Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

D'où Erre-Je ?

  • : L'ignoble infreequentable
  •                                  L'ignoble infreequentable
  • : La seule question à laquelle personne ne sait répondre reste : la place de l'Etat. Quel est son rôle ultime ? Le reste n'est alors que dérives quotidiennes pour soi-disant, le "bonheur des autres" avec "le pognon des autres". Bonne lecture
  • Contact

Pas de quoi rire

Pauvre Marianne...

Un peu de pub :

Référencé par
Meta-Referencement
http://www.meta-referencement.com

BlogueParade.com - Annuaire des Blogues francophones

Recherche

Infreequentable en autochtone


Albanais :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=sq

Anglais :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=en

Allemand :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=de

Arabe :
http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=ar

Bulgare :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=bg

Catalan :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=ca

Chinois simplifié :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=zh-CN

Chinois traditionnel :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=zh-TW

Coréen :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=ko

Croate :
http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=hr

Danois :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=da

Espagnol :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=es

Estonien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=et

Finnois :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=fi

Galicien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=gl

Grec :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=el

Hébreu :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=iw

Hindi :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=hi

Hongrois :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=hu

Indonésien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=id

Italien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=it

Japonais :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=ja

Letton :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=lv

Lituanien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=lt

Maltais :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=mt

Néerlandais :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=nl

Norvégien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=no

Polonais :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=pl

Portugais :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=pt

Roumain :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=ro

Russe :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=ru

Serbe :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=sr

Slovaque :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=sk

Slovène :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=sl

Suédois :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=sv

Tagalog :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=tl

Tchèque :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=cs

Thaï :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=th

Turc :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=tr

Ukrainien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=uk

Vietnamien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=vi

Les Ex-Archivés

Amis visiteurs !

Oui, entrez, entrez, dans le « Blog » de « l’Incroyable Ignoble Infreequentable » !
Vous y découvrirez un univers parfaitement irréel, décrit par petites touches quotidiennes d’un nouvel art : le « pointillisme littéraire » sur Internet. Certes, pour être « I-Cube », il écrit dans un style vague, maîtrisant mal l’orthographe et les règles grammaticales. Son vocabulaire y est pauvre et ses pointes « d’esprit » parfaitement quelconques. Ses « convictions » y sont tout autant approximatives, changeantes… et sans intérêt : Il ne concoure à aucun prix littéraire, aucun éloge, aucune reconnaissance !
Soyez sûr que le monde qu’il évoque au fil des jours n’est que purement imaginaire. Les noms de lieu ou de bipède et autres « sobriquets éventuels » ne désignent absolument personne en particulier.
Toute ressemblance avec des personnages, des lieux, des actions, des situations ayant existé ou existant par ailleurs dans la voie lactée (et autres galaxies) y est donc purement et totalement fortuite !    
En guise d’avertissement à tous « les mauvais esprits » et autres grincheux, on peut affirmer, sans pouvoir se tromper aucunement, que tout rapprochement des personnages qui sont dépeints dans ce « blog », avec tel ou tel personnage réel ou ayant existé sur la planète « Terre », par exemple, ne peut qu’être hasardeux et ne saurait que dénoncer et démontrer la véritable intention de nuire de l’auteur de ce rapprochement ou mise en parallèle !
Ces « grincheux » là seront SEULS à en assumer l’éventuelle responsabilité devant leurs contemporains…
30 octobre 2013 3 30 /10 /octobre /2013 04:15

Le plan de désendettement de la France

 

« Si l’avertissement pour contenir l’endettement de la France lancé (…) par le Premier Président de la Cour des comptes Monsieur Didier Migaud n’a pas été entendu par le gouvernement (… pour) annoncer une simple réduction des déficits publics ou l’adoption d’une pseudo « règle d’or budgétaire» qui sera reniée aussi vite que le fut le Pacte de Stabilité et de Croissance (PSC), (…) mon ambition est d’aller jusqu’à désendetter la France.

