Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

D'où Erre-Je ?

  • : L'ignoble infreequentable
  •                                  L'ignoble infreequentable
  • : La seule question à laquelle personne ne sait répondre reste : la place de l'Etat. Quel est son rôle ultime ? Le reste n'est alors que dérives quotidiennes pour soi-disant, le "bonheur des autres" avec "le pognon des autres". Bonne lecture
  • Contact

Pas de quoi rire

Pauvre Marianne...

Un peu de pub :

Référencé par
Meta-Referencement
http://www.meta-referencement.com

BlogueParade.com - Annuaire des Blogues francophones

Recherche

Infreequentable en autochtone


Albanais :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=sq

Anglais :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=en

Allemand :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=de

Arabe :
http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=ar

Bulgare :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=bg

Catalan :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=ca

Chinois simplifié :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=zh-CN

Chinois traditionnel :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=zh-TW

Coréen :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=ko

Croate :
http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=hr

Danois :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=da

Espagnol :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=es

Estonien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=et

Finnois :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=fi

Galicien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=gl

Grec :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=el

Hébreu :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=iw

Hindi :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=hi

Hongrois :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=hu

Indonésien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=id

Italien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=it

Japonais :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=ja

Letton :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=lv

Lituanien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=lt

Maltais :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=mt

Néerlandais :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=nl

Norvégien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=no

Polonais :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=pl

Portugais :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=pt

Roumain :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=ro

Russe :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=ru

Serbe :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=sr

Slovaque :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=sk

Slovène :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=sl

Suédois :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=sv

Tagalog :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=tl

Tchèque :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=cs

Thaï :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=th

Turc :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=tr

Ukrainien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=uk

Vietnamien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=vi

Les Ex-Archivés

Amis visiteurs !

Oui, entrez, entrez, dans le « Blog » de « l’Incroyable Ignoble Infreequentable » !
Vous y découvrirez un univers parfaitement irréel, décrit par petites touches quotidiennes d’un nouvel art : le « pointillisme littéraire » sur Internet. Certes, pour être « I-Cube », il écrit dans un style vague, maîtrisant mal l’orthographe et les règles grammaticales. Son vocabulaire y est pauvre et ses pointes « d’esprit » parfaitement quelconques. Ses « convictions » y sont tout autant approximatives, changeantes… et sans intérêt : Il ne concoure à aucun prix littéraire, aucun éloge, aucune reconnaissance !
Soyez sûr que le monde qu’il évoque au fil des jours n’est que purement imaginaire. Les noms de lieu ou de bipède et autres « sobriquets éventuels » ne désignent absolument personne en particulier.
Toute ressemblance avec des personnages, des lieux, des actions, des situations ayant existé ou existant par ailleurs dans la voie lactée (et autres galaxies) y est donc purement et totalement fortuite !    
En guise d’avertissement à tous « les mauvais esprits » et autres grincheux, on peut affirmer, sans pouvoir se tromper aucunement, que tout rapprochement des personnages qui sont dépeints dans ce « blog », avec tel ou tel personnage réel ou ayant existé sur la planète « Terre », par exemple, ne peut qu’être hasardeux et ne saurait que dénoncer et démontrer la véritable intention de nuire de l’auteur de ce rapprochement ou mise en parallèle !
Ces « grincheux » là seront SEULS à en assumer l’éventuelle responsabilité devant leurs contemporains…
5 septembre 2012 3 05 /09 /septembre /2012 04:32

Comme tous les ans,

 

J’emmène « ma nichée » sur la terre de ses ancêtres, en « Corsica-Bella-Tchi-tchi ». Disons que c’est un rite parmi quelques d’autres.

Qui vaut ce qu’il vaut, mais pas plus. Ni moins d’ailleurs.

Comme tous les ans, je me tamponne plusieurs voyages depuis les étages pour remplir mon « tas de boue à roulettes » d’un bon mois de « nécessités-indispensables », à en mettre partout, même dans les endroits les plus improbables : J’ai ainsi découvert un nouveau vide-poches en voulant régler mes phares avec la molette adéquate…

Ça ne fait que deux ans que j’ai mon nouveau « tas de boue à roulettes » et je ne maîtrise pas encore totalement le régulateur de vitesse, ni manifestement découvert tous ses secrets, mais je ne désespère pas pour autant…

Cette année, j’ai pris la précaution d’envoyer « ma petite sœur » dans sa belle-famille à elle, assez loin de tout, aux confins de la civilisation grecque, là où le câble ne passe pas et les téléphones portables coûtent la peau du dos, face à la Turquie, histoire d’éviter qu’elle rameute toutes ses copines sur les routes et justement sur mon parcours putatif : Je me méfie, elles sont toutes folles de mon corps !

