entre « s'automatiser, émigrer ou disparaître ».

Nous sommes aujourd'hui à un tournant, dans lequel la délocalisation, qui a été l'un des sujets essentiels de la globalisation de l'économie, va progressivement faire place à l'automatisation et à la robotisation.

Ce qui réduit le choix de l'entreprise à une seule alternative : « automate or evaporate ».

Vous êtes prévenus…

 

Les entreprises chinoises l'ont fort bien compris et commencent à se robotiser massivement, à l'exemple de Foxconn, sous-traitant d'Apple, qui va équiper ses usines d’1 million de robots !

Les entreprises qui mettront en œuvre cette robotisation de façon intelligente gagneront en flexibilité, offriront à leurs salariés des tâches plus élaborées et diminueront leur « empreinte industrielle ».

 

Le cyberespace : C’est désormais un acteur essentiel de la performance qui rejoint notre dire de jeudi dernier.

L'enjeu est l'utilisation de l'information, ou plutôt sa transformation en une arme de guerre.

Qu'il s'agisse de « big data-analytics » ou de « smart data », la capacité de l'entreprise à extraire de l'intelligence à partir de ces données lui permettra d'anticiper, de « prévoir » le comportement des consommateurs et de leur apporter le produit, le service, le conseil le plus approprié au bon moment, et seront les seules à survivre.

Or, 99 % des informations nécessaire sont déjà disponibles dans le cyberespace estiment les spécialistes…

Désormais, vous savez !

 

Les forces spéciales : Elles sont l'expression de ce que peut produire sur le terrain un petit groupe d'individus excellemment entraînés, motivés, solidaires, autonomes, connaissant avec précision la tâche qui incombe à chacun d'eux.

Comme nous le disions jeudi dernier.

 

Demain, l'entreprise fortement robotisée dépendra davantage de petites équipes, disposant des savoir-faire nécessaires, autonomes dans leurs décisions, motivées collectivement et engagées dans un processus permanent d'amélioration de leurs compétences.

 

L'ère des grands bataillons de salariés organisés en matrices arrive à un tournant et sera progressivement remplacée par des petites équipes bien formées, bien équipées, agiles et flexibles, bénéficiant d'une large autonomie d'action et de décision, et en interaction constante les unes avec les autres et avec l'organisation centrale.

C’est déjà en cours depuis des années, quand on constate l’autonomie de branches entières de diverses industries, dans tous les secteurs de production, d’entreprises de plus en plus « transnationales ».

Vous ne l’ignorerez plus jamais…

 

Le pendant du recours aux forces spéciales est la centralisation de la décision stratégique.

C'est Barack Obama lui-même qui était en relation constante avec le commando, dans sa « war-room », qui attaquait la résidence de Ben Laden au Pakistan lointain…

 

Se dessine sous nos yeux de nouvelles capacités de réactions de nos entreprises, capables, surtout quand elles sont mondiales, de mobiliser des compétences « exogènes » à une plate-forme de production donnée pour « booster » son activité.

Réagir rapidement et justement aux « inputs » de la concurrence.

Pour une flexibilité accrue des périmètres de compétences.

Et leur « optimisation » ainsi démultipliée.

 

Personnellement, un jour, j’installe dans la boutique où je faisais « esclave-salarié-chef » 4 robots pour gérer un flux de 100.000 palettes-entrantes/an.

Mon « boss », qui n’y connaissait rien mais me faisait totalement confiance, me dit que ce n’est pas avec le salaire de 6 caristes en moins que je vais payer les 20 millions que l’investissement représentait.

Il a été payé en un an rien que sur les « erreurs » qui coûtaient 2 points de marge et ont disparu avec l’arrivée des machines.

 

Et quand je lui fais visiter « sa » nouvelle installation et acquisition accompagné des ingénieurs qui l’avait conçue et montée, il me pose une question idiote :

« C’est quoi ce fil-là ? ».

Un câble électrique, qui grimpait le long du mur, totalement isolé du reste de la machinerie, passait par le toit, pour redescendre de l’autre côté, traverser tout le terrain pour atteindre un poste sous répartiteur de « Trans-télécom » posé le long du rond-point en bordure de notre clôture.

