Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

D'où Erre-Je ?

  • : L'ignoble infreequentable
  •                                  L'ignoble infreequentable
  • : La seule question à laquelle personne ne sait répondre reste : la place de l'Etat. Quel est son rôle ultime ? Le reste n'est alors que dérives quotidiennes pour soi-disant, le "bonheur des autres" avec "le pognon des autres". Bonne lecture
  • Contact

Pas de quoi rire

Pauvre Marianne...

Un peu de pub :

Référencé par
Meta-Referencement
http://www.meta-referencement.com

BlogueParade.com - Annuaire des Blogues francophones

Recherche

Infreequentable en autochtone


Albanais :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=sq

Anglais :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=en

Allemand :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=de

Arabe :
http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=ar

Bulgare :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=bg

Catalan :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=ca

Chinois simplifié :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=zh-CN

Chinois traditionnel :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=zh-TW

Coréen :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=ko

Croate :
http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=hr

Danois :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=da

Espagnol :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=es

Estonien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=et

Finnois :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=fi

Galicien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=gl

Grec :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=el

Hébreu :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=iw

Hindi :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=hi

Hongrois :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=hu

Indonésien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=id

Italien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=it

Japonais :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=ja

Letton :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=lv

Lituanien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=lt

Maltais :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=mt

Néerlandais :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=nl

Norvégien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=no

Polonais :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=pl

Portugais :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=pt

Roumain :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=ro

Russe :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=ru

Serbe :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=sr

Slovaque :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=sk

Slovène :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=sl

Suédois :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=sv

Tagalog :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=tl

Tchèque :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=cs

Thaï :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=th

Turc :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=tr

Ukrainien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=uk

Vietnamien :

http://translate.google.com/translate?prev=hp&hl=fr&u=http%3A%2F%2Finfreequentable.over-blog.com%2F&sl=fr&tl=vi

Les Ex-Archivés

Amis visiteurs !

Oui, entrez, entrez, dans le « Blog » de « l’Incroyable Ignoble Infreequentable » !
Vous y découvrirez un univers parfaitement irréel, décrit par petites touches quotidiennes d’un nouvel art : le « pointillisme littéraire » sur Internet. Certes, pour être « I-Cube », il écrit dans un style vague, maîtrisant mal l’orthographe et les règles grammaticales. Son vocabulaire y est pauvre et ses pointes « d’esprit » parfaitement quelconques. Ses « convictions » y sont tout autant approximatives, changeantes… et sans intérêt : Il ne concoure à aucun prix littéraire, aucun éloge, aucune reconnaissance !
Soyez sûr que le monde qu’il évoque au fil des jours n’est que purement imaginaire. Les noms de lieu ou de bipède et autres « sobriquets éventuels » ne désignent absolument personne en particulier.
Toute ressemblance avec des personnages, des lieux, des actions, des situations ayant existé ou existant par ailleurs dans la voie lactée (et autres galaxies) y est donc purement et totalement fortuite !    
En guise d’avertissement à tous « les mauvais esprits » et autres grincheux, on peut affirmer, sans pouvoir se tromper aucunement, que tout rapprochement des personnages qui sont dépeints dans ce « blog », avec tel ou tel personnage réel ou ayant existé sur la planète « Terre », par exemple, ne peut qu’être hasardeux et ne saurait que dénoncer et démontrer la véritable intention de nuire de l’auteur de ce rapprochement ou mise en parallèle !
Ces « grincheux » là seront SEULS à en assumer l’éventuelle responsabilité devant leurs contemporains…
3 avril 2012 2 03 /04 /avril /2012 07:42

Quel que soit le résultat…

 

Ce qu’on nous avait promis en 2007 – feuille de route qui n’a pas été tenue, loin de là – devra être mis en place, coûte-que-coûte dès le début de l’été

C’est une question d’urgence, désormais, et non plus de priorité.

 

L’alternative est désormais claire : Soit nos dirigeants politiques sont capables, avec une majorité claire au Parlement (pour le Sénat, on n’y changera rien avant trois ans), mais aussi dans les régions et les départements, d’impulser un redressement des finances publiques et nos déficits accumulés ne coûteront pas plus chers qu’actuellement (tout le poids de tout l’IR) ;

Soit ils n’y parviennent pas et on assistera à une dérive des dépenses publiques financées par un accroissement de l’endettement nous plongeant dans une spirale « à la grecque » qui engloutira pour longtemps tout espoir d’un redressement du pays !

