Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

D'où Erre-Je ?

  • : L'ignoble infreequentable
  •                                  L'ignoble infreequentable
  • : La seule question à laquelle personne ne sait répondre reste : la place de l'Etat. Quel est son rôle ultime ? Le reste n'est alors que dérives quotidiennes pour soi-disant, le "bonheur des autres" avec "le pognon des autres". Bonne lecture
  • Contact

Pas de quoi rire

Pauvre Marianne...

Un peu de pub :

Référencé par
Meta-Referencement
http://www.meta-referencement.com

BlogueParade.com - Annuaire des Blogues francophones

Recherche

Infreequentable en autochtone


Albanais :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=sq

Anglais :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=en

Allemand :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=de

Arabe :
http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=ar

Bulgare :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=bg

Catalan :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=ca

Chinois simplifié :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=zh-CN

Chinois traditionnel :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=zh-TW

Coréen :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=ko

Croate :
http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=hr

Danois :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=da

Espagnol :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=es

Estonien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=et

Finnois :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=fi

Galicien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=gl

Grec :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=el

Hébreu :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=iw

Hindi :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=hi

Hongrois :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=hu

Indonésien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=id

Italien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=it

Japonais :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=ja

Letton :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=lv

Lituanien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=lt

Maltais :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=mt

Néerlandais :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=nl

Norvégien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=no

Polonais :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=pl

Portugais :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=pt

Roumain :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=ro

Russe :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=ru

Serbe :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=sr

Slovaque :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=sk

Slovène :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=sl

Suédois :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=sv

Tagalog :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=tl

Tchèque :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=cs

Thaï :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=th

Turc :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=tr

Ukrainien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=uk

Vietnamien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=vi

Les Ex-Archivés

Amis visiteurs !

Oui, entrez, entrez, dans le « Blog » de « l’Incroyable Ignoble Infreequentable » !
Vous y découvrirez un univers parfaitement irréel, décrit par petites touches quotidiennes d’un nouvel art : le « pointillisme littéraire » sur Internet. Certes, pour être « I-Cube », il écrit dans un style vague, maîtrisant mal l’orthographe et les règles grammaticales. Son vocabulaire y est pauvre et ses pointes « d’esprit » parfaitement quelconques. Ses « convictions » y sont tout autant approximatives, changeantes… et sans intérêt : Il ne concoure à aucun prix littéraire, aucun éloge, aucune reconnaissance !
Soyez sûr que le monde qu’il évoque au fil des jours n’est que purement imaginaire. Les noms de lieu ou de bipède et autres « sobriquets éventuels » ne désignent absolument personne en particulier.
Toute ressemblance avec des personnages, des lieux, des actions, des situations ayant existé ou existant par ailleurs dans la voie lactée (et autres galaxies) y est donc purement et totalement fortuite !    
En guise d’avertissement à tous « les mauvais esprits » et autres grincheux, on peut affirmer, sans pouvoir se tromper aucunement, que tout rapprochement des personnages qui sont dépeints dans ce « blog », avec tel ou tel personnage réel ou ayant existé sur la planète « Terre », par exemple, ne peut qu’être hasardeux et ne saurait que dénoncer et démontrer la véritable intention de nuire de l’auteur de ce rapprochement ou mise en parallèle !
Ces « grincheux » là seront SEULS à en assumer l’éventuelle responsabilité devant leurs contemporains…
24 novembre 2012 6 24 /11 /novembre /2012 05:02

Où les défis US…

 

Je reprends textuellement…

Une traduction parfois aléatoire tout de même :

 

« Après un siècle brillant et une décennie terrible, les États-Unis, en cette année électorale importante, ont atteint un point de son histoire où l'évidence ne peut plus être nié : La réalité de la vie en Amérique tellement en contradiction avec la demande – bien qui a toujours été exagérée – d'être la « plus grande nation sur terre », que même les plus ardents patriotes doivent être surmontés par le doute.