 

Je retourne la question au « chef » du matos, qui la retourne au « sous-chef » du chantier, qui lui-même fait téléphoner immédiatement par un « sous-fifre » au bureau des ingénieurs situé en province.

Eux non plus ne savaient pas : Ils ont appelé le siège en Suède, qui a retourné la question à Amsterdam chargé des logiciels de pilotage.

Pour finalement nous rapporter que le câble en question était relié directement à leur site en Inde où les programmeurs bidouillaient en direct l’algorithme qui faisait « bouger » nos robots, conçu lui par des danois…

 

C’était à la fin du denier millénaire !

Et le suivant n’est pas fini…

Reste le point faible, le talon d’Achille du dispositif : Plus de communication (à la vitesse de la lumière), plus rien ne tourne !

En cas de brouillage, les drones tombent ; en cas de « bombe nucléaire à effet électromagnétique », tirée ne serait-ce qu’à la limite de l’espace sans aucune destruction au sol, même vos bagnoles s’arrêteront toute seule !

Vous voilà prévenus.

 

Mais ne vous en faites pas : Si votre prothèse dentaire vient bien de Corée du Sud, le type qui va vous la poser, il n’est pas près de se délocaliser !

Vous êtes son bien le plus précieux, à savoir sa « patientèle ».

Autrement dit celui qui lui donne à bouffer par « Sécu » interposée…

Partager cet article

Repost 0

commentaires

I-Cube 16/07/2013 11:03


Ca tombe bien, parce que de toute façon, vous n'avez pas le choix !



Jacques Heurtault 16/07/2013 10:51


Bon, moi je veux bien ... J'ai juste besoin de m'y faire ... !

I-Cube 15/07/2013 16:59


Comment, je ne sais pas trop pour l'heure !


C'est à des jeunes comme toit de me donner des pistes...


 


La phase ultime, à mon sens, c'est d'abattre tous les "dogmes".


Enfin ceux qui ne sont pas "prouvés-testés"...


Mais bon, sans route ni cap à tenir, les hommes sont perdus et s'en remettent automatiquement à leurs "croyances".


Je développe (un peu) le "problème" dans un des chapitres du roman d'été prochain, où l'intelligence, la raison, use des mêmes outils inductifs et déductifs que les scientiques pour mettre en
relation deux notions nouvelles et faire progresser la connaissance.


Sauf que le scientifique cartésien s'appuie sur des faits répétibles à l'infini par expérimentation.


Alors que le "croyant" le fait sur des postulats qui viennent se conforter par des faits observés dans certaines circontsances.


Je m'explique : Les anciens ont toujours cru que le tonnerre, la froudre étaient des manifestations divines (Zeus, Jupiter, etc.) alors que l'on sait désormais que c'est juste un plasma qui pète
par décharge électrique : Rien de divin !


 


Et à mon sens, il faut commencer par de la transparence.


Mais je peux me tromper.


Tu prends le cas de l'accident de Brétigny-sur-Orge (je prépare un post sur le sujet).


Tu as une entreprise nationalisée qui tue ses clients.


La faute à personne.


Tu as un gars qui loupe son atterrissage sur un boing "triple-seven", la compagnie et l'équipage s'en prenne plein la gueule.


Pourquoi deux traitements différents ?


 


Parce que le Pédégé de la SNCF est finalement un haut-fonctionnaire corpsard, nommé par l'Etat.


Et que lui a un ego assez épais pour se considérer comme hors d'atteinte de toute responsabilité personnelle, en plus de bénéficier de l'aura d'avoir plusieurs dizaines de salariés (plus qu'un
général de corps d'armée) sous ses "ordres"...


D'ailleurs, suis le discours : C'est pas lui, c'est la faute au manque d'entretien des voies par RFF (qui est d'ailleurs sa filiale !)


Dément.


 


On ferme une crèche parce que la directrice a viré à tort une fille en tchador alors qu'elle se croyait dans le bon droit d'un établissement public, et je ne dis pas si elle avait du rendre un
gosse "cabossé" à ses parents ;


mais un général d'armée, par la négligence de ses services, il n'imagine même pas qu'il ait des comptes à rendre dans un drame plus difficile à vivre.


Parce qu'il a un intérêt "caché" à rester en poste !


