Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

D'où Erre-Je ?

  • : L'ignoble infreequentable
  •                                  L'ignoble infreequentable
  • : La seule question à laquelle personne ne sait répondre reste : la place de l'Etat. Quel est son rôle ultime ? Le reste n'est alors que dérives quotidiennes pour soi-disant, le "bonheur des autres" avec "le pognon des autres". Bonne lecture
  • Contact

Pas de quoi rire

Pauvre Marianne...

Un peu de pub :

Référencé par
Meta-Referencement
http://www.meta-referencement.com

BlogueParade.com - Annuaire des Blogues francophones

Recherche

Infreequentable en autochtone


Albanais :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=sq

Anglais :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=en

Allemand :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=de

Arabe :
http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=ar

Bulgare :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=bg

Catalan :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=ca

Chinois simplifié :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=zh-CN

Chinois traditionnel :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=zh-TW

Coréen :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=ko

Croate :
http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=hr

Danois :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=da

Espagnol :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=es

Estonien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=et

Finnois :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=fi

Galicien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=gl

Grec :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=el

Hébreu :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=iw

Hindi :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=hi

Hongrois :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=hu

Indonésien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=id

Italien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=it

Japonais :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=ja

Letton :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=lv

Lituanien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=lt

Maltais :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=mt

Néerlandais :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=nl

Norvégien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=no

Polonais :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=pl

Portugais :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=pt

Roumain :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=ro

Russe :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=ru

Serbe :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=sr

Slovaque :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=sk

Slovène :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=sl

Suédois :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=sv

Tagalog :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=tl

Tchèque :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=cs

Thaï :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=th

Turc :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=tr

Ukrainien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=uk

Vietnamien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=vi

Les Ex-Archivés

Amis visiteurs !

Oui, entrez, entrez, dans le « Blog » de « l’Incroyable Ignoble Infreequentable » !
Vous y découvrirez un univers parfaitement irréel, décrit par petites touches quotidiennes d’un nouvel art : le « pointillisme littéraire » sur Internet. Certes, pour être « I-Cube », il écrit dans un style vague, maîtrisant mal l’orthographe et les règles grammaticales. Son vocabulaire y est pauvre et ses pointes « d’esprit » parfaitement quelconques. Ses « convictions » y sont tout autant approximatives, changeantes… et sans intérêt : Il ne concoure à aucun prix littéraire, aucun éloge, aucune reconnaissance !
Soyez sûr que le monde qu’il évoque au fil des jours n’est que purement imaginaire. Les noms de lieu ou de bipède et autres « sobriquets éventuels » ne désignent absolument personne en particulier.
Toute ressemblance avec des personnages, des lieux, des actions, des situations ayant existé ou existant par ailleurs dans la voie lactée (et autres galaxies) y est donc purement et totalement fortuite !    
En guise d’avertissement à tous « les mauvais esprits » et autres grincheux, on peut affirmer, sans pouvoir se tromper aucunement, que tout rapprochement des personnages qui sont dépeints dans ce « blog », avec tel ou tel personnage réel ou ayant existé sur la planète « Terre », par exemple, ne peut qu’être hasardeux et ne saurait que dénoncer et démontrer la véritable intention de nuire de l’auteur de ce rapprochement ou mise en parallèle !
Ces « grincheux » là seront SEULS à en assumer l’éventuelle responsabilité devant leurs contemporains…
15 novembre 2013 5 15 /11 /novembre /2013 05:07

Les débiles de Jean-Marc

 

Jean-Marc fait de l'auto-stop et finit par se faire prendre par un gars du cru assez charitable.

Ils font quelques dizaines de kilomètres, le temps de sympathiser, et les voilà arrivant sur la promenade des Anglais.

Ils approchent d'un feu, et le feu passe au rouge.

Alors le conducteur écrase le champignon et grille le feu.

Jean-Marc :

« – Mais tu es fou ! Le feu était rouge ! On aurait pu avoir un accident !

