Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

D'où Erre-Je ?

  • : L'ignoble infreequentable
  •                                  L'ignoble infreequentable
  • : La seule question à laquelle personne ne sait répondre reste : la place de l'Etat. Quel est son rôle ultime ? Le reste n'est alors que dérives quotidiennes pour soi-disant, le "bonheur des autres" avec "le pognon des autres". Bonne lecture
  • Contact

Pas de quoi rire

Pauvre Marianne...

Un peu de pub :

Référencé par
Meta-Referencement
http://www.meta-referencement.com

BlogueParade.com - Annuaire des Blogues francophones

Recherche

Infreequentable en autochtone


Albanais :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=sq

Anglais :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=en

Allemand :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=de

Arabe :
http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=ar

Bulgare :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=bg

Catalan :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=ca

Chinois simplifié :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=zh-CN

Chinois traditionnel :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=zh-TW

Coréen :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=ko

Croate :
http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=hr

Danois :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=da

Espagnol :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=es

Estonien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=et

Finnois :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=fi

Galicien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=gl

Grec :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=el

Hébreu :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=iw

Hindi :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=hi

Hongrois :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=hu

Indonésien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=id

Italien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=it

Japonais :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=ja

Letton :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=lv

Lituanien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=lt

Maltais :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=mt

Néerlandais :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=nl

Norvégien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=no

Polonais :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=pl

Portugais :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=pt

Roumain :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=ro

Russe :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=ru

Serbe :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=sr

Slovaque :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=sk

Slovène :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=sl

Suédois :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=sv

Tagalog :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=tl

Tchèque :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=cs

Thaï :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=th

Turc :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=tr

Ukrainien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=uk

Vietnamien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=vi

Les Ex-Archivés

Amis visiteurs !

Oui, entrez, entrez, dans le « Blog » de « l’Incroyable Ignoble Infreequentable » !
Vous y découvrirez un univers parfaitement irréel, décrit par petites touches quotidiennes d’un nouvel art : le « pointillisme littéraire » sur Internet. Certes, pour être « I-Cube », il écrit dans un style vague, maîtrisant mal l’orthographe et les règles grammaticales. Son vocabulaire y est pauvre et ses pointes « d’esprit » parfaitement quelconques. Ses « convictions » y sont tout autant approximatives, changeantes… et sans intérêt : Il ne concoure à aucun prix littéraire, aucun éloge, aucune reconnaissance !
Soyez sûr que le monde qu’il évoque au fil des jours n’est que purement imaginaire. Les noms de lieu ou de bipède et autres « sobriquets éventuels » ne désignent absolument personne en particulier.
Toute ressemblance avec des personnages, des lieux, des actions, des situations ayant existé ou existant par ailleurs dans la voie lactée (et autres galaxies) y est donc purement et totalement fortuite !    
En guise d’avertissement à tous « les mauvais esprits » et autres grincheux, on peut affirmer, sans pouvoir se tromper aucunement, que tout rapprochement des personnages qui sont dépeints dans ce « blog », avec tel ou tel personnage réel ou ayant existé sur la planète « Terre », par exemple, ne peut qu’être hasardeux et ne saurait que dénoncer et démontrer la véritable intention de nuire de l’auteur de ce rapprochement ou mise en parallèle !
Ces « grincheux » là seront SEULS à en assumer l’éventuelle responsabilité devant leurs contemporains…
23 juillet 2012 1 23 /07 /juillet /2012 04:02

Début de saison en demi-teinte

 

Avertissement : Vous l’aviez compris, ceci n’est qu’un roman, une fiction, une « pure construction intellectuelle », sortie tout droit de l’imaginaire de son auteur.

Toute ressemblance avec des personnages, des lieux, des actions, des situations ayant existé ou existant par ailleurs dans la voie lactée (et autres galaxies), y compris sur la planète Terre, y est donc purement, totalement et parfaitement fortuite !

 

Avec le recul, c’est finalement une véritable descente aux enfers qui durera plusieurs mois qui commence pour Paul, après la quinzaine « paradisiaque » à bord du « Lisbeth », son ketch méditerranéen, avec Shirley !