Bref, manque de transparence pour le bonhomme, pour ses services incapables de financer les travaux d'entretien, pour la mission d'Etat plus généralement.


 


Alors oui, peut-être que le système va péter avant une remise à plat, exactement comme en 1789 quand les caisses étaient vides.


Mais l'analyse systémique te raconte que tout système agit d'abord pour sa survie.


Résultat, son agonie est longue, même s'il me semble qu'elle accélère avec "François III" confortablement installé sans sa "trisomie-attitude" d'hier !


 

Vladimir Vodarevski 15/07/2013 16:40


Mais comment forcer le politique à tenir compte de la réalité économique, à moins d'un effondrement? Le système peut tenir longtemps come ça, et on accusera l'ultra-libéralisme des problème
sociaux, ce qui bloquera encore plus le changement.

I-Cube 15/07/2013 16:22


Attends Vladimir : il faut aussi que tu te promènes un peu en entreprise.


 


La mode est est "salarié-kleenex" : Tu les uses jusqu'à la trame pendant la période d'essai et tu les remplaces après coup, quand le retard devient ingérable.


Même pour des cadres ou des professions intermédiaires !


Et de plus en plus... C'est une méthode de gestion des ressources humaines "à l'anglo-saxonne" assez speed. Mais eux ont une avance certaine sur le sujet.


Et c'est bien cynique quand tu découvres la méthode "anti-japonaise", finalement.


 


Passons, parce qu'à côté, tu tombes une ou deux fois sur trois sur des "salariés-zapping", pratiquement pour n'importe quelle fonction.


Les meks, ils viennent quand ils ont envie et se cassent dès que tu leur expliques qu'ils ne sont pas fiables !


Quand tu arrives à les choper : Le chômage est tellement plus confortable...


J'en ai même eu un qui m'a monté tout un plan pas possible pour me contraindre à une "rupture conventionnée" (que j'ai refusé).


Et que la situation a duré plus d'un an (d'arrêts de travail) avant que le médecin du travail le juge inapte à l'emploi dans ma boutique (problème psy présumé).


Et moi qui ai fait plein de redressements d'entreprise opérationnels, avec parfois des effectifs proches de la division (1.200 hommes), j'ai dû procéder à mon seulement 5° licenciement en 25 ans
: Un vrai "choc" pour moi !


Vachement facile à motiver, tu sais...


 


Et je ne raconte pas cette boîte de fous que j'ai eu à gérer où il n'y avait que des intermitents (pas du spectacle, mais de katering : les plateaux-repas des avions, les sandwishes des
stations-services autoroutières), où j'avais deux nanas qui passaient leur journée à recruter tant bien que mal.


Les meks voulaient que des CDD, parce qu'ils touchaient la prime et les vacances dès qu'ils s'arrêtaient.


Impossible de les faire passer en CDI, même après les remontrances de l'inspection du travail !


Alors, comme les amendes étaient fortes, j'ai été obligé de tout délocaliser aux Pays-bas sur une filiale ad hoc...


 


Faut un peu traîner sur le terrain, l'ami : tu en apprends des choses !


Et quand je dis qu'il meurt le contrat de travail "classique", c'est bien plus rapide qu'on ne le croit dans la réalité.


Mais restera toujours les fonctions publiques...


 


Pourquoi crois-tu que si un jour je deviens président de ce foutu pays, je fais absorber le Code du travail en son entier par celui de la fonction publique (j'abroge la totalité et j'absorbe :
deux articles seulement) et impose une durée maximale de tous les contrats de 5 ans, renouvelable une seule fois aux mêmes conditions (à l'identique, troisième article, point-barre) ?


 


Ce qui n'empêchera nullement d'évoluer plus rapidement si nécessaire, mais préparera tout le monde, employé et employeur, à "bouger" et se valoriser en interne ou en externe.


Et, pour le fun, plus jamais, nulle-part, de "rente de situation".


Je t'assure que ce sera quand même meilleur et dopera un peu (ou beaucoup) la peformance en "boutique".


Parce qu'un gusse qui en est à son troisième, cinquième, dixième boulot à apprendre, il est "vachement" bon !


Tu n'as qu'un trouille, c'est qu'il parte à la concurrence sans te prévenir.


Heureusement, le téléphone marche encore pour se prévenir mutuellement...