C’est comme ça.

Et ça provoque des embouteillages, puisque chacune pousse ses propres copines sur les mêmes routes, et leurs chauffeurs attitrés prennent assez bêtement la même route à des horaires variables : Il doit y avoir un pari avec quantité d’argent en jeu pour celle qui ramène un autographe ou une empreinte digitale sur un bout de papier qui attesterait qu’elle m’a croisée, je ne sais pas.

Bref, comme tous les ans, un monde fou et pas loin de 750 km d’embouteillage.

En plus, ça a eu commencé dès trois heures du matin, m’a-t-on affirmé…

 

D’ailleurs, cet été, ça a eu été l’enfer : Avec mon physique exceptionnel de jeune-premier à l’œil lubrique, ce n’est déjà pas commode de ne pas provoquer d’émeutes sur la voie publique, au point que je suis obligé de me taillader la caouane tous les matins en me rasant, mais là, ce fut dantesque.

Figurez-vous que ma ressemblance physique (en mieux) avec « François III », en mieux parce que je suis plus grand, plus beau, plus gros, plus intelligent et plus tout, à chaque « étape-pipi », je me suis fait agresser par les regards de tout l’alentour et j’ai dû serrer quelques pognes en recevant les encouragements de la population hagarde de « normalité » : Je ne comprends pas, ils savaient tous que « j’étais » en partance par le TGV à Fort-Brégançon et sans bagage à la main en plus !

Du coup, j’ai acheté une pipe du côté d’Avalon, ostensiblement portée entre les dents derrière mon volant : « L’autre », le capitaine de pédalo, il ne fume pas !

Bé ça n’a pas suffi.

Alors pour le retour, j’ai décidé de me laisser pousser la moustache – qui se trouve être au moins aussi rousse que celle de « mon gardien », invraisemblable ! – et ça eut été plus facile de rouler, quoique ma petite-sœur harcelée par ses copines, elle a eu le temps de rentrer au bercail, ce qui ne m’a pas simplifier la vie…

Comme en plus, les deux derniers jours, j’ai eu droit à des ondées démentes sur le sol et sous le ciel des ancêtres de « ma nichée », même qu’il a neigé sur le Monte Cinto (et veuillez prononcer « Tchine't »), la traversée du retour, ça a eu été orage, tangage, roulage et donc « vomissage ».

Pas frais le lendemain pour faire 947 km avec des dingues tout du long de la route.

L’avantage des « dingues-sur-la-route », c’est qu’ils créent des accidents. Du coup, ils créent des bouchons et toutes les « folles-de-mon-corps », elles ont été coincées dans pas loin de 100 km de bouchon. Et leurs chauffeurs attitrés ne sont pas venus m’enquiquiner devant mon pare-chocs : Impeccable !

L’inconvénient, c’est qu’il vaut mieux les avoir derrière soi que devant. Donc filer plus vite que le vitesse réglementaire.

Y’a bien un kon que je laissais de temps en temps prendre un peu d’avance quand il tentait de me rattraper, mais pas dix fois, mais bien 20, ça ne loupait pas, il se rabattait sur ma file autorouristique et ralentissait qu’il fallait que je le dépasse à nouveau.

Dukon de 75, va !

 

Bref, comme tous les ans, j’ai le plaisir le passer la Gariglia avant que le soleil ne se lève depuis l’Italie.

Pas comme tous les ans, je sors pour une fois dans les premiers du garage du ferry. Et ça a eu roulé tel que pour 102 kilomètres, je me suis retrouvé arrivé avant même que les rues ne s’animent sous l’écrasante chaleur locale (18 à 22°C dans la nuit, 31 dès le soleil levé, 35 à 39 dans la journée, pas un pet de vent, pas un nuage sauf durant 3 jours et de l’eau de mer entre 26 et 28° C : Une merveille !).

Alors que d’habitude, il faut pas loin de trois plombes…

Ce qui fait que j’ai assez peu profité du jeu des nuées de l’aurore sur les montagnes.