 

(…) Le quinquennat 2007-2012 du « Président de la dette » inféodé aux marchés financiers mondiaux aura marqué un record historique de surendettement public avec un accroissement de plus de 500 milliards d’euros soit + 47 %, avant même l’effet de la crise.

(…)

Le ratio dette/PIB s’approche dangereusement du seuil fatidique des 90 % au-delà duquel le poids de la dette devient insoutenable. Cette spirale infernale à progression exponentielle, rend le gonflement de la dette incontrôlable.

Pour mieux vous faire visualiser l’importance du problème, imaginez cette dette en coupures de 100 euros, elle représenterait environ l’équivalent du volume de l’Arc de Triomphe.

 

Par ailleurs, j’attire votre attention sur la notion de la « charge de la dette » qui absorbe chaque année 80 % de l’impôt sur le revenu et est en passe de devenir le premier poste de dépenses du budget de l’État.

Sur la période 1973-2011, la collectivité aura versé à nos créanciers plus de 1.400 Mds € (constants) d’intérêts financiers cumulés (125 millions d’€ d’intérêts / jour), (…) ce qui donne un solde net d’environ 300 Mds € (constants) de dette seulement, soit 15 % du PIB.

Cela change toute la donne économique !

 

Les premiers symptômes négatifs de la crise du surendettement structurel sont déjà visibles :

– Au moins 24 nouvelles taxes auront été créées entre 2007 et 2012.

(…)

– Le CDS français à 5 ans (prime d’assurance contre le risque de défaut) début 2012 a un niveau fort de 240 points, ce qui équivaut financièrement à une note triple B.

Résigné (…) le gouvernement (assure qu’il) n’y aura pas de troisième plan de rigueur (…). Un tel événement propulserait immédiatement les taux d’intérêts nominaux au seuil fatal des 6 %, mais surtout enraierait l’usine à gaz du dispositif de financement du Fonds Européen de stabilité Financière (FESF) qui repose sur les garanties allemande et française.

 

(…) Trois facteurs sont à l’origine de l’augmentation de la dette publique de la France :

– La forte baisse des recettes fiscales avec les cadeaux fiscaux successifs aux entreprises (…) ;

– L’interdiction que les gouvernements se sont imposés de faire financer les déficits publics par la banque centrale ;

– Les variations des taux d’intérêt.

 

Cette dette « himalayenne » cumulée depuis près de 40 ans sert d’alibi aux plans de rigueur, à la casse des services publics et des prestations sociales. Elle est l’héritage de la gestion calamiteuse des finances publiques des gouvernements et présidents successifs, qui a conduit notre nation à une situation de banqueroute virtuelle. Cet échec flagrant classe ces politiciens dans le camp des « disqualifiés » et/ou des incompétents !

 

Je pose la question, dans leur modèle économique ultra-libéral, comment et quand les partis du système qui depuis 1975 n’ont jamais procédé au moindre remboursement net du capital-dette, vont-ils pouvoir demain résorber la dette publique française, sans anéantir notre protection sociale ?

 

En terme macro-économique, si l’on fait une analyse prospective globale de la cinématique de cette hémorragie budgétaire permanente, on peut anticiper que leur déficit zéro devrait être atteint en 2025 au mieux et que parallèlement leur dette va, par l’effet d’anatocisme des intérêts (…), continuer à s’accroître dangereusement jusqu’à son niveau d’étiage de 3.121 Milliards d’€ soit 1.400 Milliards d’€ courants de dette supplémentaire sur la période 2012-2025.

 

C’est la preuve par trois que le « mur de la dette » dénoncé par Philippe Séguin il y a vingt ans, est une réalité incontournable aujourd’hui dans leur système keynésien de surendettement.

Pour y échapper (… ils) agitent le chiffon de la « discipline budgétaire » par de fausses promesses électoralistes de réduction des déficits publics (…) par soumission au dogme allemand et au diktat d’une Union Européenne qui rêve maintenant d’un fédéralisme total.