Il n’y a pas trois solutions : Il n’y en a qu’une.

 

Car rappelons que la note du pays est sous surveillance négative.

Une nouvelle dégradation et c’est par dizaines de milliards d’euros qui partiront en fumée et que l’on perdra à jamais à s’épuiser à payer !

Aussi simple que ça.

D'où l'importance de prévoir, pour les 100 premiers jours de la présidence 2012-2017, un planning de réformes mûrement réfléchies.

Or, force est de constater que, qu'il s'agisse de renouer avec la croissance ou de baisser les dépenses publiques, les candidats à la présidence de la République ne sont pas très diserts sur des propositions concrètes et sur l'impact de ces mesures.

 

Dans ces premiers cent jours, il faudra agir sur deux leviers : Créer de la croissance (qui ne se décrète pas) et baisser les dépenses publiques (qui peuvent se décider demain).

Pour cela, dès le 19 juin, devrait intervenir un premier « package » de réformes et de « stimuli de la croissance ».

C’est le premier levier : « Libérez les initiatives », c’était un mot d’ordre d’antan.

Il est toujours plus d’une brûlante « actualité-urgente ».

 

Il s’agira de réformer le marché du travail en y introduisant une forte dose de « flexibilité ».

Réforme des contrats de travail et simplifications du Code du travail, autorisation d’ouverture des enseignes et entreprises tous les jours (sous-exploiter les outils de travail de 28 % – 2 jours/7 – est une aberration économique en temps de crise mondiale) partout où cela est possible.

 

Instaurer des temps de travail et des salaires minimaux négociés à des niveaux autres que national, par branches, par bassins d’emplois, devant permettre une « adéquation » de l’offre et de la demande de travail à des niveaux locaux qui tiennent compte des contraintes et atouts locaux : S’en priver est là encore une aberration économique totalement létale qui génère chômage et dégradation de performance

 

Basculer le poids des cotisations sociales patronales sur d'autres impositions : On a la TVA sociale dont les effets sont plus qu’incertains, il s’agira de mettre réellement à contribution le « labeur-importé » (à travers une taxation accrue des produits manufacturés importés), devant dans un premier temps ralentir les importations tout en « subventionnant » ainsi les entreprises fournissant du travail local et ensuite de doper les relocalisations et, pourquoi pas, les exportations de nos « savoir-faire » (D’où ma « CSPM »).

 

Un plan fiscal ambitieux détaxant les PME et TPE par une réforme de l’IS assis exclusivement sur les dividendes versés uniquement quand l’entreprise dépasse les plafonds des régimes simplifiés et super-simplifiés.

Mais tout autant une amélioration du régime de l’épargne investie dans ces mêmes PME/TPE au lieu d’aller se cantonner sur le CAC 40…

 

Un « super-plan » de la dette, privée et publique, dont il convient que les « Gaulois épargnant » se la réapproprient : Il est dément, pour des seules raisons de facilité, d’aller emprunter sur les marchés internationaux, alors que le citoyen persiste à épargner (plus de 17 % des revenus disponibles…)

On pourrait, comme je le suggérais par ailleurs, imaginer que « l’emprunt public » soit ni plus ni moins qu’un « mode anticipé » de paiement de droits de succession futurs !

On peut même envisager la suspension immédiate de l’effet de toute les « niches fiscales et sociales » (entre 77 et 80 milliards immédiatement disponibles), totalement ou partiellement selon l’incidence prévisible sur l’éventuel ralentissement de l’économie que cela engendrerait.

C’est une question de « dosage subtile » que je ne maîtrise pas.

Suspension ne veut pas dire disparition : On garde en compte les correspondances « dette/créance », qui sera compensé au fil du temps, mais il s’agit seulement d’avoir des « encaisses » publics suffisant pour réduire le recours à l’emprunt.

 

Mais aussi viser à libérer les énergies de la croissance aujourd'hui bridées par une réglementation économique étouffante afin de multiplier la création d'entreprises nouvelles.

Certains affirment que ces stimuli permettrait de créer jusqu’à 1,7 million de nouveaux emplois marchands en cinq ans.

Autant de richesses en plus, autant de cotisations (et mobilisation de l’impôt, même local) à caractère social en moins !

 

Le 26 juin 2012, serait discutée une loi en ce sens au Parlement.