Mais en revanche, les forêts de grues, les bâtiments nouveaux qui ont poussé durant l’hiver, je n’ai pas eu le temps de les compter : Trop nombreux.

(Mais j’ai pu repérer 5 étoiles filantes superbes et autant de satellites…)

Car ça bétonne sévère le long des côtes.

Même devant mes fenêtres, ils ont réussi à bâtir une sorte de prison, murs gris bétonnés, petites lucarnes et barreaux nombreux aux terrasses, qu’ils prénomment « résidence de prestige » !

Et ça gâte la beauté du paysage en plus…

Infâme.

 

C’est que lois montagne et littorale obligent !

Il faut vous rappeler du passage de « Tonton Yoyo » à l’hôtel Matignon, lors d’une époque reculée : C’était il y a longtemps, vous n’étiez peut-être pas nés, mais moi je me souviens.

Peu avant, « Le meilleur d’entre nous », celui qui a raté son destin, à savoir « Jupette », il est le premier ministre de ce pays-là. Le rythme des réformes va bon train pour « détricoter » 14 ans de « mythe-errant-disme », heureusement hachés-menus par deux cohabitations du RPR.

Pépère, il nous dissout à froid l’Assemblée Nationale, estimant que pire que pire, il n’avance pas et que ça ne va pas s’améliorer : Reculade sur la réforme des retraites (déjà), de la séku, de l’enseignement, des territoires etc. C’est la rue qui gouverne et quand il nous fait faire des économies sur l’impôt sur le revenu, en réalité elles sont effacées par les fiscalités locales : L’État enfle toujours et encore démesurément…

On a l’habitude.

Du coup, « Tonton Yoyo » se retrouve aux manettes du pays et commence son œuvre de sape de l’économie du pays qui poussera tant d’entreprises à fermer et beaucoup d’autres à aller faire des profits sous d’autres horizons : C’est marqué comme ça dans les livres d’Histoire, je n’y peux rien.

 

Mais entre deux, il promet aux élus Corsi un « statut spécial » et local, réforme de réformes d’un délire qui date de 40 ans et initié par « Gastounet-de-Faire » (on en a eu des pleines pages du 40ème anniversaire dans les journaux locaux, rappelant même que l’ATC a été obligé un temps de demander sa dissolution pour cause de scrutin à la proportionnelle, rendant l’institution incapable de voter quoique ce soit, même pas son propre budget : Avis aux konnos qui ne jurent que par la proportionnelle !).

À condition que les mêmes, ils soient capables de pondre un laïus cohérent sur le développement de l’Île de Beauté et de rentrer dans le rang des lois de la République avec de larges aménagements.

On se souvient ainsi des fameux débats, non pas sur la Burqa, mais sur les limites de compétence de l’ATC et du CTC (l’assemblée et l’exécutif locaux).

Globalement, trois forces politiques en place : Les bétonneurs de droâte, les bétonneurs de gôche et les nationalistes, traditionalistes, pastoraux, écolos et racketeurs de l’impôt nationaliste sur les bétonneurs…

Ces derniers ont tendance à réclamer la corsisation du pays, les emplois réservés, la langue, les traditions et la défense des espaces exceptionnels et traditionnels. Et d’en empocher les dividendes du racket local aux bétonneurs.

 

Les premiers ont quelques perles en portefeuille et s’opposent aussi aux autorités étatiques quand il s’agit de « bétonner-riche », adeptes qu’ils sont d’un tourisme « d’élite et de luxe » dégoulinant.

Quant aux autres, ils sont adeptes du « bétonnage de pôvre », de masse, histoire de faire vivre les locaux pendant une seule saison, mais qui assure des emplois pérennes et une vie locale qui ne se délocalise pas trop massivement.

Je simplifie, naturellement, parce qu’il y a mille « nuances » entre camping et bungalow, entre emprise légal ou non sur le littoral, entre partis politiques et clientélisme.

Au moins autant de parti spolitiques que sur le continent, plus au moins autant de « sensibilités » entre nationalistes et indépendantistes, entre autonomistes et décentralisateurs.

Sans compter quelques spécificités locales du style « bonapartistes » et la myriade d’obédiences franc-maçonnes…

Le tout se mélangeant allégrement avec un quatrième acteur qui préempte environ un cinquième des 1.000 km de côte et gère les espaces naturels décrétés à Paris, à savoir le conservatoire national du littoral et un bon tiers quand on rajoute l’office des parcs naturels.