Première déconvenue : Le « Nivelle 001 », le prototype d’avion hypersonique en céramique ramené de Solenzara à Aubenas dans un vol chaotique à bord duquel se trouvait le « Capitaine Haddock[1] » aurait dû atterrir à Orange, sa destination première décidée par le ministère, après le « loupé » qui a failli tourner à la catastrophe aérienne lors du vol inaugural.

Et comme bêtement, Paul oublie sa mission pour ramener le prototype à Aubenas, c’est un déluge furibard qui déferle dès le lendemain sur le standard de l’usine.

D’abord les responsables de l’aéroport, qui voient d’un mauvais œil le retour d’un prototype qui n’a rien à faire dans leurs hangars ; ensuite l’équipe de soutien des rampants partie à Orange un dimanche qui se retrouve à faire le chemin en sens inverse sur les routes aléatoires de l’Ardèche pour rien.

Enfin, le ministère qui hurle à la mort traitant Paul de tous les noms.

Il est d’ailleurs priés de se présenter boulevard Saint-Germain au plus tôt et dès le lundi suivant.

 

Paul se rend compte alors que pour eux, que le passage au-dessus du sud de la méditerranée, sous le nez des radars libyens, tunisiens et algériens, sans compter ceux de l’Italie, c’est du suicide militaire : Ils ont parfaitement raison de l’engueuler sur ce point.

Tous ont cru à un bug informatique des radars, mais chacun a déclenché une enquête de leurs services de renseignements militaires.

Un avion piloté à Mach 5, c’est assez rare pour aiguiser tous les appétits de tous les curieux de la planète.

Même les « alliés » de l’Otan ont questionné leurs collègues français sur l’existence de ce prototype qui n’ont pas su répondre quoique ce soit pour ne pas être au courant, mettant dans l’embarras toute la hiérarchie très … « embêtée ».

Quant à Miho, l’agent-double coréenne du nord, « casernée » jusque-là sur la péniche de Mylène, elle s’est débrouillée pour revenir sur Paris à faire le siège de l’appartement de fonction au-dessus des bureaux de la MAPEA.

Et il ne faut pas rêver, sur ordre, naturellement.

Au lundi soir, le prototype est sauvé : Il ne sera pas confisqué ni démonté tout de suite, mais gardé au chaud par la gendarmerie militaire pour examen minutieux sur place, avant de finir sa carrière à Orange « Caritat-Air-Base ».

Un dernier vol à programmer, peut-être même « par la route ».

« Mais sans histoire ni prouesse, cette fois-ci ! » lui a-t-on fait promettre.

Il n’en sera rien, mais sur ordre contraire et supérieur, vu le tohu-bohu déclenché dans les chancelleries par ses deux brèves apparitions dans le ciel…

Une belle esbroufe, comme les aime parfois Paul, quand elles viennent « d’en haut ».

 

Le deuxième sujet de contrariété, ça reste Hélène Trois-Dom, la juge instructrice de l’affaire « ARRCO ». Pas tant de savoir que les organisateurs et maître d’œuvre sont désormais dans un autre monde, la police montée canadienne ayant confirmé à la fois le caractère illégal des travaux sur les greffes de la fondation dissoute, le trafic d’organes sous-jacent avec sa ribambelle de meurtres et l’existence d’un complot visant à obtenir une loi bioéthique bienveillante des autorités françaises. Les documents saisis en attestent. Mais bien plus dans la relation de leur décès fait par Paul aux autorités canadiennes.

Elle, elle sait, enfin elle suppute, un autre rapport existant entre Risle et le juge De Bréveuil, le père décédé de Jacques et de Paul.

« Je suis parfaitement d’accord sur le fait de savoir si tu étais ou non en état de légitime défense quand tu as abattu Priscilla, le colonel Frank et ses sbires. C’est évident : Tu avais été kidnappé. Tu cherchais à fuir très logiquement et très légitimement pour échapper à tes bourreaux ainsi qu’au sort qu’ils te réservaient.

Personne ne te le reproche.

Mais… »

Car il y a un « mais » dans son esprit.