Dans un second temps, en discussion dès le 3 juillet 2012 à l'Assemblée nationale, ce sont les dépenses publiques qu'il conviendrait de rééquilibrer sur cinq ans grâce à un plan de réduction des dépenses ciblant à la fois celles concernant les personnels publics, les opérateurs de l'État, les collectivités locales et le secteur social avec trois grandes lois :

 

– Une révision complète des politiques publiques de l'État, distinguant sévèrement et de façon parfaitement étanche les dépenses de fonctionnement, forcément à l’équilibre voire excédentaires (en y incluant l’intérêt de la dette) et une autorisation parcimonieuse du recours à l’emprunt pour les seules dépenses d’investissement à caractère « long-terme », 15 ans d’utilisation minimum ;

 

– Une révision générale des politiques sociales qu’il s’agit de réduire dans le temps et à tout le moins de stabiliser dans un premier temps au niveau déjà atteint et non financé.

 

– Une révision générale des politiques locales assurant à la fois une stabilisation des dépenses à un périmètre de compétences et d’intervention lui-même constant et stabilisé.

Et un distinguo entre « fonctionnement à l’équilibre » et investissement…

 

Un plan à 129 milliards d'euros d’économies minimum d'ici à l’horizon 2017.

Pour cela, il faudrait poursuivre les efforts impulsés par la révision générale des politiques publiques au sein de l'État et au niveau des opérateurs, et étendre ces efforts aux collectivités locales et aux organismes de Sécurité sociale : Là on pourrait « débrider » les effets sur la suspension des effets des « niches ».

 

En parallèle des réductions à générer, peut-être faudrait-il rétrocéder aux administrations une partie des économies réalisées.

Par exemple, dans le cadre du « un sur deux » (dont on se souvient que « François III » accélère la pente avec son double objectif de création de 60.000 postes et de maintenir les effectifs totaux à un niveau constant, ce qui revient à un redéploiement, la réduction des coûts se faisant alors sur le seul « effet de noria », le seul « effet à la baisse » sans réduction d’effectif, dont j’use volontiers en entreprise à redresser – ce qui me fait aussi passer pour un « patron qui ne licencie pas »), une partie devrait être rétrocédée aux services vertueux afin de leur redonner de la « souplesse ».

 

Il s’agit d’aller chercher entre 50 % et 20 % de baisse les dépenses de fonctionnement (– 15 %), et d'achats publics (– 5 %), dans un premier temps : Mais on peut faire mieux et suspendre, un an, deux ans, toute dépense non-urgentes, même engagées.

Imaginer également de rationaliser les parcs immobiliers locaux et sociaux.

 

Sur les dépenses locales un objectif national de dépenses des administrations locales, sur le modèle de l'objectif national des dépenses d'assurance maladie, pourrait être mis en place en agissant de façon ciblée sur les dotations aux collectivités locales par l'intermédiaire d'un système de « bonus-malus » respectant le principe d'autonomie qui avantagerait les « plus vertueux » devant faire « tâche d’huile ».

 

On pourrait aussi imaginer qu’en septembre 2012, soit proposé un referendum sur deux questions :

– Une première sur les statuts de la fonction publique avec un point fort qui serait une absorption du code du travail par celui de la fonction publique : Tout le monde répondra OUI.

Mais chacun aura compris qu’un fonctionnaire deviendra un « laborieux » égal à celui du « privé » !

Enfin une seule loi du labeur, la suppression quasi-automatique de deux ordres de juridiction entraînant la fusion des juridictions administratives et judiciaires en une même autorité de justice indépendante du pouvoir central…

On peut toujours rêver !

 

– Une seconde sur le financement des syndicats afin de sortir définitivement de cette « exception létale » où la situation est telle que ceux-ci ne représentent plus qu’eux-mêmes (parfois au détriment de l’emploi et des outils de travail qu’ils sont censés défendre) en supprimant tout financement public : De la cotisation (peut-être obligatoire), mais rien que de la cotisation.

 

On peut aussi imaginer dès le mois d'août 2012, des expérimentations de gestion alternative des services publics lancées pour des écoles, des hôpitaux ou des musées dans certains départements ou régions améliorent encore le processus…

Devrait peut-être émerger de « bonnes idées » par les acteurs-terrain eux-mêmes !

 

L’objectif serait, que dès 2016, on puisse ramener les déficits publics tout compris, non plus à 114 milliards, mais à « seulement » à 27 milliards et, pour la première fois depuis trente ans, en excédent primaire.