 

Ils promettent même (…) un retour au déficit zéro en 2016 (… ou) 2017 pour Hollande.

Nous allons voir que c’est arithmétiquement impossible, sauf à appliquer une politique d’austérité digne d’une sortie de guerre, qui désintégrera la protection sociale (Retraite, Santé, chômage…) ainsi que les services publics, jusqu’à causer des émeutes dans les classes populaires et moyennes, façon Athènes ou Madrid.

(…)

 

Lorsque l’on constate la situation de délabrement actuel du secteur public (santé, police, justice, armée,..) ne serait-ce qu’avec 9 Milliards d’€ économisés (…), je vous laisse imaginer l’état de décomposition des administrations publiques et des régimes de protection sociale(…).

 

1er cas : Réduction du déficit public sans désendettement :

– En 2017 : Retour à l’équilibre budgétaire avec 1.943 Mds € de dette publique mais au prix d’un saccage social, contre 1.963 Mds € constants de dette dans notre modèle économique.

 

Horizon 2030 : Dette publique 2.764 Mds € (115 % de leur PIB) avec progression constante de la dette publique qui par (…) effet « boule de neige » devient PERPETUELLE, contre 93 Mds € constants de dette dans notre modèle économique

 

(…) À l’inverse, ils auraient besoin d’un taux de croissance de l’ordre de 7% / an durant au moins une décennie pour générer des recettes fiscales et résorber leur déficit. Une croissance que nous n’avons jamais connue. L’arithmétique est implacable, ce qui était déjà difficile avec une croissance molle espérée (…). Résumé du 1er cas : C’est un saccage social à court terme et un défaut de l’État à long terme !

 

2ème cas : Résorption de la dette publique. C’est le cas de figure le plus vraisemblable !

– Horizon 2025 : Retour à l’équilibre budgétaire mais 3.116 Milliards d’€ de dette publique (130 % de 2.400 Mds € de leur PIB), contre 837 Milliards d’€ constants de dette dans notre modèle économique.

– Horizon 2030 : Dette publique 2.895 Milliards d’€ (115 % de 2.500 Mds € de leur PIB) avant une lente décrue mais au prix d’une casse sociale, contre 93 Milliards d’€ constants de dette dans notre modèle économique.

 

(…) Il est évident que cette politique d’austérité budgétaire n’est pas crédible voire irresponsable socialement pour les citoyens et les candidats du système sont dans une impasse technique, même pour réduire leurs déficits…

 

En réalité, l’unique moyen pour les États occidentaux de rassurer les marchés financiers dans leurs émissions d’emprunt consisterait à se donner les moyens de réduire leur ratio dette/PIB à terme, par une reprise de l’activité économique. Cependant, la mise en place brutale et dans l’urgence de politiques fortement restrictives est contre-productive. Le retour à une orthodoxie budgétaire doit en effet être progressif et séquencé, sous peine d’obérer la relance de la croissance économique, l’emploi, la consommation et in fine de constater une chute des recettes de l’État.

Cette baisse de la consommation va se traduire par une récession sévère en Europe.

Résumé du 2ème cas : Une dette perpétuelle et une casse sociale permanente !

 

Au vue de ces projections alarmantes du modèle économique ultra-libéral (…) nous mène sur la route de la servitude aux marchés financiers, la question de la dette publique est donc le « nœud gordien » de tout le système de pillage des richesses de la nation par la financiarisation de l’économie et le libre-échange mondialisé.

 

(…) C’est un suicide économique et social de la France, une euthanasie des épargnants, des retraités… Je dis (…) une austérité draconienne de 100 Milliards d’€ /an en moyenne (est) socialement insupportable. Voilà la vérité !

Ce « nœud gordien » du fardeau de la dette, je veux le trancher ! Pour cela, il faut opposer aux plans de RIGUEUR qui profitent à une hyper-caste minoritaire, un plan de VIGUEUR qui profite à l’intérêt général des citoyens et qui enrichisse la France.