– Meuh non, mon frère il fait ça depuis des années, il n'a jamais rien eu, alors je peux bien faire pareil ! »

Un peu plus loin, deuxième feu.

Le feu passe au rouge alors qu'ils en sont à quelques dizaines de mètres, et le conducteur le grille sans sourciller.

Jean-Marc :

« – Ah non ! Encore ! Ça va mal finir comme ça !

– T'inquiètes pas, mon frère il fait ça depuis des années, y a pas de raison de s'en faire ! »

Troisième feu, même scénario. Jean-Marc est à deux doigts de sauter en marche.

Et puis arrive le quatrième feu, qui est rouge.

Jean-Marc commence à devenir blanc, quand soudain le feu passe au vert. Mais tandis qu’il arrête de faire sa prière, le conducteur pile !

Jean-Marc :

« – Alors là, je ne comprends pas. Tu grilles les feux rouges, passe encore, mais là le feu est vert et tu t'arrêtes ?

– Ben oui !... Et si mon frère il passe par là ? »

 

(Voilà l’explication du comportement d’un de mes potes de Nice que j’avais surpris à griller les feux, les stop et prendre les sens interdits de la vieille ville.

Lui m’avait dit : « Tu sais l’Ignoble, ici au Comté, tout ça, ça n’a pas bien pris… »)

 

Constat :

« La pratique, c'est quand ça marche mais que l'on ne comprend pas.

La théorie, c'est quand on comprend mais que ça ne marche pas.

Souvent théorie et pratique se rejoignent : Rien ne marche et on n'y comprend rien. »

 

Ce sont deux marseillais qui discutent, avec l'accent…

« – Je vais monter une chaîne de restauration rapide !

– Comment penses-tu l'appeler ?

– « Mes couilles Mickey » !

– T'es fada ! Avec un nom comme ça t'auras pas de clients !

– Ça m'étonnerait que ça ne marche pas ! Y’a bien déjà « Ma queue Donald ». »

 

Deux matelots font escale à Toulon après trois mois de mer.

À peine ont-ils posé le pied sur la terre ferme qu'ils décident de partir en chasse afin de compenser leurs longs mois d'abstinence.

Ils décident donc de se séparer en se promettant de se retrouver le lendemain matin à la taverne dite « Du vieux goéland ».

Ainsi, d'un pas décidé ils partent chacun à la conquête du plaisir…

Le soleil est levé depuis peu quand ils se retrouvent autour d'un verre.

Ils commencent alors à se raconter leurs exploits de la nuit passée.

Le premier semble vermoulu et décrit sa nuit.

« – Oh ben moi c'est simple, je suis allé à l'auberge « Au maquereau sympathique » et là j'ai trouvé une charmante compagnie immédiatement. Ma paie y est passée mais j'ai baisé comme un fou toute la nuit !

Et toi, comment c'était ?

– Oh moi tu sais que je suis plus romantique que toi donc je suis allé à la taverne « A la rose effeuillée », j'ai fait la rencontre d'une charmante personne. Je lui ai payé un ou deux verres et finalement je me disais que ce n'était pas très sympa de faire ça pour la sauter. Donc j'allais abandonner cette idée et je me suis préparé à passer une nuit à discuter tranquillement, simplement entre amis quand elle me propose de venir boire un verre chez elle.

Bon, j'accepte évidemment et à peine a-t-elle refermé la porte qu'elle se déshabille se jette sur le lit nue et me dit : « Fais-moi l'amour tempête ! Fais-moi l'amour tempête ! »

Alors là, je la regarde et je lui dis : « Mais je ne connais pas l'amour tempête… »

Elle me dit : « C'est très simple tu secoues le lit pour faire croire que je suis sur un bateau au milieu d'une tempête. »

Alors là je me mets à secouer le lit de toutes mes forces.

Après elle me dit : « Crache-moi dessus comme ça je penserai qu'il y a de la pluie et des embruns ! »

Alors je crache, je secoue le lit…

Elle rajoute ensuite : « Maintenant allume et éteint la lumière pour faire les éclairs ».