En clair : Le déficit nouveau ne serait plus généré que par le coût de la dette. On peut même estimer, que ces ultimes réformes conduites dans les cent premiers jours permettraient de dégager des excédents budgétaires et donc de commencer à rembourser la dette à partir de 2019, voire plus tôt si chacun devient vertueux du denier public.

 

Naturellement, toutes les bonnes idées sont les bienvenues, parce que, soit ce « cap des 100 jours » part dans la bonne direction et on évitera qu’il soit remis en cause par « les marchés » ou une troïka de puissances étrangères ou supranationale nous impose une récession durable « à la grecque » ;

Soit on persiste dans les « fausses promesses » comme depuis 2007 et ce seront « sang et larmes » qu’on récoltera.

Pour nous-mêmes, pour nos gosses et même pour les gosses de nos gosses…

 

Choix cornélien : Ou le pays reconduit un type et une majorité qui nous ont « bien mis dedans » (et dans les grandes profondeurs en plus), ou le pays change de monture avec le risque qu’elle nous mène soit à la catastrophe, soit au renouveau : Et ce sera en 100 jours qu’on le saura !

Il sera toujours temps de descendre dans la rue à ce moment-là…

Faites vos jeux : Rien ne va plus !

Partager cet article

Repost 0
Published by I-Cube - dans Mai 2012
commenter cet article

commentaires

I-Cube 16/04/2012 08:49


Si l'UMP explose en vol dans la semaine du 7 mai prochain, ce sera le moment de sauver ce qui reste du gaullisme.


 


je me tâte vraiment à reprendfre une carte : J'y suis assez connu par "l'ancienne génération" pour y jouer un rôle : Celui d'évincer les opportunistes-défaillants !

L'Ami-râle 15/04/2012 23:42


Il faut bien rêver !...


De voler, d’aller sur la Lune, de créer un méga-scandale capable de remettre les pendules à l’heure !...


 


Un parti politique ne peut pas être apolitique.


La variété des aspirations humaines se retrouve dans les partis politiques, y compris dans les variantes extrêmes qui sont plus près de la
psychose que d’autre chose.


Donc, le « parti de la mer » est à définir et à améliorer…


Il sera « Libéral contrôlé » : ce qui correspond très bien à ma philosophie.


Un peu comme piloter un avion de ligne : une liberté extraordinaire pour remplir un mandat, mais en respectant les règles.


 


Quant à recommencer avec l’UMP, je suis vacciné….


Et puis l’UMP risque d’exploser après la défaite de « Bling-bling »…


 

I-Cube 11/04/2012 10:13


Ambition manifestement démeusurée : Mais il faut encore espérer...


Toujours espérer !


 


Le parti de la mer pourrait être un socle de reconstruction du paysage politique... apolitique !


Ca serait génial.


 


Sans ça je reprends une carte de l'UMP pour reconstruire un "vrai" parti gaulliste de gouvernement...


Surtout si "François III" est élu : Ca nous donne 5 ans pour virer tous les incapables qui nous bassiné le "nerf-honteux" pendant une décennie !

L'Ami-râle 11/04/2012 00:41


Le Parti de la mer ?...


Pour l’instant complètement "en rade" !...


Et comme je n’ai aucune motivation pour être élu à un mandat quelconque, il va falloir que je trouve une solution pour que mon rôle se limite
à de lui de "concepteur" et non pas celui de dirigeant.


 


Mon ambition initiale était de mettre fin à la corruption de la classe politique et de réaliser un projet de voiliers-écoles.


Si j’y arrivais, cela serait déjà une réussite extraordinaire.


 

I-Cube 10/04/2012 08:45


Bon bé si ça a déjà été fait, c'est que c'est faisable : C'est toujours ce que je dis quand on me confie une boîte à redresser !


Elle a gagné de l'argent  Elle doit pouvoir en regagner de nouveau !


 


Peu importe le candidat élu, finalement : "Nécessités font loi" disait ma Grand-mère (celle dont je cause dans ma rubrique "Cimetière").


Souvenez-vous de "Tonton Yoyo" qui faisait à peu près l'inverse de ce qu'il avait dit qu'il feraitn caché par ses promesses de campagne sur les RTT.


Un arbre cache parfois une forêt entière, poussé par les nécessités.


 


Bref, on verra bien : En tout cas ça nous donne 5 ans de répit pour préparer le raz-de-marée du "parti de la mer" !