 

Cette prise de conscience est devenue trop évidente pendant et après l'ouragan de sable, la tempête qui a ravagé l'Amérique du monstre de la côte-Est la semaine dépassée, ses effets dévastateurs d'autant plus par le fait que ses vents à fouetter dans un pays déjà affaibli. L'infrastructure à New York, le New-Jersey et la Nouvelle-Angleterre était déjà en difficulté bien avant que la tempête a touché terre près d’Atlantic City. Les lignes électriques à Brooklyn et Queens, Long Island et dans le New Jersey, dans l'un des plus importants au monde régions métropolitaines, ne sont pas sous terre, mais sont encore installés le long d'un fragile et confus réseau supporté par des poteaux, à la façon dont ils sont des pays en développement.

 

Bien que certaines parties de la ville de New-York, en particulier de l'île de Manhattan, ne sont qu’à quelques mètres au-dessus du niveau de la mer, la ville n'a toujours pas de système complet pour se protéger contre les tempêtes, bien que le niveau de la mer a augmenté depuis des années et lors même que le nombre de grosses tempêtes est lui aussi en augmentation.

Curieusement pour « Sandy », les prévisions météorologiques étaient relativement fiables trois ou quatre jours avant son arrivée, de sorte que le temps aurait pu être utilisé pour au moins faire les préparatifs improvisés … qui n’ont même pas été envisagés !

Les seuls murs de sacs de sable efficaces, qui ont été montés dans la ville sur une assez large échelle ne l’ont pas été autour des centrales, des hôpitaux ou des entrées de tunnels, mais en revanche partout autour du gratte-ciel de la précieuse banque d'investissement Goldman Sachs.

 

Une grande partie de la plus grande ville de l'Amérique et des millions de personnes le long de la côte-Est sont désormais contraints de survivre pendant des jours, voire des semaines peut-être, sans électricité, sans eau et sans climatisation. La plupart des générateurs de secours destinés à ces situations d'urgence n'a pas fonctionné, alors, les grands hôpitaux ont dû être évacués.

Ces conséquences de la tempête ont été incontrôlables.

Voilà des signes que l'Amérique n'est plus le grand pouvoir mondial aussi solide qu'elle était autrefois.

 

Les Européens qui qui relatent ces analyses ont toujours été accusés d'anti-américanisme. Maintenant, les Américains eux-mêmes se joignent au chœur de ceux déclarant le déclin du pays. « J'ai dû prendre un train à Washington la semaine dernière » écrit Thomas Friedman du New York Times, dont les colonnes sont lues dans le monde entier.

« La rue était si mal-pavée, dans le rond autour de la gare Union, en si mauvais état que je me sentais comme si j'étais sur un roller-coaster. J'ai voyagé sur l'Acela d'Amtrak, notre train à grande vitesse, sur lequel j'ai eu un si grand nombre de coupures sur mon téléphone portable que vous auriez pensé que j'étais sur une île perdue, alors que je ne voyage pas de Washington à New York. Quand je suis rentré à la gare Union, l'escalier mécanique était en panne. Peut-être que vous en avez pris l'habitude et que vous avez cessé de vous en apercevoir. Pas moi ! Notre pays a besoin d'une rénovation. »

 

Ces observations quotidiennes donnent une nouvelle image ternie de l'Amérique.

Le scénariste Aaron Sorkin, créateur de nombreuses séries télévisées légendaire, a mis au point une nouvelle série avec regard brutal sur l'Amérique. Le drame en 10 parties, « The Newsroom », raconte l'histoire d'un présentateur de nouvelles cynique qui se réinvente et les vœux de tout bien faire dans l'avenir.

En première brillante de la série, il est demandé à un panel de discussion d’expliquer pourquoi l'Amérique est le meilleur pays du monde.

Après quelques plaisanteries lourdes, la vérité vient à jaillir : « Il n'y a absolument aucune preuve pour étayer l'affirmation selon laquelle nous sommes le plus beau pays du monde ».

« Nous sommes au septième rang du classement mondial de l’alphabétisation, 27ème pour les mathématiques, 22ème en sciences, 49ème pour l'espérance de vie, 178ème pour la mortalité infantile, au tiers du revenu médian des ménages, le numéro quatre en terme de main-d'œuvre et le numéro quatre en termes d’exportations. Nous menons le monde en seulement trois catégories : Nombre de citoyens incarcérés par habitant, le nombre d'adultes qui croient que les anges sont réels, et leader des dépenses de défense, où nous dépensons passons plus que les 26 pays suivants cumulés ».