 

Si aucune action sérieuse n’est mise en œuvre d’urgence, la descente aux enfers de la zone euro continuera avec l’aggravation de la crise des dettes souveraines. (…) Une politique économique alternative avec une sortie par le haut de la crise de la dette, existe bel et bien, celle inspiré en parti du seul prix Nobel d’économie Français Monsieur Maurice Allais (…).

Mon plan de désendettement 2013 est élaboré sur cette base économique et veille scrupuleusement au respect des principes du « Club de Paris » pour éviter toute solution de répudiation pure et simple de la dette étrangère, qui représenterait un risque de réputation trop négatif pour la France.

Je le dis solennellement, la vraie raison du surendettement de la France, ça n’est pas la dérive des dépenses de protection sociale, ni de ses services publics pour chercher à culpabiliser le citoyen, mais la loi de 1973 (dite loi Pompidou-Giscard).

(…) Pour mémoire, cette loi a consisté en 1973 à obliger l’État à aller emprunter sur les marchés financiers internationaux. C’est une espèce de sabordage financier. Cette interdiction de financer l’État fut complétée par l’indépendance de la Banque de France accordée en août 1993 par le gouvernement d’Édouard Balladur. (…)

 

Après négociations européennes qui s’appuieront juridiquement sur le « compromis du Luxembourg » qui prévoit que les États peuvent déroger aux règles européennes s’ils estiment que leur « intérêt vital » est en jeu, suivra la reprise de contrôle de notre politique monétaire et de taux de change, tout comme 95 % des nations dans le monde.

La Banque de France sera autonome vis-à-vis du pouvoir exécutif mais pour autant non indépendante. Elle retrouvera ses prérogatives monétaires et aura pour mission de rétablir le circuit des avances au Trésor Public pour redonner une capacité d’autofinancement à l’État qui s’affranchira ainsi de l’emprise des marchés financiers et des agences de notation internationales.

(…)

 

3 leviers principaux :

1/ Économies PROGRESSIVES sur les mauvaises dépenses de budget entre 5 et 70 Milliards € / an (gel budget UE, fraudes sociales, coût de la décentralisation, (…) etc…) ;

2/ Monétisation par la Banque de France pour un TOTAL de 100 Milliards € / an (5 % du PIB 2012) dont + 90 Milliards € / an pour générer des excédents budgétaires ventilés en :

* AMORTISSEMENT direct et progressif du capital-dette (stock) pour 45 Milliards € / an (2,5 % du PIB), qui consiste à stériliser une fraction de la dette ;

* REMBOURSEMENT de la charge de la dette imputé dans le budget (flux), pour 45 Milliards € / an (2,5 % du PIB), dégressif à partir de 2018 ;

* RELANCE économique : + 10 Milliards € / an imputés dans le budget, pour soutenir la ré-industrialisation, l’emploi, l’activité,… la consommation et au final les recettes fiscales.

3/ Une opération de «(…) nationalisation de la dette publique » (…) pour diversifier nos gisements de ressources financières, par des incitations fiscales fortes à l’investissement des Français, qui contribueront ainsi au refinancement de la dette souveraine, à l’indépendance et à la solvabilité de l’état. Ce qui aura également l’avantage de sécuriser l’épargne populaire. Volume attendu : 50 Milliards € / an.

(…)

 

Pour que la France reste une grande puissance économique mondiale, dans le concert des nations nous devons abandonner ces politiques de rigueur terrifiantes. Le désendettement est un enjeu prioritaire ! Parallèlement, grâce à (…) une nouvelle compétitivité, nous relancerons l’emploi, la croissance, le pouvoir d’achat et les excédents de la balance extérieure.

S’opposer à cette politique économique alternative (…), correspondrait à un acte de « non-assistance à peuple en danger de mort économique ! ».

 

Et, je ne l’imagine pas.

Mesdames et Messieurs, je vous remercie »

 

Bon alors ce « joli-texte », c’est de qui ?