Et des mafieux y viennent blanchir leur pognon depuis le monde entier…

Y’avait beaucoup de russes cette année et très, très peu d’italiens : Il paraît que 60 % d’entre eux se privaient de vacances pour cause de crise économique chez eux.

Ce qui faisait faire la gueule à bon nombre de commerçants pour pôvres !

Bref, un cocktail détonnant qui ne manque pas de détonner régulièrement d’ailleurs.

 

Entre-temps, tous les Plans Locaux d’Urbanisme (PLU) sont gelés et c’est souvent la préfecture qui gère les demandes de permis de construire, pression démographique oblige.

À la « va-que-je-te-pousse », comme peuvent le faire des fonctionnaires punis parachutés là, loin de leur culture parigote des « grandes-ékoles ».

Ce qui donne des choses pas tout-à-fait harmonieuses, voire assez agressives au sens de l’esthétique, mais on fait avec ce qu’on a.

 

Là-dessus, il y a une « technique locale » de valorisation du foncier assez surprenante.

On prend un terrain inculte, avec une vue à couper le souffle (y’en a partout en « Corsica-Bella-Tchi-tchi » et pour tous les goûts : Pas trop difficile !), en zone inondable, ou inconstructible pour une raison ou pour une autre. Ça ne rapporte rien à personne et c’est souvent en indivision.

Là, le maquis y pousse sauvagement, et boum, on y fout le feu histoire de « mobiliser des moyens » et de « classer » la parcelle.

C’est le cas devant chez moi, j’aurai dû me méfier : Il y avait une grande marre où la nappe phréatique affleurait le sol l’été, avec force grenouilles bruyantes et noria de moustiques !

Bé ils ont réussi à faire cramer l’ensemble il y a deux ou trois ans !

Idem chez mon cousin perché sur les rochers : Le tas de ronces en bas le long du muret, il a pu brûler en toute tranquillité. Maintenant, il y a un rond-point qui ne mène nulle part, mais ça ne va pas tarder à se construire.

 

Car le coup d’après, ou même avant, bien sûr, l’autorité locale aura fait injonction d’écobuer. Mais pas tout le temps : C’est en principe interdit en été (pas kon !) et les jours de grands vents…

Que fait l’indivision concernée ?

Elle fait passer un bulldozer qui arrache tout en quelques heures et pour pas cher, là où les mouflons et les moutons mettent des semaines à manger l’essentiel.

Bon, une fois que c’est « aplani », qu’est-ce qu’on en fait ?

Bé on dépose un permis de construire, tiens donc.

Comme y’a pas de Padduc cité plus haut, donc pas de PLU valide non plus, le permis ne peut pas être refusé.

Et l’année suivante, on creuse pour faire des parkings inondables et avec les déblais, on isole les nappes phréatiques pour éviter qu’elles n’enflent en aval ou en amont, ce qui rend les parcelles « non-inondables », donc constructibles et bon pour la bétonisation locale.

Une façon comme une autre de régler les problèmes d’indivision, dès lors que l’argent des touristes coule à flot.

 

Résultat navrant : Les côtes se couvrent d’habitations estivales vides 11 mois sur 12.  

Mais les équipements ne suivent pas : Les routes et chemins qui cheminent sont à peu près bien dimensionnés pour 300.000 habitants. Mais quand il y a 3 millions de passagers qui les empruntent, c’est le boxon !

Par ailleurs, quand ils ne sont que 300.000 à « étroner » régulièrement, ça roule, mais quand ils sont 10 fois plus, ça engorge !

Résultat, ça se déverse sauvagement en mer… le long du littoral que par endroit, je ne vous raconte même pas les odeurs.

 

Enfin, les côtés tragiques apparaissent : D’une part, en imperméabilisant quantité de surfaces, l’eau ruisselle à la mer, la polluant d’innombrables débris ramassés sur son chemin, rendant impraticables les « sables fins » durant trois ou quatre jours après un orage. Et puis nager entre les détritus végétaux, les serviettes hygiéniques et étrons parfois à demi-métabolisés, c’est une expérience toujours intéressante.

Bref, vaut mieux éviter les orages ;

Et bien pire, les gamins locaux, tous avec leur moto ou mobylette-gonflée, ils conduisent « normalement » comme si la circulation était « normale ».