Il y avait eu la « mort fictive » de Jacques, où Paul a baladé la juge et les flics, même si c’est du passé en voie de métabolisation définitive.

En revanche, pourquoi avoir abattu le Professeur Risle, malade, alité, quasiment infirme, alors qu’il aurait pu et dû être jugé pour ses nombreux crimes ?

Derrière sa question, c’est en fait la motivation de Paul qu’elle recherche.

Une vengeance personnelle, faire rendre gorge de l’assassinat de son propre père, il y a plusieurs décennies sur un moribond ou un coup de feu inopportun… dans le feu de l’action.

 

« En fait, je ne sais pas trop. J’avais besoin de l’hélico pour m’échapper avec Shirley. C’était dans mon intention première et je n’avais objectivement aucune raison de le détruire.

C’est quand le pilote et le co-pilote ont tenté de m’abattre que j’ai tiré à travers le cockpit.

Je me souviens de trois coups. Je ne suis pas un tireur d’élite, quoiqu’en disent mes chefs militaires. »

Un tireur d’élite, bien installé, bien calé, son arme bien réglée, il met « carreau » à tous les coups, même sur une cible mouvante.

« Au tir instinctif, tu vises « au plus proche » et tu corriges ton axe de tir en fonction du premier impact. Les coups suivants sont au but.

Là, je ne sais pas si ce n’est pas mon premier tir qui a touché ou non Risle. En revanche, je suis sûr d’avoir touché les deux autres en plein poitrine.

Et ce n’est que quand je me suis approché de Risle que j’ai vu qu’il était mort. En fait je parlais à un mort, mais je ne m’en suis pas aperçu tout de suite.

En revanche, quand j’ai vu sa grenade dégoupillée choir d’entre ses doigts, là j’ai flippé un max et j’ai entraîné Shirley à l’abri.

Je n’en sais pas plus. »

Après, c’est le bruit assourdissant de l’explosion qui maltraite les tympans devenus « cotonneux »

Exit la piste de la vengeance privée ?

Pas si sûr dans l’esprit de la juge.

 

« Non ! Tu vois, si je dois de me venger, ce serait plutôt contre les Liamone, Parepoux et l’autre, le sénateur Lacuistre. Eux, ce sont bien les auteurs directs de l’assassinat de papa, si celui-ci était confirmé. Mais là, je sais que tu ne feras rien contre ces gens et j’irai les voir pour leur dire tout le bien que je pense d’eux.

En revanche, si un jour je décide de faire justice à ta place, premièrement, ce ne sera pas moi, deuxièmement, tu ne prouveras rien. Troisièmement, je ne serai même pas sur place. »

Et comme pour être plus convaincant, de changer de sujet.

« Mais tu as raison : Je me pose la question moi-même. N’était-ce pas un tir « involontaire », commandé par mon subconscient. Je crois que je vais devoir vivre avec cette question sans réponse le reste de mes jours ! »

Seul lui sait la réponse : Un tir volontaire et direct. Risle était bien vivant, agonisant peut-être, mais bien vivant quand il l’a exécuté.

Et la grenade qui a fait sauter l’appareil, c’était la sienne, pas celle du père de Priscilla.

 

Madame la juge Trois-Dom insistant, Paul finit par se défausser bêtement : « Tu sais quoi, y’en a une qui peut m’éclairer sur le sujet… »

Ah oui ? Qui donc à part un bon psychiatre ?

« Tu te souviens de l’affaire du juge Féyard[2]. » Elle se souvient, puisque c’est à cette occasion-là qu’elle a fait connaissance de Paul et de ses deux associées, Aurélie et « la vraie » Charlotte.

« Il y avait deux sœurs. Je crois que l’une est internée et que l’autre coule des jours heureux dans une prison du pays pour avoir tué le juge et l’autre baveux. »

Exact !

La Cour d’assises avait été « clémente » : perpétuité avec 22 ans de sûreté pour la mort du juge, assassiné à coup de couteau de cuisine dans sa retraite Chartraine, 15 ans pour l’avocat empoisonné à la faculté de Paris, en tenant compte de larges circonstances atténuantes, les deux peines se confondant en une seule.