Vous avez pourtant lu jusque-là !

Non, alors relisez.

Et je vous repose la question : De qui ? « J’en-kul Mélangeaons » ? Clémentine « Beau-teint » ? « J’osais-Beau-vais » ?

Un alter-machin quelconque ?

Pikety-soi-même ?

 

Ça pourrait être ça !

Je vous laisse le choix, mais de toute façon, c’est de « Marinella-tchi-tchi » du FN.

Où les étonnantes convergences vers une même dictature d’un « État-fort ».

 

Dormez bien quand même, les jeunes…

 

I3

Partager cet article

Repost 0

commentaires

I-Cube 09/11/2013 08:00


Personnellement, en matière de science et de connaissance des choses, je fais la distinction entre :


- Les sciences "dures", dans lesquelles il n'y pas d'exception : 1 + 1 est toujours égal à 2, mais dans le cadre de la relativité général ou 1 + 1 = 1.


Ce paradoxe s'explique "mécaniquement" par l'introduction du "V/C" où quand V = C, la formule donne toujours 1/1 telle que C est une vitesse limite indépassable.


- Et les sciences "molles", ou tu es obligé d'admettre une flopée d'exception pour expliquer la règle posée.


D'ailleurs, elles travaillent en "probabilité" pas en certitude.


Et c'est notamment le cas dans les sciences humaines et donc macro-économique.


Donc, Nielsen peut avoir raison, mais seulement dans ces domaines-là.


 


En aparté, c'est d'ailleurs assez drôle de suivre l'évolution des connaissances en matière de physique, une science dans le "dur", qui doit s'accomoder du principe d'incertitude qui
introduit un aléa dans les équations.


Absolument passionnant...


 


De mon côté, j'essaye de cerner les aléas dans des mondes "fermés".


Pat exemple en entreprise, un monde clos en terme mathématique, il y a des aléas souvent exogènes mais parfois endogènes, qui impactent les résultats, l'activité, etc.


Et curieusement, il est récurrent.


A la limite "prévisible"...


Mais ce n'est pas facile de le prévoir, notamment pour "la dernière" variable.


Tu me diras que je me contente d'un "à 10 % près" et là, touut devient plus facile en matière de gestion.


Et c'est suffisant en général.


 


Mais je poursuis, je poursuis !

Dj 09/11/2013 02:33


La compléxité est dans tous les domaines et aucun n'est plus disjoint de l'autre.



I-Cube 08/11/2013 07:41


Justement, on est absolument noyé sous l'information et tu ne cloues le bec à plus personne !


On dirait que c'est celui qui gueule le plus fort, enfin qui est le plus présent, qui prend l'opinion de son côté.


Le dernier qui cause qui a raison.


 


Toute la difficulté consiste à trouver l'information pertinente !


Là, c'est une affaire de spécialiste : Tu vas voir l'homme de l'art, qui sait faire le tri dans les informations, tant pour te soigner que quand tu fais une opération de change ou achètes ta
baguette de pain.


Celui que tu considères qu'il est à la hauteur de tes attentes, c'est tout et c'est pareil en politique ou en "religion".


 


Plus rien n'est convaincant, hormis les faits !


Et encore : même un pont détruit, y'en a qui te diront qu'il ne l'est pas, convaincu qu'il ne l'est pas.


 


C'est cela la dictature des "maîtres du monde", parce qu'il leur ai alors facile de manipuler l'information.


Tu prends l'exemple des frégates de Taïwan, mais sais-tu que pour la vente des bâtiments de commandement Mistral il y en a eu autant, là sous ton nez, et que tu ignores parce que l'information
n'est pas accessible.


Rendue inaccessible.


Où est le progrès, STP ?


Et que dire des Rafale à vebdre à l'Inde ?


Qu'estèce qui s'est passé pour que le responsable des achats meurt par inadvertance et reporte la décision ?


 


Les institutions démocratiques, quelles qu'elles soient, "bloquent" indubitablement. C'est peine perdue sauf dans une démocratie directe qu'on est loin d'avoir.