Alors j'allume, j'éteins, je crache je secoue le lit, j'allume, j'éteins je crache, je secoue le lit… 

– Bon et alors ?

– Attends… Après elle me dit : « Fais-moi le bruit du vent… »

Alors je fais le bruit du vent, j'allume, j'éteins, je crache, je secoue le lit, je fais le bruit du vent, j'allume, j'éteins, je crache, je secoue le lit.

Et là elle me dit : « Oh oui prends-moi maintenant ! »

– ET ALORS TU L'AS BAISÉE ?

– T'es pas un peu frappadingue, des fois ? Avec le temps qu’il faisait ! »

 

(Une « revenue »)

Pendant des années, j'ai mis cette fatigue sur le compte du manque de vitamines, de la pollution, du cholestérol, de la morosité ambiante, du bruit fait par les voisins, des embarras gastriques chroniques, enfin toutes ces choses qui vous  font vous demander si la vie vaut d'être vécue.

J'ai fini par réaliser qu'il n'en était rien : Je suis fatigué parce que je travaille TROP !

Rendez-vous compte ! La population de ce pays est de 55 millions d'habitants sur lesquels 21 millions sont retraités, ce qui laisse 34 millions de citoyens pour faire le travail.

Si l'on retire encore 19 millions d'étudiants ou d'écoliers, plus 3 millions de chômeurs, plus 5 millions de fonctionnaires ou assimilés, il ne reste plus que 7 millions de gusses pour bosser.

En soustrayant les 2 millions de militaires, les 4 millions d'émigrés, les 620.000 personnes hospitalisées et les 379.998 taulards il ne reste plus que deux pauvres cons pour faire le boulot :

TOI ET MOI !

Et toi, tu glandes là, assis sur ton cul à lire ces conneries....

Ce n'est pas étonnant que je sois surmené !

 

Mais j’aime bien aussi cette « variante patronale » que j’ai improvisée l’autre jour :

« Alors comme ça, Jean-Marc, tu veux une journée de congés supplémentaire !…

Tu n’y penses pas, j’espère !

Parce que voyons un peu ça : Il y a 365 jours dans une année, 52 semaines dans cette même année. Et chaque semaine tu disposes déjà de deux jours pendant lesquels tu ne travailles pas, ce qui te laisse 261 jours disponibles pour le travail.

Puisque tu passes 16 heures sur 24 par jour ailleurs que sur ton lieu de travail, tu utilises donc 170 jours à ta guise et il ne te reste que 91 jours disponibles pour le travail.

Tu prends chaque jour 30 minutes de pause-café et une heure de pause déjeuner ; ce qui te fait 69 jours par an à retirer : Il ne te reste donc que 22 jours de boulot effectif.

Comme tu es généralement malade 2 jours par an, il ne te reste donc que 20 jours disponibles pour le boulot.

Et comme la boîte ferme pour cause d'inventaire pendant 5 jours dans l'année, donc il te reste 15 jours disponibles.

On te donne généreusement 11 jours fériés supplémentaires par an et 3 jours de « délais de route » pour tes vacances chaque année ce qui fait qu'il ne te reste plus qu’un seul jour pour travailler réellement.

Et tu veux vraiment le chômer pour justifier du vide de ton contrat de travail ? »

 

Question idiote : Pourquoi, avant qu’on ne les appelle « Pompes Funèbres », appelait-on ces gens des « croque-morts » ?

Autrefois, pour s'assurer du décès de quelqu'un, le préposé à l'enterrement (puisque c'était avant et que l'on n’avait pas encore nomme ce métier croque-mort) lui mordait le petit orteil…

D'où le terme de « croque-mort… »

Et ce n’est que depuis le jour où un croque-mort s'est trouvé face à un cul de jatte, qu’on parle de…

 … « pompes funèbres », bien sûr !

 

Consigne de la semaine : « Mangez un castor, vous sauverez un arbre ! »

 

Bon week-end à toutes et à tous !

 

I3

Partager cet article

Repost 0

commentaires