Sa sœur cadette, elle en était devenue « folle à lier », alors même que c’était son intervention auprès du curé de la paroisse qui avait permis de mettre fin au bain de sang.

Une histoire affreuse où les deux filles, alors gamines, avaient vu leur mère violée sur la table d’un restaurant où ils fêtaient en famille l’anniversaire de l’aînée, viol commis par le fils d’un caïd de la drogue, complétement shooté à la cocaïne et à l’alcool, avec sa bande.

Leur père avait été tué aussi sec alors qu’il tentait de s’interposer, une fusillade avait éclatée à travers tout le restaurant faisant 8 autres blessés, avant que la bande ne se rende sur intervention des forces de l’ordre locales.

Pendant la fusillade, une fois son « affaire » terminée, le gars avait froidement abattu la mère et avait fait face à la police qui venait d’investir la salle à grands coups d’armes à feu.

 

Les fillettes avaient été placées en famille d’accueil, mais bien plus tard, elles avaient appris que le « big-boss » et père de l’ado tueur-violeur avait fait des pieds et des mains pour faire innocenter son fils unique.

Une histoire sordide.

Celui-là, sitôt sorti de prison, il s’est fait allumer par la BRI à l’occasion d’un braquage raté, sous les ordres de Scorff monté en grade après l’affaire des bijoux volés de la Guilde.

Un autre carnage, puisque toute la bande y est passée.

En revanche, pour comprendre comment l’institution judiciaire peut relâcher un coupable, elles l’ont vu faire de leur propres yeux, les deux filles en ont répondu par ce besoin irrépressible de « se faire justice », rendant responsable le juge d’assises, l’avocat et devait y passer aussi le commissaire Scorff, le alors petit-lieutenant de police judiciaire, enquêteur sur ce dossier, les assesseurs et tous les jurés.

« Eh bien, tu sais quoi, je me demande si je ne me retrouve pas dans la même situation qu’elles ? »

Pour savoir, il faudrait qu’elle lui arrange une visite en prison.

« Tu n’y penses pas ! Tu es responsable de son arrestation ! »

Si, il y songe !

« Elle, elle est déjà passé par-là. Elle saura m’ouvrir les yeux sur mes pulsions inconscientes ou sur leur inconsistance ».

En fait sur le moment, Paul, bien malgré lui, se sent finalement « complice » de cette femme-là.

Ils ont, quelle que part, agit tous les deux de la même façon, dans la même situation, au moins approximativement, mais elle est en prison pour de longues décennies, alors que lui est libre de ses mouvements…

Totalement incohérent.

Faut dire aussi qu’elle s’était trompée de cible.

Pas lui.

La juge Trois-Dom ne promet rien. Mais elle essayera.

 

Puis rapidement, il faut se rendre à Montréal. La fondation et les autorités locales réclament sa dissolution effective. Les papiers sont prêts, les autorités judiciaires ayant déjà achevé de sceller son sort et ses actifs : Il ne manque plus que les mandats et pouvoirs qu’il est le seul à posséder.

Ça tombe bien, il compte revenir par Londres pour croiser le destin de « Lady Joan », comme promis et aller saluer Sir McShiant une dernière fois.

Les canadiens, une fois les papiers signés l’avertissent alors de l’existence d’une bombe… placée sous le tapis.

« Vous rigolez, j’espère ? »

Pas du tout.

« Votre problème, c’est qu’en anéantissant la fondation, vous n’allez pas faire plaisir à votre Président. Il a payé pour son intervention et il ne va pas aimer l’arrêt des activités ! »

Le Président ? Quelle intervention ? Et puis qu’il se démerde : Rien à battre du « nabot à talonnettes ».

Une histoire démente, à tel point que Paul se l’est fait répéter deux fois, croyant fermement à une blague de potache, même après le deuxième récit.

Hélas, elle se confirmera, mais un peu plus tard…

 

De retour en Europe, après avoir reçu les honneurs de l’équipage, comme souvent à son habitude quand il vole sur des compagnies qui ont des commandants de bord qui « se souviennent » de ses exploits en Atlantique, il se rend au chevet de lord McShiant, avant son rendez-vous prévu et confirmé, non plus à Orly mais à Heathrow, avec la belle « Lady Joan ».