Je t'ai fait des posts sur ce thème "Démocratie et corruption".


 


Alors non, ce n'est pas ringard de dénoncer, y compris sur le FN.


Il a une vitrine nettoyée, mais au fond de lui même, le front reste le front.


Et le pire c'est que le tiers de la population se dit qu'on a tout essayé et tout a toujours foiré.


Alors pourquoi pas la solution du front qui n'a jamais été essayé ?


Tu verras : 28 % aux européennes...

Dj 07/11/2013 21:39


Pas la règlementation, l'accès à l'information...


Pour les frégates si dès le début les citoyens étaient au courant de tout; ça m'étonnerait beaucoup que l'affaire eut meme eu la possibilité d'exister...


Ce que tu mets en épingle c'est la difficulté des estimations les plus justes possibles. Tu parles du système actuel; il faut c'est certain aller plus loin mais se contenter simplement de taper
sur le FN, je trouve ça un peu ringard et une perte de temps...


C'est parceque maintenant les gens sont informés que les "coms" des partis se gardent de leurs propagandes habituelles, "religieuses", "c'est ça puisque je vous le dis"! Tu vois que déjà le
minimum d'infos dont dispose le public via internet suffit à clouer quelques "becs"!

I-Cube 07/11/2013 08:00


Peut-être DJ !


En fait je ne sais pas...


 


Parce que quand tu vois de près fonctionner un marché, ce n'est jamais comme ça que ça se passe. Tu peux réglementer ce que tu veux, on se débrouille toujours pour faire autrement quand la
nécessité l'oblige (et heureusement).


Deux exemples vécus :


 


Tu vas à Rungis et son marché de la bidoche : Il y a un prix au kilo qui est affiché en temps réel pour des morceaux de viande.


Et quand tu es acheteur, tu ne payes jamais ce prix-là : C'est toujours moins cher pour x ou y raisons parfaitement justifiée.


Tu crois que c'est le prix minimum, mais c'est en fait le prix maximum, quand tu payes à la caisse centrale.


Sans ça le reste est sur facture réglée par ton service comptable...


 


Le prix des bourses de valeurs mobilière (le fameux CAC 40 et ses petits frères, idem. Tu crois que tu achètes "au mieux", (ou vend) à la côte.


Pas du tout : le prix final y compris commission est différent à la fin de ton opération sur ton compte bancaire.


Je vais ainsi faire des plus-values inattendues sur des titres qui ne valaient rien jusque-là...


Mais hors la bourse.


 


C'était déjà pareil quand je me baladais à l'étranger et que je payais tout en carte visa et qu'on avait plein de devises à gérer.


Bé tu partais avec un taux de change donné que tu pouvais réactualiser au fil du temps.


Que tes opérations soient faites à terme ou au fil de l'eau, de toute façon tes devises, tu ne les dépensais jamais "au cours", mais avec un prix "bas" de l'ordre de 10 % (mais c'était
variable).


 


En bref, les "prix-marché", c'est juste un indicateur. Le marché dans son ensemble aussi, quel que soit la façon dont tu organises la transparence de l'information.


En fait, il existe, mais ce n'est pas comme il est dit que les choses se passent !


En bref, contrairement aux libéraux, je ne pense pas que ce soit l'alpha et l'oméga du monde financier, même interplanétaire.


 


Et puis Bucher (dont j'ai repris l'intégrale de sa déposition à l'AN dans ce blog, t'explique facilement qu'entre opération de commissionnement et de "baronage", tout est faux même quand c'est
marqué comme ça dans les contrats.


Après tout, mon pays a été condamné lourdement par la communauté internationale dans l'affaire des frégates de Taïwan, parce que les "politiques" avaient lourdement exagéré.


 


Alors bon, tu fais comme tu veux, mais ça reste la loi de la jungle !


Il n'y aura jamais aucune réglementation qui y mettra fin.


C'est comme ça !