 

Dans son spectacle, le public réagit à un choc, tout comme un vrai public-vie américaine le ferait. Mais la vérité est que l'Amérique s'est transformée en une terre d'opportunités limitées. En fait, c'était la façon dont SPIEGEL appelé les États-Unis dans une histoire de couverture 1979, lorsque l'économie américaine avait été durement touchée par la crise du pétrole.

 

Mais la crise actuelle est beaucoup plus complet, qui s'étend aux domaines sociaux, politiques et spirituels. La pire des choses, c'est que le pays refuse toujours de s'engager dans tout débat sur les raisons de son déclin.

Il semble que de nombreux Américains d'aujourd'hui ne veulent plus parler de comment ils peuvent renforcer leur union. Toute critique est perçue comme une trahison de la grandeur de l'Amérique.

 

Car c’est une notion dont la grandeur laisse beaucoup à désirer.

D’autres épisodes peuvent être facilement ajoutés à ceux-là, par le protagoniste dans Sorkin « The Newsroom », et les résultats donnent à réfléchir.

Par exemple, les États-Unis ne sont plus dans le top 10 mondial des pays quand il s'agit de l'état de ses infrastructures. En fait, il dépense moins que l'Europe pour maintenir ses routes et ses ponts, ses tunnels, ses gares et ses aéroports.

 

Selon l’US Federal Highway Administration, un pont sur quatre parmi les 600.000 que compte le pays le plus riche du monde, sont soit « insuffisant » ou tout simplement obsolètes. Selon certaines études, les États-Unis auraient à investir 225 milliards de dollars par an d'ici à 2050 pour retrouver une infrastructure moderne. C'est 60 % plus que ce qu'il investit aujourd'hui.

 

Il n'est pas difficile de prédire que cela n'arrivera pas. La haine du gros gouvernement a atteint un niveau aux États-Unis tel qu’il menace l’existence du pays. Les américains peuvent partout jurer allégeance à la nation et sur ses fiers « stars and Stripes », mais quand vient le temps de payer les factures et de répartir les coûts, là où la solidarité est nécessaire, tout sens de la communauté s'évapore.

 

De plus, les partages d’influence entre Washington et le reste du pays, entre le Nord et le Sud, entre l'Est et l'Ouest, entre les villes et les zones rurales, et entre les États, sonnent souvent comme si le pays était encore en proie à une la guerre civile.

 

Le pays a oublié l'époque où l'ancien président Franklin D. Roosevelt courageusement a dit à ses concitoyens que le système de protection sociale pris en charge collectivement ne se traduit pas par le socialisme, mais la liberté, un « New Deal » qui permettrait de renforcer l'Amérique dans le long terme.

Il est révolu le temps où l'ancien président Dwight D. Eisenhower a lancé des programmes gouvernementaux audacieuses pour couvrir un pays 27 fois la superficie de l'Allemagne avec un réseau d'autoroutes. Finie l'époque où l'ancien président Lyndon B. Johnson a déclaré la guerre à la pauvreté et promulgué des lois fédérales déclarant qu'il ne pouvait y avoir aucun citoyens de deuxième ou de troisième classe, quelle que soit la couleur de peau. A disparu l'esprit de renouveau après la promesse visionnaire de l'ancien président John F. Kennedy d'envoyer des Américains sur la Lune d'ici une décennie, un programme qui coûterait aux contribuables des milliards.

 

Aujourd'hui, l'Amérique n'a pas la force financière, le courage politique et social de se lancer dans des programmes d’une telle envergure. « Les États-Unis ont longtemps été en puisant dans ses économies », écrit Fareed Zakaria, un autre critique américaine de son propre pays et un chroniqueur respecté avec le temps. « Ce que nous voyons aujourd'hui c’est une économie américaine qui a explosé en raison des politiques et des développements des années 1950 et 60 : Le système inter-route, le financement massif de la science et de la technologie, un système d'éducation publique qui fait l'envie du monde et généreuses politiques d'immigration. »

Partager cet article

Repost 0

commentaires