L’homme est épuisé de rejeter son rein greffé depuis de si nombreuses années par les équipes de Risle, dont il était devenu un des administrateurs de sa fondation.

Le vieux Lord a le teint cireux, l’œil un peu glauque, les séances de dialyse incessantes le font souffrir car il a fallu lui ôter son greffon, mais il reste à avoir toute sa tête. Il s’inquiète pour ses travaux qui n’aboutiront pas.

Sa « Z-Machine », son moteur sur-unitaire, les recherches de sa petite-fille Margaret sur les nano-batteries, l’usine de puces électroniques de son autre petite-fille « Lady Catherin, » l’usine à whisky familiale…

« Ne vous en faites pas. Vous aurez un rein de substitution. Ils parviendront à vous stabiliser. »

Oui, mais dans quel état ?

Et pour combien de temps ?

« Tout cela est-il bien nécessaire ? »

 

Ce qu’il veut, c’est que tout ça ne soit pas détruit. L’usine de whisky, c’est un héritage familial, tout comme le château. Celle de puces électroniques, c’est le « joujou » des deux héritières.

« Mais mon laboratoire, il n’y a que vous pour en comprendre l’intérêt, dans l’immédiat. Pourriez-vous vous en occuper ? »

C’est forcément plus compliqué que ça : Il va y avoir nécessairement des droits de successions à payer et donc des financements à trouver. Et Paul n’est pas sûr d’avoir ni le temps ni les compétences, voire ni l’envie, de reprendre les travaux du vieux chercheur.

« Lady Joan, l’épouse de mon ami Thornner, sera une bonne conseillère. »

Avant que Paul ne prenne congé, McShiant le félicite d’avoir mis fin aux activités de la Fondation.

« Mais je crois que si c’était une décision nécessaire, elle va vous apporter de nombreux désagréments… »

Pour quelles raisons ?

« Les chinois trafiquaient en premier, et contre argent sonnant et trébuchant, les organes de leurs condamnés politiques. Une source de devises en moins, une source de corruption qui disparaît. Je pense aussi que les chirurgiens qui pratiquaient des greffes ne vont pas apprécier. Même s’ils sont moins dangereux que les chinois.

Quant aux « clients », certains vous en voudront, c’est sûr. »

Paul ne lâche pas l’histoire de la « bombe sous le paillasson » dont on venait de lui faire part. Mais il y pense très fort quand même…

 

Le vol pour Nice, puis celui pour Bastia, se déroule à merveille. « Lady Joan » est aux anges, radieuse comme pas deux. Toute une semaine avec son « french-stalion » rien que pour elle, sans même être dérangée par les téléphones portables, le rêve.

Pourtant elle a une ambition chevillée au ventre qui pourrait la contrarier si elle échoue : Faire un enfant à Paul.

Il faut qu’il y consente, maintenant. C’est l’occasion.

La route qui escalade le col de Teghime et redescend sur Patrimonio la rend un peu nauséeuse. Et le parcours en mer sur la barque de pêche prêtée par l’ami Vecchia depuis le port de Saint-Florent l’achève.

C’est rompue, fatiguée, l’estomac troublé qu’elle aborde le sémaphore promis par Paul.

Le temps reste au beau, mais la nuit est fraîche à souhait, d’autant que le jour décline rapidement. Le cadre est splendide.

Elle adore être prise par Paul, qui sait décidément y faire pour la faire jouir comme jamais en de longs ébats sensuels.

Fin de la « période faste », commencement de la « période néfaste »…

 

Pour poursuivre la lecture des chapitres suivants, cliquez sur le lien « Suivant », à droite sous ce billet.

   

-> Retour au sommaire <-



[1]Cf. L’épisode des enquêtes de Charlotte : « L’opération Juliette-Sierra » (les derniers chapitres).

 

[2]Cf. L’épisode des enquêtes de Charlotte : « L’affaire du juge Féyard », à paraître aux éditions I-Cube.

Partager cet article

Repost 0
Published by I-Cube - dans Au nom du père
commenter cet article

commentaires