Résultat, rien qu’en Balagne, où je reçois le journal, 5 morts en moins d’un mois quand la circulation est multipliée par 10 !

 

D’où des contrôles de flics, avec proc’, sous-préfet et colonel local même avant mâtines, ce qui a tendance à en rajouter dans l’engorgement circulatoire, qui ne peuvent que constater que les équipements locaux ne sont décidément pas à la hauteur des enjeux, faute de budget.

Ça m’a un peu donné l’impression que toute une économie-locale se suicidait collectivement pour s’enrichir parcimonieusement.

Je ne suis pas contre la bétonisation même à outrance – sauf quand c’est devant mes yeux, bien sûr – mais à condition d’en assumer les charges corrélatives.

Ce qui n’est pas le cas en « Corsica-Bella-Tchi-tchi ».

Et le Padduc, il ne sort toujours pas avec la nouvelle majorité des dernières élections territoriales : Normal, c’est l’adjointe pseudo-trotskiste d’un président communiste qui en a la charge. Et elle « consulte » encore.

 

Marrante la « Corsica-Bella-Tchi-tchi » : Ils ont voté beaucoup « Bling-bling » et un peu « Marinella-tchi-tchi » en mai dernier. Mais quand il a s’agit d’envoyer leurs députés à Paris en juin, globalement, ils ont voté « clientélistes », à savoir à « gôche ».

Si vous, vous n’y comprendrez jamais rien, eux, ils savent pourquoi !

Des malins qui sont en train de renégocier les échéances de leurs « statuts spéciaux » et autres spécificités insulaires.

Mais je vous raconterai ça une autre fois.

 

En attendant, sur la route du retour, j’avais plein de belles images dans les yeux. Là aussi, je vous montrerai ça une autre fois.

Et personne ne m’a « encouragé » sur les aires d’autoroutes, avec ma moustache toute neuve et ma « pipe-au-bec » : Comme ils étaient « nombreux », ma petite-sœur était bien rentrée et avait encore battu le rappel, laissant espérer l’inespérable que de croiser enfin l’Ignoble pour toutes ses copines…

Pour faire bon poids, j’ai ramené aussi les nuages et les températures fraîches, ce qui ne manque pas de faire lever tous les regards sur ma physionomie actuelle : Vous voyez la couleur ambre-sombre des miels de châtaigniers ?

Non ?

Bé je suis noirci façon « bronzage agricole » exactement de la même couleur.

Pourtant, je me lave !

Et « ma nichée », elle est couleur abricot trop mûr !

Partager cet article

Repost 0

commentaires

I-Cube 05/09/2012 17:17


Je le sens aussi... Mais je faire ça en "mode normal", puique c'est à la mode du moment, c'est-à-dire "piano-piano" !


Je rentre de Corisca-Bella-tchi-tchi où, à part la bétonisation et les incendies, rien ne court trop vite non plus.


Surtout quand il fait chaud...


 


Perso, je me réjouis de la grande réussite de Paul de Bréveuil qui est parvenu, malgré lui, mais grâce aussi à la "home-fleet" et quelques militareux à éviter tout attentat à Londres.


J'ai noté que du coup, les obus et autres munitions guerrières sont restés dans leurs étuis dans le détroit d'Ormuz, encore en état d'être utilisé.


Je me réjouis que tout reste donc ... "normal" : Les plans des "Maîtres du monde" ont encore foiré, même si j'ai enfin découvert ce qu'ils sont.


Sidérant et pas piqués des vers ; mais je vous raconterai ça dans le roman d'été du mois d'août prochain.


 


J'ai vu en ville les foto des masses oppulentes et adipeuses du couple présidentiel (qui n'en est pas un, mais ça va venir...).


On m'a affirmé que "Bling-bling" deviendrait pédégé de l'UMP sous peu : Ce n'est pas une bonne nouvelle, mais ça vaut mieux encore que "Coopé-rateur" (pourquoi se contenter de la pâle copie quand
on dispose de l'original ?) : de quoi prolonger "Bas du kul" (*) pour un quinquennat supplémentaire.


Au bout du bout, on ne sera plus sur les rotules, mais carrément tétraplégique, aphone, sourd et décervelé : Un avenir brillant qui se prépare sous nos yeux !


 


Quant aux chamailleries des "qui se la pètent" à gôche parce qu'ils sont devenus "Calife à la place du Calife", ceux-là ne sont pas de ma bande : Ils peuvent s'étriper autant qu'ils le veulent,
ça ne m'empêchera pas de dormir (ni de prendre l'apéro à ma santé et la vôtre, Charmante Comtesse !).


 


En revanche, je vous rappelle qu'on a du taff pour reconstruire une droâte un peu moins kon qu'elle ne l'est.


Parce que les dingues qui y sont, eux ils me font pas rire du tout à s'arracher les organes génitaux à la première occasion : De vrais cinglés.


Bref, la "machine à perdre", après avoir oeuvré 5 longues années, est en train de s'emballer, et là, ça m'en couperait presque l'appétit (que j'ai pourtant et par nature plutôt costaud : Il vaut
mieux m'avoir en foto qu'en pension), s'il n'y avait pas l'espoir d'un renouvellement des générations.


 


Bref, content de vous revoir aussi active au club des commentateurs(rices) assidu(e)s : Vous m'avez manqué, même si ça eut été contre quelques compensations émotionnelles impératives à la vue des
maginfiques paysages qui se sont étalés sur mes rétines pendant 30 jours !


Vendredi, je vous en mets quelques unes en ligne, juste pour en faire des fonds d'écran...


 


(*) Précision : "bas du kul", c'est l'experssion choisi par "François III" soi-même pour se décrire physiquement.


Je l'ai vu dans une biographie autorisée qu'on a bien voulu me résumer : Je ne sais pas lire, je suis un enfant de l'ékole publik...


Et puis j'ai pris l'habitude peut-être idiote à vos yeux de ne pas mélanger les torchons et les serviettes : C'est comme ça !

ComtesseÔPiedNu 05/09/2012 12:47


Bon retour parmi nous et si depuis votre piton rocheux vous ne receviez pas les nouvelles de notre nouveau pays appelé désormais « Socialie », sachez avant tout que
vous n’avez rien manqué. Tout est resté en l’état ou presque. La grande normalitude quoi !


 


« Hoglande » n’a pas manqué
ses trains qui partaient toujours à l’heure et s’est bien reposé 3 petites semaines en sirotant des perriers, en « shoppinant » , en se baignant avec sa douce. Il était
« Heureux qui, comme Ulysse, a fait un beau voyage… »


Peut être les avez-vous aperçus avec votre longue vue.


La « mi Lady » s’est fâchée pour ces photos volées où l'on voit le couple auguste et dodu sur leur plage privée. Mais leur pudeur est sauve car leurs maillots de
bains étaient tout à fait normaux.


Sinon les membres du gouvernement s’acharnent à phosphorer afin de détourner au maximum l’attention de l’opinion publique sur leur manque manifeste d’idées et de
stratégie.


« shootés à doses massives de pouvoiroïne » ils balancent des leurres au public et se chamaillent beaucoup.


Il faut dire aussi que leurs incantations obsessionnelles de redressement les incitent tout naturellement à se dresser les uns contre les autres.


Montebourg contre Moscovici (le 1er n’ayant pas eu le bureau avec vue est fort marri) ; Valls contre Taubira (le 1er étant inside et la
2ème outside),


Filippetti
contre
Cahuzac (des embrouilles sur le choix des moutons à tondre).



Duflot , elle ne l’ouvre pas trop car si elle n’a pas la lumière à tous les étages, elle  a cependant un grand instinct
de conservation.



Ayrault lui n’arrête pas de dire qu’il est 1er ministre, genre on l’aurait oublié. Il me fait penser à un prêtre aztèque (cachant son couteau
d’obsidienne dans sa poche), la dernière fois à la télé il m’a fait peur avec son regard sombre et flamboyant, brandissant son petit poing pour souligner combien il avait de
l’autorité.



Impressionnant, vraiment !



Question comm, Normal 1e veut changer d’image en changeant de rythme  il veut prendre son temps tout en se
dépêchant, fini la procrastination, on rétro temporise mais en action, Et puis il ya a encore tellement de commissions et de concertations à imaginer.



 



Sinon, sachez aussi que nous français n’avons pas le moral, pff fini l’espérance du ré enchantement, c’est cumulo nimbus, pluie tonnerre et foudre, car le ciel est en train de nous tomber sur la
tête.


 


Bon retour en « Socialie »Je sens que vous n’allez pas chômer cette année et celles à venir…